Partech Ventures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Partech Ventures
logo de Partech Ventures
Création 1982
Personnages clés

Jean-Marc Patouillaud (partner) (1996)
Philippe Collombel (partner) (2001)
Nicolas El Baze (partner) (2000)
Romain Lavault (partner) (2013)
Omri Benayoun (partner) (2014)
Bruno Crémel (partner) (2014)
Marc Menell (partner)(2015)
Olivier Schuepbach (partner)(2015)

[1]
Siège social Drapeau de France Paris, France
San Francisco, États-Unis
Berlin, Allemagne (France)
Activité Capital Risque
Site web http://www.partechventures.com

Partech Ventures est un fonds de capital-risque transatlantique, spécialisé dans les technologies de l'information et de la communication et présent à Paris, Berlin et San Francisco. Partech Ventures gère actuellement 850 millions d’euros au travers de trois fonds, dédiés aux différents stades de l’investissement : l’amorçage, le capital-risque et le développement.

En 2014, le classement Preqin l’a reconnu comme l’un des dix meilleurs fonds de capital-risque à l’échelle mondiale et le meilleur d’Europe (le seul européen parmi les trente premiers)[2] ; selon Décideurs, il est également le meilleur fonds de capital-risque en France en 2015[3]. Il s’est récemment distingué par le lancement de son campus Partech Shaker en 2014, du fonds de capital-croissance Partech Growth en 2015[4] et du nouveau fonds d'amorçage Partech Entrepreneur II en mars 2015[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Partech Ventures, fondé en 1982 par Tom McKinley et Vincent Worms, s'appelait à l'origine Paribas Technologies, et était une filiale de la banque Paribas. Le fonds s'installe en Californie dès 1985[6].

En 2007, il est racheté par Jean-Marc Patouillaud et Philippe Collombel, qui ont rejoint Partech respectivement en 1996[7] et 2001[8]. Ils sont toujours à la tête de la société en tant que managing partners.

En 2012, Partech Ventures s’est implanté à Berlin[9].

Portfolio[modifier | modifier le code]

Avec ses différents fonds, Partech Ventures a participé au développement et au succès de nombreuses startups et entreprises du numérique parmi lesquelles on peut citer Business Objects, revendu à SAP en 2008, Dailymotion, revendu à Orange en 2013, La Fourchette, revendu à TripAdvisor en 2014, ou plus récemment Sigfox[10].

Fonds en activité[modifier | modifier le code]

Partech Ventures est présent sur l’ensemble de la chaîne du financement des startups.

- Seed (amorçage) : Partech Entrepreneur[11], bouclé en octobre 2013 pour un montant de 30 millions d’euros, a investi dans une trentaine de startups comme PriceMatch ou Alkemics. Souscrit par Bpifrance et aussi par Econocom ou BNP Paribas, le fonds est dirigé par Romain Lavault avec l’objectif de financer 30 projets[12]. En 18 mois, Partech Entrepreneur I a permis d’investir dans trente jeunes sociétés : 19 en France, 8 aux États-Unis et 3 en Allemagne[13]. Parmi ces sociétés, un quart a dépassé le million d’euros de CA.

Partech Entrepreneur II est un second fonds d’amorçage lancé en janvier 2015, dont l’objectif est d’investir dans le digital et les technologies de l'information. Il a été bouclé avec un fonds de 60 millions d’euros, ce qui en fait à ce jour le plus grand fonds d’amorçage pour le numérique en Europe[14]. Il a pour vocation de financer 70 startups avec des tickets d’entrée variant entre 300 000  et un million d’euros[15]. Le rythme prévu est de trois investissements par mois, l'un en France, l'autre en Allemagne et dans le reste de l'Europe, et un dernier dans la Silicon Valley[14].

Le fonds est soutenu notamment par Bpifrance, Carrefour, Econocom, Edenred, Groupama, Ingenico Group, Neopost, FDJ, BNP Paribas et Renault-Nissan. Des entrepreneurs et mentors basés en France et outre-Atlantique y ont également souscrit [16].

- Venture (capital-risque) : Partech International VI, bouclé en décembre 2011 pour un montant de 100 millions d’euros[17], un montant porté à 130 millions d’euros en octobre 2013 avec plusieurs investissements significatifs comme Lafourchette, Sigfox et, en septembre 2015, Compte Nickel[18]. Casino, Edenred ont notamment participé à cette levée de fonds. Jean-Marc Patouillaud et Philippe Collombel sont à la tête de ce fonds, qui devrait réaliser 20 à 25 opérations sur une période de quatre ans[19].

