Parfums Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parfums Caron
logo de Parfums Caron
illustration de Parfums Caron
Fontaines à parfum Caron.

Création 1904
Fondateurs Ernest DaltroffVoir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Félicie Wanpouille
Michel Morsetti
Forme juridique Société par actions simplifiéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Les parfums les plus volupteux[1]
Exprimant la personnalité qu’il adore[2].
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Hugues Libault de la Chevasnerie
Activité Fabrication de parfums et de produits pour la toilette

APE 2042Z

Produits ParfumVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 38 en 2017
SIREN 562108977Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.parfumscaron.com

Fonds propres 2 138 000 € fin 2017
Chiffre d'affaires 7 427 400 € en 2017
Résultat net -1 988 400 € en 2017 (perte)

La maison Parfums Caron est une maison de Haute Parfumerie française fondée en 1904 par Ernest Daltroff. Au cours de son histoire elle a créé de nombreux parfums parmi lesquels Pour un homme. En 2019, la marque appartient au groupe Cattleya.

Histoire, communication et distribution de la marque[modifier | modifier le code]

La maison Parfums Caron est fondée en 1904, par Ernest Daltroff (1867-1941) qui choisit un nom court, qui se retient facilement et peut se prononcer en plusieurs langues tout en étant associé à la France. La maison s'établit au 10 rue de la Paix à Paris[3].

En 1906, Ernest Daltroff rencontre Félicie Wanpouille (1874-1967), jeune modiste qui travaille également rue de la Paix, elle le présente à sa clientèle, puis devient son associée et sa muse. Débute alors une collaboration essentielle pour les parfums Caron, il crée les parfums, elle crée les flacons[3],[4].

Les parfums et les poudres sont d'abord diffusés en France métropolitaine par l'intermédiaire d'un réseau de grands magasins parisiens exclusifs, ainsi qu'au Maroc[5] et dans les grandes villes d'Algérie[6]. Les droits de la marque sont enregistrés à Berne en 1913 et répercutés jusqu'à la République de Cuba (1902- 1959)[7]. À partir de 1923, Caron s'établit sur le marché américain[8].

Les parfums[modifier | modifier le code]

Le premier parfum célèbre de la maison, Narcisse Noir (1911) est une composition dont l’originalité réside dans une note de cœur à base d’orange, relevée par la rose et le jasmin. Le flacon encrier ellipsoïdal inspiré de l’Art nouveau[9] a été réalisé par le verrier Julien Viard[10]. Ce parfum touche une clientèle internationale ; ainsi dans les années 1950, sur le tournage de Sunset Boulevard, Gloria Swanson dit porter le parfum Narcisse noir[9].

Les parfums évoquent souvent le contexte de l'époque. D’abord imaginé en poudre, le parfum N’Aimez Que Moi est lancé en 1917[11], pensé pour les jeunes femmes attendant le retour de leur bien-aimé parti à la guerre[9].

En 1919, la guerre est terminée et les femmes découvrent le plaisir de fumer le tabac blond de Virginie[12] et la mode Garçonne. Caron invente alors le parfum Tabac Blond qui fut « immédiatement adopté par les femmes affranchies, aspirant à de nouvelles libertés », déclare Jean-Marie Martin-Hattemberg[3].

En 1932, après les exploits des premières femmes pilotes d’aviation, Ernest Daltroff lance En Avion. Le coffret imite un colis de l’Aéropostale[9].

Alors que les femmes découvrent le sport et la vitesse, Ernest Daltroff crée un parfum léger et dynamique, à l’image du nouveau mode de vie des femmes. En 1933, il lance Fleur De Rocaille qui représente la féminité moderne des années 1930. Anne Davis le décrit comme « une fragrance vivace comme la rocaille brûlante chauffée au soleil et délicate comme la fleur qui se pose dessus »[9].

1934 est l’année de création de Pour un homme[13]. À l’époque où les hommes utilisent principalement des eaux de Cologne, Ernest Daltroff qui a toujours été convaincu qu'un homme devait se parfumer lance audacieusement son parfum masculin[14],[12],[15]. Il met à l’honneur un ingrédient alors apprécié par les hommes : la lavande.

Puis, en 1954, Félicie Wanpouille lance un nouveau parfum autour du piment. Naît alors un oriental épicé explosif, Poivre.

La réalisation des flacons des parfums Caron est parfois confiée à des ateliers tels Baccarat ou Viard. En 2019 ce sont surtout les fontaines à parfum qui sont réalisées par Daum ou Baccarat.

La maison est aussi connue pour ses poudres libres parfumées à la Rose de Bulgarie. En 1906 est lancé le Pompon Poudre[16], dont la principale innovation réside dans le mode d’application, la poudre étant enfermée dans un sachet unidose micro-perforé rend le produit nomade. Les femmes peuvent alors se poudrer en toute occasion[9].

La société[modifier | modifier le code]

Caron est une des plus anciennes maisons de parfums françaises encore exclusivement dédiée au parfum[17]. Elle est aussi une des rares qui ne portent pas le nom de son créateur[18].

Après la Première Guerre mondiale, en 1918, Ernest Daltroff est invité à se rendre à l’Exposition internationale de science, arts et industries à New York (Bronx International Exposition of Science, Arts and Industries) avec son concurrent Coty, il y remporte le prix de l'entreprise la plus dynamique, ce qui lui ouvre le marché américain pour la période de l'entre deux guerres[19].

En 1923 une boutique est ouverte sur la Cinquième Avenue, suivant la création d'une filiale new-yorkaise, « The Caron Corporation », avec une usine à l'extérieur de la ville. En 1925, les trois quarts de l'activité totale de Caron étaient réalisés aux États-Unis[8].

En 1937 Caron est le premier parfumeur invité à participer à l’Exposition internationale des « Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne », indique Catherine Saint-Jean pour Le Figaro[20].

En 1939, Ernest Daltroff s’exile à New York ; il laisse alors la gestion en France à Félicité Wanpouille. Pendant l’occupation, l’entreprise est lourdement taxée et en 1941, Caron risque la spoliation.

Dès la fin de la guerre, Félicité Wanpouille, qui dirige la société avec son mari Jean Bergaud (épousé en 1926)[21] et le parfumeur Michel Morsetti (engagé en 1920 et formé par Daltroff), installe Caron dans de somptueux locaux décorés par Jansen au 10 de la place Vendôme. À sa retraite en 1962, l’entreprise est rachetée par Révillon[19]. Le gestionnaire Jean-Paul Elkann vend les salons de la place Vendôme et banalise la marque qui reste cependant française en dépit d'une offre d'achat de 80 000 actions par la société Robins de Richmond (Virginie)[22]. En 1979, le gestionnaire Henri Bertrand qui vient de chez Patou souhaite un retour aux valeurs de la marque et ouvre une boutique Avenue Montaigne. En 1986, lors de la fusion-acquisition Révillon-Cora, le groupe ne souhaite pas accompagner son gérant dans la direction de prestige qu'il avait prise. Plusieurs gérants se succèdent[23].

En 1997 Caron est cédée à L.T. Piver[24]. En 1998, c'est le groupe Alès qui en fait l'acquisition, modernisant quelques assemblages et insistant sur la qualité et les ingrédients naturels, il ouvre une boutique proche de l'Élysée et une autre sur Madison Avenue à New York et souhaite développer le marché du Moyen-Orient, ciblant également celui de la Russie. Alès cède la marque fin 2018 au groupe Cattleya Finance S.A.[25],[26],[27].

Selon les analyses, la majorité des ventes de la maison est réalisée grâce au parfum masculin Pour un Homme[18].

La maison Caron est labellisée Entreprise du patrimoine vivant[28] et est membre du Comité Colbert partageant les critères d' « ambition internationale, de qualité, de créativité, de poésie de l'objet et d'éthique »[29].

