Participation italienne sur le front de l'Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Campagne italienne du Front de l'Est
Description de cette image, également commentée ci-après
Soldats italiens combattant à Donetsk en 1941.
Informations générales
Date
Lieu Régions des fleuves Dniestr, Boug méridional, Dniepr, Donets et Don (URSS)
Issue Victoire Soviétique
Belligérants
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'ItalieDrapeau de l'URSS Union soviétique
Commandants
CSIR :
Giovanni Messe
8ª armée :
Italo Gariboldi
Petite Saturne :
Nikolaï Vatoutine (Front sud-ouest)
Ostrogožsk-Rossoš :
Filipp Golikov (Front de Voronež)
Forces en présence
CSIR :
environ 65 000 hommes
8ª armée :
environ 230 000 hommes
Petite Saturne :
425 000 hommes, 1 170 blindés, environ 590 avions[1]
Pertes
CSIR :
1 792 morts et disparus
7 858 blessés
8ª armée :
75 000 morts et disparus
32 000 blessés
Aucune donnée spécifique n'est disponible sur les pertes subies par l'Armée rouge par les seules forces italiennes

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Front de l’Est
Prémices :

Guerre germano-soviétique :

  • 1941 : L'invasion de l'URSS

Front nord :

Front central :

Front sud :

  • 1941-1942 : La contre-offensive soviétique

Front nord :

Front central :

Front sud :

  • 1942-1943 : De Fall Blau à 3e Kharkov

Front nord :

Front central :

Front sud :

  • 1943-1944 : Libération de l'Ukraine et de la Biélorussie

Front central :

Front sud :

  • 1944-1945 : Campagnes d'Europe centrale et d'Allemagne

Allemagne :

Front nord et Finlande :

Europe orientale :


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La participation italienne sur le front de l'Est pendant la Seconde Guerre mondiale débute après le lancement de l'opération Barbarossa, l'invasion allemande de l'Union soviétique le . Pour faire preuve de solidarité avec son allié de l'Axe, le dictateur italien Benito Mussolini ordonna la préparation d'un contingent de l'armée royale italienne pour le front de l'Est qui, début août, fut déployé aux côtés des Allemands.

De 1941 à 1943, les Italiens ont maintenu deux unités sur le front de l'Est. La première force de combat italienne était une formation de la taille d'un corps appelée le Corps expéditionnaire italien en Russie (Corpo di Spedizione Italiano en Russie, ou CSIR). La deuxième force était une formation de taille militaire qui englobait le CSIR, l'armée italienne en Russie (Armata Italiana en Russie ou ARMIR), également connue sous le nom de 8e armée italienne (8ª Armata). Tous deux ont combattu sur la partie sud du front de l'Est, participant à l'avance allemande à travers l'Ukraine vers la Volga.

L'armée italienne en Russie subit de lourdes pertes lors de la bataille de Stalingrad ; celle-ci fut redéployée en Italie en 1943. Seules de petites unités italiennes ont participé sur le front de l'Est après cette période.

Corps expéditionnaire italien en Russie[modifier | modifier le code]

Constitué le , le Corps expéditionnaire italien en Russie (Corpo di Spedizione Italiano en Russie ou CSIR) est déployé dans le sud de l'Union soviétique entre juillet et . Le CSIR était initialement subordonné à la 11e armée du général allemand Eugen Ritter von Schobert[2]. Le , le CSIR est transféré au contrôle de la 1re armée blindée du général allemand Ewald von Kleist. Le CSIR resta sous le commandement de von Kleist jusqu'au , date à laquelle il fut subordonné à la 17e armée du général allemand Richard Ruoff.

Le commandant d'origine du CSIR, le général italien Francesco Zingales (en), est tombé malade à Vienne au cours des premières étapes du transport vers l'Union soviétique. Le , Zingales est remplacé par le général italien Giovanni Messe.

Le CSIR comprend trois divisions : la 52e division motorisée Torino, la 9e division motorisée Pasubio et la 3e division de cavalerie Principe Amedeo Duca d'Aosta.

