Aller au contenu

Groupe Partouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Partouche)

Groupe Partouche
logo de Groupe Partouche
Logo de Partouche

Création 26/11/1973
Fondateurs Isidore Partouche
Personnages clés Isidore Partouche & Patrick Partouche
Forme juridique Société anonyme à directoire et conseil de surveillance
Action Euronext : PARP
Slogan "Jouez le jeu"
Siège social 17e arrondissement de Paris
Drapeau de la France France
Direction Fabrice Paire, PDG et Président du Directoire
Actionnaires Voir liste
Activité Activités des sièges sociaux (APE 7010Z)
Produits Loisirs, Casinos, Hôtellerie, Restaurants, Poker, Thermes
Effectif 39 au 31/10/2018 (niveau holding)
SIREN 588801464[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.groupepartouche.com/

Fonds propres 439 014 500 € au 31/10/2018 (niveau holding)
Chiffre d'affaires 435 000 000 € au 31/10/2018 (niveau holding)
Résultat net 5 838 500 € au 31/10/2018 (niveau holding)

Le Groupe Partouche est un groupe de loisirs français (casinos, hôtels, restaurants, thermes) créé en 1973 par Isidore Partouche. Né en 1930 à Trézel (Algérie)[2], Isidore Partouche rejoint la France en 1962[3] et fait l'acquisition en 1973 de son premier casino à Saint-Amand-les-Eaux[4].

La société est cotée en bourse Paris Euronext.

La famille Partouche s'installe au Touquet-Paris-Plage. En 1960, elle y installe une piste de karting, sur le parking Nord de la digue[5],[6].

1973-1990 : développement

[modifier | modifier le code]

En 1973, Isidore Partouche, rapatrié d’Algérie où il est radioélectricien concessionnaire de la société Philips, reprend avec ses frères et sœurs le casino de Saint-Amand-les-Eaux, son établissement thermal et la source d’eau minérale. Il fait l'acquisition de casinos dans le Nord de la France (Le Touquet en 1976, Forges-les-Eaux en 1986, Dieppe en 1988 et Vichy en 1989) et crée le casino de Calais, en 1982. Il vend alors ses exploitations d’eau de source pour garder les casinos.

Le Pasino de Saint-Amand-les-Eaux premier casino du Groupe Partouche.

1991-1995 : introduction en Bourse

[modifier | modifier le code]

En 1991, le Groupe achète le casino Le Lyon Vert à La Tour de Salvagny et ses filiales, les casinos de Saint-Galmier et de Juan-les-Pins puis celui de Berck (1991) et Royat (1992), et d’Aix-en-Provence, La Ciotat et Palavas (1994). Il est introduit, le , au second marché de la Bourse de Paris.

1995-2005 : diversification

[modifier | modifier le code]

Il fait l’acquisition, en 1997, de l’hôtel 4 étoiles de Juan-les-Pins devenu Le Méridien-Garden Beach, les ouvertures en 2000 du Hilton de la Cité internationale de Lyon et de l’hôtel Aquabella à Aix-en-Provence, l’achat en 2001 du Savoy (devenu 3.14) de Cannes.

Dès , un premier casino à l’étranger intègre le Groupe à la suite du rachat du casino de la station belge de Knokke. S’ensuivent des créations d’établissements : celle en 1996, en collaboration avec le Club Méditerranée, d’un casino à Agadir au Maroc, celle en 1998 du casino de Djerba en Tunisie sous la forme d’un Pasino, concept original de centre d’animation avec établissement de jeux, et celle en 1999 du Casino de San Roque en Andalousie. Le cœur de métier, soit l’activité casinotière en France, est aussi étoffé avec notamment l’arrivée dans le périmètre du Groupe des casinos de Cabourg et Beaulieu-sur-Mer (1997), du Carlton Casino Club à Cannes (1998), dont le transfert de licence autorise la réouverture du Casino Palm Beach, et du casino de Lyon (1999).

Le Groupe, comme à Djerba, ouvre en 2001 le Pasino d’Aix-en-Provence, de nouvelle génération qui atteint le second rang français. En 2003, le casino de Saint-Amand-les-Eaux change de site et se transforme en Pasino, trente ans après son acquisition.

En 2002, le Groupe réalise la plus importante acquisition de son histoire. Entre janvier et avril, grâce à une contre-OPA victorieuse[7] sur la Compagnie européenne de casinos, le Groupe Partouche accueille 22 casinos supplémentaires, soit 18 en France et 4 à l’étranger. Parallèlement à de nouvelles ouvertures d’établissements (Meyrin en Suisse en 2003 et le Palais de la Méditerranée à Nice en 2004), des arbitrages sont opérés dans le parc d’établissements.