Liste de parfums[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Publicité dans Vogue 1926, pour Narcisse Noir et Nuit de Noël.
  2. [image]Arts & Decoration, Volumes 21-22, 1924, p. 64.
  3. a b et c Martin-Hattemberg, Caron, 2000.
  4. Les parfums Caron sont le résultat d'une union parfaite entre un homme à l'imagination débordante et une femme à l'intelligence affûtée. Le point commun de tous ces parfums ? L'audace et le luxe ! sur Marie Claire.
  5. France-Maroc : revue mensuelle illustrée : organe du Comité des foires du Maroc / directeur Alfred de Tarde, Rabat, 1925-04 via Gallica.
  6. ".zoom L'Echo d'Alger : journal républicain du matin, Alger, 1925-12-17 via Gallica.
  7. (es)Boletín official de la Propriedad Industrial 1915, Cuba. Secretaría de Comercio, p. 129
  8. a et b (en) Geoffrey Jones, Beauty Imagined : A history of the global Beauty industry, Oxford, OUP Oxford, , 412 p. (ISBN 978-0-19-955649-6, lire en ligne), p. 107.
  9. a b c d e et f Anne Davis, Bertrand Meyer-Stabley, Les parfums de légende, 2016.
  10. (en) Nathalie Grainger, Quintessentially Perfume, Quintessentially publishing, , 212 p. (ISBN 978-0-9558270-6-8, lire en ligne).
  11. Cooper Hewitt, Smithsonian Design Museum, « Drawing, Design for Advertisement: N'Aimez Que Moi by Parfums Caron, Paris », Smithsonian Institution.
  12. a et b Cervi, Doré, Toublanc, Les cent onze parfums qu'il faut sentir avant de mourir 2017.
  13. Colette Monsat, 1934, Pour un Homme de Caron, 10 août 2012 sur Madame Figaro.
  14. L'Officiel hommes, Numéros 22 à 25, 1981 p. 33
  15. Les Parfums mythiques Pour un Homme par Caron sur Le Parisien.
  16. Marque déposée en France, le 7 mai 1908 et le 16 octobre 1909 à l'international, in Les Marques internationales : supplément de la Propriété industrielle organe du Bureau international de l'Union pour la protection de la propriété industrielle, Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, Genève, octobre 1909 via Gallica Bnf.
  17. Pascale Denis et Astrid Wendlandt, Alès Groupe veut rendre à Caron son luxe exclusif, 08.01.2013 sur Challenges.fr.
  18. a et b La stratégie haut de gamme d'Alès Groupe pour les parfums Caron, 09/01/2013 sur l'Usine Nouvelle.
  19. a b et c (en) Nigel Groom, New Perfume Handbook, Springer Science & Business Media, , 437 p. (ISBN 978-0-7514-0403-6, lire en ligne), p. 53.
  20. Catherine Saint-Jean, Caron, un siècle de parfumerie à la française, 13 mai 2006 sur Madame Figaro.
  21. [image]Acte d’état civil, Wanpouille.
  22. Jean Meynaud et Dusan Sidjanski, L'Europe des affaires, rôle et structure des groupes, Payot, , p. 221.
  23. a et b Annick Le Guérer, Le Parfum : des origines à nos jours, Odile Jacob, , 416 p. (ISBN 978-2-7381-8783-3, lire en ligne), p. 198-199-200.
  24. Valérie Leboucq, Philippe Bouriez cède les parfums Caron à LT Piver, 30/06/97 sur Les Échos.
  25. Claude Leguilloux, Ales Groupe entre en négociations exclusives avec Cattleya en vue de la cession de sa filiale Parfums Caron, 04/09/2018 sur Boursier.com.
  26. Alès Groupe: projet de cession de Parfums Caron, 05/09/2018 sur Bourse.Challenge.fr.
  27. Alexandra Saintpierre, Alès Groupe finalise la cession des parfums Caron, 18/10/2018 sur Boursier.com.
  28. Patrimoine vivant /5813
  29. Comité Colbert, Les maisons.
  30. Thomas Dominguès et Yohan Cervi, « Narcisse noir : Par delà le trouble », sur Auparfum.com, .
  31. (en)Perfume intelligence.co.uk, bottlers : Vanpouille, Félicie.
  32. a b c et d Dictionnaire des Parfums, 1990, p. 78 et 79.
  33. « Appellation d’origine », sur usine nouvelle, .

Liens externes[modifier | modifier le code]