Parti démocratique de Côte d'Ivoire – Rassemblement démocratique africain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti démocratique de Côte d’Ivoire
Image illustrative de l’article Parti démocratique de Côte d'Ivoire – Rassemblement démocratique africain
Logotype officiel.
Présentation
Président Henri Konan Bédié
Fondation
Siège Treichville (Abidjan), immeuble Étoile du Sud
Positionnement Centre droit
Idéologie Panafricanisme
Conservatisme
Houphouëtisme
Populisme
Coalisé dans RHDP (jusqu'en 2018)
Affiliation internationale Union démocrate d'Afrique
Couleurs Vert
Site web http://pdcirda.ci
Représentation
Députés
63  /  255

Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire-Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) est un parti politique ivoirien fondé en 1946, succédant au Syndicat agricole africain par Félix Houphouët-Boigny, avec pour objectif affiché « l’émancipation du peuple noir »[1] et membre du Rassemblement démocratique africain dès sa création. De centre droit d’inspiration libérale, il est le parti unique depuis l’indépendance en 1960 jusqu’en 1990, sous la direction du président Houphouët-Boigny. Il est le plus ancien parti politique d’Afrique subsaharienne après l’African National Congress (ANC) en Afrique du Sud[2].

S'appuyant sur son fief du pays baoulé, il reste au pouvoir après les premières élections multipartites, organisées en 1990. Après sa mort, Félix Houphouët-Boigny, est remplacé par Henri Konan Bédié en 1993. Après une campagne électorale féroce et des débats juridiques, et à la suite du coup d’État militaire dirigé par le général Robert Guéï, il est évincé du pouvoir.

Les organes de presse proches du PDCI-RDA sont : Le Nouveau Réveil, Le Rebond, Le Dialogue et la National Plus — après avoir été longtemps Le Démocrate.

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance du syndicat agricole africain (1944–1946)[modifier | modifier le code]

Le médecin-planteur Félix Houphouët-Boigny fonde le [3], avec sept autres planteurs, Joseph Anoma, Fulgence Brou, Gabriel Dadié, Djibril Diaby, Georges Kassi, Kouamé N’Guessan et Amadou Lamine Touré, le Syndicat agricole africain (SAA) dont il devient le président. Regroupant les planteurs africains mécontents de leur sort[4], le SAA a pour objectif de défendre les intérêts des planteurs autochtones lésés par l’administration coloniale qui sous-paye leur cacao[2].

Le combat prend toutefois rapidement une tournure politique, avec des revendications anticolonialistes et antiracistes[5]. Houphouet implante le SAA dans tout le pays et en fait l’instrument de lutte du peuple ivoirien contre le régime colonial[2]. Il revendique de meilleures conditions de travail, une hausse des salaires et l’abolition du travail forcé[3].

Ce syndicat rencontre rapidement le succès et reçoit l’appui de près de 20 000 planteurs[3], ce qui inquiète les colons qui portent plainte contre Houphouët[6]. Le retentissement est tel qu’il se rend, début 1945, à Dakar pour expliquer la démarche du SAA au gouverneur général de l’AOF, Pierre Cournarie[3].

Après des mois de luttes pour, en , Houphouët est élu comme premier député des autochtones[3].

De 1946 à 1947, le nouveau parti est dirigé par un bureau provisoire de 18 membres, présidé par Félix Houphouët-Boigny et composé de Philippe Franceschi, Etienne Djaument, Jean Delafosse, Raoul Nicolas, Babacar Diop, Fily Sissoko, Seyni Gueye, Turbé Sow, Germain Coffi Gadeau, Gabriel Dadié, Dorothée Da Sylva, Martin Blagnon, Jean Casanova, Ouezzin Coulibaly, Mory Kéita, Akré Ahobaut, Joseph Anoma[2].

La fondation du PDCI et la marche vers l'indépendance (1946–1960)[modifier | modifier le code]

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, le , l’idée de la reconnaissance du peuple africain au même titre que les citoyens de la métropole émerge dans l’élite africaine constituée entre autres de Félix Houphouet-Boigny, Modibo Keïta ou encore Léopold Sédar Senghor.

