Parfums Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parfums Caron
Image illustrative de l'article Parfums Caron

Création 1904
Dates clés Vente en 1962 à un groupe suisse
Vente au groupe Cora-Revillon en 1987
Vente à L.T. Piver en 1997[1]
Vente au groupe Phyto-Lierac, (devenu groupe Alès) en 1998[2]
Fondateurs Ernest Daltroff
Personnages clés Félicie Wampouille
Michel Morsetti
Forme juridique S.A.S
Siège social Drapeau de la France 99 rue du Faubourg-Saint-Honoré (Paris) Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Romain Alès
Actionnaires Alès GroupeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Parfums
Société mère Alès Groupe
Site web http://www.parfumscaron.com

Parfums Caron est une maison de haute-parfumerie française, créée par Ernest Daltroff (1867-1941) en 1904.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tabac blond, parfum créé en 1919 par Caron.

Ernest Daltroff commence à travailler dans une petite parfumerie à Asnières-sur-Seine à l'âge de 35 ans. En 1904, il ouvre sa propre boutique à Paris, au 10 rue de la Paix. Il y a deux origines possibles pour le nom « Caron » : soit le nom d'un célèbre acrobate de l'époque, soit le nom de l'établissement précédent son commerce, l'enseigne Anne-Marie Caron ; quoi qu'il en soit, le nom plaît à Ernest Daltroff puisqu'il est court, se retient facilement et peut se prononcer en plusieurs langues tout en étant associé à la France. Il rencontre ensuite la styliste Félicie Wanpouille, qui va devenir sa compagne et a l'avantage de fréquenter le Tout-Paris de la création (Coco Chanel, Jeanne Lanvin, etc.)[3].

Leur premier grand parfum est Narcisse Noir, créé en 1911, « un jus envoûtant, subtil et fort [qui] plaît immédiatement à la haute société », au point que l'actrice américaine Gloria Swanson exige que les studios où elle tourne en soit embaumés. Autre réussite, En Avion (1932), offert à l'aviatrice Hélène Boucher (amie de Félicie Wanpouille) avant sa traversée de l'Atlantique ; celle-ci déclarera ensuite : « sans ce parfum, je ne serais peut-être pas arrivée jusqu'au bout ». En 1934 sort Pour un homme. Par ailleurs, le couple met au point une technique de fabrication particulière, dite de la « poudre libre », encore utilisée de nos jours. Ernest Daltroff, d'origine juive polonaise, quitte la France après son invasion par l'Allemagne, en 1939. Il s'installe aux États-Unis, notant dans un carnet, alors qu'il passe devant la statue de la Liberté (New York) : « je ferai un jour un parfum pour remercier ce pays de me rendre ma liberté ». Toutefois, il décède en 1941 au Canada, à 73 ans. Félicite Wanpouille dirige ensuite la maison jusqu'à sa mort, en 1967 ; elle participe à créer de nouvelles essences comme Poivre[3].

Après plusieurs années difficiles, la maison Caron est reprise en 1998 par Patrick Alès (Alès Groupe) ; son fils Romain lui succède par la suite[3].

Liste de parfums[modifier | modifier le code]

  • Royal Emilia (1904)
  • Royal Caron (1904)
  • Radiant (1904)
  • Bel Amour (1905)
  • Chantecler (1906)
  • Ravissement (1906)
  • Modernis (1906)
  • Affolant (1908)
  • Isadora (1910)
  • Parfum précieux (1910)
  • Rose précieuse (1910)
  • Narcisse noir (1911)
  • Jacinthe précieuse (1911)
  • Elégancia (1911)
  • Infini (1912)
  • Violette Précieuse (1913)
  • N'aimez que Moi (1916)
  • London Paris (1917)
  • Mimosa (1917)
  • Tabac Blond (1919)
  • Narcisse clanc (1922)
  • Bichon fard (1922)
  • Nuit de Noël (1922)
  • Acaciosa (1923)
  • Pocahontas (1923)
  • Pois de senteur de chez moi (1927)
  • Bellodgia (1927)
  • En Avion (1932)
  • Les Rocailles de Caron (1933)
  • Fleurs de rocaille (1934)
  • Pour un homme (1934), flacon créé par Félicie Wanpouille[4] et Michel Morsetti[5]
  • Les Cent Fards (1935)
  • Madame peau fine (1935)
  • Adastra (1936)
  • French Cancan (1936)
  • La Fête des roses (1936)
  • Alpona (1939)
  • Vœu de Noël (1939)
  • Rose de Noël (1939)
  • Royal Bain de champagne (1944)
  • Farnesiana (1947)
  • Yatagan (1976)
  • Nocturnes (1981), flacon créé par Pierre Dinand[5]
  • Le 3e Homme (1985), flacon créé par Pierre Dinand[5]
  • Parfum sacré (1990)[5]
  • Fleur de Rocaille (1993)
  • Aimez-Moi (1996)
  • L'Anarchiste (2000)
  • Yuzu Man (2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Dictionnaire des parfums - 10e édition 1990-1991, Sermadiras, , 304 p.
  • Jean-Marie Martin-Hattemberg, Caron , parfumeur depuis 1904, éditions Milan, 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valérie Leboucq, « Philippe Bouriez cède les parfums Caron à LT Piver », Les Échos, (consulté le 11 novembre 2012)
  2. « Phyto-Lierac acquiert les Parfums Caron », Les Échos, (consulté le 11 novembre 2012)
  3. a, b et c Romain Alès, président des parfums Caron, interviewé par Anne-Cécile Beaudoin, « L'essence de l'homme - Caron », supplément de 4 pages au numéro 3418 de Paris Match du 20 au 26 novembre 2014.
  4. « Caron », in perfumesprojetcs.com, consulté le 10 février 2013.
  5. a, b, c et d Dictionnaire des parfums, pp. 78 et 79.

Lien externe[modifier | modifier le code]