Puis en 2005, une seconde opération de croissance externe significative, lors du rachat du Groupe de Divonne comprenant cinq casinos dont celui de Divonne-les-Bains, vient ponctuer cette période faste qui aura vu le marché des casinos gagner sa maturité.

2006-2013 : nouvelles technologies

[modifier | modifier le code]

En , le groupe Partouche crée une nouvelle filiale, Partouche Interactive, consacrée au développement de jeux sur de nouvelles plateformes technologiques telles que la télévision, la téléphonie mobile et Internet, qui obtiendra rapidement une licence du gouvernement de Gibraltar pour l’exploitation de jeux en ligne.

En 2007, la famille Partouche refuse une offre d'achat du Groupe Partouche par Michel Ohayon[8],[9]. La même année débute l’application de la nouvelle réglementation des jeux incluant notamment la possibilité de mixité des jeux et la suppression du droit de timbre à l’entrée des salles de jeux traditionnels. En novembre de la même année, le contrôle d’identité aux entrées est rendu obligatoire pour les casinos français. À ce premier frein à la fréquentation des casinos s’ajoute en 2008 l’interdiction de fumer, très pénalisante pour la clientèle des joueurs. Un contexte de crise économique viendra également affecter le secteur des casinos à travers la fréquentation des établissements et les moyens financiers de leur clientèle ; le Groupe Partouche concentre alors ses efforts dans l’optimisation de sa gestion opérationnelle. En parallèle, le Groupe entend rester à la pointe des évolutions du métier ; du début des tests du Texas hold’em poker à Aix-en-Provence jusqu’au succès du Partouche Poker Tour, Partouche devient un acteur majeur du poker. Et en 2009, il est le premier à lancer son Megapot, un jackpot multi-sites reliant plus de 200 machines à sous dans plus de 45 établissements. Enfin, en 2010, il obtient une licence d’exploitation du poker dans le cadre de l’ouverture légale des jeux en ligne en France ; et la finale (Main Event) du Partouche Poker Tour Saison 3, en septembre, bat tous les records en accueillant à Cannes, au Casino du Palm Beach, 764 joueurs dont les plus grandes stars internationales. Le prizepool (somme des gains remportés par les joueurs finalistes) a été de près de 5,7 M€. L’édition 2011 confirme le grand succès de ce tournoi. L’année 2011 voit le déploiement de la solution Pcash (Partouche Cashless), système propriétaire permettant la suppression, à terme, de l’utilisation des jetons dans les machines à sous. Enfin, dans le cadre d’une augmentation de capital réservée d’un montant de 30,6 M€, lui donnant 12,52 % du capital de Groupe Partouche SA, le groupe Butler Capital Partners devient en un partenaire minoritaire mais actif. En 2012, Groupe Partouche est de nouveau confronté à un environnement économique difficile (baisse du produit brut des jeux en France entraînant une dégradation sensible de la rentabilité opérationnelle du groupe). Face au recul d’activité du pôle Interactive essentiellement lié à l’inadéquation du modèle économique du poker en ligne français, pour lequel la filiale Partouche Gaming France déploie son activité, Groupe Partouche annonce en la réorientation stratégique de l’activité poker au sein du groupe et la restructuration de l’activité du site de poker en ligne www.partouche.fr. La construction du casino de La Grande-Motte s’achève et ce nouvel établissement ouvre ses portes le .

L’année 2013 se déroule dans un contexte de baisse d’activité commun à l’ensemble du secteur casinotier et Groupe Partouche poursuit son adaptation en concentrant ses moyens humains et financiers sur ses activités historiques et arrête son activité Poker en ligne en France.

Grâce à l’expérimentation de la Bataille à Aix-en-Provence, ce jeu a pu être déployé dans toute la France. L’expérimentation du Sic Bo, jeu de dés asiatique, se déroule à Forges-les-Eaux et celle du bingo, jeu convivial et populaire, est engagée au Pasino d’Aix-en-Provence début 2014. Dans l’évolution vers des produits nouveaux attendu par la clientèle, de nombreuses roulettes anglaises électroniques ont été déployées dans les casinos du Groupe. Par ailleurs, Groupe Partouche reste le seul opérateur en France à disposer d’un jackpot multisite, le Megapot, créateur de millionnaires, avec plus de 200 machines à sous connectées entre elles dans les casinos du Groupe permettant au joueur de gagner des lots exceptionnels.

Enfin, constamment exposé au risque lié au non-respect d’un covenant du crédit syndiqué, pouvant entraîner l’exigibilité immédiate du capital dû, Groupe Partouche avait entrepris en une négociation avec le pool bancaire et, en l’absence d’accord trouvé, la holding Groupe Partouche SA a obtenu le l’ouverture d’une procédure de sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Paris.

