Parti du plaisir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Parti du plaisir
Image illustrative de l’article Parti du plaisir
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Cindy Lee
Fondation 2001
Siège BP 169, 94501 Champigny PDC1
Idéologie Tolérance
Liberté
Solidarité
Plaisir
Hédonisme[1]
Couleurs Bleu, rose, rouge
Site web parti-du-plaisir.org

Le Parti du plaisir est un parti politique français fondé par Cindy Lee (de son vrai nom Isabelle Laeng), en 2001. Ses valeurs sont : la tolérance, la liberté, la solidarité, et le plaisir.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Cindy Lee[2] suit l'exemple de la Cicciolina avec le Parti radical italien.

Le parti se présente comme « le premier parti hédoniste de France », son but est de garantir le bien-être de l'individu avant celui de la collectivité, dans le but de mener chaque citoyen au bonheur et que, par un rapport de cause à effet, la collectivité soit heureuse. De plus, Cindy Lee veut apporter « un peu de fantaisie et […] de charme » afin de redonner aux jeunes et aux déçus en général le goût de la politique.

Le Parti du plaisir revendique des idées neuves, le but étant « d'aboutir à une société tolérante, fraternelle, solidaire et sans tabous, respectueuse d'autrui et de son environnement ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Cindy Lee, présidente du Parti du plaisir.

C'est en 2001 que Cindy Lee, de son vrai nom Isabelle Laeng[3], strip-teaseuse de profession, et ses treize colistiers tentent de participer aux élections municipales du 5e arrondissement de Paris pour contrer Jean Tiberi. La liste, qui s'appelle alors Paris Plaisir, ne peut finalement pas se présenter.

Cindy Lee tente ensuite de se présenter à l'élection présidentielle de 2002[4]. Elle crée pour cela le Parti du plaisir, mais elle n’obtient pas un nombre suffisant de signatures de maires pour participer au premier tour. Elle s'élève alors contre ce système qu'elle juge « anti-démocratique ». Elle se présente aux élections législatives qui s'ensuivent, dans la 1re circonscription de Paris. Puis, Cindy Lee se présente aux élections cantonales de 2004 dans le département du Val-de-Marne pour le canton d'Arcueil[5]. Son score est de 1,80 %.

En 2007, Cindy Lee tente à nouveau de réunir les 500 signatures[6] pour l'élection présidentielle, mais n'y parvient pas[7]. Elle se présente aux élections législatives la même année dans la 7e circonscription de Paris, où elle obtient 1,06 % des suffrages, soit 430 voix.

À nouveau candidate lors des élections cantonales de 2008 dans le canton de Champigny-sur-Marne-Est (Val-de-Marne)[3], elle termine en dernière position avec 2,23 % des suffrages exprimés, soit 135 voix.

En 2012, Cindy Lee se présente une nouvelle fois à l'élection présidentielle[8],[9],[10],[11],[12]. Elle cherche à regrouper les 500 signatures[13],[14], mais n'y parvient pas[15] ; elle déclare toujours son opposition à ce système.

Candidate aux élections législatives de 2012[16],[17] dans la 7e circonscription de Paris[18], elle récolte 0,51 % des suffrages[19], soit 224 voix.

En 2012, un documentaire réalisé par Richard J. Thomson est édité en DVD par les éditions Bach Films sur ses campagnes, intitulé Votez Cindy ![20].

Le , alors que Cindy Lee a annoncé une nouvelle fois sa candidature à l’élection présidentielle[21], elle organise un happening contre la corruption devant l'Assemblée nationale et est arrêtée par la police[22].

Cindy Lee se présente aux élections législatives de 2017 dans la 7e circonscription de Paris sous la bannière du Parti du plaisir, soutenue par l'UDE. Elle totalise 195 voix soit 0,26 % des inscrits et 0,43 % des suffrages exprimés[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cindy Lee, la candidate du Parti du plaisir, fait campagne avec un clip sexy et engagé », sur France-Soir, .
  2. « Ciny Lee (courte biographie) », sur Première.
  3. a et b « Cindy Lee, une candidate atypique », sur Le Parisien, .
  4. « Candidats insolites à élection présidentielle » [vidéo], sur ina.fr, Journal de 20 heures de France 2, .
  5. « Cindy Lee et son Parti du plaisir », sur Le Parisien, .
  6. « Une candidate sexy à l’élection présidentielle française », sur 20 minutes, .
  7. « Cindy Lee n'a pas le profil présidentiel », sur 20 minutes, .
  8. « Des candidats pas comme les autres », sur Paris Match, .
  9. « La candidate du Parti du plaisir en campagne », sur Le Parisien, .
  10. « Ces rivaux d'Hollande et Sarkozy que vous ne connaissez (peut-être) pas », sur Le Nouvel Obs, .
  11. « Présidentielle 2012 : Cindy Lee et la politique du plaisir », sur Sud Ouest, .
  12. « Pour 2012, le “Parti du plaisir” se met “à poil face à la crise” », sur RTL, .
  13. « Cindy Lee, candidate du parti du plaisir », sur GQ.
  14. « Parrainages : les losers de la présidentielle 2012 », sur France Info, .
  15. « Poursuivi pour avoir tenté d'acheter un parrainage de maire », sur L'Express, .
  16. « Législatives : les candidats improbables de la campagne », sur Le Huffington Post, .
  17. « Cindy Lee », sur Le Parisien,
  18. « Cindy'Lee veut être portée aux nues », sur 20 minutes, .
  19. « Cindy Lee, Céline Bara, Dieudonné… les candidats insolites éliminés sans surprise », sur Le Huffington Post, .
  20. « Votez Cindy ! – la critique + le test DVD », sur avoir-alire.com, .
  21. « Champigny : Cindy Lee de nouveau candidate à la présidentielle », sur Le Parisien, (consulté le 9 mars 2017).
  22. « Cindy Lee : la candidate du Parti du Plaisir interpellée seins nus devant l'Assemblée nationale », sur LCI, (consulté le 9 mars 2017).
  23. Ministère de l’Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 11 juin 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]