Pascal Gollnisch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gollnisch.
Pascal Gollnisch
Image illustrative de l'article Pascal Gollnisch
Mgr Pascal Gollnisch, en juin 2015.
Biographie
Naissance (64 ans)
à Neuilly-sur-Seine
Ordination sacerdotale
Autres fonctions
Fonction religieuse
Fonction laïque

Blason

Pascal Gollnisch, né le à Neuilly-sur-Seine (Seine), est un prélat catholique français, directeur général de l'Œuvre d'Orient depuis 2010, vicaire général de l'ordinariat des catholiques orientaux en France depuis 2014 et chorévêque de l'Église syriaque catholique ainsi qu'archimandrite de l'Église grecque-catholique melkite depuis 2015.

Famille[modifier | modifier le code]

Pascal Gollnisch est issu d'une lignée d'universitaires, d'hommes politiques et d'industriels originaire du Nord-Est de la France[1].

Il a pour ancêtres Edmond Gollnisch, qui fut maire de Sedan de 1873 à 1874, le physiologiste Pierre Flourens, professeur au Collège de France, député en 1839 et académicien, ainsi que le fils de ce dernier Émile Flourens, ministre des Affaires étrangères de la Troisième République[1],[2]. Son arrière-grand-oncle Gustave Flourens fut l'un des chefs militaires de la Commune de 1871, épisode pendant lequel il trouve la mort, tué par un soldat[2]. Un autre de ses trisaïeuls, Michel Chevalier, fut conseiller économique de Napoléon III[1]. Un de ses oncles, Paul-Émile Viard, fut doyen de la faculté de droit et député d'Alger[2]. Il est également le frère cadet du député européen Bruno Gollnisch.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mgr Pascal Gollnisch au lycée Saint-Jean-Hulst de Versailles en 2015.

Pascal Gollnisch entre au séminaire français de Rome en 1978 et est ordonné prêtre du diocèse de Paris le 4 décembre 1982. Il est également titulaire d'une maîtrise de droit des affaires, après ses études à Paris-X-Nanterre et à Paris-V, ainsi que d'un diplôme d'études supérieures en comptabilité.

Entre 1976 et 1989, il dirige les pèlerinages français en Pologne, où il est saisi par ces voyages à caractère spirituel et ces rencontres avec les communautés locales. Il y ajoute une passion ancienne pour les Églises d’Orient, dont il connaît bien les particularités et l’histoire.

En 1990, il devient aumônier du lycée Lavoisier, et directeur adjoint des aumôneries de l’enseignement public. Plus tard, il assure également ce rôle d’aumônier auprès des étudiants de plusieurs facultés parisiennes (Paris VI, Paris VII et Paris III) et est nommé vice-président du Conseil presbytéral du diocèse de Paris de 2002 à 2009. Il est l’un des fondateurs de la Maison Saint-Augustin et du Séminaire de Paris[3].

En 1995, il devient curé de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste de Grenelle (Paris 15e), puis de Saint-François-de-Sales (Paris 17e) en 2004. Il est doyen de la plaine Monceau lorsque le cardinal André Vingt-Trois lui confie la direction générale de l'Œuvre d'Orient à l'automne 2010. L'Œuvre est présente dans une vingtaine de pays et Pascal Gollnisch connaît la plupart d'entre eux[3].

La distinction de « chapelain de Sa Sainteté », qui lui est accordée en 2012, fait de lui un prélat qui porte le titre de « monseigneur », ce qui « renforce [sa] crédibilité » auprès de ses interlocuteurs civils ou religieux[4].

Il est également, depuis le vicaire général de l'ordinariat des catholiques orientaux en France.

Le Mgr Pascal Gollnisch est ordonné chorévêque dans l'Église syriaque catholique par le patriarche Ignace Joseph III Younan[5],[6]. Le , il est élevé à la dignité d’archimandrite dans l'Église grecque-catholique melkite par le patriarche Grégoire III Laham, en l'église Saint-Julien-le-Pauvre de Paris[7].

Ces deux distinctions lui ont été accordées pour saluer l’action et l’implication de l’Œuvre d’Orient auprès des Églises d’Orient.

Il est chevalier de l’ordre national du Mérite depuis 2014[8].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Stéphane Cadiou, Stéphanie Dechezelles, Antoine Roger (dir.), Passer à l'action : les mobilisations émergentes, coll. « Logiques politiques », L'Harmattan, 2007, p. 158-159 (ISBN 9782296026537), [lire en ligne (page consultée le 2 juillet 2010)]
  2. a, b et c Marie-Odile Mergnac, Histoire familiale des hommes politiques français, Archives & culture, 1997, (ISBN 9782911665127) p. 115-116
  3. a et b Frédéric Mounier, « Mgr Pascal Gollnisch à la croisée des mondes », sur La Croix,
  4. « Le père Pascal Gollnisch chapelain de Sa Sainteté » sur le site de la Conférence des évêques de France repris par france-catholique.fr le .
  5. « Mgr Pascal Gollnisch sera ordonné chorévêque de l’Église syriaque catholique de Beyrouth par SB Younan, le samedi 7 mars 2015 », le sur le site de l’Œuvre d’Orient
  6. « Le Patriarche syriaque catholique honore du titre de “chorévêque”, Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l'Œuvre d’Orient », sur chretiensdorient.com,
  7. « Agde - Conférence de Pascal Gollnisch le dimanche 29 janvier 2017 », sur Hérault Tribune,
  8. Journal officiel, « Décret du 14 mai 2014 portant promotion et nomination », sur Legifrance,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]