Pascale Breugnot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pascale Breugnot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Pascale Breugnot est une productrice, réalisatrice et scénariste de télévision française.

D'abord remarquée comme documentariste sur des séries artistiques (Inventaire, le Musée imaginaire) et des grands documentaires de société tels que Sylviane, ta mère t’appelle (Prix de l'homme de la télévision) ou Si vous écoutiez vos enfants, elle a marqué la télévision des années 1980 et 1990 en mettant à l’antenne des émissions tournées vers l'intimité, où le voyeurisme n'était pas toujours absent[1]. Sa carrière marque l'avènement de la télé-réalité en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait ses débuts de journaliste à l’Écho de la Mode en 1967 avant d'être engagée comme assistante de production au service de la recherche de l'ORTF[2] (1970) puis productrice d'« émissions de société » (1972).

C’est Pierre Desgraupes qui l’appelle en 1982 à la Direction des magazines d'Antenne 2. Là, avec Bernard Bouthier, elle lance des émissions restées célèbres :

En 1987 elle quitte Antenne 2 pour TF1 et devient la « papesse » du « Reality show » avec des émissions telles que :

En parallèle, elle crée une filiale de fiction pour TF1, "Banco Production" où elle crée les séries "Une famille formidable", "Le juge est une femme" et "Salut les homards".

En 1997, TF1 décide de tourner la page des reality shows et lance « la quête de sens » ! Pascale Breugnot se tourne alors vers l’univers de la fiction. Elle crée son entreprise Ego Productions :

Productrice[modifier | modifier le code]

  • Même âge, même adresse (2002, pour M6)
  • L'homme de la situation (2011, pour M6)
  • Tiger Lily (2013, pour France 2)
  • La famille Katz (2013, pour France 2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme elle l'admet elle-même dans l'interview accordée à Sylvie Kerviel, « Pascale Breugnot : Une autre façon de communiquer avec les autres », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. D'après « Pascale Breugnot, du public au privé. », Libération,‎

Lien externe[modifier | modifier le code]