2013-2015 : Année charnière et poursuite du redressement

[modifier | modifier le code]

Dès , le plan de sauvegarde présenté par la société Groupe Partouche SA, comprenant notamment un étalement de l’échéancier de remboursement du crédit syndiqué sur près de neuf ans, est adopté à l’unanimité des membres des comités des établissements de crédit et assimilés et des principaux fournisseurs. Ce plan sera homologué par le tribunal de commerce de Paris par un jugement en date du mettant fin à la procédure de sauvegarde engagée un an auparavant.

L’exercice 2014 enregistre également des cessions d’actifs (casinos d’Hauteville, Knokke et Dinant, hôtel Hilton de Lyon) dont une partie du produit de cession est allouée au remboursement anticipé du crédit syndiqué.

En 2015, la structure financière de Groupe Partouche redevient très saine grâce à la fois au cash flow dégagé des activités, à des investissements maîtrisés et aux cessions d’actifs, dont une partie va en remboursement anticipé du crédit syndiqué.

L’exercice 2015 enregistre également des résultats en forte progression qui reflètent la reprise marquée de l’activité ainsi que l’amélioration de la marge opérationnelle.

En 2018, le groupe est soupçonné dans une affaire de blanchiment d'argent dans son casino 3.14 de Cannes[10] il obtiendra un non-lieu[11] le 26 septembre 2019.

Le , le groupe Partouche annonce céder pour 11,5 millions d'euros les parts qu'il détient au sein de l'hôtel Palm Beach de Cannes, qui abritait son casino jusqu'en 2017. La cession sera finalisée lors de l'été 2019[12].

En , Partouche annonce un chiffre d'affaires en hausse de 5% atteignant les 222 millions d'euros pour le premier semestre de l'année[13]. La hausse de la fréquentation de ses établissements constitue l'explication principale de la bonne dynamique retrouvée du groupe Partouche[14].

En 2020, la crise liée au Covid-19 précipite une chute de moitié du chiffre d'affaires lors du deuxième trimestre en raison de la fermeture des casinos[15]. Le chiffre baisse ainsi de 46 % à 56,9 millions d'euros sur cette période[16]. Sur l'ensemble du premier semestre, la baisse du chiffre d'affaires est de 17,3 % à 183,6 millions d'euros[17].

Depuis 2020 : la numérisation

[modifier | modifier le code]

Le 16 novembre 2020, Partouche lance son premier casino en ligne en Suisse, extension de son établissement à Genève[18]. Proposé dans les trois langues nationales et en anglais, le nouveau casino en ligne a pour but de maintenir une offre dans un contexte sanitaire qui met en péril les affaires de Partouche en raison des confinements et de fermetures d'établissements répétés[19].

En avril 2022, Partouche annonce le lancement de Partouche Multiverse, une filiale spécialisée dans l'exploitation du Metavers[20]. Partouche souhaite en effet devenir un incontournable du "divertissement 3.0", se basant sur la conviction que le Metavers est une révolution de grande ampleur[21].

Au premier semestre 2021-2022, Partouche repasse dans le vert avec un bénéfice net de 24,6 millions d'euros, contre une perte de 88 millions d'euros à la même période en 2020-2021, en lien avec la fermeture des casinos lors de la crise sanitaire[22]. Le chiffre d'affaires de Partouche a quadruplé à 187,2 millions d'euros sur les six premiers mois de l'exercice en cours, contre 47,2 millions un an auparavant[23].

Actionnaires

[modifier | modifier le code]

Mise à jour au 09/09/2019[24].

Nom %
Financière Partouche 66,8%
Butler Capital Partners 13,3%
Isidore Partouche, 4,20%
Patrick Partouche 0,47%
Portzamparc Gestion 0,40%
Meeschaert Asset Management 0,19%
Katy Zenou 0,10%
Groupe Partouche (aut-contrôle) 0,065%
Ari Sebag 0,059%
Inversis Gestión 0,010%

Activités du Groupe Partouche

[modifier | modifier le code]

L'activité des casinos représente l'essentiel de l'activité du Groupe.

Partouche compte en 2016, 41 casinos dont 38 en France, 1 en Suisse, 1 en Tunisie et 1 en Belgique.

Le métier des jeux est soumis à une réglementation des jeux et à un cadre fiscal particulier lié à cette activité. Les autorisations d'ouverture de casino sont accordées selon certaines conditions très spécifiques par les autorités de tutelle.