Opérations du CSIR (août 1941 - juillet 1942)[modifier | modifier le code]

Le CSIR a été envoyé dans le secteur sud de l'avance allemande en Ukraine en . En , dans le cadre de la 11e armée allemande, le CSIR établit son premier contact avec l'ennemi, poursuivant le retrait des troupes soviétiques entre la rivière Bug et la rivière Dniestr. Tandis que la 11e armée assiégeait Odessa, le CSIR fut rattaché à la 1. Panzerarmee, sous le commandement du général von Kleist.

Dès ses premières escarmouches, la force prit un certain nombre de villes et villages, créant une impression favorable sur ses alliés allemands[3]. Sa victoire précoce la plus notable survint à la bataille de Petrikowka en , où les Italiens ont encerclé des unités importantes de l'Armée rouge, leur infligeant des pertes de combat inconnues et capturant plus de 10 000 prisonniers de guerre ainsi qu'un nombre important d'armes et de chevaux[4]. Cela ne leur a coûté que 291 victimes : 87 tués, 190 blessés et 14 disparus[5]. Le , le CSIR et le 49e Corps de montagne allemand ont capturé le principal centre industriel de Staline (aujourd'hui Donetsk) après une forte résistance des défenseurs soviétiques. Bien qu'ayant pas participé au siège d'Odessa, les troupes italiennes ont aidé à l'occupation de la région d'Odessa après la chute de la ville le . Des unités de la division motorisée de Pasubio ont attaqué la ville voisine de Gorlovka le [6].

La capture de Gorlovka (ville de 120 000 habitants) a été précédée par la division Pasubio qui nettoya soigneusement les champs de mines aux alentours de la ville la semaine précédente. La division de cavalerie Duca d'Aosta a quant à elle pris la ville industrielle de Rukovo après de violents combats. Le , la division Pasubio menaça Gorlovka de l'ouest, tandis que la division Duca d'Aosta menaça le sud-est. Les défenseurs de la ville comprenaient la 296e division d'infanterie. Le 80e régiment de la division Pasubio engagea des combats rapprochés avec les défenseurs, tandis que le 79e régiment (soutenu par des unités d'artillerie Duca d'Aosta) balaya le quartier du centre-ville avec peu de résistance. Les pertes de combat soviétiques étaient inconnues, mais environ 600 soldats ont été faits prisonniers. La 296e division soviétique se retira et les combats se poursuivirent pendant les prochains jours, les Italiens nettoyant les poches ennemies de la ville et des environs[7].

Avec l'arrivée de l'hiver, les unités du CSIR ont commencé à consolider leur zone d'occupation et à préparer des barrages défensifs. Au cours de la dernière semaine de décembre, la division Duca d'Aosta a été frappée par une violente contre-attaque des forces soviétiques. Cependant, ils réussirent à repousser les attaques assez longtemps pour permettre à la 1re armée de Panzer de fournir un soutien à leur secteur et vaincre ensuite l'offensive soviétique. La « bataille de Noël » fut saluée comme une grande victoire en Italie, bien qu'ayant probablement échoué sans le soutien allemand. Par la suite, il résistèrent à l'hiver 1941-1942 dans sa zone d'occupation relativement calme[6]. Jusque-là, le CSIR compta 8 700 morts[8].

8e armée italienne ou armée italienne en Russie[modifier | modifier le code]

Troupes italiennes en Russie, juillet 1942.

En , Mussolini intensifie l'effort italien sur le front de l'Est et le CSIR devient la 8e armée italienne. La 8e armée italienne était également connue sous le nom d'armée italienne en Russie (Armata Italiana en Russie ou ARMIR). L'ARMIR était subordonné au groupe d'armées B du général allemand Maximilian von Weichs.

Le général italien Italo Gariboldi prend le commandement de l'ARMIR nouvellement formée, à la place du général Messe qui, en tant que commandant du CSIR, était opposé à un élargissement du contingent italien en Russie avant qu'il ne soit correctement équipé et a donc été destitué. Avant sa prise de commande, Gariboldi était le gouverneur général de la Libye. Il fut critiqué après la guerre pour « sa soumission envers les Allemands ».

