Pascal Brutal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascal Brutal
Personnage de fiction apparaissant dans
Pascal Brutal.

Sexe Masculin
Cheveux Brun
Caractéristique(s) particulièrement viril

Créé par Riad Sattouf
Album(s) 4
Première apparition La nouvelle virilité (2006)
Dernière apparition Le roi des hommes (2014)
Éditeur(s) Fluide glacial

Pascal Brutal est une série de bande dessinée créée par Riad Sattouf et parue dans le magazine Fluide glacial, puis éditée en trois albums.

Cette série porte le nom de son héros, Pascal Brutal, présenté comme « particulièrement viril[1] », dont on suit les péripéties illustrant ou mettant à mal cette virilité.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Pascal Brutal se passe dans un futur indéterminé, où les technologies et le décor sont très proches de ce que l'on voit de nos jours, mais où le contexte social a changé : en effet, la série se déroule sous la présidence d'Alain Madelin, plus précisément la quatrième année de son troisième septennat (ce qui laisse entendre que dans le futur, le septennat a remplacé le quinquennat). On sait également qu'Olivier Besancenot a représenté la gauche lors d'un second tour contre Madelin.

Quelques personnalités actuelles sont présentées comme décédées : trois « légendes » du rap, Eminem, 50 Cent, et Ja Rule. Nicolas Sarkozy est cité par la maîtresse d'école de Pascal comme « un grand homme de droite », « avant sa disparition ». Pascal se rend à une séance du film La vérité si je mens 15, ou fait une partie de Pro Evolution Soccer 16.

L'ultra-libéralisme, aux effets parfois absurdes, a modifié le territoire français : le département Pas-de-Calais est une région autonome livrée à elle-même depuis 15 ans. La région Bretagne est également devenue autonome, et a pour capitale la ville de Rennes. Elle est dotée d'une police et d'un hymne, le Bro Gozh. Elle est le décor de plusieurs aventures de Pascal, puisqu'il est originaire de la région. Le centre de Paris est devenu interdit d'accès aux pauvres.

Le reste du monde lui aussi changé : la Belgique est devenue une gynarchie extrême et brutale où les femmes dominent et soumettent les hommes. La Russie, après son effondrement, est devenue une vaste zone de non-droit peuplée d'hommes des cavernes. Quant au monde arabe, il s'est unifié sous la houlette de l'ex-président syrien, Riad Sattouf lui-même, pour devenir l'Union arabe du soleil, un pays juste et égalitaire, connaissant une indépendance énergétique totale, et où les extrémismes n'existent pas.

Quelques personnages[modifier | modifier le code]

Pascal Brutal 
Il est le héros de cette série. Il a vécu une partie de sa jeunesse à Rennes, et est naturalisé breton (la Bretagne étant autonome dans le « monde » de Pascal) mais vit vraisemblablement, au moment de la narration, à Paris ou dans sa banlieue.
C'est un homme qui se veut viril à tout prix, qui pratique régulièrement la musculation, qui roule à 300 km/h sur les autoroutes avec sa moto. Les symboles de sa virilité sont aussi présentés par le narrateur comme sa paire d'Adidas Torsion 1992, sa gourmette en argent, et son bouc parfaitement bien taillé. « J'ai imaginé un gars qui serait dans l'hypervirilité. Mais en même temps, c'est le roi de la sensiblerie[2]. »
Cette virilité comporte en effet bien des nuances : bien qu'il récuse violemment certaines affirmations le disant homosexuel, il fera la preuve plusieurs fois de bisexualité. « Pascal est un ultrasexuel. [...] Il faut absolument que je maintienne chez lui cette contradiction : je ne suis pas un homo, mais j'ai des pratiques homosexuelles[3]. »
La mère de Pascal 
Divorcée, elle vit avec un certain Jean-Marc, mais témoigne d'une certaine frivolité, à en croire le narrateur. Ancienne teufeuse, elle est tombée enceinte de Pascal à la suite d'un rapport sexuel avec un punk à chien, dans un fossé.
Pascal a vraisemblablement du mal à résoudre son complexe d’Œdipe. La mère de Pascal présente les attributs d'une partie de la jeunesse actuelle : cheveux roses, piercing, tatouage en bas du dos.
Tyler 
Il fait partie avec Pascal du duo « Goute mon flow », qui chante dans des soirées underground des reprises traduites en Français d'Eminem et 50 cent.
La maîtresse d'école de Pascal 
Partisane de la loi du plus fort, elle défend les élèves qui se moquent des autres, et pousse les élèves à convaincre leurs parents de voter pour Alain Madelin.
Diam's 
La rappeuse fait une courte apparition, bien que son visage (ridé) soit en partie caché par une capuche.
Cindy 
Danseuse R'n'B et une des nombreuses conquêtes de Pascal. Lui préfère un rugbyman de la FFR avec lequel Pascal passera une nuit d'amour.
Le père adoptif de Pascal 
Peu présent dans la vie de Pascal, mais véritable guide, c'est lui qui lui transmit l'amour de la moto, dès son plus jeune âge. Il lui offrit sa fameuse gourmette en argent avec « Pascal » marqué dessus.

Quelques citations[modifier | modifier le code]

« La France… Le futur… À travers les brumes impalpables des temps à venir, on ne distingue pas grand chose… Si… Un bruit mou : des baskets Torsion 1992 battent le bitume… Une étincelle fugace dans le brouillard : une gourmette en argent, avec Pascal gravé dessus… La gourmette de… PASCAL BRUTAL ! »

— La nouvelle virilité, page 3

« On entend comme un morceau de speed métal sur l'A11, entre Paris et Le Mans… Un putain de roulement de grosse caisse qui fait plier la nuit… La chanson du cœur d'un homme en colère… Pascal va en Bretagne pour péter la gueule à un mec qui aurait dit du mal de lui. »

— La nouvelle virilité, page 7

« À la fin, il est tellement chaud qu'il tape dans le camion pour se défouler. »

— La nouvelle virilité, page 10

« La virilité ? C'est mon métier. »

— Plus fort que les plus forts, page 10

Apparition antérieure et modèle possible[modifier | modifier le code]

Un personnage ressemblant fortement à Pascal Brutal, tant au physique qu'au moral, avait déjà fait une brève apparition dans Retour au collège, publié par Riad Sattouf en 2005, un an avant la création de la série Pascal Brutal. Il est présenté comme un professeur d'EPS que Riad Sattouf aurait eu au collège (à Rennes), et qui raillait volontiers ses piètres qualités sportives, ce dont l'auteur semble avoir gardé rancune (« Ce professeur était un sale *** ![4] »).

Nominations et prix[modifier | modifier le code]

Les albums[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Brutal, tome 1, dernière de couverture
  2. Fais-moi mal Pascal Brutal, Olivier le Bussy, entretien avec Sattouf dans La libre Belgique, 2006 Lire en ligne
  3. Pascal Brutal, « l'hypermacho ultrasexuel », Michel Olivès, entretien avec Sattouf dans Têtu, N°147, septembre 2009
  4. Riad Sattouf, Retour au collège, Paris, Hachette Littératures,‎ 2005, 96 p. (ISBN 978-2-01-235861-4), p. 59
  5. Lauréats du prix Jacques Lob sur Prix Littéraires.