Parti socialiste yéménite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Yémen
Image illustrative de l'article Parti socialiste yéménite

Le Parti socialiste yéménite (الحزب الاشتراكي اليمني, al-Hizb al-Ishtiraki al-Yamani) est un parti politique yéménite constitué d'anciens membres du Mouvement nationaliste arabe puis du Front de libération nationale. Ancien parti unique de la République démocratique populaire du Yémen, il est membre de l'Internationale socialiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idéologie marxiste fut connue par des syndicalistes Arabes du port d'Aden à partir du milieu des années 1920, avec une base de dockers originaires d'Aden qui travaillèrent à Londres. à l'époque, Aden est une colonie Britannique, ou le sentiment et la volonté d'indépendance va naître à partir de l'action syndicale, et la notion de classe. Au retour, ceux qui savaient parler Anglais, et qui étaient donc bilingues Arabes/Anglais transmirent les idées. Avant la seconde guerre mondiale, le port d'Aden était l'un des plus grands ports de la péninsule Arabe. Dans une péninsule Arabe très conservatrice, le port d'Aden était le terreau ou les idées occidentales étaient libres d'accès. à partir des années 1930, il devient plus international : il reçoit par exemple des Chinois, Indiens, ou Indochinois, en transits pour l'Europe ou les États-Unis . Dans le même temps, le port d'Aden devient une ville cosmopolite, ce qui entraine une certaine diversité de la population, et surtout, des idées. Ce qui était rare à l'époque dans la péninsule Arabe, comme le syndicalisme ou l'action syndicale, était visible à Aden, et les militants syndicaux touchaient les autres villes et communes aux alentours. Des contacts avec l'aile Gauche du Labour, le parti Travailliste Britannique, devinrent fréquents après 1945, et les syndicalistes devinrent nombreux. Certains sont déjà des militants indépendantistes, comme des Indiens, ou des Chinois, très rodés aux idées du Marxisme. Ainsi, par exemple, le Mahathma Gandhi qui vécu un temps comme avocat en Afrique du Sud, fit un transit à Aden avant de rejoindre le port du Cap, en Afrique du Sud. Assez rapidement, le Marxisme, et les idées Socialistes furent connues par une fraction de la bourgeoisie élitiste et politique, surtout acquise aux idées républicaines du port d'Aden, dont les enfants effectuaient des études en Grande-Bretagne, et plus rarement aux États-Unis. L'Inde devint indépendante en 1947, avec une forte influence du parti travailliste Britannique, influencée par les idées Marxistes, avec des idées d'instaurer une société laïque. La Laïcité va fortement influencer le parti socialiste Yéménite, ainsi que d'autres mouvements socialistes Arabes, comme le parti Baas en Syrie et en Irak.

Avant 1949, c'est-à-dire avant la création de l'état d'Israël, une forte communauté Juive était présente au sud du Yémen, et cette population, bien intégrée, ne connaissait guère de conflits avec le reste de la population, Musulmans Sunnites et Chiites. Mais comme Karl Marx, l'idéologue du parti communiste était Juif, ce détail va peser lourd dans les autres pays Arabes, avec la création de l'état d'Israël, alors qu'avant la seconde guerre mondiale, le communisme était très populaire chez les couches populaires des pays Arabes. Ainsi, par exemple, après la révolution égyptienne de 1954, Nasser refusera toujours de proclamer l'Égypte comme une démocratie populaire, et il prendra certaines distances avec le communisme, qu'il croira à tort inventé par un Sioniste, alors que Karl Marx n'avait rien à voir avec ce mouvement, de Théodore Herzl, qui était presque né à la même époque, entre 1860 et 1880.

Quand le Yémen du Sud est devenu indépendant, les dirigeants mirent en place un régime de type marxiste, la République démocratique populaire du Yémen (communément appelée « Yémen du Sud »). Unique régime communiste du monde arabe, elle a été largement financée par l'URSS et la République populaire de Chine. Les femmes représentaient 10 % des adhérents du parti, et 6 femmes ont siégé au Conseil suprême du peuple.

Le Yémen du Sud fut intégré au Yémen du Nord lors de la réunification du pays le . Le parti perdit la majorité de ses cadres dirigeants après la guerre civile yéménite de 1994. Aux dernières élections législatives du le parti a obtenu 3,8 % des voix et a eu huit sièges sur les 301 au parlement. Des membres du PSY sont régulièrement arrêtés et torturés par les forces de sécurité. Le secrétaire général du parti est actuellement Yasin Said Numan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]