Parc naturel régional des Baronnies provençales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc naturel régional des
Baronnies provençales
Baronnies vignes et tilleul.JPG

Vignes et tilleuls dans les baronnies

Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Adresse
Coordonnées
Superficie
1 506 km2
Population
31164
Création
Site web

Géolocalisation sur la carte : Drôme

(Voir situation sur carte : Drôme)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

(Voir situation sur carte : Hautes-Alpes)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le décret de classement[1] du parc naturel régional des Baronnies provençales du 26 janvier 2015 a été publié au Journal Officiel le 28 janvier 2015. Le parc le s’étend sur un massif entre Drôme et Hautes-Alpes. À cheval sur les Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur, les Baronnies provençales sont reconnues au niveau national comme Parc naturel régional[2].

Histoire du parc[modifier | modifier le code]

Périmètre du PNR.

L'idée de créer un parc naturel régional dans les Baronnies provençales, à cheval sur deux départements (Hautes-Alpes et Drôme) et deux régions (Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur) date de la fin des années 1990. Localement, elle a été lancée par le Groupement pour la Promotion et l'Expansion du Nyonsais Baronnies et des élus locaux autour des parlementaires Jean Besson et Michel Grégoire et du Maire de Nyons Michel Faure, qui étaient conscients des difficultés économiques de cette région très rurale où l'agriculture reste menacée et le développement fragile[3].

En 2003, les deux conseils régionaux décident de financer une étude d'opportunité et de faisabilité qui leur permet de prendre une délibération commune le retenant un périmètre (130 communes concernées) et des principes d'organisation.

Le , le préfet de la Drôme, constatant qu'une majorité de communes et de communautés de communes concernées avait donné son accord, publie un arrêté de création d'un syndicat mixte de préfiguration d'un parc naturel régional et d'aménagement des Baronnies provençales. Sa mission est de mener des études et des actions d’intérêt commun au service de l’ensemble des communes du territoire concerné. Ces actions concourront notamment à la préfiguration d’un parc naturel régional. Le Syndicat Mixte a finalisé en novembre 2011 la charte du parc qui a été soumise pour vote à l'ensemble des communes concernées. Le projet de parc a été soumis à enquête publique du 20 juin au 22 juillet 2011[4].

Présentation[modifier | modifier le code]

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

Charte[modifier | modifier le code]

La charte présente le projet de développement durable pour le parc des Baronnies provençales. Valable pour douze ans, elle est le fruit d'une large concertation avec les acteurs locaux et a été approuvée en 2012[5] Elle s'articule autour de trois grands axes :

  • Valoriser les atouts naturels et humains des Baronnies provençales,
  • Développer une économie basée sur l'identité locale,
  • Concevoir un aménagement solidaire et durable.

Communes adhérentes[modifier | modifier le code]

Les communes adhérentes font partie de la Drôme ou des Hautes-Alpes[1].

Logo du PNR des Baronnies provençales

Drôme : Arpavon, Arnayon, Aubres, Barret-de-Lioure, Beauvoisin, Bénivay-Ollon, Bésignan, Buis-les-Baronnies, Châteauneuf-de-Bordette, Cornillon-sur-l’Oule, Eygalayes, Eygaliers, La Charce, La Motte-Chalancon, La Roche-sur-le-Buis, La Rochette-du-Buis, Laborel, Lachau, Le Poët-en-Percip, Le Poët- Sigillat, Lemps, Les Pilles, Montauban-sur-l’Ouvèze, Montaulieu, Montbrun-les-Bains, Montferrand-la-Fare, Montguers, Montjoux, Montréal-les-Sources, Nyons, Pelonne, Pierrelongue, Propiac, Reilhanette, Rioms, Rochebrune, Roche-Saint-Secret-Béconne, Roussieux, Sahune, Saint-Auban-sur-l’Ouvèze, Sainte-Euphémie-sur- Ouvèze, Saint-Ferréol-Trente-Pas, Saint-Maurice-sur-Eygues, Saint-May, Taulignan, Valouse, Venterol, Verclause, Vesc, Villebois- les-Pins, Villeperdrix, Vinsobres.

Hautes-Alpes : Antonaves, Barret-sur-Méouge, Chabestan, Chanousse, Châteauneuf-de-Chabre, Eourres, Étoile-Saint-Cyrice, Eyguians, La Bâtie-Montsaléon, La Piarre, Lagrand, Laragne-Montéglin, Lazer, Le Bersac, L’Epine, Le Saix, Méreuil, Montclus, Montrond, Orpierre, Oze, Ribeyret, Ribiers, Rosans, Saint-Auban-d’Oze, Sainte-Colombe, Saint-Genis, Saint-Pierre-Avez, Saléon, Salérans, Savournon, Serres, Sigottier, Trescléoux.

Villes portes[modifier | modifier le code]

Les villes portes[1], de par leur positionnement géographique, sont des points de passage importants pour accéder au parc naturel régional des Baronnies provençales :

Controverses[modifier | modifier le code]

L'un des premiers couacs de la mise en place du parc naturel est intervenu l'hiver 2012 avec l'abattage des alignements de tilleuls – protégés selon la charte du parc – le long de la route départementale 30 sur décision du président du conseil général des Hautes-Alpes, Jean-Yves Dusserre[6].

L'appellation « Baronnies provençales » a fait l'objet de discussions puisque ces territoires appartenaient au Dauphiné. Quelques terres adjacentes de la Provence existaient en enclaves dans le Dauphiné en 1789, mais leur étendue était faible[7]. Cependant, si l'on se réfère à la carte du partage de la Provence en 1125 sur ce site, on peut considérer que les Baronnies ont un temps fait partie de la Provence.

Le Parc a été l'objet de polémiques, et sa mise en place a été difficile, du fait de l'opposition d'acteurs locaux. 44 communes ont fait le choix de refuser l'intégration au périmètre du Parc[8].

Patrimoine naturel[9][modifier | modifier le code]

Les climats méditerranéens et alpins des Baronnies provençales lui procurent une faune et une flore exceptionnelle. Les versants sud (adret) accueillent des espèces méditerranéennes tandis que les espèces à affinité montagnarde, voire alpine, préfèrent s’établir sur les versants nord (ubac).Les Baronnies provençales se caractérisent par une mosaïque d’habitats naturels où les différentes espèces végétales et animales se reproduisent, se reposent, s’alimentent et/ou transitent… Cette richesse naturelle est également révélée par la présence de nombreux zonages tels que les Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF),Natura 2000Espaces Naturels Sensibles... recelant des espèces remarquables, rares et/ou protégées. Ces zones naturelles n’en sont pas moins "imbriquées" dans des zones cultivées et habitées et certaines d’entre elles nécessitent la présence d’une activité humaine pour conserver leur intérêt écologique (ex : fauche des prairies, pâturage sur des pelouses calcaires, etc.).

Différents milieux naturels[modifier | modifier le code]

Jeune empuse
Couleuvre à échelons

Milieux ouverts et semi-ouverts :

Les Baronnies font partie d’un des réservoirs de plantes messicoles les plus importants de France.

Vautour moine et rosalie des Alpes

Milieux forestiers :

Milieux rocheux :

Écrevisse à pattes blanches
Azuré de la Sanguisorbe

Milieux humides et cours d'eau :

Le Parc compte des prairies humides sur lesquelles on peut retrouver entre autres L'Epipactis des marais, l’Azuré de la Sanguisorbe, la Serratule à feuilles de chanvre d’eau Asteracée violette.

Géologie à ciel ouvert[11][modifier | modifier le code]

Vallée de l'Eygues à Sahune
Marnes noires à Bellecombe-Tarendol

Le Parc des Baronnies provençales ne semble être que plis et replis, tantôt sinueux, tantôt géométriques. L'ensemble des montagnes paraît des plus désordonnés, comme un amoncellement de grandes plaques de calcaire, à première vue dépourvues de toute logique, ce qui rend l'orientation parfois compliquée. Le dépaysement senti dans ces paysages peut être intense : sur les pentes arides, noires, grises ou bleues des marnes, on croirait fouler un sol lunaire ou martien, un autre pays, un autre monde.La géologie marque et détermine fondamentalement le Parc des Baronnies provençales, expliquant aussi bien ses formes d'agriculture, de culture et d'histoire. Elle constitue un aspect fondamental du territoire. Certains lieux sont des fenêtres sur des époques, des formes, inexistantes ou invisibles ailleurs.Le Parc possède deux sites de référence mondiale pour l'étude de deux périodes de transition ("stratotypes de limites") partout dans le monde :

  • les strates verticales du Serre de l'Ane (Drôme)[12]
  • les marnes du Mont Risou (Hautes-Alpes)

La géologie des Baronnies provençales compte aussi fossiles, ammonites, septarias, oolithes de grès... Mais ce qui fait patrimoine, à part certains types de "hauts-lieux" géologiques ou certains fossiles ou minéraux ponctuels, c'est l'ensemble : le tableau général d'un monde aquatique devenu solide, qui se laisse encore deviner.

Nuit dans les Baronnies provençales[modifier | modifier le code]

Le parc des Baronnies provençales possède l'un des ciels de France et d'Europe les mieux sauvegardés de la pollution lumineuse. La préservation et la valorisation de la qualité du ciel nocturne sont l'une des mesures de la Charte du Pnr. Un site Internet sur la Nuit dans le Pnr des Baronnies provençales permet aux acteurs touristiques Haut-Alpins regroupés au sein de l'association «Provence des Montagnes», le Pays Sisteronais Buëch, le Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes, le centre d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural « CIVAM saveurs et senteurs en Drôme Provençale », ainsi que les acteurs économiques et associations de la filière « nuit » de valoriser leurs événements. Les acteurs touristiques et les Offices de Tourisme des Baronnies Drômoises, sont associés à cette démarche commune de promotion et de valorisation de la qualité du ciel.

L'Observatoire astronomique des Baronnies Provençales, accueille le public toute l'année pour des missions scientifiques et une éducation à la préservation du patrimoine nocturne. Avec environ 250 nuits de qualité photométrique, ces activités de recherche se concentre essentiellement sur la surveillance et la détection d'exo-planètes en collaboration avec plusieurs groupes scientifiques internationaux.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Bâti[modifier | modifier le code]

Château médiéval de La Roche-sur-le-Buis
Ruines du château de Cornillon-sur-l'Oule
Montbrun-les-Bains, village perché

Riche en patrimoines du quotidien, souvent attachés à l'activité agricole ou à l'histoire médiévale du territoire, le Parc a des sites et des monuments ou des sites reconnus. Le poids de l'histoire médiévale dans ce territoire de montagne a abouti à la reconnaissance d'un certain nombre de sites perchés remarquables, comme le château de Cornillon-sur-l'Oule, le château et le vieux village d'Arzeliers[13] à Laragne-Montéglin, le vieux village de Béconne à la Roche-Saint-Secret-Béconne, l'église Saint-Cyrice à Étoile-Saint-Cyrice, le château de La Roche-sur-le-Buis.D'autres sites, compte tenu de la densité des patrimoines remarquables qu'on y trouve, ont été reconnus comme “sites à fort caractère patrimonial”. Il s'agit notamment de villes et bourgs anciens, comme les vieilles villes de Serres et d'Orpierre dans les Hautes-Alpes, ou de Nyons, de Buis-les-Baronnies, de Taulignan ou du village de Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze dans la Drôme. D'autres ont également été reconnus au regard de leur intérêt archéologique, comme le site de La Bâtie-Montsaléon (Hautes-Alpes, vestiges de Mons Seleucus, agglomération gallo-romaine à vocation religieuse) ou celui de l'abbaye de Clausonne[14] au Saix (Hautes-Alpes).Le Parc regorge de patrimoines bâtis associés aux activités humaines, et notamment à l'agriculture. Dans ce territoire de montagne, les hommes n’ont eu de cesse d’aménager les pentes pour y retenir la terre ou y amener l’eau. Aujourd’hui, ces aménagements sont particulièrement intéressants pour protéger les terres des phénomènes de ravinement liés à la météo.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Truffes noires du Rosannais au marché aux truffes de Richerenches
Transhumance à Montclus
Récolte d'olives à Châteauneuf-de-Bordette

L'agriculture dans le Parc des Baronnies provençales est très diversifiée et reconnue au niveau national (6 Appellations d’Origine Contrôlée et 4 Indications Géographiques Protégées sur l’ensemble du territoire). Développer de nouveaux circuits courts d'échange et de commercialisation, et des" produits faits en Baronnies"][16] permettra de rendre la qualité accessible. L’agriculture valorise 60 000 ha du territoire et occupe jusqu’à 20% des actifs au cœur du Parc. La forêt, qui couvre à elle seule 61% des Baronnies Provençales, est en grande partie délaissée notamment du fait de la déprise agricole. Le Parc soutient les projets de préservation du patrimoine forestier et de valorisation de certains éléments caractéristiques comme les truffières naturelles. Aujourd’hui sous valorisés, les produits de la forêt constituent une opportunité de développement d’emplois locaux adaptés à la gestion durable des forêts. Le paysage des Baronnies Provençales est certes très riche, mais il a tendance à se refermer pour partie à la suite d'une diminution de la présence des troupeaux. Cela entraîne une perte de biodiversité notamment dans les espaces intermédiaires entre les cultures et la forêt. Le sylvo-pastoralisme est un des modes d'entretien des espaces boisés du territoire.Aujourd'hui le nombre d'ovins sur le territoire des Baronnies Provençales est de 47 000. Par ailleurs il y a aussi 5000 chèvres et 900 vaches. En plus de la production alimentaire, tous ces animaux participent à l'entretien des espaces, à la prévention contre les incendies et empêchent la forêt d'avancer.Le territoire du Parc comprend une mosaïque de cultures agricoles correspondant à une agriculture de massif, diversifiée et de qualité avec des filières emblématiques[17] :

15 % des exploitations du territoire sont déjà certifiées en agriculture biologique. Il pourrait y en avoir 30% en 2024.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Marché provençal à Laragne
Escalade à Orpierre

Le tourisme représente une grande majorité de l'économie des Baronnies provençales. Conformément à sa charte, le parc a choisi de s'appuyer sur son réseau d'Offices de Tourisme du territoire et des villes-portes, en tant que "relais du parc naturel régional des Baronnies provençales " pour assurer la promotion. Ces lieux ont pour vocation d'être vitrines du territoire où sont mis en valeur les patrimoines, paysages et terroirs. Les principales filières touristiques dans le parc :

  • le tourisme lié aux plantes locales[20] et au bien-être
  • les activités de pleine nature
  • le tourisme historique et culturel qui s'appuie sur un patrimoine riche des villages perchés
  • Un important réseau d'hébergements (chambres d'hôtes, gîtes, hôtellerie de plein air...)
  • Le tourisme lié à l'agriculture locale (œnotourisme, marchés provençaux...)
  • L'astro tourisme en relation avec la découverte du patrimoine nocturne et des installations scientifiques et techniques

Sports de nature[modifier | modifier le code]

Le parc, avec sa topographie variée de moyenne montagne, son climat méditerranéen, la richesse de ses patrimoines naturels et culturels, est un terrain idéal pour la pratique des activités sportives en lien avec la nature.

  • l'escalade : 1 500 voies équipées et deux sites de renommée internationale (Orpierre et Buis-les-Baronnies[21])
  • la randonnée (pédestre[22], équestre[23], VTT et cyclo[24])
  • le vol libre : nombreuses aires de décollage pour les parapentistes[25] (le site de Laragne-Chabre est connu mondialement pour ses courants thermiques exceptionnels)

Nouvelles énergies[modifier | modifier le code]

Panneaux solaires à Sahune

Avec l'électrification de Dieulefit et Valreas à la fin des années 1880[26], les énergies nouvelles sont anciennes dans la région.

Depuis plusieurs années, de nombreux projets de développement d'énergies renouvelables se mettent en place dans le parc. Grâce à certains programmes, notamment régionaux, et en partenariat avec différentes structures travaillant sur ces thématiques (Syndicats d’énergie et d’électricité, CEDER, Communes forestières, etc.) le parc accompagne les communes dans la transition énergétique. En 2015, le parc est reconnu par le Ministère du Développement durable et de l'Énergie comme l'un des 212 territoires à énergie positive (TEPOS). Le Ministère a proposé au parc un projet ciblé : un contrat local de transition énergétique inter-régional.

Centrale Villageoise Photovoltaïque][27]

Le but est d'implanter des panneaux photovoltaïques sur différentes toitures d’un même village (Rosans) en prenant en compte l’évolution patrimoniale et paysagère globale. L’intérêt majeur du projet réside dans la mobilisation de la population qui permet d’associer dans une même société de gestion, des citoyens producteurs et consommateurs d’énergie, des associations, des collectivités locales, des entreprises, etc. Ces personnes participent ainsi à la production d‘une énergie renouvelable locale alors même qu’elles ne pourraient peut être pas le faire sur leur propre toiture (car locataire de leur logement, toiture mal orientée, manque de moyens financiers, etc.). Dans l’optique de réaliser un projet exemplaire qui puisse être généralisé sur d’autres communes rurales, plusieurs études ont été réalisées pouvant servir de base à d’autres projets.

Études de production et consommations d'énergies du territoire et émissions de gaz à effet de serre 
Réalisée comme préalable à toute réflexion d’une politique énergétique des Baronnies provençales, le Parc a porté en 2011 la réalisation d’un bilan de la consommation et de la production d’énergies et des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle de son territoire. Les résultats de l’étude confirment une forte dépendance du territoire aux produits pétroliers alors que la production d’énergies renouvelables est limitée (16,5% de la consommation). La part du résidentiel et des transports constituent les secteurs les plus énergivores. Ils constituent aussi les domaines où la marge d’amélioration est la plus importante : le déplacement en voiture individuelle est le moyen de déplacement le plus utilisé (57%) et la part des logements construits avant 1974 et chauffant au fioul est prépondérante.
Le bois des Baronnies provençales 
Plusieurs communes ont bénéficié de l’accompagnement des techniciens du parc dans la définition et le calibrage de réseau de chaleur fonctionnant au bois déchiqueté.Par le biais d’appels à projet groupés et avec le soutien des communes forestières, les communes de Barret-sur-Méouge et Rosans ont pu réaliser une étude de faisabilité quant à la création de ces infrastructures de chauffage. Depuis, d’autres communes ont sollicité l’aide du futur parc dans la définition de leurs projets comme Buis-les-Baronnies et Eourres.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Journal officiel de la République française[1].
  2. Baptiste Camilleri, « Ségolène Royal dit "oui" au parc ! », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 3.
  3. (fr)« historique du groupement pour la promotion et l’expansion du Nyonsais-Baronnies (GPENB) », sur gpenb.com
  4. (fr) « site du syndicat mixte des Baronnies provençales »
  5. Charte du Parc naturel régional des Baronnies provençales.
  6. (fr) « Dix-huit tilleuls abattus pour laisser passer la fibre optique », sur ledauphine.com,
  7. Atlas historique de Provence, collectif d'auteurs dont Edouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Éd. Armand Colin, 1969.
  8. « Enfin le parc naturel régional des Baronnies provençales », Michel Abhervé, sur alternatives-economiques.fr, 31 décembre 2014 (consulté le 7 mars 2015).
  9. Gilbert Cochet, Les Baronnies provençales : guide du patrimoine naturel de la Région Rhône-Alpes, , 64 p. (ISSN 1151-9355).
  10. Thierry Vezon et Rozen Morvan, Vautours : en Baronnies provençales, Hesse, , 105 p. (ISBN 978-2-35706-003-6).
  11. Christian Montenat, Baronnies provençales : Mont Ventoux et montagne de Lure, Omniscience, , 205 p. (ISBN 978-2-916097-49-7).
  12. Correspondant(e) Local(e), « Le Serre de l'Âne, un site d'exception », La Tribune,‎ , p. 11.
  13. Correspondant(e) Local(e), « Une nouvelle jeunesse pour le Château d'Arzeliers », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 11.
  14. Correspondant(e) Local(e), « La ministre de l'écologie intéressée par l'Abbaye de Clausonne », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 13.
  15. Correspondant(e) Local(e), « Futur Parc naturel régional des Baronnies provençales : des murs en pierres sèches reconstruits », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 14.
  16. Jean-Bernard Gache., « Des ambassadeurs pour les Baronnies provençales », Alpes & Midi,‎ , p. 04.
  17. Agnès Braisaz, « Baronnies : une convention pour songer à l'avenir », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 12.
  18. Anne-Laure Pham, « L'olive noire de Nyons, une perle née dans la pierre », L'Express,‎ .
  19. V. O., « La pomme des Alpes a fait sa star », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 04.
  20. « Venez redécouvrir le Tilleul », La Tribune,‎ , p. 44.
  21. Alain Bosmans, « Une voie de fer à l'assaut des Baronnies », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 6.
  22. Fabien Roux, « Les beautés des Baronnies par les sentiers », La Tribune Libéré,‎ , p. 11.
  23. Correspondant(e) Local(e), « Un programme très varié pour les Equit'days », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 12.
  24. Alain Bosmans, « 1100 cyclos à l'assaut des Baronnies », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 14.
  25. Correspondant(e) Local(e), « Parapente championnat de France », La Tribune,‎ .
  26. L'Éclairage éléctrique de Dieulefit et Valréas
  27. Correspondant(e) Local(e), « Les fondateurs de la centrale villageoise présentent le projet au public », Le Dauphiné Libéré,‎ , p. 11.