Partie génératrice d'un groupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Génératrice.

En théorie des groupes, une partie génératrice d'un groupe est une partie A de ce groupe telle que tout élément du groupe s'écrit comme produit d'un nombre fini d'éléments de A et de leurs inverses.

Un groupe est dit de type fini lorsqu'il admet une partie génératrice finie. Un groupe engendré par un seul élément est isomorphe soit au groupe additif des entiers relatifs (ℤ,+), soit à un groupe additif de classes modulo n (ℤ/nℤ,+) ; on dit que c'est un groupe monogène. Les sous-groupes des groupes commutatifs de type fini sont également de type fini, mais cela n'est pas vrai sans hypothèse de commutativité.

Sous-groupe engendré par une partie[modifier | modifier le code]

Soit G un groupe. Toute intersection de sous-groupes de G est un sous-groupe de G. Pour une partie S de G, il existe un sous-groupe de G minimal pour l'inclusion parmi les sous-groupes contenant S, à savoir l'intersection de tous les sous-groupes contenant S. On l'appelle sous-groupe engendré par S, et on le note 〈 S 〉.

Description : On dispose d'une description explicite des éléments du groupe  \left \langle S \right \rangle . Ce sont exactement les produits d'éléments ou d'inverses de S :


\left\langle S \right\rangle = \left\{ 
x_1^{\varepsilon _1} x_2^{\varepsilon _2} \cdots x_n^{\varepsilon _n} 
| n \in \mathbb{N}
\; \mbox{et} \;
\forall i, x_i \in S, \varepsilon_i = \pm 1 
\right\}
.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Dans le groupe cyclique ℤ/nℤ, le sous-groupe engendré par la classe d'un entier k est le sous-groupe ℤ/(n/d)ℤ où d désigne le PGCD de k et de n.
  • Dans le cas d'un groupe G fini, l'inverse d'un élément x est une puissance de x (plus précisément, on a x^{-1}=x^{d-1}, où d désigne l'ordre de x). Par suite, le sous-groupe engendré par un sous-ensemble S d'un groupe fini G, est l'ensemble des éléments de G qui sont produits d'éléments de S.

Partie génératrice d'un groupe[modifier | modifier le code]

On dit que S est une partie génératrice du groupe G, ou que G est engendré par S, lorsque le sous-groupe engendré par S est G :

 G = \langle S \rangle~.

Autrement dit, tout élément de G est produit d'éléments de S ou de leurs inverses.

Groupes de type fini[modifier | modifier le code]

Groupe monogène[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Groupe cyclique.

Un groupe est dit cyclique, ou monogène, s'il est engendré par un seul de ses éléments :

G est monogène s'il existe un élément a de G tel que G=〈 {a} 〉.

La classification des groupes monogènes n'est pas difficile. Si a engendre G, le morphisme de groupes ℤ→G, n↦an est surjectif. Par le théorème d'isomorphisme, cet homomorphisme induit l'isomorphisme : Gℤ/ker(f). Or, ker(f) est un sous-groupe de ℤ, et ces sous-groupes sont bien connus : il s'agit des groupes nℤ avec n entier naturel. L'isomorphisme ci-dessus s'écrit alors : G≃ℤ/nℤ.

À isomorphisme près, il existe un unique groupe monogène infini (correspondant à n = 0), et pour chaque entier n > 0, un unique groupe cyclique de cardinal n.

Les générateurs de ℤ/nℤ sont exactement les classes des entiers k premiers avec n. Le nombre de ces classes est noté φ(n). La fonction φ est l'indicatrice d'Euler, elle joue un grand rôle en arithmétique.

Groupe de type fini[modifier | modifier le code]

Un groupe est dit de type fini s'il possède une partie génératrice finie.

Cela revient à dire que le groupe est un quotient d'un groupe libre sur un nombre fini de générateurs.

Pour les groupes de type fini quelconques, on peut faire quelques remarques générales :

  • Tout groupe de type fini est au plus dénombrable, mais la réciproque est fausse : par exemple, le groupe additif des rationnels n'est pas de type fini.
  • Soient G un groupe et H un sous-groupe distingué. Si G est de type fini alors le groupe quotient G/H aussi. Si H et G/H sont de type fini alors G aussi.
  • Un sous-groupe distingué d'un groupe de type fini n'est pas toujours de type fini : par exemple, le groupe dérivé du groupe libre F_{\{a, b\}} sur deux générateurs a et b est le groupe libre sur une infinité dénombrable de générateurs : les commutateurs [am, bn] pour tous les entiers m, n non nuls. Cependant, tout sous-groupe d'un groupe abélien de type fini est de type fini.
  • Tout sous-groupe d'indice fini d'un groupe de type fini est également de type fini (cf. Théorème de Nielsen-Schreier, ou Lemme de Schreier).

La structure des groupes abéliens de type fini est parfaitement connue : ce sont les groupes isomorphes à des produits directs d'un nombre fini de groupes monogènes :

Si G est un groupe commutatif finiment engendré, il existe un unique entier r et une unique suite finie d'entiers naturels dont chacun divise le suivant, n_1|n_2|\dots|n_s, tels qu'il existe un isomorphisme :
G\simeq \Z^r\times \Z/n_1\Z\times \dots\times \Z/n_s\Z.
Article détaillé : Groupe abélien de type fini.

Le cas r = 0 correspond au théorème de Kronecker, qui montre que tout groupe abélien fini est un produit direct de groupes cycliques.

Un exemple de partie génératrice[modifier | modifier le code]

Soit K un corps commutatif, le groupe spécial linéaire SLn(K) est engendré par les matrices de transvection.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sous-groupe normal engendré (en)