Paruline jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Setophaga petechia

image illustrant les oiseaux
Cet article est une ébauche concernant les oiseaux.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet ornithologie.

La paruline jaune[1] (Setophaga petechia anciennement Dendroica petechia) est une espèce américaine de passereaux appartenant à la famille des Parulidae.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Elle est séparée en deux espèces par le Congrès ornithologique international dans sa classification de référence (v. 2.2, 2009) : Setophaga petechia et Setophaga aestiva (paruline des mangroves[2]).

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit en Amérique du Nord et en Amérique latine, de l'extrême sud des États-Unis jusqu'aux régions côtières du nord de l'Amérique du Sud (Venezuela, Colombie, Pérou)[3], mais aussi dans les îles des Caraïbes[3].

Différences géographiques[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Cette espèce est constituée de trente-quatre sous-espèces [3]. Elles seraient divisées en deux sous-groupes :

  • erithachoroides est groupe des parulines de plus grande taille (12,5 cm pour 11 g) qui vivent dans les arrières-mangroves du littoral d’Amérique centrale et du Nord de l’Amérique du Sud et dont le mâle nicheur diffère de aestiva par le capuchon plus touffu ;
  • petechia est le groupe résidant dans les zones de mangroves des Antilles et dont le mâle nicheur diffère d’aestiva par sa couronne ou capuchon plus dense, ces différentes races varient par l’ampleur et le ton de la coloration situé sur leur tête : ainsi, la race de la Martinique à la tête entièrement brun orangé alors que la race guadeloupéenne est quasiment entièrement jaune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :