Parc oriental de Maulévrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maulévrier (homonymie).
Parc oriental de Maulévrier
Image illustrative de l'article Parc oriental de Maulévrier
Parc oriental de Maulévrier
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Pays de la Loire
Commune Maulévrier
Localisation
Coordonnées 47° 00′ 13″ N 0° 45′ 01″ O / 47.0037, -0.750247° 00′ 13″ Nord 0° 45′ 01″ Ouest / 47.0037, -0.7502

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Parc oriental de Maulévrier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc oriental de Maulévrier

Le parc oriental de Maulévrier est un jardin japonais situé à Maulévrier en Maine-et-Loire en France. Il est traversé par la Moine.

Situation[modifier | modifier le code]

Le parc oriental de Maulévrier se situe au sud de Maine-et-Loire sur la commune de Maulévrier, à onze kilomètres au sud-est de Cholet[1], desservie par l'autoroute A87[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Ce parc de 29 hectares, qui a été créé entre 1899 et 1913[3], fait alors partie du domaine du château Colbert, propriété du l'industriel maulévrais Eugène Bergère depuis 1895[4].

Le concepteur de cet espace en est le célèbre architecte parisien Alexandre Marcel (1860-1928)[3], concepteur du pavillon du Cambodge à l'Exposition universelle de 1900, qui venait tout juste d'épouser la fille de Bergère, Madeleine. Ainsi, il habite souvent dans le château, dont il peut superviser l'aménagement paysager. Après sa mort, son épouse continue à y résider jusqu'à son propre décès en 1945, après quoi le parc tombe dans la désolation pendant 40 ans[3].

Les éléments Khmers du parc sont reproduits à partir de moules des pièces exposées lors de l'Exposition universelle de 1900.

En 1976, la propriété du château est scindée en trois. La commune de Maulévrier rachète le parc en 1980, alors complètement abandonné[3]. L'inauguration officielle a eu lieu le 15 juin 1985[5]. La restauration commence en 1987, basée sur des photographies et des souvenirs. Cette même année, des enseignants des universités horticoles de Tokyo et Niigata reconnaissent 12 hectares du site comme étant inspirés de jardins japonais de l'époque d'Edo[3]. En 2004, le jardin est labellisé « jardin remarquable » par le ministère de la Culture[6].

Le parc fête ses trente ans d'ouverture au public en 2015. À cette occasion elle accueille une exposition itinérante retraçant la période 1985-2015[5].

Aujourd'hui, le parc est le plus grand jardin japonais d'Europe[7],[8],[9]. Il contient les espèces d'environ 300 plantes[8], dont azalées, camélias, rhododendrons, érables japonais, ginkgo biloba et bien d’autres. Il y a aussi une exposition permanente de bonsaïs et de céramiques. Chaque année les journées d'exception présentent des animations et œuvres de Land art.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lion1906, « Maulévrier », sur lion1906.com (consulté le 2 août 2015) - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), « Maulévrier », sur tab.geoportail.fr (consulté le 2 août 2015).
  3. a, b, c, d et e Association du parc Oriental, « Histoire et symbolisme », sur parc-oriental.com (consulté le 27 juillet 2015).
  4. Olivier Rialland, « La patrimonialisation des parcs et jardins remarquables : de conflits en consensus ? », Norois, no 185,‎ , p. 151-166 (lire en ligne).
  5. a et b Ouest-France, « Exposition itinérante au parc oriental de Maulévrier », sur ouest-france.fr,‎ article du 18 juillet 2015.
  6. Ministère de la Culture et de la communication, Liste des jardins labellisés “ Jardin remarquable ” au 28 février 2015,‎ (lire en ligne), p. 11.
  7. Parc oriental de Maulévrier, sur le site du comité des Parcs et jardins de France, consulté le 30 avril 2011.
  8. a et b Société publique régionale des Pays de la Loire, « Le parc oriental de Maulévrier », sur enpaysdelaloire.com (consulté le 28 juillet 2015).
  9. Mairie de Cholet, « Le Parc oriental de Maulévrier », sur cholet.fr (consulté le 28 juillet 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Mourgaud, Le Parc Oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier,‎ (ISBN 9782903851279)
  • Le parc oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier,‎ , 45 p. (ISBN 9782903851866)
  • DRAC Pays de Loire, Parc oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier,‎ , 48 p.
  • Jean-Pierre Chevassieux et André-Hubert Hérault, Le Parc Oriental de Maulévrier, Hérault Maulévrier,‎ , Cinquième édition éd., 45 p. (ISBN 274070237X)
  • Marette Renaudin (École d'ikebana Senshin Ikenobo Toulouse) (Publ. à l'occasion de l'exposition d'art floral japonais "Écriture florale 2009", Maulévrier, Parc oriental, 15-26 juillet 2009), Écriture florale : ikebana contemporain au Parc oriental de Maulévrier, Association Ikebana Toulouse,‎ (ISBN 9782746620636)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]