Houphouët-Boigny transforme, avec l’aide des Groupes d’études communistes d’Abidjan, le SAA en Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI)[7]. L’assemblée constitutive du parti a lieu le 9 avril 1946 à Treichville, au piano-bar l’Étoile du Sud, salle de réunion et de loisirs de l’élite abidjanaise, construite par le planteur Georges Kassi[2].

Le PDCI est ensuite la cheville ouvrière de la création, avec les autres forces politiques africaines, du Rassemblement démocratique africain (RDA) dont le congrès constitutif a lieu du 18 au 21 octobre 1946 à Bamako. Réunissant près de 800 délégués venus d’Afrique Occidentale Française et d’Afrique Equatoriale Française, le RDA se donne pour objectif la libération de l’Afrique du colonialisme et de l’impérialisme[2].

À la suite du Congrès de Bamako organisé par Houphouët-Boigny et Modibo Keita du 18 au , une fédération de partis politiques africains est fondée, dénommée le Rassemblement démocratique africain (RDA) dont le PDCI fait partie et dans la création duquel il a joué un rôle de premier plan.

Désormais, le PDCI et le RDA deviennent indissociables, et le parti sera toujours appelé PDCI-RDA[8]. Félix Houphouët-Boigny en sera d'ailleurs le seul président de 1946 à sa mort en 1993. Le secrétariat général est également confié à un Ivoirien, Fily Sissoko, à qui succédera Gabriel d’Arboussier[2].

Le PDCI-RDA tient son premier congrès du 27 au 31 octobre 1947. Félix Houphouët-Boigny est nommé président d'honneur du bureau du comité directeur et Auguste Denise secrétaire général (poste qu'il occupera jusqu'en 1959). Germain Coffi Gadeau est nommé secrétaire à l’organisation, et Mathieu Ekra est nommé secrétaire à l’éducation des masses. Le comité directeur compte alors 21 membres dont deux femmes (Mme Ouezzin Coulibaly, née Macoucou Traoré et Mme Mockey, née Georgette Yacé)[2].

Le PDCI-RDA connait un succès immédiat. Avec 271 000 adhérents dès 1947, 350 000 en 1948, plus d’un million après 1950[2], il devient un parti de masse.

La répression contre le PDCI s'accentue à la fin des années 1940. Des militants sont régulièrement arrêtés et battus par des policiers, avec parfois des actes de tortures ; d'autres sont renvoyés de leurs emplois. L'un des principaux dirigeants du parti, le sénateur Biaka Boda, est retrouvé pendu et déchiqueté dans la forêt, alors qu'il était recherché par la police. L'arrestation et l'emprisonnement sans jugement de plusieurs de ses leaders provoque en 1949 la marche des femmes sur Grand-Bassam en vue d'obtenir leur libération. Les tensions culminent au début de l'année 1950, quand, à la suite d’un incident, la quasi-totalité de la direction du PDCI est arrêtée. Des rassemblements de protestation sont organisés ; alors que la police tire à blanc pour disperser la foule, des colons tirent à balles réelles, tuant treize manifestants. Au lieu de rechercher les auteurs du massacre, les autorités, craignant des émeutes, font arrêter des milliers de militants indépendantistes[9].

Houphouët-Boigny décide en octobre 1950 de rompre avec les communistes et de ne plus contester l'Union française après une rencontre avec François Mitterrand dans le bureau de ce dernier. Celui-ci indique : « je l'ai traité un peu durement. Je l'ai prévenu que j'allais doubler les garnisons en Afrique et que je le tiendrais pour responsable d'éventuels troubles. Je lui ai expliqué que les revendications humaines, sociales et économiques auraient mon plein appui si elles étaient justifiées. Mais que je n'admettrai pas qu'elles prennent un caractère politique[réf. nécessaire]. » Lors des élections législatives de 1951, il présente une liste commune avec le parti de Mitterrand, l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) avec laquelle l’affiliation du RDA devient officielle en 1952[9].

