Paroisse de Sainte-Anne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paroisse de Sainte-Anne
Paroisse de Sainte-Anne
Situation de Sainte-Anne dans le comté de Madawaska
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Subdivision régionale Madawaska
Statut municipal District de services locaux
Constitution
Démographie
Population 949 hab. (2011 en diminution)
Densité 2,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 36″ nord, 67° 51′ 00″ ouest
Superficie 36 930 ha = 369,30 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1313011
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Sainte-Anne

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Sainte-Anne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Anne.

La paroisse de Sainte-Anne est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté de Madawaska, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Elle comprend l'autorité taxatrice de Siegas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Anne est situé sur la rive gauche du fleuve Saint-Jean.

La paroisse comprend les hameaux de Miller Line Cache, Prime, Rang-des-Deschene, Siegas Lake Settlement et Sirois. Montagne-de-la-Croix est séparé avec la paroisse de Rivière-Verte.

La paroisse de Sainte-Anne est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[1], quoique l'appartenance des Brayons à l'Acadie fasse l'objet d'un débat[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse civile est érigée en 1877[3]. Le territoire est colonisé à partir du rivage jusque dans les hauteurs, dès 1887, par des Acadiens issus de la basse vallée du fleuve Saint-Jean et des Québécois[3]. La municipalité du comté de Madawaska est dissoute en 1966[4]. La paroisse de Sainte-Anne devient un district de services locaux en 1967[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Grand-Sault, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[5].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Sainte-Anne est en théorie administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Sainte-Anne fait partie de la Région 1[6], une commissions de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [7]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnels à leur population et leur assiette fiscale[8]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[8]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[9].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Sainte-Anne fait partie de la circonscription provinciale de Restigouche-la-Vallée, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Martine Coulombe, du Parti progressiste-conservateur. Elle fut élue en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Sainte-Anne fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Jean-Claude D'Amours, du Parti libéral. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Vivre dans la paroisse de Sainte-Anne[modifier | modifier le code]

Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Rivière-Verte. Le bureau de poste le plus proche est quant à lui à Sainte-Anne-de-Madawaska. Le poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick le plus proche est aussi à Sainte-Anne-de-Madawaska. L'hôpital régional d'Edmundston dessert la région. Il y a toutefois un centre de santé au village.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès aux hebdomadaires Le Madawaska et La République, d'Edmundston. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton.

Culture[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Un pont couvert traverse la rivière Quisibis, le long du chemin Deschênes. Le pont fut construit en 1951 et mesure 16,9 mètres de long[10].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N
O    Paroisse de Sainte-Anne    E
S

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton, (ISBN 2921166062), p. 141.
  2. Jacques Paul Couturier, « La République du Madawaska et l'Acadie : la construction identitaire d'une région néo-brunswickoise au XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 2,‎ , p. 153-184 (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2012).
  3. a et b Ganong 1904, p. 166
  4. a et b Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton, , 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  5. « Réseau Entreprise » (consulté le 8 novembre 2012).
  6. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) » (consulté le 9 novembre 2012).
  7. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2012).
  8. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  9. « Services obligatoires », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  10. (fr) Ministère des Transports du Nouveau-Brunswick, « Ponts couverts - Comté de Madawaska »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope, , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,

Voir aussi[modifier | modifier le code]