Partita pour violon seul nº 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La deuxième Partita pour violon seul de Johann Sebastian Bach, en ré mineur, BWV 1004, a été écrite entre 1717 et 1723, et certains élèves de Bach ont suggéré qu'elle fut écrite en mémoire de sa première femme, Maria Barbara Bach. La partita compte cinq mouvements :

  1. Allemande
  2. Courante
  3. Sarabande
  4. Gigue
  5. Chaconne

Cette Partita est remarquable notamment par la Chaconne finale. Extrêmement longue (près de quinze minutes, ce qui en fait le mouvement le plus long de toutes les sonates et partitas pour violon seul de Bach), elle comprend des passages d'une variété et d'une richesse extraordinaires.

Un thème commun est partagé entre les quatre premiers mouvements. L'Allemande insinue un thème à la basse, qui continuera à « hanter » toute la pièce, jusqu'à la Chaconne, qui le dévoilera pleinement ; tandis que les quatre premiers mouvements sont le reflet de la suite de danses baroques allemandes, le caractère sombre de l'ensemble de la pièce est accru par la monumentale Chaconne qui termine l'œuvre.

Il s'est fait plusieurs enregistrements remarquables de cette Partita, dont les interprètes sont entre autres Jascha Heifetz, Itzhak Perlman, Yehudi Menuhin, Arnold Steinhardt, Henryk Szeryng, Nathan Milstein, Arthur Grumiaux, Gidon Kremer, Sigiswald Kuijken, David Grimal, Hilary Hahn.

Chaconne[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Chaconne pour violon seul (info)
Jouée par Ben Goldstein

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Fichier audio
Chaconne pour piano pour main gauche seule (info)
Transcription de la Chaconne par Johannes Brahms pour piano pour main gauche seule, jouée par Martha Goldstein

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

L'exécution de la Chaconne, le mouvement final de la Partita en ré mineur, dure entre 12 et 17 minutes environ, ce qui est plus que le total des quatre autres mouvements précédents. Malgré sa durée disproportionnée, elle mérite l'emphase que lui donnent les violonistes. Le thème, présenté dès les premières mesures au rythme habituel des chaconnes avec une progression d'accords basés sur le schéma à la basse D|D, C#|D, B♭|G, A|D, produit toute une série de variations dans la suite du mouvement, dont celle du milieu est en mode majeur.

La Chaconne est considérée comme une apothéose du répertoire pour violon seul de l'époque, car elle couvre pratiquement tous les aspects du jeu connus de l'époque où elle a été écrite. Aussi, elle est considérée comme une des pièces les plus difficiles à exécuter sur cet instrument. Depuis, elle a fait l'objet de beaucoup de transcriptions, particulièrement pour le piano, dont on peut relever celle de Ferruccio Busoni, celle de Johannes Brahms pour main gauche seule, ainsi que pour guitare, comme la première par Andrés Segovia. Au moins trois transcriptions ont été publiées pour orgue seul. Un arrangement pour un orchestre complet a été également enregistré par Leopold Stokowski.

La Chaconne est habituellement exigée de par le monde dans les examens ou concours de violon.

« Sur une portée, pour un petit instrument, cet homme a écrit tout un monde des pensées les plus profondes et des sentiments les plus forts. Si je pouvais imaginer que je puis créer, ou simplement concevoir une telle pièce, je suis assez certain que l'excès d'excitation et de bouleversement me conduiraient à la folie. »

— Johannes Brahms, lettre à Clara Schumann [1]

« Il ne s'agit pas seulement de l'une des plus grandes pièces de musique jamais écrites, mais d'une des plus grandes créations de l'esprit humain. C'est une pièce spirituellement puissante, émotionnellement puissante, structurellement parfaite »

— Joshua Bell[2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Litzman, Berthold (editor). "Letters of Clara Schumann and Johannes Brahms, 1853-1896". Hyperion Press, 1979, p. 16.
  2. Weingarten, Gene. "Pearls Before Breakfast". Washington Post Magazine, Sunday, April 8, 2007. Accessed online on 9/18/2011 at http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/04/04/AR2007040401721_pf.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]