Partis politiques de la Grèce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Grèce
Image illustrative de l'article Partis politiques de la Grèce

La Troisième République hellénique est une démocratie dans laquelle les personnalités politiques sont regroupées au sein de plusieurs partis.

Jusqu'aux élections législatives de mai 2012, le système politique grecque était caractérisé par un fort bipartisme.

Les deux partis dominants depuis la chute de la Dictature des colonels étaient le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) et la Nouvelle Démocratie (ND) qui ont alterné au pouvoir depuis 1974.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les 300 députés du Parlement grec sont élus via un mode de scrutin mixte pour une durée de quatre ans[1] : 50 sièges sont attribués au parti ayant obtenu le plus de voix, et les 250 sièges restants sont répartis à la représentation proportionnelle entre tous les partis ayant obtenu au moins 3 % des suffrages exprimés.

L'enjeu est donc pour le parti arrivé premier d'obtenir 151 députés, soit la majorité absolue. Vu l'importance de la prime majoritaire (16,7 % des sièges), un parti n'a besoin que de 40,4 % des suffrages exprimés, au plus, pour obtenir une majorité absolue de sièges au Parlement[2],[3].

Le pays est divisé en 56 circonscriptions avec un nombre de sièges variant de 1 à 42, en fonction du nombre de citoyens de chaque circonscription. 12 députés sont en outre élus sur une liste nationale. Il est à noter que les électeurs, dans les circonscriptions comportant plus d'un siège, ont la possibilité de marquer des croix de préférences pour 1 à 4 candidats (nombre maximum variant suivant le nombre de sièges de la circonscription)[4]. Le nombre de préférences obtenues modifie l'ordre d'affectation des sièges au sein de chaque liste. Cette possibilité intéressante au niveau démocratique peut malheureusement dévier vers des pratiques clientélistes.

L'âge minimal pour se présenter à la députation est 25 ans.


Partis présents lors des dernières élections législatives[modifier | modifier le code]