Mussolini envoie sept nouvelles divisions en Russie, ces unités sont ajoutées aux « Torino », « Pasubio » et « Principe Amedeo duca d'Aosta », déjà stationnées en Russie dans le cadre du CSIR, portant le total de celles-ci à dix dont quatre nouvelles divisions d'infanterie (Divisione fanteria) et trois nouvelles divisions alpines (Divisione Alpini) :

Soit un total de 229 005 soldats, 25 000 chevaux, 16 700 véhicules, 31 chars légers type L6/40 et 19 canons automoteurs L-40 Semovente de 47 mm, 941 pièces d’artillerie et un corps aérien (CAFO) renforcé par des avions Macchi M.C.202 Folgore et Fiat BR.20/M. Cigogna, soit 23 appareils de reconnaissance et 41 de chasse[9].

Opérations de l'ARMIR[modifier | modifier le code]

L'ARMIR avança vers la rive droite de la rivière Don qui fut atteinte en . Du 17 au , les Italiens ont capturé l'important bassin houiller de Krasny Lutsch (au sud-est de Kharkov) avec une manœuvre enveloppante rapide[10]. Cela coûta la vie à 90 Italiens (et 540 blessés), contre 1 000 victimes et 4 000 prisonniers soviétiques[11]. Le , la 3e division de cavalerie captura Ivanovka au prix de 400 morts et blessés ; les Soviétiques subirent au moins autant de morts et de blessés, plus 1 000 autres soldats faits prisonniers[12]. Le , les tirailleurs très mobiles (Bersaglieri) de la 3e division de cavalerie Amedeo Duca d'Aosta renforcèrent le 587e régiment allemand, qui affrontait l'ennemi près de la tête de pont soviétique à Serafimovitch.

Bersaglieri italien avec l'artillerie avançant vers Serafimovich.

La 3e division arriva le , date à laquelle le 587e régiment n'avait été réduit qu'à quelques centaines d'hommes. La force soviétique initiale dans et autour de la zone (y compris les villes de Bobrovskiy et Baskovskiy) était de 3 000 hommes et 40 chars, mais a été augmentée peu après l'arrivée des Italiens. Le et le 1er août, les Soviétiques tentèrent d'arrêter les Italiens lors d'une traversée de rivière mais échouèrent et perdirent plusieurs dizaines de chars (principalement des T-34). Les Soviétiques et les Bersaglieri s'affrontèrent pendant les deux jours suivants, principalement dans et autour de la ville de Bobrovskiy, jusqu'au , date à laquelle les Soviétiques furent contraints de regagner leur tête de pont à Serafimovich. Les Italiens prirent ensuite la ville et des combats sporadiques se poursuivirent dans cette zone jusqu'au . Les pertes de la 3e division du au est de 1 700 tués et 200 blessés ; les pertes au combat soviétiques sont inconnues, mais les Italiens auraient fait 5 800 soldats soviétiques prisonniers et capturé 10 pièces d'artillerie[7].

Le , trois divisions soviétiques totalisant environ 30 000 soldats et de nombreux chars ont traversé le fleuve Don pour lancer une contre-attaque sur le secteur italien. Ils prirent avec surprise la 2e division d'infanterie de montagne Sforzesca et, sans chars à sa disposition et en nombre de quatre contre un, la division Sforzesca fut mise en déroute en deux jours. Les Italiens se replièrent ensuite à Yagodny, qui fut attaqué par les Soviétiques le . Du 20 au , les restes de la division repoussèrent plusieurs attaques soviétiques tout en lançant des contre-attaques à petite échelle jusqu'à l'épuisement des munitions. Certaines attaques soviétiques furent repoussées à coups de baïonnettes. Les renforts Bersaglieris arrivèrent le afin de faire reculer les Soviétiques. Les Italiens appellent cela la première bataille défensive du Don[13]. Les pertes italiennes s'élèvent à 900 morts, 4 200 blessés et 1 700 disparus / capturés[14].

