Parly 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Westfield Parly 2
Westfield-Parly-2-Logo.png
Parly 2 au Chesnay le 8 avril 2017 - 74.jpg
Type
Emplacement
Propriétaire
Ouverture
Visiteurs par an
11,5 millions[3] (2018)
Surface commerciale
123 000 m2 GLA[1]
Commerces
200[2]
Stationnements
4 200
Autobus
Site web
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Yvelines
voir sur la carte des Yvelines
Red pog.svg

Parly 2 est ensemble d'urbanisme comprenant un centre commercial régional français dénommé Westfield Parly 2 ainsi qu'un sous-ensemble immobilier résidentiel, situé au Le Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), constituant une unique copropriété, la plus grande de France.

Le centre commercial est ouvert le avec 150 boutiques sur 56 000 m2 ; il est le troisième centre commercial de cette importance en France, à peine deux semaines après l'ouverture de Cap 3000 proche de Nice, à Saint-Laurent-du-Var[3]. Conçu pour l'automobile, il est implanté à proximité d'une sortie de l'A13 et doté de vastes parcs de stationnement sur deux et trois niveaux.

Le centre commercial[modifier | modifier le code]

Inspiré du Southdale Center[3] construit dans le Minnesota, le centre commercial comprend une galerie couverte à trois niveaux, dans laquelle sont implantées des succursales de grands magasins parisiens (Le Printemps, BHV), de nombreux commerces et des salles de cinéma (ouvertes en 2019[4]). Le centre propose une offre commerciale complète et variée, pour répondre aux besoins de la clientèle de l'Ouest parisien. Il a été renommé Westfield Parly 2.

En 1967 a été construite la copropriété du Chesnay-Trianon, également appelée Parly 2. Plus vaste copropriété d'Europe, celle-ci regroupe 7 500 habitations pour près de 20 000 habitants (les Parlysiens) et s'étend sur la nouvelle commune du Chesnay-Rocquencourt. Le promoteur immobilier en était Robert Zellinger de Balkany et l'architecte Claude Balick[3].

Dans La Société de consommation (1970), le sociologue et philosophe Jean Baudrillard part du centre commercial pour définir le « foyer de Ia consommation comme organisation totale de la quotidienneté »[5].

Le 18 septembre 2019, le centre commercial Parly 2 devient Westfield Parly 2[6].

Aménagements et rénovations[modifier | modifier le code]

1987 : première extension[modifier | modifier le code]

Le centre s'agrandit pour la première fois cette année-là et s'étend sur 107 000 m2[7]. De nouvelles enseignes s'y installent comme Habitat et Truffaut[8].

2010-2017 : rénovation et extension[modifier | modifier le code]

Fontaines à fils au Westfield Parly 2. Création de Claude Balick.

En 2011, le centre est rénové par l'architecte designer Olivier Saguez pour un coût de 40 millions d'euros[9]. Dans un esprit rappelant les années 1960, des matériaux nobles sont utilisés, notamment du marbre de Carrare, bois palissandre ou acajou. Cette rénovation vaut au designer et Unibail-Rodamco le Grand Prix Stratégies du design 2012[10].

Entre 2011 et 2016, les parkings sont restructurés[11].

Fin 2017 est inauguré un nouveau passage, baptisé Pont-Neuf, pour faciliter la circulation des visiteurs dans le centre. Celui-ci s'accompagne de 16 nouvelles boutiques sur 3 500 m2. Ce nouveau mail accueille notamment La Grande Récré sur 1 800 m2 et Maisons du Monde sur 1 000 m2. En même temps, le magasin Monoprix s'agrandit sur 4 090 m2[11] et BHV s'est rénové, occupant 9 000 m2 sur trois niveaux[12].

Le coût de l'ensemble de ces opérations est de 200 millions d’euros[11] et la nouvelle surface est de 117 000 m2[3].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2012, le centre reçoit 13,3 millions de visiteurs[10], 13 millions de visiteurs en 2014[8], 11,4 millions en 2017[11] et 11,5 millions en 2018[3].

[modifier | modifier le code]

Le nouveau logotype de Parly 2.

Le logotype de Parly 2 a changé en 2011. Il est désormais orange.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le centre commercial est desservi par deux arrêts d'autobus (Parly 2 - Dutartre, Parly 2) :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L’ensemble d'urbanisme construit autour du centre commercial, forme avec lui une véritable ville nouvelle appelée Parly 2.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de « Parly 2 » n'a rien à voir avec Parly, commune située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne-Franche-Comté. Le nom initial de cette opération immobilière (1967) était en effet « Paris 2 » mais a dû être modifié devant l'opposition des élus parisiens[13] (l'album de bande dessinée Astérix titré Le Domaine des dieux, paru peu après en 1971, fait directement une satire de cette polémique : Jules César y refuse qu’un nouvel ensemble immobilier soit baptisé « Rome II »). L’appellation Parly est ici la combinaison du nom de Paris et de celui de la forêt de Marly, toute proche. C'est sa petite sœur Elysée 2, succédant à Elysée 1, qui lança la première, la mode d'ajouter le chiffre 2, à un nom de lieu existant pour baptiser de nouveaux centres commerciaux ou projets immobiliers importants, tels Vélizy 2, Grigny 2, Italie 2, etc.

Cette copropriété a été dotée d’un gentilé : ses résidents sont les Parlysiens[14].

Résidences[modifier | modifier le code]

Parly 2 est entouré de 36 résidences, soit 278 bâtiments représentant environ sept mille logements[3]. Cet ensemble immobilier comporte en outre :

  • huit piscines,
  • sept courts de tennis,
  • des parkings souterrains,
  • une église,
  • un centre cultuel (centre Martin-Luther-King),
  • trois aires de jeux,
  • 29 kiosques dans les jardins.

Les immeubles sont entourés de jardins paysagers, avec des chemins appelés « square ».

Les résidences sont réparties en trois types, en fonction de leur « standing » :

  • Type 1 : 13 résidences soit 113 immeubles (avec cinq façades différentes)
  • Type 2 : 18 résidences soit 151 immeubles (avec cinq façades différentes)
  • Type 3 : 5 résidences soit 14 immeubles

Les résidences sont réparties dans 5 arrondissements.

  • 1er arrondissement : sept résidences, soit 57 immeubles.
  • 2e arrondissement : neuf résidences, soit 52 immeubles.
  • 3e arrondissement : dix résidences, soit 90 immeubles.
  • 4e arrondissement : huit résidences, soit 60 immeubles.
  • 5e arrondissement : deux résidences, soit 19 immeubles.

Elles furent construites entre 1968 et 1978.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Berteau, « Fermeture des centres commerciaux : la liste complète par ville », sur Libre Service Actualités, (consulté le )
  2. François Desserre, « Yvelines. Le Chesnay-Rocquencourt : les commerçants de Parly 2 sont à bout », sur Actu.fr, (consulté le )
  3. a b c d e f et g Philippe Bertrand, « Parly 2, l'utopie commerciale revisitée », sur Les Échos, (consulté le )
  4. Laurent Mauron, « Yvelines : UGC réinvente le cinéma à Parly 2 », sur Le Parisien, (consulté le )
  5. Jean Baudrillard, La Société de consommation, Paris, Éditions Denoël, , p. 24-26
  6. Article du journal Toutes les nouvelles du 25 septembre 2019 (page 23).
  7. Daniel Bicard, « Pourquoi le centre commercial Parly 2 prépare une extension de 10 000 m² pour 2017 », sur Libre Service Actualités, (consulté le )
  8. a et b Daniel Bicard, « Parly 2, le centre qui voulut s'appeler Paris », sur Libre Service Actualités, (consulté le )
  9. « L’esprit des années 1960 revient à Parly 2 », sur Le Moniteur, (consulté le )
  10. a et b Delphine Masson, « Parly 2, le commerce quatre étoiles », sur Stratégies, (consulté le )
  11. a b c et d Daniel Bicard, « Parly 2 boucle sept ans de rénovations avec son nouveau mall Pont-Neuf », sur Libre Service Actualités, (consulté le )
  12. Laurent Mauron, « Le Chesnay : le BHV Parly 2 se réinvente », sur Le Parisien, (consulté le )
  13. Claude Angelli, « Paris 2 brûle-t-il ? », sur Nouvelobs.com, (consulté le )
  14. Jean Moreau (1929-), Supplément au Dictionnaire de Géographie historique de la Gaule et de la France, Paris, éditions Picard, 1983, XXII pages + 322 pages, (ISBN 2-7084-0092-4), [sources, compléments et mises à jour de : Jean Moreau, Dictionnaire de géographie historique de la Gaule et de la France, Paris, éditions Picard, 1972, XX pages + 423 pages], page 191 sub verbo « Parly ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Meyer-Léotard, Si Parly m'était conté... : Épopée d'une ville à la campagne, Paris, Textuel, , 143 p. (ISBN 978-2-84597-404-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :