Parc oriental de Maulévrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parc oriental de Maulévrier
Image illustrative de l’article Parc oriental de Maulévrier
Parc oriental de Maulévrier.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Pays de la Loire
Commune Maulévrier
Superficie 29 ha
Localisation
Coordonnées 47° 00′ 13″ nord, 0° 45′ 01″ ouest

Le parc oriental de Maulévrier est un jardin japonais situé à Maulévrier en Maine-et-Loire en France. Avec une surface de 29 hectares, il est le plus vaste jardin japonais d'Europe [1],[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Surplombé par le Chateau Colbert du XVIIIe siècle, le parc est organisé autour d'un lac artificiel alimenté par la Moine qui le traverse d'est en ouest (l'eau représente environ 3/10e de la surface paysagée) dans un val profond. Le parc est un arboretum, d'environ 300 plantes[2], dont azalées, camélias, rhododendrons, érables du Japon, ginkgo biloba et d’autres, le tout agrémentées d'éléments de décor traditionnel des jardins japonais comme les portiques peints en rouge (torii), les lanternes en pierre (Tōrō), ou la réplique d'un temple bouddhiste Khmer. Il offre de nombreuses perspectives que ce soit en longeant les rives du lac qui se scinde en deux parties, où en grimpant les coteaux du val, où se découvrent des vues plongeantes.

Situation[modifier | modifier le code]

Le parc oriental, traversé par la Moine, se situe au sud du bourg et du château de Maulévrier. Il est limité à l'ouest par le viaduc qui permet à l'ancienne ligne ferroviaire de La Possonnière à Niort de traverser la Moine, et à l'est par la route départementale 20, venant de Saint-Pierre-des-Échaubrognes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château Colbert vu du parc.

Au XVIIe siècle, Édouard-François Colbert (1633-1696), lieutenant général des armées du roi, frère de Jean-Baptiste Colbert, l'un des principaux ministres de Louis XIV, achète les restes de l'ancienne forteresse de Maulévrier et fait construire un nouveau château[4]. Le château est incendié pendant la guerre de Vendée et la bataille de Maulévrier alors que Stofflet en a fait une de ses places fortes et du parc un hôpital de campagne. Le château est reconstruit à partir de 1815, avec un parc romantique boisé à l'anglaise. Le domaine du château-Colbert est acquis de M. Guerry de Beauregard, veuf de la dernière descendante des Colbert, par le maulévrais Eugène Bergère, gendre du riche industriel choletais Pellaumail, en 1895[4].

Le premier parc oriental de Alexandre Marcel[modifier | modifier le code]

Un parc oriental y est créé entre 1899 et 1913[5], par l'architecte parisien Alexandre Marcel (1860-1928)[5], concepteur du pavillon du Tour du Monde, du Pavillon du Cambodge pour l'Exposition universelle de 1900 à Paris et de la Pagode rue de Babylone à Paris, qui venait tout juste d'épouser Madeleine la fille de Bergère. Ainsi, il habite souvent dans le château, dont il refait les décors et supervise l'aménagement paysager d'inspiration japonaise[6]. Les éléments Khmers du parc sont reproduits à partir de moules[7] des pièces exposées lors de l'Exposition universelle de 1900. Il fait planter des végétaux chinois, thaïlandais, japonais et européens. Le jardin est entretenu par 20 à 40 jardiniers jusqu'en 1940[8].

Après sa mort, son épouse Madeleine continue d'y résider jusqu'à son propre décès en 1945, après quoi le parc tombe dans la désolation pendant 40 ans[5]. Le parc est cédé en 1945 et 1954[4]. En 1977, la propriété du château est scindée en trois[4].

Aujourd'hui un jardin remarquable, inspiré du Japon[modifier | modifier le code]

La commune de Maulévrier rachète le parc en 1980, alors complètement abandonné[5]. L'inauguration officielle a lieu le [9]. La restauration commence en 1987, basée sur des photographies et des souvenirs[4].

Cette même année, des enseignants des universités horticoles de Tokyo et Niigata reconnaissent 12 hectares du site comme étant inspirés de jardins japonais de l'époque d'Edo[5]. Bien que comportant des éléments hybrides thais et khmers provenant des expositions coloniales, ou qui évoque plus une bergerie XVIIIe où sont installées les pompes hydrauliques, le jardin reproduit par son plan la philosophie d'un jardin japonais de l'époque Edo symbole de l'évolution de la vie humaine. La rivière, qui court d'Est en Ouest, redouble la symbolique de la course du soleil de la naissance et la mort. Dans le premier lac calme, l'ile de la grue et de la tortue symbolisent le paradis shintoïste des esprits immortels. Autour le choix des arbres et de leurs couleurs alternant aux quatre saisons, évoquent la jeunesse du printemps, la force de l'âge mûr de l'été, la richesse de l'automne et le passage vers la mort de l'hiver (le repos), alors qu'autour du « jardin de la pagode » un mouvement d'eau rappelle les aléas de la vie humaine[8].

La flamme postale de la cité de Maulévrier, utilisée dans les années 1990, montre un aperçu de « son parc botanique et oriental ».

En 2004, le jardin est labellisé « jardin remarquable » par le ministère de la Culture[10].

Le parc fête ses trente ans d'ouverture au public en 2015. À cette occasion elle accueille une exposition itinérante retraçant la période 1985-2015[9].

En 2021, le parc annonce la réhabilitation de l'île du couchant et l'installation de « azumaya » (abris), pour développer la partie du jardin consacrée à la sagesse. Au printemps, le parc fête l'hanami, c'est-à-dire la floraison des arbres fruitiers, notamment des cerisiers[11].

Il existe aussi une exposition permanente de bonsaïs et de céramiques. Chaque année, les Journées d'exception présentent des animations et œuvres de Land art et durant l'année des cours de tir à l'arc (Kyudojo).

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parc oriental de Maulévrier, sur le site du comité des Parcs et jardins de France, consulté le 30 avril 2011.
  2. a et b Société publique régionale des Pays de la Loire, « Le parc oriental de Maulévrier », sur enpaysdelaloire.com (consulté le ).
  3. Mairie de Cholet, « Le Parc oriental de Maulévrier », sur cholet.fr (consulté le ).
  4. a b c d et e Olivier Rialland, « La patrimonialisation des parcs et jardins remarquables : de conflits en consensus ? », Norois, no 185,‎ , p. 151-166 (lire en ligne).
  5. a b c d et e Association du parc Oriental, « Histoire et symbolisme », sur parc-oriental.com (consulté le ).
  6. « Château Colbert », notice no PA00109176, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Pour l'histoire du moulage des bas-reliefs et d'Angkor, on se reportera au Catalogue de l'exposition Angkor, naissance d'un mythe, Louis Delaporte et le Cambodge, du Musée Guimet 2014, à voir également sur le site du musée : https://www.guimet.fr/sites/angkor/
  8. a et b Jean-Pierre Chassavieux, « Un jardin exotique du XIXe siècle aujourd'hui, le parc oriental de Maulévrier », Les carnets de l'exotisme,‎ , p. 93-94 (ISSN 1148-3202, lire en ligne).
  9. a et b « Exposition itinérante au parc oriental de Maulévrier », sur Ouest-France (ouest-france.fr), article du 18 juillet 2015.
  10. Ministère de la Culture et de la communication, Liste des jardins labellisés “ Jardin remarquable ” au 28 février 2015, (lire en ligne), p. 11.
  11. « Hanami, la fête des cerisiers », sur Parc oriental (parc-oriental.com) (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Mourgaud, Le Parc Oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier, (ISBN 978-2-903851-27-9)
  • Le parc oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier, , 45 p. (ISBN 978-2-903851-86-6)
  • DRAC Pays de Loire, Parc oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier, , 48 p.
  • Jean-Pierre Chavassieux et André-Hubert Hérault, Le Parc Oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier, , Cinquième édition éd., 45 p. (ISBN 978-2-7407-0237-6 et 2-7407-0237-X)
  • Marette Renaudin (École d'ikebana Senshin Ikenobo Toulouse) (Publ. à l'occasion de l'exposition d'art floral japonais Écriture florale 2009, Maulévrier, Parc oriental, 15-26 juillet 2009), Écriture florale : ikebana contemporain au Parc oriental de Maulévrier, Toulouse, Association Ikebana Toulouse, (ISBN 978-2-7466-2063-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]