Le parti unique (1960–1990)[modifier | modifier le code]

Philippe Yacé, inamovible secrétaire général du PDCI depuis l'indépendance, et qui avait imprudemment manifesté son désir de succéder à Houphouët-Boigny, tombe en disgrâce à la fin des années 70[10].

Le PDCI face au multipartisme (1990–2000)[modifier | modifier le code]

Lors de l’élection présidentielle ivoirienne de 1990, le président sortant, Félix Houphouët-Boigny est élu contre Laurent Gbagbo avec 81,68 % des voix. Il décède le . Henri Konan Bédié, président de l’Assemblée nationale, est investi président. Il est élu lors de l’élection présidentielle ivoirienne de 1995 contre Francis Romain Wodié avec 96,44 % des voix. Il est déposé le par un coup d’État militaire et Robert Guéï prend le pouvoir.

Un parti d’opposition à Laurent Gbagbo (2000-2011)[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2000, il occupe 46 sièges sur 225 et est un parti d’opposition.

La participation au pouvoir sous la présidence Ouattara (2011-2018)[modifier | modifier le code]

Le PDCI soutient Alassane Ouattara à l’élection présidentielle de 2010 et constitue son principal allié durant l'essentiel de sa présidence. Il fait partie de la coalition politique Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix avec le RDR de Ouattara.

Le PDCI entre finalement dans l'opposition et quitte le RHDP en 2018. En réponse, le pouvoir fait sanctionner des cadres du parti[11].

Un vice-président du PDCI, Jacques Mangoua, est arrêté en et condamné en octobre à cinq ans de prison au terme d'un procès expéditif pour « détention de munitions d'armes de guerre sans autorisation administrative »[12]. Mangoua obtient une libération conditionnelle en et son procès en appel est alors prévu pour avril. Cette libération conditionnelle, décidée par le président Ouattara, est obtenue après l'intervention de la reine des Baoulés auprès du président. Cette volonté du président Ouattara est perçue comme une tentative de se reserrer ses liens avec le PDCI[13].

Le rapprochement avec le FPI[modifier | modifier le code]

À partir de 2019 et en vue de l'élection présidentielle d'octobre 2020, le PDCI se rapproche du FPI. En , un accord-cadre est signé entre les deux partis et en , les deux partis appellent leurs militants à « travailler de concert ». Néanmoins, les deux partis ont prévu de présenter chacun un candidat à l'élection présidentielle[14]. Après le retournement du président Ouattara qui choisit de se présenter pour un troisième mandat dont la légitimé constitutionnelle est mise en doute, l'opposition décide de boycotter cette élection. Les opposants contestent l'élection et le régime les emprisonne.

En , se déroule l'élection à la présidence de l'Assemblée nationale. Le PDCI choisit d'apporter son soutien à Adama Bictogo, candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le parti au pouvoir. Ce dernier est élu avec 237 voix contre 6 pour Jean-Michel Amankou, pourtant membre du PDCI. Ce soutien est présenté comme faisant partie du « processus de réconciliation »[15],[16].

Organigramme et organes[modifier | modifier le code]

  • Bureau politique, organe de décision entre deux congrès[17], qui compte 400 membres en juin 2020[18] (il en comptait 70 en 1980)
  • Comité de pilotage de l'organisation du Bureau politique (créé en août 2022)[19]
  • Comité politique (créé en avril 2021)[20]
  • Conseil de surveillance pour«  veiller au bon fonctionnement des différentes structures opérationnelles du parti » (créé en novembre 2021)
  • Secrétariat exécutif dont le chef, le secrétaire exécutif (Maurice Kakou Guikahué en 2022), est considéré comme le numéro deux du PDCI[21]
  • Vice-présidents du parti (au nombre de 38 en 2019)[22]
  • Grande cellule de coordination de la communication (GCCC) (coordonnateur : Soumaïla Bredoumi)[23]
  • Jeunesse du PDCI rurale (président : Innocent Yao)
  • Jeunesse PDCI estudiantine et scolaire (président : Henri Joel)
  • Jeunesse du PDCI urbaine
  • Comité des Sages
  • Comité de veille juridique
  • Des représentations locales : les comités de base, les sections, les délégations (351)[24].

Vice-présidents[modifier | modifier le code]

Les 38 vice-présidents en 2019 sont les suivants[22] :

  • Boa Thiemele Edjampan
  • Émile Constant Bombet
  • Marcel Zadi Kessy
  • Lambert Kouassi Konan
  • Yaya Ouattara
  • Moustapha Doukoure
  • Gaston Ouassenan Kone
  • Jacques Mangoua
  • Jeannot Ahoussou-Kouadio
  • Emmanuel Niamien Ngoran
  • Charles Koffi Diby
  • Fofana Maman
  • Rémi Allah Kouadio
  • Émilienne Bobi Assa
  • Charles Konan Banny (décédé)
  • Marie-Ange N’dia Kouame
  • Ahoua Toure Dit Ngodi
  • Robert Beugré Mambé
  • Assana Sangaret
  • Marie Tehoua Ama
  • Moise Koumoue Koffi
  • Alphonse Djedje Mady
  • Diaby Mamadou Dit Diaby Rouge
  • Samuel Lorka Dadie
  • Raoul Aby Akrobou
  • Adam Yeboua
  • Akele Ezan
  • Babacauth Koffi Dongo
  • Georges Philippe Ezaley
  • Alphonse Gosso Yabayou
  • Thomas Kobenan Tah
  • Joseph Kouame-Kra
  • Raymond Ndohi Mapi
  • Jérémie Ngouan
  • Ernest Nkoumo Mobio
  • Sombo Yapi
  • Bernard Vei
  • Jean Marie « Cou Gervais

Robert Niamkey Koffi et Jean-Chrysostome Blessy sont également des vice-présidents[19].

En novembre 2021, Pierre Narcisse N'Dri Kouadio, Roger Mandodja M'Bia et Thierry Tanoh ont été nommés vice-présidents, portant le nombre de ces derniers à 50[25].

Comité politique[modifier | modifier le code]

Les membres du comité politique sont les suivants (mai 2021)[20]:

  • Rémi Allah Kouadio, coordonnateur général du comité
  • Thomas Kobenan Tah, coordonnateur général adjoint
  • Gaston Koné Ouassenan, conseiller du coordonnateur général
  • Emise Constant Bombet, conseiller du coordonnateur général
  • Jean-Louis Billon, coordonnateur général adjoint chargé des régions du Grand Nord
  • Patrice Amoikon Banga
  • Désiré Gnonkonte
  • Léopoldine Coffie
  • Georges Philippe Ezaley
  • Emmanuel Niamien N'Goran
  • Joseph Kouma Kra
  • Thierry Tanoh
  • Jean-Marc Yacé
  • Sylvestre Emmou
  • Véronique Aka Amanan
  • Victor Seri Bially
  • Kouassi Bredoumi Soumaila Traoré
  • Maurice Kakou Guikahué
  • Bernard Ehouman
  • Simon Doho
  • Doulaye Coulibaly
  • N'Goran Djedri
  • Valentin Kouassi
  • Innocent Yao
  • Jean-Chrysostome Blessy
  • Koko Attoubé

Comité de pilotage de l'organisation du bureau politique[modifier | modifier le code]

Les membres du comité de pilotage de l'organisation du bureau politique sont les suivants (août 2022)[19] :

