Parc naturel de Cadi-Moixero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parc naturel de Cadi-Moixero
Imatge d'El Querforadat.JPG
Zone nord-ouest du parc depuis le village d'El Querforadat.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
410,6 km2
Administration
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Création
Administration
Site web
Localisation sur la carte de Catalogne
voir sur la carte de Catalogne
Green pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées
voir sur la carte des Pyrénées
Green pog.svg
Zone grise : région du parc de Cadi-Moixero

Le Parc naturel de Cadi-Moixero (Parc Natural del Cadí-Moixeró en catalan, Parque natural de Cadí-Moixeró en espagnol) est le plus grand parc naturel de Catalogne, en Espagne, et se situe dans le sud-est de la chaîne des Pyrénées.

Il englobe des massifs de montagne de moyenne et haute altitude comme la Serra del Cadí au nord-ouest, la Serra de Moixeró au nord-est, et du Pedraforca au sud-ouest. Il s'agit d'un espace protégé depuis 1983 et d'une grande diversité florale et faunique, comportant de nombreuses espèces endémiques des Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Administrativement, le parc se situe à cheval sur les provinces de Barcelone, Gérone et Lérida, sur les territoires des comarques (plus ou moins la notion de pays française) de Berguedà, Cerdagne et Alt Urgell[1].

Les massifs du parc font partie du contrefort des Pré-Pyrénées, c'est-à-dire des montagnes parallèles à la crête des hauts sommets des Pyrénées, mais de plus basse altitude et constituées de roches sédimentaires[2]. Sont présent dans le parc les massifs de Cadí au nord-ouest, Moixeró au nord-est, et Pedraforca au sud-ouest. Les montagnes de Cadí et Moixeró sont reliées par le col de Tancalaporta (2 357 m)[1], et forment une barrière impressionnante de 30 km de long qui sépare la vallée du Sègre au nord de la source du fleuve Llobregat au sud-est. Le plissement des roches ainsi que l'érosion ont donné au relief un aspect accidenté, comme la face nord du massif de Cadí. Le Pedraforca, montagne à double crêtes parallèles constitue un des attraits majeurs des randonnées en Catalogne. Les plus hauts sommets du parc par massif sont le Vulturó (2 648 m) pour Cadí, le Moixeró (2 409 m) et le Pollegó Superior (2 506 m) pour le Pedraforca[1].

Le parc possède une superficie totale de 41 342 hectares, et constitue une zone protégée depuis 1983, date à laquelle elle a été déclarée parc naturel par décret du 15 juillet 1983 de la Généralité de Catalogne.

Géologie[modifier | modifier le code]

Vue côté nord des strates géologiques de type sédimentaire au pic del Costa Cabirolera (2 604 m) mettant en évidence le pendage.
Articles connexes : Massif du Pedraforca et Serra del Cadí.

Les roches et les reliefs des massifs donnent de nombreuses informations sur la formation et l'évolution géologique des Pyrénées : les roches sédimentaires, datant principalement de −230 à −46 Ma (Mésozoique et Cénozoïque)[2], sont plissées et remontées durant la formation des Pyrénées vers −40 Ma environ[3]. Le parc offre de nombreux exemples de chevauchements et de plissements tectoniques, en particulier la nappe du Pedraforca datant du Mésozoique, qui chevauche la nappe de Cadí plus récente et datant du Cénozoïque[4],[5]. Le pendage des strates géologiques est aussi bien visible au niveau occidental du massif de Cadí, dans le nord-ouest du parc[4].

Au niveau du relief, la chaîne de Cadí-Moixeró représente l'une des unités structurelles les plus vastes des Pyrénées catalanes, avec près de 30 km à plus de 2 000 m d'altitude. Cette chaîne marque la frontière entre la zone axiale des Pyrénées et la zone sud-pyrénéenne : si elle fait bien partie des Pré-Pyrénées, le bas du versant-nord comporte des terrains métamorphiques de la zone axiale[2].