dm
Résultats des élections législatives grecques du
(Résultats portant sur 100,00 % des bureaux)
Parti Leader(s) Votes Nombre de sièges
Juin 2012 Janvier 2015 Juin
2012
Janvier 2015
Nombre Nombre +/− * Nb +/−
  Coalition de la gauche radicale (SYRIZA)
Verts écologistes (OP)
Alexis Tsipras 1 655 022 26,89 % 2 246 064 36,34 % +35,15 % en augmentation 71 149 +78 en augmentation 49,7 %
  Nouvelle démocratie (ND) Antonis Samaras 1 825 497 29,66 % 1 718 815 27,81 % -6,24 % en diminution 129 76 -53 en diminution 25,3 %
  Aube dorée (XA) Nikolaos Michaloliakos 426 025 6,92 % 388 447 6,28 % -9,20 % en diminution 18 17 -1 en diminution 5,7 %
  La Rivière (To Potámi)
Drási
Stávros Theodorákis 373 868 6,05 % Nouveau 17 +17 en augmentation 5,7 %
  Parti communiste de Grèce (KKE) Dimítris Koutsoúmbas 277 227 4,50 % 338 138 5,47 % +21,46 % en augmentation 12 15 +3 en augmentation 5,0 %
  Grecs indépendants (ANEL) Pános Kamménos 462 406 7,51 % 293 371 4,75 % -36,82 % en diminution 20 13 -7 en diminution 4,3 %
  Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) Evangelos Venizelos 756 024 12,28 % 289 482 4,68 % -61,87 % en diminution 33 13 -20 en diminution 4,3 %
  Mouvement des socialistes démocrates (KIDISO) Geórgios Papandréou 152 230 2,46 % Nouveau stagnation
  Union des Centristes (EK) Vassilis Leventis (en) 17 145 0,28 % 110 826 1,79 % ×6,44 en augmentation stagnation
  Teleia (el) Apostolos Glétsos (el) 109 483 1,77 % Nouveau stagnation
  Alerte populaire orthodoxe (LAOS) Georgios Karatzaferis (en) 97 099 1,58 % 63 692 1,03 % -34,68 % en diminution stagnation
  Front de la Gauche anticapitaliste (en) (ANTARSYA) Comité de 21 membres 20 416 0,33% 39 455 0,64 % +92,45 % en augmentation stagnation
  Gauche démocrate (DIMAR)
Verts (Prasinoi) (en)
Fótis Kouvélis 384 986 6,25 % 30 074 0,49 % -92,22 % en diminution 17 0 -17 en diminution
  Parti communiste marxiste-léniniste de Grèce (en) Comité de 4 membres 7 592 0,12 % 8 033 0,13 % +5,37 % en augmentation stagnation
  Union nationale de la réforme démocratique (EDEM) 7 609 0,12 % stagnation
  Libération démocratique du peuple grec (El.La.D.A) 4 789 0,08 % stagnation
  Parti révolutionnaire des travailleurs (EEK) 2 441 0,04 % stagnation
  Organisation communiste internationaliste de Grèce (en) OKDE 2 206 0,04 % stagnation
  Candidats individuels (Anex./Memonomenoi Ypopsifioi) 385 1 414 0,02% ×3,6 en augmentation stagnation
  Mouvement national de résistance (KEAN) Ippokratis Savvouras (el) 81 619 0,01% ×7,6 en augmentation stagnation
  Front solidaire orthodoxe radical (ROMA) 105 stagnation
  Mouvement blanc grec pour une idéologie actuelle (ELKSI) 86 stagnation
  Non à la gauche, Non à la droite, Non au PASOK, Non à ND, Non à la guerre... (PAEKE) 27 stagnation
  8 partis ne se représentant pas au scrutin de 2015
ou intégrés dans de nouvelles coalitions
225 559 3,66 %
Suffrages exprimés 6 155 464 99,01 % 6 181 274 97,64 % 300 300
Nuls 35 961 0,58 % 114 703 1,81 %
Blancs 25 373 0,40 % 34 809 0,55 %
Total votants 6 216 798 62,49 % 6 330 786 63,87 %
Inscrits 9 947 876 9 911 495
*. Le pourcentage de progression en nombre de votes est obtenu en faisant le rapport entre les pourcentages (non arrondis) obtenus aux deux élections :
= (nombre voix/nombre suffrages exprimés)/(nombre voix précédent/nombre suffrages exprimés précédent) - 1
Source : Résultats, ministère grec de l'intérieur

Partis représentés au Parlement hellénique ou au Parlement européen[modifier | modifier le code]

Partis extra-parlementaires[modifier | modifier le code]

Partis disparus[modifier | modifier le code]

Règne de Othon Ier (1833-1862)[modifier | modifier le code]

Règne de Georges Ier (1863-1913)[modifier | modifier le code]

Règne de Georges II (1913-1924)[modifier | modifier le code]

Deuxième République hellénique (1924-1935)[modifier | modifier le code]

Restauration de Georges II (1936-1946)[modifier | modifier le code]

Règnes de Pávlos de Grèce et Constantin II (1946-1973)[modifier | modifier le code]

Troisième République hellénique (de 1974 à nos jours)[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les bureaux de vote sont ouverts : tout ce qu’il faut savoir sur les élections en Grèce », lesechos.fr, 25 janvier 2015
  2. Ce pourcentage nécessaire diminue avec le pourcentage total réalisé par seuls partis ayant atteint le seuil de 3 %. Il est calculé en multipliant ce pourcentage par 101/250, puisqu'il s'agit d'obtenir au moins 101 des 250 sièges attribués à la proportionnelle. En mai 2012, le total des voix des 7 partis ayant dépassé les 3 % a été légèrement inférieur à 81 % des votes exprimés. Il aurait donc suffi qu'un des partis récolte 32,8 % des suffrages pour obtenir la majorité absolue ( = 81 ×  101/250)
  3. Tableau de calcul de l'autonomie sur le site du ministère de l'intérieur grec, ekloges.ypes.gr
  4. « Ministry of Interior - Information for the Voters », ypes.gr