Parkia biglobosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Parkia biglobosa, ou néré (nɛrɛ en bambara), est une espèce d'arbres de la famille des Mimosaceae, ou des Fabaceae, sous-famille des Mimosoideae selon la classification phylogénétique, originaire des zones sahéliennes et soudaniennes.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Arbre à farine, arbre à fauve, caroubier africain (en raison de la ressemblance de sa gousse avec celle du caroubier), mimosa pourpre (en raison de la ressemblance de sa feuille).

Noms scientifiques[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (20 octobre 2014)[2] :

  • Parkia africana R.Br. ;
  • Parkia clappertoniana Keay ;
  • Parkia filicoidea sensu auct. ;
  • Parkia intermedia Oliv. ;
  • Parkia oliveri J.F.Macbr.

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de Parkia biglobosa couvre les savanes soudanaises et guinéennes jusqu'à la limite sud de l'écozone du Sahel le long de l'isohyète des 600 mm. Elle s'étend depuis la côte occidentale de l'Afrique jusqu'au Soudan à travers dix-neuf pays : Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée, Sierra Leone, Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Ghana, Togo, Bénin, Niger, Nigeria, Cameroun, Tchad, République centrafricaine, Zaïre, Soudan et Ouganda[3].

Cette espèce est, avec le karité (Vitellaria paradoxa), caractéristique des zones de transition entre l'écozone sahélienne et l'écozone soudanaise[4].

Description[modifier | modifier le code]

Fleurs de Néré

Cet arbre au tronc droit et à l'écorce lisse peut mesurer jusqu'à 25 m de haut.

Son feuillage est caduc et composé de feuilles multi-pennées ressemblant à celle du mimosa.

L'arbre commence à fleurir entre 5 et 7 ans. Les fleurs apparaissent pendant la saison sèche dans le Sahel (de décembre à avril), tout en se produisant un peu plus tôt dans les régions moins arides.

Ses fruits sont de longues gousses suspendues en grappes, contenant de nombreuses graines noires enrobées d'une belle pulpe jaune appelé "néré". Un arbre peut donner jusqu'à 100 kg de graines par an. Les fruits commencent à mûrir juste avant les premières pluies et continuent sur la majeure partie de la saison.

Il dispose d'une racine pivot pouvant aller chercher l'eau à 60 mètres de profondeur.

L'arbre est principalement pollinisé par les chauves-souris, mais aussi par les abeilles domestiques, les mouches, les guêpes, les fourmis et les scarabées ténébrionidés.

Il a été démontré que le feuillage du néré contribue à l’amélioration de la fertilité du sol. Dans une expérience, l'effet relatif isolé de la caroube au cours de la troisième année de l'expérience était de 86%, comparé à 138% pour le neem, un arbre apparenté[5]. L'indice relatif de la productivité du sol au cours de cette période s'est clairement apprécié pour le néré, ainsi que pour l'accumulation de P et de C organique par rapport au neem[6].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Utilisation alimentaire[modifier | modifier le code]

Soumbala préparé à l'aide de graines du Néré.

Cet arbre nourricier apporte de nombreux nutriments (protides, lipides, glucides, iode, vitamines diverses) de très haute qualité. Il constitue donc pour l'Afrique une source très importante en termes d'alimentation et de nutrition de qualité. La farine de néré apporte la totalité des acides aminés essentiels à l'organisme, du fer (de l'ordre de 15,5 mg/100 g), mais aussi de la vitamine C pour limiter les risques de scorbut.

L'arbre du néré produit des fruits pédonculés; ses graines noires sont recouvertes d'une pulpe jaune glucidique qui est utilisée comme farine dans la préparation de beignets et autres pâtes. Ses graines sont bouillies, fermentées, et broyées (pilées) afin d'obtenir soit des petites boules de pâte, soit une poudre (dans ce cas elles seront séchées puis grillées) à fortes odeurs appelées « soumbala » en "Bambara" au Mali et dans certains pays Ouest africains où on parle le "Bambara".

Cependant, les parties les plus précieuses de l'arbre sont les graines elles-mêmes qui sont riches en lipides (29%), en protéines (35%), en glucides (16%) et constituent une bonne source de graisse et de calcium pour les habitants des zones rurales. La graine est d'abord cuite pour enlever l'enveloppe de la graine puis fermentée pour produire le résultat souhaité. On les appelle dawadawa chez les Haoussas et sikomu chez les Yoruba et les Igbos du Nigéria. Dans une étude menée sur la fermentation du dawadawa, il a été constaté que Gmelina arborea ainsi que les feuilles de bananier accéléraient la fermentation des graines, tout en apportant «une augmentation des teneurs en protéines, en graisse brute et en humidité avec une diminution correspondante des glucides.

Au Sénégal, on utilise les petites boules de pâte ("nététou") obtenues par fermentation des graines pour en faire un condiment qui sera réalisé en pilant le "nététou" avec du sel et du piment oiseau séché. Le mélange obtenu mis en forme de grosses boulettes, est introduit (en fin de cuisson du riz) et cuit à l'étouffé puis recueilli lors du dressage pour servir de condiment appelé "söul" en "wolof".

Au Nigéria, ce condiment est appelé "iru" ou "dadawa". En zone haoussa, un condiment semblable est appelé dawa dawa. Le nététou accompagne principalement au Sénégal les plats à base de riz au poisson, ainsi que le soupkandia, plat à base de gombo et d'huile de palme.

Au Bénin, il est appelé "afitin" dans les communautés fon. Il est utilisé dans une grande variété de plats.

En Guinée, la poudre produite à partir des graines fermentées de néré est appelée par les Soussous "Kenda", "Soumbara" par les Malinkés et "Oddji" par les Peulhs. Cette poudre est saupoudrée sur un plat appelé lafidi par les Malinkés, marakhoulèngni par les Soussous, fouttii par les Peulhs. Ce plat, est fait à base de riz jaune garni d'une préparation issue d'un mélange de légumes (gombo, aubergine blanche sauvage, aubergine violette et du piment si possible) préalablement bouillis, égouté puis mixés; le tout arrosé par quelques filets d'huile de palme ou de beurre de vache traditionnel.

Autres[modifier | modifier le code]

La pulpe peut servir de laxatif. Les cosses peuvent servir d'engrais, de poison pour la pêche ou encore comme crépi pour enduire les murs des cases.

L'application de poudre de cosses de néré dans les champs cultivés permet de réduire, dans une certaine mesure, l'infestation par la plante parasite Striga hermonthica[7].

Par ailleurs, la pulpe des fruits, les feuilles et les graines de néré peuvent être utilisées pour nourrir les animaux d'élevage[8].

Plantations[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, une importante campagne de plantation de Parkia biglobosa est en cours au Mali. Plus d'un million de nérés ont été plantés. Cette campagne est réalisée par et pour les populations locales (plus de 12 communes). 2009 devrait voir la plantation du troisième million de nérés dans la même région.

Une association est particulièrement active dans ce domaine, il s'agit de Terra Parkia (France) relayée par l'association Néréton (Mali) créée en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Plant List, consulté le 20 octobre 2014
  2. Catalogue of Life, consulté le 20 octobre 2014
  3. (en) Margaret Shao, « Parkia biglobosa: Changes in resource allocation in Kandiga, Ghana' », Michigan technological university (consulté le 20 octobre 2014).
  4. (en) « Parkia biglobosa (Jacq.) R.Br. ex G. Don. », FAO (consulté le 20 octobre 2014).
  5. Uyovbisere, E. O., & Elemo, K. A. (2002). Effect of tree foliage of locust bean (Parkia biglobosa) and neem (Azadirachta indica) on soil fertility and productivity of maize in a savanna alfisol.. Nutrient Cycling in Agroecosystems, 62(2), 115-122.
  6. Pouliot, M., Bayala, J., & Raebild, A. (2012). Testing the shade tolerance of selected crops under Parkia biglobosa (Jacq.) Benth. in an agroforestry parkland in Burkina Faso, West Africa. Agroforestry Systems, 85(3), 477-488.
  7. Kambou G., Somé N. et Ouedraogo S., « Effets des cosses de néré, Parkia biglobosa (Jacq.) R.Br. Ex. G. Ddon sur l'émergence du Striga hermonthica (deI) Benth, les propriétés agrochimiques du sol et le rendement du maïs », Bulletin de la recherche agronomique du Bénin, no 29,‎ , p. 16-30 (lire en ligne).
  8. Heuzé V., Thiollet H., Tran G., Edouard N., Lebas F., 2018. African locust bean (Parkia biglobosa & Parkia filicoidea). Feedipedia, a programme by INRA, CIRAD, AFZ and FAO. https://www.feedipedia.org/node/268 Last updated on January 25, 2018, 13:49

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • O. Eyog Matig, O. Ndoye, J. Kengue et A. Awono (dir.), « Parkia biglobosa (Jacq.) Benth. », in Les fruitiers forestiers comestibles du Cameroun, IPGRI, 2006, p. 105-107 [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]