Paroisse de Northesk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse de Northesk
Le mont Carleton, situé à l'extrémité nord-ouest du territoire.
Le mont Carleton, situé à l'extrémité nord-ouest du territoire.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Appalaches, Miramichi
Subdivision régionale Northumberland
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
Aucun
Aucun
Constitution
Démographie
Population 1 603 hab. (2011 en diminution)
Densité 0,48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 28″ nord, 66° 30′ 21″ ouest
Altitude Max. 820 m
Superficie 333 872 ha = 3 338,72 km2
Divers
Langue(s) Anglais
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1309028
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Northesk

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Northesk

La paroisse de Northesk est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté de Northumberland, au Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Northesk est probablement nommé ainsi en l'honneur de William Carnegie, 7e comte de Northesk (1758-1831), officier important de la Royal Navy à l'époque de la création de la paroisse[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Northesk occupe un vaste territoire, le plus vaste de la province, au nord du comté de Northumberland. La ville la plus proche est Miramichi, située kilomètres à l'est de la partie la plus au sud du territoire. Il s'étend de la vallée de la rivière Miramichi, au sud, au mont Carleton (820 mètres), dans la région des Appalaches. Le DSL à une superficie de 3 335,33 km2.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le principal cours d'eau est la rivière Miramichi, qui longe le sud du territoire et coule vers l'est. La plupart des cours d'eau du territoire se jette dans l'un de ses affluents, la rivière Miramichi Nord-Ouest. Les principaux sont, d'amont en aval, la Petite Rivière, la rivière Tomogonops, la rivière du Portage, le ruisseau Trout, la Grande Rivière Sevogle et la Petite Rivière Sevogle.

Un autre cours d'eau important est le fleuve Népisiguit. Il prend sa source dans les lacs Népisiguit, au nord-ouest du territoire, puis se dirige vers le nord-est.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Dans la partie de Northesk située au bord du fleuve, plusieurs hameaux s'étendent entre les villages de Sunny Corner et d'Eel Ground. D'ouest en est se trouvent successivement Whitney, North Esk Boom et Stradaham. Le long de la rivière Miramichi Nord-Ouest, au nord de Sunny Corner, se trouve successivement Exmoor, Big Hole, Curventon, Sevogle, Wayerton. Plus à l'est de ces derniers se trouvent Lumsden Road et Trout Brook. Chaplin Island Road, Mapple Glen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

La paroisse de Northesk est située dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[2]. Il y avait un campement à l'embouchure de la rivière Clearwater, comprenant notamment un fortin[3]. Il y aurait également un cimetière à deux miles en amont de la pointe Strawberry, près d'Eel Ground[3]. Il se peut qu'il y avait aussi un campement aux chutes Indian, le long de la rivière Népisiguit[4].

Les berges du fleuve Mirmaichi sont colonisées par quelques Écossais avant 1785[5]. Par la suite, quelques Loyalistes se sont établis de plus en plus vers le Nord-ouest et ont été rejoints par des immigrants anglais, écossais et Irlandais. L'établissement a rejoint la rivière du Portage en 1814 et la rivière Tomogonops avant 1819[5].

En 1825, le territoire est touché par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km2 et 20 000 km2 dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[6],[7]. Sugary est fondé en 1878 grâce à la Free Grants Act (Loi sur les concessions gratuites) et peuplé par des néo-brunswickois[8].

Les mines Heath Steele sont exploitées de 1956 à 1999. Elles produisent alors du cuivre, du plomb et du zinc. La ligne de chemin de fer Heath Steele est inaugurée en 1957 afin de transporter le minerai[9]. D'une longueur de 37 km, traversant une région au relief accidenté et coûtant 3 M$, la ligne est le plus grand projet ferroviaire en 40 ans au Nouveau-Brunswick[9]. Le chemin de fer est abandonné en 1987[9].

La municipalité du comté de Northumberland est dissoute en 1966[10]. La paroisse de Northesk devient un district de services locaux en 1967[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la paroisse de Northesk depuis 2001
2001 2006 2011
1 696 1 622 1 603

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Miramichi, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Northesk est en théorie administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Northesk fait partie de la Région 5[12], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [13]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[14]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[14]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[15].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick : Northesk fait partie de la circonscription provinciale de Miramichi-Centre, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Robert Trevors, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada : Northesk fait partie de la circonscription électorale fédérale de Miramichi, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Tilly O'Neill-Gordon, du Parti conservateur. Elle fut élue lors de la 40e élection fédérale, en 2008.

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Situation sur une carte des paroisses civiles du comté de Northumberland (certains DSL et municipalités ne sont donc pas montrés).

Vivre dans la paroisse de Northesk[modifier | modifier le code]

Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est situé à Sunny Corner. Le bureau de poste le plus proche est quant à lui à Red Bank, dans la paroisse de Southesk.

Les anglophones bénéficient du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et de l'hebdomadaire Miramichi Leader, publié à Miramichi. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Transport[modifier | modifier le code]

Sevogle River possède un aérodrome privé, dont le code OACI est CCM3. Il possède une piste en gravier traité longue de 3 100 pieds.

Sport et parcs[modifier | modifier le code]

Le Sentier international des Appalaches longe la route 385, à l'extrémité nord-ouest de Northesk.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église St. James de Sevogle est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Saint-Jean.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Lorne, Eldon Addington, Balmoral, Colborne Paroisse de Bathurst Rose des vents
Southesk N Paroisse de Bathurst
Newcastle
O    Northesk    E
S
Southesk Southesk, Red Bank 7, Southesk Sunny Corner, Eel Ground 2
rivière Miramichi
Southesk
Enclave : Big Hole Tract 8

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 202
  2. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office, , 777 p., p. 109-110
  3. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope, (lire en ligne), p. 231
  4. (en) Ganong (1899), op. cit., p. 232.
  5. a et b Ganong 1904, p. 156
  6. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel, , 119 p., p. 61-62.
  7. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  8. Ganong 1904, p. 175
  9. a, b et c (en)« Heath Steele, Bathurst Mines, Brunswick Mines », sur Riding the Rails, New Brunswick Railway Museum (consulté le 2 septembre 2012).
  10. a et b Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton, , 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  11. « Carte de la Miramichi », sur Entreprise Miramichi (consulté le 8 novembre 2012).
  12. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  13. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2012).
  14. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope, , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,