Parti de l'unité communiste-ouvrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (mars 2016).
Motif : Admissibilité à prouver. Page sourcée presque uniquement avec des communiqués officiels du mouvement : les sources donnent sur des liens morts.
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Parti de l'unité communiste-ouvrière
Présentation
Secrétaire général Ali Javadi
Fondation 2007
Idéologie Communisme
Pensée de Mansoor Hekmat
Couleurs rouge
Site web http://www.wupiran.org/ENsite/home.html

Le Parti de l'Unité communiste-ouvrière (farsi : حزب اتحاد کمونیسم کارگری در, anglais: Worker-communism Unity Party) est un parti politique iranien, fondé en 2007 par Azar Majedi, Ali Javadi, Homa Arjomand et Siavash Daneshvar. Il se réclame de la pensée du théoricien marxiste Mansoor Hekmat. Il a d'abord existé sous la forme d'une fraction au sein du Parti communiste-ouvrier d'Iran, avant de s'en séparer.

Le Parti de l'Unité communiste-ouvrière est présent à la fois dans la diaspora iranienne (Canada, Grande-Bretagne, Suède) et en Iran, à Téhéran[1] et Sanandaj[2], sous une forme clandestine. Il appelle au renversement de la République islamique d'Iran et à la création d'un république socialiste. Il s'oppose à la fois aux sanctions économiques contre l'Iran, en raison de leurs conséquences pour la population[3], aux menaces de guerre avec les États-Unis[3], aux courants nationalistes qui accordent leur soutien à la République islamique en cas de guerre[4] et aux mouvements séparatistes (« nationalismes tribaux »), qu'il accuse d'être devenus des instruments de la politique américaine[4]. De même, il accuse l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien d'être l'équivalent des Contras Nicaraguayens ou de l'Unita Angolaise[4].

Dans la diaspora, sa politique se caractérise par l'accent mis sur la lutte contre l'islam politique. Homa Arjomand, membre du comité central[5], est surtout connue pour sa lutte contre la mise en place de tribunaux islamiques jugeant selon la charia au Canada[6], ce qui lui a notamment valu d'être consacrée femme de l'année 2006 par le journal québécois La Gazette des Femmes[7]. Azar Majedi, également membre du comité central[5], est présidente de l'Organisation pour la Libération des femmes (Azadizan)[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]