  • Henri Konan Bédié, président du comité
  • Robert Niamkey Koffi, secrétaire général du comité
  • Simon Doho, secrétaire général adjoint du comité
  • Jean-Chrysostome Blessy, rapporteur général du comité
  • OUASSENAN KONE
  • EMILE CONSTANT BOMBET
  • NIAMIEN N’GORAN
  • MAURICE GUIKAHUE KAKOU
  • REMI ALLAH-KOUADIO
  • BERNARDEHOUMAN
  • THIERRY TANOH
  • SOUMAILA KOUASSI BREDOUMY
  • NARCISSE N’DRI KOUADIO
  • EZAN AKELE
  • GNAMIEN YAO
  • GEORGES PHILIPPE EZALEY
  • ALAIN CAUCAUTREY
  • CHEICKNA SYLLA
  • JULES AHOUZI ACHI
  • DENISE HOUPHOUET-BOIGNY
  • KOUAME KRA
  • EDJAMPAN THIEMELE
  • NOEL AKOSSI BENDJO
  • KAH ZION
  • N’GOUAN JEREMIE
  • KOBENAN TAH
  • ABY RAOUL
  • LEOPOLDINE TIEZAN COFFIE
  • N’DIA KOUAME MARIE-ANGE
  • LYNDA SANGARE
  • AMOIKON BANGA
  • DIA YOHOU HOUPHOUET
  • VEI BERNARD
  • DJEDRI N’GORAN
  • LAZENI COULIBALY
  • JACQUES MANGOUA
  • KOUASSI YAO
  • VERONIQUE AKA BRA KANON
  • EMILIENNE BOBI ASSA
  • SITA COULIBALY
  • VALENTIN KOUASSI
  • INNOCENT YAO
  • HENRI JOEL KOUADIO

Liste des congrès[modifier | modifier le code]

