Parti hongrois du chien à deux queues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Magyar Kétfarkú Kutya Párt
Image illustrative de l’article Parti hongrois du chien à deux queues
Logotype officiel.
Présentation
Président István Nagy (pseudonyme)
Fondation 2006 (enregistré en 2014)
Siège « Quelque part à Szeged »
Idéologie Parti parodique, « Plus de tout, moins de rien», « On vous promet tout ! »
Affiliation européenne Parti européen du chien à deux queues
Site web http://mkkp.hu/wordpress/
Manifestation du Parti hongrois du chien à deux queues en 2017 à Budapest.

Le Parti hongrois du chien à deux queues (hongrois : Magyar Kétfarkú Kutya Párt, Parti hongrois du chien à deux queues, prononcé [ˈmɒɟɒɾ ˈkeːtfɒɾkuː ˌkucɒ ˈpaːɾt], MKKP) est un parti politique hongrois parodique, fondé en 2006 par des amateurs de street art à Szeged.

Dans la perspective des élections législatives hongroises de 2006, il ébauche un programme prévoyant : la vie éternelle, la paix dans le monde, un jour chômé par semaine, deux couchers de soleil par jour, moins de gravitation, des bières gratuites et des impôts moins élevés. Ce parti se moque par ailleurs de thèmes récurrents du débat public hongrois, notamment les thèmes nationalistes et patriotiques. Il propose ainsi de construire une montagne au milieu de l'Alföld (littéralement « Terre basse » en hongrois) et de militer pour une « petite Hongrie » (par opposition à la Grande Hongrie).

En 2014 le mouvement, qui n'était jusque-là un parti que par le nom, est finalement officiellement enregistré comme parti politique[1],[2].

« Le saviez-vous ? Pas vraiment » (mot à mot « non [à] oui »), jeu de mots avec le vote nul par « non » et « oui » cochés. En bas, « À question conne réponse conne. Votez nul ».

Lors de la campagne du référendum hongrois sur les quotas de migrants de 2016, le Parti du chien à deux queues adopte l'idée de plusieurs organisations non gouvernementales, comme l'Union pour les libertés civiles (en) (Társaság a Szabadságjogokért, TASZ) ou le comité Helsinki hongrois, qui appellent à voter nul en cochant à la fois « oui » et « non »[3]. Sa levée de fonds en vue de faire campagne en ce sens recueille en quelques semaines une somme suffisante[4] pour des centaines de grandes affiches parodiques où figurent, entre « Le saviez-vous ? » des affiches du gouvernement et « À question conne réponse conne. Votez nul », des messages souvent inspirés des affiches d'origine, tels que « Depuis le début de la crise migratoire, il y a plus d'affiches bleues en Hongrie que de migrants » ou « C'est les étrangers qui ont représenté le plus grand danger pour les sportifs hongrois aux Jeux olympiques »[5],[6].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives hongroises de 2018, le parti recueille 1,70 % des suffrages, en deçà du seuil électoral de 5 %, n'obtenant par conséquent aucun siège.

À l’issue des élections municipales hongroises de 2019, le parti obtient des conseillers municipaux dans quatre arrondissments de Budapest : Juhász Veronika Anna (2e arrondissement), Kovács Gergely, co-président du parti (12e arrondissement), Victora Zsolt (14e arrondissement), Pálmai Attila (15e arrondissement)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (hu) Rita Pálfi, « Bejegyezték a Magyar Kétfarkú Kutya Pártot » [« Le Parti hongrois du chien à deux queues a été enregistré »], sur 24.hu, .
  2. « Le MKKP, un mouvement satirique, vient d’être reconnu officiellement comme formation politique », tiré de l'article « Le « chien à deux queues » hongrois, un parti qui a du mordant » par Florence La Bruyère, septembre 2014, site de Libération.
  3. (hu) Richi Tóth, « Népszavazás: érvénytelen szavazásra buzdít a TASZ » [« Référendum : le TASZ invite au vote nul »], sur 24.hu, .
  4. Début septembre 28 millions de forints, soit plus de 90 000 euros au taux du moment : (hu) « Elszámolás 1 » [« Décompte 1 »], sur Parti du chien à deux queues, .
  5. Le Monde.fr et AFP, « Hongrie : des affiches pour parodier la campagne antimigrants du gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. (hu) Tamás Botos, « Utcákon a Kétfarkú ellenplakátjai » [« Les contre-affiches du Chien à deux queues sont dans les rues »], sur 444.hu, .
  7. (hu) « Négy fővárosi önkormányzatba is bejutott a Magyar Kétfarkú Kutya Párt « Mérce », sur Mérce, (consulté le 10 novembre 2019)