Pascua Lama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascua Lama
Illustration sous licence libre bienvenue !
Géographie
Coordonnées 29° 19′ 13″ S 70° 01′ 40″ O / -29.320278, -70.027778 ()29° 19′ 13″ Sud 70° 01′ 40″ Ouest / -29.320278, -70.027778 ()
Administration
Pays Drapeau du Chili Chili
Caractéristiques
Ressources Or
Argent

Géolocalisation sur la carte : Chili

(Voir situation sur carte : Chili)
Pascua Lama

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Pascua Lama

Pascua-Lama est le nom d'une mine dont la construction devrait débuter en 2009[1]. Elle est située à environ 150 kilomètres au sud-est de Vallenar, Chili et à environ 300 kilomètres au nord-ouest de San Juan, Argentine.

Il s'agit d'une mine à ciel ouvert située à 4800 mètres d'altitude. Dès 2009, elle devrait produire en moyenne 750 000 onces d'or et 30 million d'onces d'argent par année. La mine a une durée de vie estimée à 20 ans. Plusieurs compagnies participent à ce projet, dont la canadienne Barrick Gold.

L'emplacement de la mine est plutôt particulier, car il chevauche deux pays. Sa réalisation est rendue possible grâce à la signature de l'accord minier Chili-Argentine en 2004.

Lors de sa présentation, le projet minier nécessitait l'enlèvement d'une partie des glaciers Toro 1, Toro 2 et Esperanza. Ces glaciers recouvrent les dépôts d'or et d'argent. Le volume à déplacer représente 300 000 m³ de glace étalée sur une surface de 20 hectares.

En raison d'une forte opposition locale (de nombreux agriculteurs auraient été directement affectés par le déplacement des glaciers) et nationale, ainsi que par une mobilisation internationale, Barrick Gold a dû revoir ses projets. Le 19 février 2006, un accord a été signé avec la Corema (Corporacíon Regional de Medio Ambiante) stipulant que l'exploitation de ces mines devait se faire sans que le glacier ne soit déplacé, ou abîmé. De plus, cet accord force Barrick Gold à multiplier par neuf le nombre de points de contrôle du glacier.

L'utilisation de mercure dans l'extraction minière pourrait, en cas de problème, condamner tout le secteur agricole de la région.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Des écologistes veulent freiner un projet minier de Barrick Gold », Le Devoir,‎ 29 mai 2009 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]