Le également, 700 cavaliers italiens de la Savoia Cavalleria ont mis en déroute 2 500 soldats soviétiques du 812e régiment d’infanterie de Sibérie près d'Isbushenskij. Déplorant 84 victimes (32 morts, 52 blessés), les Italiens firent 1 050 victimes (150 morts, 300 blessés, 600 capturés) Soviétiques et capturèrent 14 pièces d'artillerie. Bien qu'ayant peu de répercussion dans la participation de l'ARMIR dans le conflit, la charge de cavalerie eut une grande résonance de propagande en Italie.

Petite Saturne[modifier | modifier le code]

À la fin de l'automne 1942, l'ARMIR fut placé sur le flanc gauche de la 6e armée allemande entre les forces hongroises et roumaines. La 6e armée allemande investit alors à Stalingrad la 62e armée du général soviétique Vassili Tchouïkov. La ligne italienne s'étendait le long du fleuve Don sur plus de 250 km des positions de la 2e armée hongroise à Kalmiskowa aux positions de la 3e armée roumaine à Veshenskaja, un village 270 km au nord-ouest de Stalingrad. Les Italiens prirent place le long de la rivière. Aucune ligne de tranchée n'avait été creusée et aucune position défensive efficace n'avait été établie. Les fortes chutes de neige et les fortes gelées gênaient les mouvements de troupes.

La situation des troupes allemandes à Stalingrad est restée stable jusqu'au lancement de l'opération Uranus par les Soviétiques le . Le but de cette opération était l'encerclement complet et l'isolement de la 6e armée allemande. Pour ce faire, les Soviétiques ont attaqué les faibles armées roumaines au nord et au sud de Stalingrad. Les attaques jumelées ont frappé des contingents des 3e et 4e armée roumaine qui parvinrent à se réunir avec succès à Kalach quatre jours après le début de l'opération.

Stalingrad[modifier | modifier le code]

La situation des troupes italiennes le long du Don est restée stable jusqu'au lancement de l'opération Saturne par les Soviétiques le . Le but de cette opération était l'anéantissement des positions italienne, hongroise, roumaine et allemande le long du fleuve Don. La première étape de l'opération Saturne était connue sous le nom d'opération Petite Saturne. Le but de cette opération était l'anéantissement complet de la 8e armée italienne.

La 63e armée soviétique, appuyée par des chars T-34 et des chasseurs-bombardiers, attaqua en premier le secteur italien le plus faible. Ce secteur était tenu à droite par les divisions d'infanterie Ravenne et Cosseria. Depuis la tête de pont soviétique de Mamon, 15 divisions — soutenues par au moins 100 chars — ont attaqué ces deux divisions. Bien que plus nombreux (soit 9 soldats soviétiques contre 1 soldat italien), ceux-ci résistèrent jusqu'au , lorsque le siège de l'ARMIR ordonna le retrait des divisions[15]. À Noël, les deux divisions furent repoussées et vaincues après de sanglants combats.

Pendant ce temps, le , la 21e armée et la 5e armée blindée soviétiques attaquèrent les forces roumaines, à la droite des Italiens. À peu près au même moment, la 3e armée blindée et des contingents de la 40e armée soviétique attaquèrent les Hongrois, à la gauche des Italiens.

La 1re armée de la Garde attaqua ensuite le gros des forces italiennes appuyées par la 298e allemande : les divisions Pasubio, Torino, Amedeo Duca d'Aosta et Sforzesca. Après onze jours de combats sanglants contre des forces soviétiques écrasantes, ces divisions furent encerclées et vaincues et le soutien aérien russe entraîna la mort du général Paolo Tarnassi, commandant des forces blindées italiennes en Russie[16].

