Parti républicain libéral (Turquie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Serbest Cumhuriyet Fırkası ou SCF (« Parti républicain libéral ») est le deuxième parti politique d'opposition créé en Turquie après l'accession au pouvoir de Mustafa Kemal[1].

Il est fondé le 12 août 1930 par Ali Fethi Okyar. Il participe aux premières élections multipartites du régime kémaliste le 5 octobre et y remporte un succès estimable (voir tableau[2]), ce qui provoque la fureur du parti au pouvoir[3]. Le SCF est accusé par son concurrent de s'allier aux minorités ethnoreligieuses, aux Kurdes, aux conservateurs religieux, aux étrangers, d'être en contact avec les partisans du retour à l'Empire ottoman. À Istanbul, qui compte 42 sièges à pourvoir, il présente par exemple 5 Grecs, 2 Arméniens et 2 Juifs[4]. La colère de Mustafa Kemal et des dirigeants de son Parti républicain du peuple est telle suite à cette démonstration de popularité de l'opposition que le SCF, accusé d'avoir falsifié les élections là où il les a remportées, est "autodissout" le 15 novembre 1930 et que l'avènement du multipartisme est reporté de 15 ans, les premières élections réellement démocratiques n'auront lieu qu'en 1950, et seront remportées par l'opposition[3].

Ville Parti républicain du peuple
(parti de Mustafa Kemal)
Parti républicain libéral
Istanbul 35.942 12.868
Izmir 14.624 9.950
Bergama 250 1.371
Merzifon 496 557
Samsun 416 3.312

Sources[modifier | modifier le code]

  1. le premier ayant été le Parti républicain progressiste en 1924-1925, le suivant sera en 1945 le Parti du développement national, suivi du Parti démocrate en 1946
  2. Çetin Yetkin, Atatürk'ün Başarısız Demokrasi Devrimi: Serbest Cumhuriyet Fırkası, Toplumsal Dönüşüm Yayıncılık, İstanbul, 1997
  3. a et b Cemil Koçak, « Parliament Membership during the Single-Party System in Turkey (1925-1945) », European Journal of Turkish Studies, 3 (2005)
  4. Soner Çaǧaptay, Islam, secularism, and nationalism in modern Turkey: who is a Turk?, Taylor & Francis (Routledge Studies in Middle Eastern Politics), 2006, p. 42