En 2009, le Groupe Partouche est le premier à lancer son Mégapot, un jackpot multisites reliant plus de 200 machines à sous dans 38 établissements. Le Lyon Vert casino avec 63 millions d'euros de gains redistribués au cours de la première moitié de l'année 2018, il est également l'un des meilleurs casinos pour remporter le jackpot, ou le Megapot mis en jeu par Partouche selon certains guides de casinos[25].

Interactive

[modifier | modifier le code]

En 2006, Partouche crée une nouvelle filiale, Partouche Interactive, consacrée au développement de jeux sur de nouvelles plateformes technologiques telles que la télévision, la téléphonie mobile et Internet.

Le site internet permet de jouer aux jeux de casinos proposés par Partouche dans ses casinos terrestres et au poker sur internet dans des conditions optimales de légalité et sécurité.

En 2010, Partouche obtient la licence d'exploitation de casino et poker en ligne, selon les restrictions de chaque pays.

Après avoir réduit son activité Poker avec la fin du Partouche Poker Tour en 2012 et la fermeture de son site de poker en ligne en 2013, le Groupe annonce le retour du Partouche Poker Tour en 2020. À cause du Covid-19 l'édition 2020 sera annulée. Le Partouche Poker Tour reviendra donc en 2021.

Établissements du Groupe Partouche

[modifier | modifier le code]

Le Groupe Partouche compte 41 casinos en Europe dont 38 en France.

Le Groupe compte cinq Pasinos, nom commun inventé par Isidore Partouche pour désigner un complexe de divertissement ouvert à tous proposant jeux, espaces événementiels et spectacles.

Hôtels et restaurants

[modifier | modifier le code]
  • 11 hôtels, du 3 étoiles au 5 étoiles
  • 120 restaurants

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Patrick Partouche, La Banque a sauté, Éditions Michel Lafon, 2012.

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Sirene, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Le Point, magazine, « Les Partouche, une famille en or », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Pourquoi Partouche n'a plus la baraka », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (fr) Isidore Partouche roi des bandits-manchots, Le Point du 26 janvier 2007
  5. chronologie dactylographiée, et non publié en l'état, par Fernand Holuigue, secrétaire perpétuel de la Société académique du Touquet-Paris-Plage.
  6. Société académique du Touquet-Paris-Plage, Le Touquet-Paris-Plage 1912-2012 un siècle d'histoires, Le Touquet-Paris-Plage, Les Écrits du Nord Éditions Henry, (ISBN 978-2-917698-93-8), p. 109 écrits de Richard Klein
  7. Le groupe Accor avait initialement initié une OPA sur la Compagnie européenne de casinos, puis le groupe Partouche avait initié une contre-OPA en proposant un prix supérieur, voir : https://www.webtimemedias.com/article/bataille-pour-leuropeenne-de-casinos-cest-partouche.
  8. « Pas d'accord entre la famille Partouche et Michel Ohayon », sur Les Echos, (consulté le )
  9. « L'Impartial 5 juillet 2013 — e-newspaperarchives.ch », sur www.e-newspaperarchives.ch (consulté le )
  10. « Casinos : Partouche sous pression après la découverte d'une affaire de blanchiment », (consulté le )
  11. « Non-lieu dans l'affaire du casino Partouche de Cannes », sur LExpress.fr, (consulté le )
  12. « Palm Beach à Cannes: Partouche cède ses parts restantes pour 11,5 millions d'euros », sur FIGARO, (consulté le )
  13. « PARTOUCHE : +8% pour le chiffre d’affaires au deuxième trimestre », sur Capital.fr, (consulté le )
  14. « Casinos Partouche: le chiffre d'affaires progresse de 5% grâce au regain de fréquentation », sur FIGARO, (consulté le )
  15. « Le géant du casino Partouche durement touché par le confinement », sur Capital.fr, (consulté le )
  16. Zone Bourse, « PARTOUCHE : le Covid-19 a lourdement pesé sur l’activité du deuxième trimestre | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  17. Le Figaro avec AFP, « Partouche: le chiffre d'affaires amputé de moitié au deuxième trimestre », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  18. Zone Bourse, « Partouche lance son casino en ligne en Suisse | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  19. Le Figaro avec AFP, « Partouche lance son casino en ligne en Suisse », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  20. 6medias avec AFP, « Casinos : Partouche se lance dans le métavers », sur Capital.fr, (consulté le )
  21. « Casinos : Partouche crée une filiale dédiée aux projets dans le métavers », sur LEFIGARO, (consulté le )
  22. « Groupe Partouche : net regain de dynamisme au 1er semestre », sur Bourse Direct (consulté le )
  23. « Casinos : Partouche revient dans le vert au premier semestre », LEFIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Zone Bourse, « liste des actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  25. « Casinos Terrestres En France : Les Meilleures Destinations », sur CasinoOnlineFrancais (consulté le )