Le , après une courte pause, la 6e armée soviétique attaqua les divisions Alpini du Corps italien des montagnes. Ces unités avaient été placées sur le flanc gauche de l'armée italienne et étaient jusqu'alors relativement peu affectées par la bataille. Cependant, la position des Alpini devint critique après les effondrements des troupes du front central italien, du flanc droit italien et la déroute simultanée des troupes hongroises, à gauche des troupes Alpini. La division Julia et la division Cuneense ont été détruites. Des membres du 1er régiment Alpini, faisant partie de la division Cuneese, brûlèrent les drapeaux du régiment pour empêcher leur capture. Une partie de la division Tridentina et d'autres troupes se retirant ont réussi à échapper à l'encerclement.

Le , après de violents combats ayant abouti à la bataille de Nikolajewka, les restes des Alpini ont franchi l'encerclement et atteint de nouvelles positions défensives mises en place à l'ouest par la Heer. Mais, à ce moment-là, la seule unité de combat opérationnelle était la division Tridentina, elle-même même n'était pas pleinement opérationnelle car celle-ci avait dirigée l'assaut final de Nikolajewka. De nombreuses troupes ayant réussi à s'échapper furent victime de gelures, gravement malades et profondément démoralisées.

Au total, environ 130 000 Italiens ont été encerclés par l'offensive soviétique. Selon des sources italiennes, environ 20 800 soldats sont morts lors des combats, 64 000 ont été capturés et 45 000 ont pu se replier[17]. Lorsque les troupes italiennes survivantes furent finalement évacuées vers l'Italie, le régime fasciste tenta de les cacher à la population, leur apparences étant si épouvantable après avoir survécu au front russe.

Conséquences[modifier | modifier le code]

De 1942 à 1943, le général Italo Gariboldi commande l'armée italienne en Russie (Armata Italiana en Russie, ARMIR ou 8e armée italienne). Il supervisait personnellement les troupes italiennes mises en déroute lors de la bataille de Stalingrad après des combats sanglants.

Depuis le début de la campagne d'Italie en Russie, environ 30 000 Italiens ont été tués et 54 000 autres mourront en captivité. Fin , la déroute de l'ARMIR fut terminée, Mussolini entamant le retrait du reste de la 8e armée du sol russe. Les forces italiennes en Russie avaient été réduites à moins de 150 000 hommes, dont 34 000 blessés. La catastrophe en Russie porta un coup féroce au pouvoir et à la popularité du dictateur qui chuta à l'arrivée de la triste nouvelle par la population italienne. Les survivants blâmèrent l'élite politique fasciste et les généraux de l'armée : ceux-ci estimant qu'ils avaient agi de manière irresponsable en envoyant sur le front russe des troupes mal préparée, mal équipée et insuffisamment armée. Selon les vétérans, les armes italiennes étaient de piètres qualités : les grenades à main se déclenchèrent rarement et les fusils et les mitrailleuses durent être maintenus longtemps sur un feu pour fonctionner correctement dans des conditions climatiques extrêmes, souvent incapables de tirer au milieu de la bataille. Les commandants allemands furent accusés d'avoir sacrifié les divisions italiennes, dont le retrait aurait été retardé après la percée soviétique, afin de sauver leurs propres troupes[18].

Le , Benito Mussolini et son gouvernement fasciste révoqués par le roi Victor-Emmanuel III. Le , le nouveau gouvernement italien dirigé par le roi et maréchal Pietro Badoglio signa un armistice avec les Alliés.

