Pascal Bernard (photographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard et Pascal Bernard (homonymie).
Pascal Bernard
Naissance
Les Sables-d'Olonne
Nationalité Drapeau de France Français
Profession

Pascal Bernard, né en juin 1960 aux Sables-d'Olonne, est un photographe français. Son intérêt pour la photographie commence en 1972 dès qu’il obtient son premier appareil photo (un Kodak Instamatic 126) offert par ses parents. Son travail en perpétuelle évolution sera influencé par Izis autant que par Pentti Sammallahti ou Mary Ellen Mark.

Biographie[modifier | modifier le code]

1977[modifier | modifier le code]

Après un bref passage au lycée Victor-Laloux de Tours en section photographie, il effectue son premier voyage initiatique et photographique des Sables-d’Olonne à New Delhi par la route[1]. Durant plusieurs mois, il traverse le Proche Orient (Turquie), le Moyen-Orient (Iran, Afghanistan, Pakistan) et termine son périple en Inde. Autodidacte, il photographie des scènes de rue, des visages et des paysages en noir et blanc.

1980[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, il s’installe à Paris. Désireux de maîtriser jusqu’au bout son approche photographique, il alterne recherches personnelles dans son labo photo, prise de vue de mode et de publicité et voyages en Asie. Durant ces nombreux voyages au Népal, en Inde, au Sri Lanka, au Bangladesh, en Birmanie, en Thaïlande, au Laos, au Cambodge, en Malaisie, à Singapour et en Indonésie, il réalise différents reportages collaborant à différents magazines internationaux.

1987 à 1994[modifier | modifier le code]

Il crée jipélabo à Paris en association et ne tarde pas à monter le labo pro intégré. Il se spécialise dans le développement noir et blanc argentique entièrement manuel et en profite également pour mettre au point les techniques de développement couleur de type croisé.

1995 à 2000[modifier | modifier le code]

Il quitte l’entreprise, se sédentarise quelque peu pour réaliser le reportage « la route intelligente » en collaboration avec le Figaro, VSD, Eureka, Auto journal et la Vie du rail. En 1996, il s’installe à La Rochelle et crée Gecko production[2]. Il travaille alors plus en profondeur la photographie de communication et le reportage en favorisant toujours l’aspect humain des entreprises qui lui font confiance. Il évolue avec la technologie passant aux techniques de photographie numériques. Il réalise notamment différentes expositions en couleur (IFAD de Nîmes, Palais de Tokyo, Séville, Barcelone, Milan), sans délaisser toutefois ses passions : la photo noir et blanc argentique et l’Asie. Il commence à mettre en place la série « Regards d’ailleurs »[3], portraits humanistes et témoignage éveillé des métamorphoses du monde. Série glanée de 1977 à nos jours. Toujours dans le même souci d’authenticité, il continue ses recherches photographiques personnelles en noir et blanc argentique Il abandonne le petit format (24 x 36 mm) pour travailler en moyen format (6 x 6 cm). Muni de son appareil photo de prédilection l’Hasselblad 503cx équipé d’un Distagon 4f40mm, il réalise deux séries : « l'Inde vous regarde »[4] et « l'Inde s'affiche »[5].

2011 à 2016[modifier | modifier le code]

Il est invité en résidence d’artiste[6] à Pondichéry en Inde sous le patronage de l’Alliance Française et du Centre Intermondes[7] de La Rochelle pour réaliser un travail sur la ville et ses acteurs en collaboration avec Anupama Raju[8], poète indienne. Il expose le fruit de leur travail « Pondichéry : une ville, un lieu, une personne» [9] en Inde dans différentes Alliances Françaises puis à La Rochelle. Il opte alors pour une présentation de triptyques virés à l’or afin de dégager une ambiance chaleureuse à l’image des gens et des lieux. En revanche, il choisit le numérique pour illustrer une série de poèmes d’Anupama Raju en résidence d’artiste à La Rochelle durant le mois de mai 2012 : « Surfaces et profondeurs»[10] , [11]. En 2013, un nouveau projet nait : [entre parenthèses][12] qui le mène de nouveau en Inde puis en Thaïlande, au Laos, au Viêt Nam, au Cambodge et en Birmanie. Ce travail, achevé à ce jour, se veut fédérateur puisqu’il fait appel à des artistes natifs des pays concernés. Et dans un souci de pure authenticité, il garantit l’absence totale de retouche numérique puisqu’il sera effectué en noir et blanc argentique, de la prise de vue jusqu’aux tirages.En 2014 / 2015 l'exposition "Surfaces et profondeurs" est exposé dans différentes Alliances françaises en Inde : Trivandrum, Pondichéry, Panaji, Hyderabad[13], Bangalore[14],kochin, Chandigarh[15], Il finit aussi son projet [entre parenthèses][16] et il entame en 2016 sa série «et vous comment Jumpez-vous»[17] : La Jumpologie ou l’art du portrait sauté… Ici ou ailleurs, une aventure photographique sur un an chaque semaine… D’après une idée originale de philippe Halsman. En 2016 le projet [entre parenthèses][18] est exposé à la Bibliothèque Universitaire de La Rochelle.

Prix[modifier | modifier le code]

1993 : Lauréat du prix Agfa european portrait award[19]

2008 : Semi finaliste des Hasselblad Master catégorie portrait

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Exposition « Rochefort au fil de la Charente » Café des Longitudes CIM (Centre International de la mer), Rochefort.
  • 2003 : Exposition « Autour du carré » IFAD, Nîmes.
  • 2006 : Exposition collective des journées de la mode. Palais de Tokyo, Paris.
  • 2007 : Exposition « Strange fashion women »[20]Palais Mudejar de l’Alcazar, Séville. Journées de la mode de Milan et Barcelone.
  • 2010 : Expositions « Regards d’ailleurs » au lycée Hôtelier, La Rochelle et dans le cadre du festival « Jazz entre les 2 tours » Casino Barrière, La Rochelle.« Pérégrination indienne » durant les Escales Indiennes, au salon du livre à l'espace Encan, et aussi à la bibliothèque universitaire[21], La Rochelle
  • 2011 : «l'Inde vous regarde»[22] pendant sa résidence d’artiste à la maison Colombani de l’Alliance Française, Pondichéry, Inde.
  • 2012 : Exposition « Pondichéry : une ville, un lieu, une personne »[23] du Centre Intermondes La Rochelle en mai. Tournée indienne : Alliance Française de Pondichéry[24] en juillet, de Trivandrum en août[25], de Chennai en septembre[26].
  • 2013 : Exposition « Pondichéry : une ville, un lieu, une personne » et lecture au « Hyderabad literary festival » Inde.
  • 2014 : Exposition « Surfaces et profondeurs » Tournée indienne : Alliance Française de Trivandrum en janvier puis Pondichéry, Hyderabad[27], Goa, Chennai, Bangalore[28].
  • 2014 : Exposition «  Pondichéry : une ville, un lieu, une personne » Hôtel de Malestroit, Bry-sur-Marne.
  • 2015 : Exposition « Surfaces et profondeurs » Tournée indienne : Alliance Française de Kochin en mai, Chandigarh[15]en juin.
  • 2016 : Exposition « Photo et Sculpture » en collaboration avec l'artiste Sculptrice Okola[29] Galerie Esquié , La Rochelle
  • 2016 : Exposition « Surfaces et profondeurs » et «  Pondichéry : une ville, un lieu, une personne » Festival Vibrations Poétiques cloitre des Ursuline[30], La Rochelle
  • 2016 : Exposition « Entre parenthèses »[31] Bibliothèque Universitaire La Rochelle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Article dans l'Alliance Française magazine du 19 août 2012 »
  2. « Gecko production site officiel »
  3. « regards d’ailleurs »
  4. « l'Inde vous regarde »
  5. « l'Inde s’affiche »
  6. « article de presse de The Hindu du 13 août 2011 »
  7. « Centre Intermondes »
  8. « Anupama Raju »
  9. « Pondichéry : une ville, un lieu, une personne »
  10. « Article dans The Hindu du 03 janvier 2014 »
  11. « Article dans l'Alliance Française Magazine du 13 février 2014 »
  12. « entre parenthèses »
  13. « Article dans The New India Express du 12 septembre 2014 »
  14. « Article dans Deccan Herald du 09 décembre 2014 »
  15. a et b « article The Tribune 3 juillet 2015" »
  16. « entre parenthèses »
  17. « jumpologie »
  18. « article Actuphoto sur l'expo entre parenthèses »
  19. « Article de presse Chasseur d'images et Le Photographe juillet 1993 »
  20. « photos des expositions "Strange fashion women" »
  21. « interview sur RCF Accords Charente-Maritime décembre 2010 »
  22. « The Hindu du 9 aout 2011 »
  23. « The Hindu du 21 juillet 2012 »
  24. « magazine de l’Alliance Française juillet 2012 »
  25. « The Hindu 22 juillet 2012 »
  26. « New indian express du 06 septembre 2012 »
  27. « article New Indian Express 12 septembre 2014 »
  28. « article Deccan Herald 16 décembre 2014" »
  29. « site de la sculptrice Sarah Diane Okola »
  30. « site du festival Vibration poétique »
  31. « Annonce de presse Actuphoto »

Liens externes[modifier | modifier le code]