  • Premier congrès ordinaire (1947)[2]
  • Deuxième congrès ordinaire (1952)[17]
  • Troisième congrès ordinaire (1959)[17]
  • Quatrième congrès ordinaire (1965)[17]
  • Cinquième congrès ordinaire (1970)
  • Septième congrès ordinaire (1980)[26] : renouvellement en profondeur du bureau politique, création d'un comité politique de neuf membres, élection pour la première fois de Félix Houphouët-Boigny comme président du parti, vive critique contre les "spéculations" des pays occidentaux sur le café et le cacao, et singulièrement la France.
  • Huitième congrès ordinaire (1985)
  • Neuvième congrès ordinaire (1991) : élection à la tête du parti de Félix Houphouët-Boigny[23]
  • Quatrième congrès extraordinaire (1994) : le président Bédié est élu à la suite du décès du président Houphouët-Boigny[23]
  • Dixième congrès ordinaire (1996)[23]
  • Onzième congrès ordinaire (2002)[17]
  • Douzième congrès ordinaire (2013) :
    • réélection de Henri Konan Bédié pour cinq ans avec plus de 93 % des suffrages exprimés face au président de la jeunesse du PDCI Kouadio Konan Bertin et à l’ancien secrétaire général du parti, Alphonse Djédjé Mady[27].
    • suppression très débattue de l’article sur l'obligation que l'âge du président du parti soit entre 40 et 75 ans[28]
  • Cinquième congrès extraordinaire (2015) : approbation de l'appel de Daoukro, c'est-à-dire du soutien du PDCI à la candidature du président Alassane Ouattara à sa propre succession à la tête de la Côte d'Ivoire[29]
  • Sixième congrès extraordinaire de 2018 : à la suite de la rupture avec le RHDP (parti présidentiel), il reporte le 13e congrès ordinaire après la tenue de l’élection présidentielle d’octobre 2020 et prolongeant le mandat d’Henri Konan Bédié[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Son combat est d’abord celui de la libération de l’homme noir, celui de la justice, de la dignité, de la liberté et du Bien-être. » selon le site officiel du PDCI-RDA.
  2. a b c d e f g h i et j Jean-Noël Loucou, « Le Pdci-Rda de 1946 à 2016 : 70 ans au service du vaillant peuple ivoirien », sur news.abidjan.net, (consulté le )
  3. a b c d et e Ellenbogen 2002, p. 26–31.
  4. Bernard Nantet, « Félix Houphouët-Boigny », dans Encyclopédie Universalis, édition 1999.
  5. « Houphouët-Boigny 1re partie » (9 avril 2005), émission de France-Inter « Rendez vous avec X ».
  6. Houphouët, un combat : le parcours politique.
  7. Samir Amin et Bernard Nantet, « Côte-d’Ivoire », dans Encyclopédie Universalis, édition 1999.
  8. Les partis nationaux sont supposés n'être que des sections devaient accoler le sigle RDA à leur dénomination. Ainsi les autres partis apposent aussi le RDA : l’Union Démocratique Sénégalaise (UDS-RDA), le Parti Démocratique de Guinée (PDG-RDA), le Parti Progressiste Nigérien (PPN-RDA), l’Union Démocratique Dahoméenne (UDD-RDA), l’Union des Populations du Cameroun (UPC-RDA), le Parti Progressiste Congolais (PPC-RDA), le Parti Progressiste Tchadien (PPT-RDA), le Bloc Démocratique Gabonais (BDG-RDA).
  9. a et b Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsita,, Kamerun !, La Découverte, .
  10. « Jeunes et aînés en Côte-d’Ivoire : Le VIIe congrès du P.D.C.I-R.D.A. », Politique africaine,‎ fin septembre-début octobre 1980, pp. 102 à 119 etc. (lire en ligne [PDF]).
  11. Fanny Pigeaud, « Côte d’Ivoire: lâché de toutes parts, le président Ouattara consent à quelques concessions », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. André Silver Konan, « Côte d’Ivoire : Jacques Mangoua condamné à 5 ans de prison au terme d’un procès sous tension », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  13. « Côte d’Ivoire : les coulisses de la libération de Jacques Mangoua », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  14. Benjamin Roger, « Le FPI de Gbagbo et le PDCI de Bédié confirment leur rapprochement », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  15. Florence Richard, « Côte d’Ivoire : Adama Bictogo élu président de l’Assemblée nationale », Jeune Afrique, .
  16. Pierre Pinto, « Présidence de l’Assemblée nationale ivoirienne: comment expliquer le soutien de l’opposition? », Radio France internationale, .
  17. a b c d et e « Côte d'Ivoire : 6e Congrès extraordinaire du PDCI-RDA, Bédié donne les orientations du parti », sur 2cminfo.net, .
  18. « PDCI RDA/ Voici la liste des membres du bureau politique », sur Ivoire24, (consulté le ).
  19. a b et c « Bédié nomme le président et les membres du Comité de pilotage du Bureau Politique », sur www.connectionivoirienne, (consulté le )
  20. a et b Hind Talha, « Nomination au PDCI : voici la liste de tous les membres du Comité Politique », sur YECLO.com, (consulté le )
  21. « Côte d’Ivoire: le PDCI d’Henri Konan Bédié se dote d’un comité politique », sur RFI, (consulté le )
  22. a et b CREDOCHRISTI, « Côte d’Ivoire, Bédié réaménage le Bureau politique du Pdci sans Duncan, Aouelé, Achi… », sur credochristi.com, (consulté le ).
  23. a b c et d (en-GB) « Report du congrès du PDCI-RDA sous la pression des JPDCI ? L’atmosphère qui a occasionné l’annulation », sur Connection ivoirienne, (consulté le ).
  24. « Côte d'Ivoire: le PDCI imperturbable face à cette fronde externe des jeunes », sur RFI, (consulté le ).
  25. Patrick N'Guessan, « Pdci-Rda : Henri Konan Bédié nomme trois nouveaux vice-présidents », sur www.fratmat.info,
  26. Ben Ismaël, « Souvenir 1980 : 7e congrès du Pdci-Rda », sur news.abidjan.net, (consulté le ).
  27. a et b Florence Richard et et Aïssatou Diallo, « Côte d’Ivoire : gros cafouillage autour du report du congrès du PDCI », sur JeuneAfrique.com, (consulté le ).
  28. « Côte d’Ivoire: la suppression de la limite d’âge pour diriger le PDCI fait débat au congrès », sur RFI, (consulté le ).
  29. « Résolutions du 5ème Congrès Extraordinaire du PDCI-RDA », sur afriquessor, (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]