Paspalum paniculatum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paspalum paniculatum, l'herbe-duvet, est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Poaceae, originaire des régions tropicales. Ce sont des plantes herbacées vivaces, cespiteuses, dont les tiges (chaumes) peuvent atteindre 2 m de long, aux inflorescences composées de nombreux racèmes formant une panicule.

Paspalum paniculatum est une mauvaise herbe des cultures. Des populations de Paspalum paniculatum ont été signalées comme résistantes au glyphosate depuis 2010 au Costa Rica dans des plantations de bananiers et de palmiers pêche (Bactris gasipaes)[2].

Description[modifier | modifier le code]

Paspalum paniculatum est une plante herbacée vivace, cespiteuse, dont les tiges (chaumes) dressées peuvent atteindre de 30 cm à 2 m de long. Les feuilles, au limbe effilé de 9 à 50 cm de long sur 6 à 25 mm de large, présentent une ligule membraneuse non ciliée de 2 à 3 mm de long[3].

L'inflorescence est une panicule composée de racèmes spiciformes, de 4 à 12 cm de long, dont le nombre varie de 7 à 60, disposés de manière unilatérale le long d'un axe central[3].

Les épillets fertiles, orbiculaires, comprimés dorsalement, de 1,3 à 1,4 mm de long, comprennent un fleuron basal stérile et un fleuron fertile, sans extension du rachillet. Ils se détachent entiers lors de la désarticulation à maturité. Ils ne présentent qu'une glume, la glume inférieure étant absente ou très réduite. La glume supérieure, orbiculaire, à apex obtus, membraneuse, de couleur brun foncé, est aussi longue que l'épillet. Les fleurons stériles présentent une lemme elliptique, membraneuse, similaire à la glume supérieure. La lemme des fleurons fertiles, de 1 à 1,2 mm de long, est orbiculaire hémisphérique, gibbeuse, striée en surface[3].

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition originelle de Paspalum paniculatum s'étend dans les régions tropicales d'Afrique (Angola, Cameroun, Gabon, Libéria, Ouganda, Sao Tomé-et-Principe) et d'Amérique, du Mexique à l'Argentine, en incluant la plupart des pays d'Amérique centrale (Belize, Costa Rica, Le Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama), des Caraïbes (Anguilla, Bahamas, Cuba, Dominique, Grenade, Guadeloupe, Hispaniola, Jamaïque, Martinique, Porto Rico, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie) et d'Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Équateur, Guyane française, Guyana, Paraguay, Pérou, Suriname, Venezuela)[4].

L'espèce s'est naturalisée dans la plupart des régions tropicales du monde, en Asie (Papouasie-Nouvelle-Guinée), en Australasie (Australie), en Amérique du Nord (États-Unis) et dans le Pacifique (Micronésie)[4]. Elle est également présente dans les îles de l'océan Indien : Comores, Madagascar, Île Maurice, La Réunion, Seychelles[5].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

L'espèce Paspalum paniculatum a été décrite pour la première fois par Linné et publiée dans son Systema naturae en 1759[6].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (28 septembre 2017)[7] :

  • Paspalum affine Bello, nom. illeg.
  • Paspalum compressicaule Raddi
  • Paspalum cordovense E.Fourn.
  • Paspalum galmarra F.M.Bailey, nom. nud.
  • Paspalum guineense Steud.
  • Paspalum hemisphericum Poir.
  • Paspalum multispica Steud.
  • Paspalum paniculatum var.minus C.Moore
  • Paspalum paniculatum var.minus Scribn., nom. illeg.
  • Paspalum paniculatum var.rigidum Schltdl. ex E.Fourn.
  • Paspalum polystachyum Salzm. ex Steud.
  • Paspalum strictum Pers.
  • Paspalum supinum Rupr. ex Galeotti, nom. illeg.

Liste des sous-espèces et variétés[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (27 septembre 2017)[8] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • sous-espèce Paspalum paniculatum subsp. paniculatum
  • sous-espèce Paspalum paniculatum subsp. umbrosum (Trin.) Roseng., B.R. Arrill. & Izag.
  • variété Paspalum paniculatum var. grandiflorum Döll
  • variété Paspalum paniculatum var. minus S. Moore
  • variété Paspalum paniculatum var. paniculatum
  • variété Paspalum paniculatum var. rigidum Schltdl. ex E. Fourn.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Plant List, consulté le 27 septembre 2017
  2. (en) « Herbicide Resistant Arrocillo Globally (Paspalum paniculatum) », International Survey of Herbicide Resistant Weeds (consulté le 27 septembre 2017).
  3. a b et c (en) W.D. Clayton, M. Vorontsova, K.T. Harman & H. Williamson, « Paspalum paniculatum », sur GrassBase - The Online World Grass Flora (consulté le 28 septembre 2017).
  4. a et b (en) « Taxon: Paspalum paniculatum L.  », sur Germplasm Resource Information Network (GRIN) (consulté le 28 septembre 2017).
  5. «  Paspalum paniculatum L. Nom accepté », sur WIKWIO - Identification et connaissance des adventices de l'Ouest de l'océan Indien (consulté le 28 septembre 2017).
  6. (en) « Poaceae Paspalum paniculatum L. », sur The International Plant Names Index (IPNI) (consulté le 28 septembre 2017).
  7. Tropicos, consulté le 28 septembre 2017
  8. Tropicos, consulté le 27 septembre 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :