Sélection de la ville hôte pour les Jeux olympiques de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Paris 2012)
Aller à : navigation, rechercher
Sélection de la ville hôte pour les Jeux olympiques et paralympiques d'été de 2012
Logo de la candidature de Londres Carte des villes candidates
Logo des Jeux olympiques de Londres et carte des villes candidates
Détails
Comité CIO
Session du CIO (ville) 117e (Drapeau : Singapour Singapour)
Villes candidates
Vainqueur (votes) Drapeau : Royaume-Uni Londres (54 votes)
Finaliste (votes) Drapeau : France Paris (50 votes)
Autres villes candidates Drapeau : Espagne Madrid
Drapeau : États-Unis New York
Drapeau : Russie Moscou
Dates importantes
Inscription des villes requérantes
Envoi des dossiers de candidature
Liste des villes candidates
Élection

Les villes requérantes pour les Jeux olympiques d'été de 2012 étaient :

La commission exécutive du Comité international olympique a désigné le cinq villes acceptées comme villes candidates, Paris, New York, Moscou, Londres et Madrid, qui ont alors entamé la deuxième phase de la procédure.

Le , le CIO a reçu les dossiers de ces cinq villes candidates.

Logos des villes candidates[modifier | modifier le code]

Candidature de Londres[modifier | modifier le code]

Le comité olympique britannique travaille sur des candidatures à l'organisation des Jeux olympiques d'été à Londres depuis 1997. En décembre 2000, un rapport a été présenté au gouvernement.

Le Royaume-Uni a eu trois villes candidates malheureuses depuis les années 1990 : Birmingham (1992) et Manchester (à deux reprises, en 1996 et 2000). Après ces échecs, le comité olympique britannique en a conclu que la seule ville capable de rivaliser avec d'autres métropoles candidates était la capitale du pays.

À cause du principe de rotation des continents dans l'organisation des Jeux, une ville d'Europe devrait probablement les organiser.

Le président du comité d'organisation de Londres 2012 est l'ancien athlète et champion olympique, Sebastian Coe.

Le 6 juillet à Singapour, après l'élimination de Moscou, New York et Madrid, le Comité international olympique désigne Londres pour accueillir les Jeux olympiques. C'est une surprise relative, car depuis le tout début du processus, Paris était désignée par la plupart comme la ville qui aurait le plus de chances de remporter les Jeux, d'autant plus que le projet de la ville de Londres a été validé au tout dernier moment. Le vote a été serré jusqu'à la fin, les deux villes n'étant séparées que de 4 votes : Londres, 54 ; Paris, 50.

De nombreuses interrogations sont néanmoins apparues quelques mois plus tard. Tout d'abord, une rumeur (aujourd'hui démentie officiellement) affirmait que la ville qui allait affronter Londres en finale aurait dû être Madrid et non Paris, car un membre aurait voté par erreur pour Paris au lieu de voter pour la capitale espagnole ; de cette rumeur est née une plus folle rumeur encore selon laquelle le comité anglais aurait trafiqué les boutons de vote de certains membres en pensant qu'ils auraient une plus grande chance de gagner contre Paris.

Candidature de Paris[modifier | modifier le code]

Le logo du comité de candidature sur la façade du Palais Bourbon, janvier 2005
Le logo du comité de candidature sur la façade de l'hôtel de ville, avril 2005

Paris 2012 était le nom donné pour la candidature de la ville de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques de 2012 après la déconvenue de Paris 1992 et Paris 2008. Cette dernière tentative avait souffert de la popularité de Pékin, archi-favorite, et de l'alternance des continents, usage qui plaidait en sa défaveur après Athènes 2004.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le Comité Paris 2012[modifier | modifier le code]

Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), la ville de Paris, la région Île-de-France et l’État ont constitué un groupement d’intérêt public « Paris-Île-de-France 2012 ». Présidé par Bertrand Delanoë, maire de Paris, le groupement avait pour mission de soutenir et de promouvoir la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2012, à l'échelle nationale et internationale, en préservant l'idéal et l'esprit de l'olympisme et en respectant les directives fournies par le CIO.

La structure du groupement permettait d'associer des personnes publiques et privées. Il était composé du:

  • Comité de candidature, qui participait à la définition de la politique du groupement et déterminait la stratégie de la candidature. Il était composé de personnalités, aux compétences variées, aux sensibilités diverses, et d’horizons différents.

Club des entreprises Paris 2012[modifier | modifier le code]

Le Club des entreprises Paris 2012 est une association loi 1901 qui avait pour mission de soutenir la candidature de Paris 2012. Il entendait mobiliser, informer et faire participer à la candidature toutes les entreprises qui souhaitaient voir la France gagner l'organisation des Jeux en 2012. Il était présidé par Arnaud Lagardère.

  • Membres du club : toutes les entreprises françaises étaient invitées à faire partie du club des entreprises contre une participation de 1000 euros.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 21 mai 2003 : Annonce officielle de la candidature de Paris par son maire Bertrand Delanoë «Nous requérons l'honneur d'organiser les Jeux olympiques de 2012. Nous sommes là pour gagner». Le slogan de campagne accompagnant le logo est « Paris 2012, des jeux de toutes les couleurs »[1].
  • novembre 2004 : Un « pin’s » géant est installé sur la tour Eiffel aux couleurs de Paris 2012.
  • 6 janvier 2005 : Plusieurs monuments et ponts de Paris sont éclairés des couleurs des anneaux olympiques (vert, jaune, rouge, noir et bleu) en l’honneur de la candidature française : Le Palais Bourbon qui héberge l'Assemblée nationale (rive gauche), l’hôtel de ville de Paris (rive droite) et quatre ponts de la Seine (pont Marie, pont de la Concorde, pont Saint-Michel et passerelle Debilly) arboreront jusqu’au 6 juillet 2005 le logo de Paris 2012.
  • Du 9 mars au 12 mars 2005 : visite de la commission d'évaluation du CIO à Paris.
  • 5 juin 2005 : Les Champs-Élysées se transforment en un immense terrain de sports.
  • 6 juin 2005 : Remise du compte rendu technique du comité d'évaluation technique du CIO.
  • 6 juillet 2005 : Désignation du candidat gagnant l'accueil des Jeux olympiques par les 120 membres du CIO lors d'une cérémonie à Singapour. Les villes de Moscou, puis New York, puis Madrid ont été éliminées. Paris est éliminée au dernier tour (50 voix contre 54 pour Londres).

Dossier de candidature[modifier | modifier le code]

Dossier de présentation : « Volume 1 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (présentation de Paris), Volume 2 (sites) et Volume 3 (organisation générale).

Le village olympique[modifier | modifier le code]

Le but était de placer les 17 000 athlètes et accompagnateurs dans les meilleures conditions au cœur des Jeux. Le concept de Paris 2012, « un village, deux noyaux », plaçait le village olympique et paralympique dans Paris, à seulement 6 km des deux noyaux de sites de compétition regroupant 75 % des épreuves. Les voies olympiques, à proximité immédiate, auraient permis de garantir l’efficacité et les temps de déplacement : moins de dix minutes pour rejoindre les noyaux de sites.

L’aménagement d'une friche industrielle appartenant à la SNCF dans le quartier des Batignolles, dans le 17e arrondissement est prévu des 2001, en intégrant l’hypothèse de village olympique. Après la décision du CIO, le projet Clichy-Batignolles prévoit la constrution de logements, de bureau et d'un parc sur cette friche. Le projet doit s'achever en 2018[2].

En 1992, c'est le site Bercy-Tolbiac qui avait été envisagé, et en 2008 La Plaine Saint-Denis mais la Commission d’évaluation avait souligné des problèmes de transports et de sécurité[3].

Sites sportifs[modifier | modifier le code]

La candidature s'articulait autour de deux noyaux principaux :

Projet[modifier | modifier le code]

Carte des sites prévus
Site Commune (zone) Statut Sport olympique
Olympic rings with white rims.svg
Sport paralympique
IPC logo (2004).svg
Stade de France Existant Cérémonies
Athlétisme Athlétisme
Football (finale homme)
Centre aquatique d'Aubervilliers 48° 55′ 09″ N, 2° 22′ 04″ E À construire Natation Natation
Plongeon
Natation synchronisée
Water-polo
Super dôme 48° 53′ 59″ N, 2° 21′ 25″ E À construire Gymnastique Basket-ball en fauteuil
Pavillon 1 48° 54′ 54″ N, 2° 21′ 57″ E Temporaire Basket-ball Rugby en fauteuil
Pavillon 2 Temporaire Boxe Goalball
Pavillon 3 Temporaire Haltérophilie Force athlétique
Pavillon 4 Temporaire Tennis de table Tennis de table
Pavillon 5 Temporaire Lutte Volley-ball assis
Taekwondo
Pavillon 6 Temporaire Handball Boccia
Stade Roland-Garros Existant Tennis Tennis en fauteuil
Parc des Princes Existant Football
Stade Jean-Bouin Existant[4] Hockey sur gazon Football à 5
Football à 7
Dôme de Roland-Garros 48° 50′ 58″ N, 2° 15′ 00″ E À construire Judo Judo
Badminton Escrime en fauteuil
Longchamps Bagatelle Existant Équitation Équitation
Pentathlon moderne cyclisme sur route
Croix-Catelan Existant Pentathlon moderne (tir, escrime, natation)
Hippodrome d'Auteuil Existant Tir à l'arc Tir à l'arc
Pavillon 7 Temporaire Escrime
Tour Eiffel Existant Triathlon
Marathon
Cyclisme sur route (contre la montre)
Champ-de-Mars Paris Temporaire Beach-volley
Palais Omnisports de Paris-Bercy Existant Volley-ball
Base nautique de Vaires-sur-Marne Vaires-sur-Marne Existant Aviron / Canoë-kayak
Vélodrome national Saint-Quentin-en-Yvelines À construire[5] Cyclisme sur piste Cyclisme sur piste
Parc Saint-Quentin-en-Yvelines À construire VTT
BMX
Château de Versailles Versailles Existant Cyclisme sur route
Centre de tir Versailles À construire Tir Tir
Centre sportif Colombes À construire[6] Baseball / Softball
Port des Minimes La Rochelle Existant Voile Voile
Stade Vélodrome Marseille Existant Football
Stade Gerland Lyon Existant Football
Stade de la Beaujoire Nantes Existant Football
Stade Bollaert Lens Existant Football

Controverse[modifier | modifier le code]

La candidature de Paris ne faisait pas tout à fait l'unanimité parmi les Parisiens ni les Français en général. Certains mouvements très minoritaires reprochaient, entre autres, aux Jeux olympiques la perte des valeurs d'entraide et de fair-play et, de ce fait, une incitation au dopage, ainsi que l'omniprésence des sponsors et de la sphère économique. De plus, de nombreuses personnes se sont exprimées sur les risques de gouffre financier d'une telle compétition (à l'instar d'Athènes). Un mouvement similaire, mais nettement plus important en nombre[réf. nécessaire], existe en Angleterre, lancé par des Londoniens contre la candidature de Londres.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le numéro de septembre 2005 de Timbres magazine présente deux projets de timbres-poste dessinés par Bruno Ghiringhelli et prévus par La Poste française si Paris avait été sélectionnée pour organiser les Jeux olympiques. Non émis, ils avaient pourtant déjà été imprimés à 4 millions d'exemplaires avant l'annonce de la sélection de Londres, le 6 juillet 2005 ; ils ont été détruits.

Candidatures précédentes[modifier | modifier le code]

Vote[modifier | modifier le code]

Le choix du CIO s'est fait en quatre tours. Sur 116 membres du CIO, seuls 100 membres du CIO pouvaient participer au vote du premier tour — en effet les ressortissants nationaux dont une ville était en course (3 Américains, 3 Britanniques, 2 Espagnols, 3 Français, et 3 Russes) ne pouvaient pas prendre part au vote tant que leur ville n'était pas éliminée, en outre Jacques Rogge président du CIO ne prenait pas part au vote ainsi qu'Ivan Slavkov, un membre bulgare qui a été privé de ses droits, prérogatives et fonctions pour avoir reconnu que des votes pouvaient être achetés dans un reportage de la BBC.

La ville organisatrice des Jeux de la XXXe Olympiade a été désignée et dévoilée à 13h48, heure d'Europe centrale : il s'agit de Londres 2012, qui a battu Paris 2012 au dernier tour. Les villes de Moscou, puis New York, puis Madrid avaient été éliminées lors des tours précédents, selon les votes suivants :

Résultats du choix de la ville candidate
Ville candidate Pays 1er tour 2e tour 3e tour 4e tour
Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 22 27 39 54
Paris Drapeau de la France France 21 25 33 50
Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne 20 32 31 -
New York Drapeau des États-Unis États-Unis 19 16 - -
Moscou Drapeau de la Russie Russie 15 - - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Mercier, Patrick Fillion, Laurent Réveilhac, JO 2012, Paris perdu, Editions Publibook, (lire en ligne), p. 17
  2. « A Paris, le village olympique pousse même sans les Jeux », sur slate, (consulté le 4 août 2017)
  3. Kevin Bernardi, « JO 2024 : L’implantation problématique d’un Village Olympique près de Paris », sur sportetsociete.org,
  4. Le stade sera rénové en 2013
  5. Le vélodrome est finalement construit en 2014, afin que la France ait un vélodrome couvert de premier plan.
  6. Le dispositif est assez confus. Le site est choisit en référence au stade olympique Yves-du-Manoir, vestige pour faire le lien avec l'olympiade de 1924. Pourtant les schémas ne mentionnent pas le stade mais prévoit la construction de 5 terrains de baseball et softball. Les sports concernés furent retirés du programme olympique le surlendemain de l'attribution à Londres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]