Partie du siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Animation de la partie.

La « partie du siècle », ainsi que l'ont nommée certains journalistes américains, est une célèbre partie d'échecs jouée par les joueurs américains Donald Byrne et Bobby Fischer à New York le lors du trophée Rosenwald, le plus fort tournoi d'échecs disputé aux États-Unis en 1956.

Bobby Fischer, âgé alors de seulement treize ans, jouait avec les pièces noires et remporta la partie dans un style éblouissant. Cependant, celle-ci n'apparaît pas dans son recueil de parties publié en 1969, Mes 60 meilleures parties. D'ailleurs, lors de ce tournoi Fischer ne termina qu'a la huitième place sur douze joueurs, la compétition étant remporté par le grand maître Samuel Reshevsky. Mais cette partie, du fait de son style et du jeune âge de son vainqueur fit le tour du monde échiquéen, amorçant la carrière de Fischer au plus haut niveau.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors de cette partie en , Robert « Bobby » Fischer (1943-2008) fait déjà sensation dans le monde échiquéen, étant le champion des États-Unis junior en titre, à l'âge de treize ans seulement. Il est cependant encore à cette époque un junior prometteur, face à l'un de ses premiers vrais tests contre une opposition de haut niveau.

Par ailleurs, sa performance globale dans le tournoi fut moyenne[1] mais cette partie montre le début de son ascension fulgurante, qui se poursuivra en 1957 lorsqu’il remportera l'Open des États-Unis aux tie-breaks, puis le championnat des Etats-Unis senior 1957-1958 (ainsi que les sept championnats ultérieurs dans lesquels il jouera), se qualifiant pour le Tournoi des candidats et devenant en 1958 le plus jeune grand maître international à l'âge de 15 ans.

L'adversaire qui lui fait face est Donald Byrne (1930–1976), à l'époque l'un des meilleurs joueurs d'échecs américains. Celui-ci représentera par la suite les États-Unis aux Olympiades d'échecs en 1962, 1964 et 1968[2],[3]. Il deviendra maître international en 1962 et serait probablement allé plus haut (grand maître) s'il n'avait pas été en mauvaise santé[4].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Fischer (avec les Noirs) fait preuve d'innovation et d'improvisation remarquables dès les premiers coups de la partie. Byrne (avec les Blancs), après une ouverture standard fait une erreur apparemment mineure au 11e coup, perdant un temps en déplaçant deux fois la même pièce. Fischer en profite et met en place un jeu sacrificiel agressif et brillant, aboutissant à un sacrifice de sa dame au 17e coup. Byrne capture la dame de Fischer, mais celui-ci obtient beaucoup trop de matériel en compensation — une tour, deux fous et un pion.

La fin de partie montre comment Fischer, coordonnant ses pièces, force un échec et mat sur le roi de Byrne tandis que la dame de ce dernier, inutile, se trouve isolée de l'autre côté de l'échiquier.

Partie[modifier | modifier le code]

Donald Byrne (Blancs) - Bobby Fischer (Noirs)
Mémorial Rosenwald, New York, , 8e ronde, Défense Grünfeld (code ECO : D92)[5]

1. Cf3 Cf6 2. c4 g6 3. Cc3 Fg7 4. d4 0-0 5. Ff4 d5 6. Db3?! dxc4 7.Dxc4 c6 8. e4 Cbd7 9. Td1 Cb6 10. Dc5? Fg4 11. Fg5? (diagramme)

abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Reine noire sur case noire d8
Tour noire sur case noire f8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Fou noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case noire b6
Pion noir sur case blanche c6
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case blanche g6
Reine blanche sur case noire c5
Fou blanc sur case noire g5
Pion blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case blanche e4
Fou noir sur case blanche g4
Cavalier blanc sur case noire c3
Cavalier blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh

Ce coup est le prélude à une magnifique combinaison du jeune Fischer. Si Byrne avait su ce qui se préparait, il aurait continué par Fe2 et 0-0.

11. ... Ca4!! 12. Da3

Si 12. Cxa4, alors 12. ... Cxe4 13. Dc1 Da5+ 14. Cc3 Fxf3, suivi de Cxg5. Il y a gain d'un pion et avantage de position pour les Noirs.