Même après l'évacuation des troupes italiennes de la Russie et l'armistice de 1943, certaines unités ENR restèrent sur le front de l'Est aux côtés des troupes de l'Axe. Subsistait cinq bataillons spécialisés de « couverture de fumée » servant à la défense des ports baltes. En outre, le 834e hôpital de campagne continua de opérer en Russie, ainsi que le bataillon IX Settembre ; une petite unité qui a combattu aux côtés de la division Brandenburg en Prusse-Orientale pendant une brève période[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Scotoni ».
  2. Messe, 1947. Faldella, 1959. Mack Smith, 1979
  3. Jowett, The Italian Army 1940–45 (3), pg.10
  4. Rolf-Dieter Muller, The Unknown Eastern Front : The Wehrmacht and Hitler's Foreign Soldiers, , p.73.
  5. "Le operazioni delle unità italiane al fronte russo (1941–1943)", Italian Army Historical Branch, Rome, 1993, p. 102.
  6. a et b Muller 2014, p. 74.
  7. a et b (en) Patrick Cloutier, Regio Esercito : the Italian Royal Army in Mussolini's wars, 1935-1943, , p.140-141.
  8. Robert Kirchubel, Operation Barbarossa : The German Invasion of Soviet Russia, Bloomsbury Publishing, , 400 p. (ISBN 978-1-4728-0471-6, lire en ligne), p. 113
  9. Joseph, Frank. "MUSSOLINI'S WAR: Fascist Italy's Military Struggles from Africa and Western Europe to the Mediterranean and Soviet Union 1935-45." Page 148.
  10. "US Military Review, Volume 28". Command and General Staff School, 1949, p. 86.
  11. Romain Rainero, Antonello Biagini. "L'Italia in Guerra: Il 3o Anno, 1942". Commissione italiana di storia militare. 1993. p. 286
  12. Giulio Bedeschi. "Fronte russo: c'ero anch'io." Mursia, 1983. Page 287.
  13. Paoletti 2008, p. 176.
  14. Aldo Valori. "La campagna di Russia". Roma, Grafica Nazionale Editrice, 1951. Page 473.
  15. Ciro Paoletti, A Military History of Italy, Westport, CT, Praeger Security International, , 269 p. (ISBN 978-0-275-98505-9 et 0-275-98505-9, lire en ligne), p. 177
  16. Italian General Reported Killed, New York Times, 15 January 1943
  17. Italian Ministry of Defence, 1977b and 1978
  18. Faldella, 1959. Mack Smith 1979
  19. Jowett, The Italian Army 1940–45 (3), pg.9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Participants notables à la campagne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Faldella, Emilio. L'Italia nella seconda guerra mondiale. Cappelli Bologna 1959 (Italian)
  • Michalopoulos, Dimitris & Tramonti, Luigi, "Cristianesimo Positivo e Campagna di Russia", Periodico Daily, https://www.periodicodaily.com/cristianesimo-positivo-e-campagna-di-russia/
  • Jowett, Philip S. The Italian Army 1940–45 (1): Europe 1940–1943. Osprey, Oxford - New York, 2000. (ISBN 978-1-85532-864-8)
  • Jowett, Philip. The Italian Army 1940–45 (3): Italy 1943–45. Osprey, New York, 2001, (ISBN 978-1-85532-866-2)
  • Mack Smith, Denis. Le guerre del duce. Laterza, Bari 1979 (Italian)
  • Messe, Giovanni. La guerra al fronte Russo. Il Corpo di Spedizione Italian (CSIR). Milano 1947 (Italian)
  • Mario Veronesi, La mia Russia. Diario di una guerra, Italian University Press, 2009, (ISBN 978-88-8258-104-6)
  • Italian Ministry of Defence. Stato Maggiore Esercito. Ufficio Storico. Le operazioni del CSIR e dell’ARMIR dal Giugno 1941 all’ottobre del 1942. Roma, 1977 (Italian)
  • Italian Ministry of Defence. Stato Maggiore Esercito. Ufficio Storico. L’8° Armata Italiana nella seconda battaglia difensiva del Don. Roma, 1977 (Italian)
  • Italian Ministry of Defence. Stato Maggiore Esercito. Ufficio Storico. L’Italia nella relazione ufficiale sovietica sulla seconda guerra mondiale. Roma, 1978 (Italian)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Revelli, N. La strada del davai . Turin, 1966 (italien)
  • Valori, A. La campagna di Russia, CSIR, ARMIR 1941–43. Roma, 1951 (italien)
  • Hamilton, H. Sacrifice dans la steppe. Casemate, 2011 (anglais)

Liens externes[modifier | modifier le code]