- Growth (développement) : Partech Growth, dont le premier closing a eu lieu en janvier 2015 pour un montant de 200 millions d’euros. Ce fonds, qui devrait réaliser un à deux investissements par an avec des tickets compris entre 10 et 45 millions d’euros, a été confié à Bruno Crémel, Omri Benayoun et Mark Menell.  Il comprend de grands groupes industriels comme Ingenico, Groupama, Renault, Carrefour, CNP Assurances[20]. Plusieurs investisseurs institutionnels, qui accompagnent déjà le fonds depuis plusieurs années, ont également souscrit – dont Bpifrance, CNP Assurance et AG2R La Mondiale. Le fonds a notamment investi dans Made.com[21] et Freedom Pop[22]

Partech Shaker[modifier | modifier le code]

En décembre 2014, Partech Ventures inaugure le Partech Shaker, un campus dédié à l’open innovation, c’est-à-dire à l’échange d’expériences et la coopération entre startups et grands groupes[23]. C’est la première fois qu’un fonds de capital-risque crée son propre campus de startups[24].

Au sein du Shaker, situé au 33 rue du Mail à Paris, cohabite une trentaine de startups de Partech Ventures (actuellement Kartable, Influans...) avec de grandes entreprises (actuellement France Télévisions, Lagardère, Saint-Gobain…)[25]. Parmi les startups les plus prometteuses, le Partech Shaker a accueilli les activités françaises de Kantox et Sigfox.

Le lieu est également ouvert aux startups étrangères qui souhaitent s’implanter à Paris : en 2015, il accueille ainsi HotelTonight[26], Dropbox et Pinterest[27].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Partech Ventures
  2. « Palmarès Preqin : Partech Ventures devient le premier fond de capital-risque non-américain » (consulté le 21 août 2015)
  3. « Classement 2015 des meilleurs fonds d’investissement », Décideurs,‎ (lire en ligne)
  4. « Partech Ventures: Europe's first French Tier-One VC », sur Rude Baguette (consulté le 21 août 2015)
  5. « Partech Ventures lance un deuxième fonds d’amorçage »
  6. « Capital Finance« En apprenant à gérer le passage des générations, l'industrie du capital-risque continue à grandir » », sur capitalfinance.lesechos.fr (consulté le 13 août 2015)
  7. « Carnet », La Tribune,‎
  8. « Un nouvel associé chez Partech », sur lesechos.fr (consulté le 13 août 2015)
  9. « Berlin, fief européen de startups » (consulté le 20 octobre 2015)
  10. « Le fonds Partech Ventures lève 160 millions d’euros pour financer de nouveaux projets - Maddyness », sur www.maddyness.com (consulté le 10 août 2015)
  11. « Partech étend son empire en levant 160 millions d'euros », sur lesechos.fr (consulté le 18 août 2015)
  12. « #VC : Partech Ventures remet 60 millions d'euros sur la table pour soutenir l'amorçage - Maddyness », sur www.maddyness.com (consulté le 20 octobre 2015)
  13. « Partech Ventures lance un deuxième fonds d’amorçage », sur www.alliancy.fr (consulté le 21 octobre 2015)
  14. a et b « Le plus grand fonds d'amorçage pour le numérique en Europe est français », sur Le Figaro (consulté le 22 octobre 2015)
  15. « Partech Ventures lance un deuxième fonds d’amorçage », sur www.alliancy.fr (consulté le 22 octobre 2015)
  16. (fr) « Partech Ventures gère un nouveau fonds d'amorçage de 60 millions d'euros | FrenchWeb.fr », sur FrenchWeb.fr, https://plus.google.com/+frenchweb/ (consulté le 22 octobre 2015)
  17. « Partech International VI : closing de 100 millions d'euros pour les start-ups IT » (consulté le 18 août 2015)
  18. « Partech Ventures : annonce une prise de participation dans Compte Nickel », sur Boursier.com (consulté le 22 octobre 2015)
  19. « Partech Ventures, une société trentenaire très investie », sur www.agefi.fr (consulté le 18 août 2015)
  20. « Partech crée un fonds pour doper la high tech », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 18 août 2015)
  21. (fr) « Made.com, spécialisé dans les meubles design, lève 60 millions, Partech Ventures participe au tour | FrenchWeb.fr », sur FrenchWeb.fr, https://plus.google.com/+frenchweb/ (consulté le 23 octobre 2015)
  22. « Partech investit 20 millions d'euros dans FreedomPop », sur Le Figaro (consulté le 23 octobre 2015)
  23. « Avec son "Shaker", Partech Ventures propose un modèle inédit d'accompagnement des start-up » (consulté le 12 août 2015)
  24. lefigaro.fr, « Le Partech Shaker mêle start-up et poids lourds du CAC 40 » (consulté le 12 août 2015)
  25. « L’open innovation : pas si simple de s’y convertir » (consulté le 28 août 2015)
  26. « Les indiscrets du mardi 7 avril » (consulté le 28 août 2015)
  27. Finyear, Quotidien Finance d'Entreprise, « Avec l'arrivée de Dropbox et de Pinterest, le Shaker devient une mini Silicon Valley » (consulté le 28 août 2015)