12. ... Cxc3 13. bxc3 Cxe4! 14. Fxe7 Db6 15. Fc4 Cxc3! 16. Fc5

Les Blancs veulent gagner un temps, tout en mettant en sécurité leur fou.

16. ... Tfe8+ 17. Rf1 (diagramme)

abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Tour noire sur case blanche e8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche f7
Fou noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Reine noire sur case noire b6
Pion noir sur case blanche c6
Pion noir sur case blanche g6
Fou blanc sur case noire c5
Fou blanc sur case blanche c4
Pion blanc sur case noire d4
Fou noir sur case blanche g4
Reine blanche sur case noire a3
Cavalier noir sur case noire c3
Cavalier blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case blanche f1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh

Cette position cache un joli sacrifice de dame positionnel, c'est-à-dire que les Noirs peuvent échanger leur dame contre trois figures légères. Après toutes les prises, leur position est meilleure que celle de leur adversaire.

17. ... Fe6!! 18. Fxb6

Si 18. Fxe6, alors 18. ... Db5+! 19. Rg1 Ce2+ 20. Rf1 Cg3+ 21. Rg1 Df1+! suivi d'un mat étouffé. Si 18. Dxc3, Dxc5.

18. ... Fxc4+ 19. Rg1 Ce2+ 20. Rf1 Cxd4+ 21. Rg1

Si 21. Td3, alors 21. ... axb6 22. Dc3 Cxf3!, qui menace, entre autres, un mat sur e1 !

21. ... Ce2+ 22. Rf1 Cc3+ 23. Rg1 axb6 24. Db4 Ta4! 25 Dxb6 Cxd1

À ce moment, les Blancs auraient dû abandonner la partie. Leur retard pour ce qui est du développement est trop important. En effet, leur dame ne peut assurer la protection de son monarque à elle seule, et leur tour est coincée sur la rangée de départ.

Cependant, Byrne demande à voir la technique de Fischer. Il est vrai qu'il n'est pas donné à beaucoup de joueurs de pouvoir mener à terme une partie où il faut affronter la dame de l'adversaire, même avec trois pièces légères en compensation. Fischer ne demande pas mieux que de montrer sa science.

26. h3 Txa2 27. Rh2 Cxf2 28. Te1 Txe1 29. Dd8+ Ff8 30. Cxe1 Fd5

La dame blanche, parquée sur la huitième rangée, est incapable d'intervenir pour sauver son roi, pris dans un réseau de mat.

31. Cf3 Ce4 32. Db8 b5 33. h4 h5 34. Ce5 Rg7 35. Rg1 Fc5+ 36. Rf1 Cg3+ 37. Re1 Fb4+ 38. Rd1 Fb3+ 39. Rc1 Ce2+ 40. Rb1 Cc3+ 41. Rc1 Tc2 mat.

La position finale mérite un diagramme.

abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Reine blanche sur case noire b8
Pion noir sur case blanche f7
Roi noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche c6
Pion noir sur case blanche g6
Pion noir sur case blanche b5
Cavalier blanc sur case noire e5
Pion noir sur case blanche h5
Fou noir sur case noire b4
Pion blanc sur case noire h4
Fou noir sur case blanche b3
Cavalier noir sur case noire c3
Tour noire sur case blanche c2
Pion blanc sur case blanche g2
Roi blanc sur case noire c1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh

Répondant à une question d'un intervieweur sur la façon dont il réussit à remporter une victoire aussi brillante, Fischer déclara : « J'ai juste joué les coups que je pensais être les meilleurs. J'ai juste été chanceux »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Third Rosenwald Trophy (1956) », ChessGames.com (consulté le 18 janvier 2020).
  2. Burgess, Nunn, and Emms (1998), p. 213.
  3. Résultats de Donald Byrne aux olympiades
  4. Golombek (1977), p. 52.
  5. (en) Partie commentée sur ChessGames.com, avec une animation des coups joués (consulté le 18 janvier 2020).
  6. (en) Frank Brady (en), Endgame, Crown Publishers (en), , 402 p. (ISBN 978-0-307-46390-6), p. 64.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]