Coupe géologique des massifs du Pedraforca et Cadí[5],[4] : illustration du chevauchement de la nappe du Pedraforca plus ancienne, à gauche, sur la nappe de Cadí plus récente, à droite. Le socle de la zone axiale des Pyrénées est à l'extrême droite. Couleurs des roches, des plus âgées au plus récentes : gris = Permien, violet = Trias, bleu = Jurassique, vert foncé = Crétacé inférieur, vert clair = Crétacé supérieur, orange foncé = Paléocène, jaune = Éocène.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Lieu dit du Fonts del Llobregat vers la source jaillissante du Llobregat.

Le fleuve Llobregat est l'un des plus importants de Catalogne, il prend ses sources sur le versant sud du Puigllançada (ca), à l'extrémité orientale du massif de Moixeró et du parc, à une altitude d'environ 2 000 m. À 1 300 m jaillit une source d'eau souterraine, alimentée par la neige et l'eau de pluie, sous les falaises du village de Castellar de n'Hug.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Hêtre commun dans le secteur de Gresolet, à la transition des massifs de Cadí et Pedraforca.

Le plus important écosystème sont les forêts de conifères composées principalement du sapin commun (Abies alba) et du pin à crochet (Pinus uncinata), suivis par le Pin sylvestre (Pinus sylvestris) et l'Épicéa commun (Picea abies)[6].

On trouve aussi des feuillus comme le Hêtre commun (Fagus sylvatica) dans les zones ombragées, et aussi dans les parties inférieures du parc le chêne pubescent (Quercus humilis), qui occupe une grande partie des pentes, l'Érable à feuilles d'obier (Acer opalus), le Noisetier (Corylus avellana), l'Aubépine monogyne (Crataegus monogyna) et le Genévrier commun (Juniperus communis)[6].

Dans les sous-bois se trouvent des espèces comme le Buis commun (Buxus sempervirens), le Rhododendron ferrugineux (Rhododendron ferrugineum), l'Hellébore vert (Helleborus viridis) et la Croisette de printemps (Cruciata glabra)[6].

Le parc est aussi connu pour ses fleurs de montagnes, comme la Phalangère à fleurs de Lis (Anthericum liliago), le Gaillet croisette (Cruciata laevipes), l'Œillet de poète (Dianthus barbatus), le Genêt ailé (Genista sagittalis), le Géranium des Pyrénées (Geranium pyrenaicum), le Lotier corniculé (Lotus corniculatus), la Luzule jaune (Luzula lutea), la Dactylorhize de mai (Dactylorhiza majalis), le Rhododendron ferrugineux (Rhododendron ferrugineum), le Rosier des chiens (Rosa canina), la Scutellaire des Alpes (Scutellaria alpina), ou encore la Véronique de Gouan (Veronica ponae).


Sélection de la flore du parc, au lieu dit « Prat del Cadí » vers 1 600 m d'altitude

Faune[modifier | modifier le code]

L'euprocte des Pyrénées, amphibien de la famille des Salamandridae et espèce endémique des Pyrénées.
Le tabac d'Espagne, papillon de la famille des Nymphalidae.

La diversité des forêts et des prairies abrite une faune riche dans laquelle dominent clairement les espèces typiques des étages alpins et montagnards[6],[7] :

Enfin, une espèce d'escargot endémique et rare des Pyrénées est le Pyrenaearia parva[9]. Il n'a été identifié qu'en Andorre et dans le parc de Cadí-Moixeró, spécialement la zone de Pedraforca[9] et Cadí[10], c'est une espèce vulnérable et protégée.

Administration du parc[modifier | modifier le code]

Parcs du nord-ouest de la Catalogne :

Le parc fait une superficie de 41 342 ha pour un périmètre de 187 km. Il est administré par :

  • l'organe directeur qui est la Junta Rectora del parc i Consell Directiu, conseil d'administration et de direction, dont le siège est à Bagà ;
  • l'organe de gestion qui est le département de l'environnement et logement de la Généralité de Catalogne, direction de l'environnement naturel, services des parcs.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1932, une première proposition officielle de protection de la zone du Pedraforca figure dans les prévisions de l'aménagement du territoire de la généralité de Catalogne de l'ère républicaine. En 1963, le plan de planification provincial de Barcelone, prévoit la potentielle création d'un parc naturel de Cadí-Pedraforca.

Le 31 mai 1966, une loi promulgue la création de la réserve nationale de chasse de Cadí, qui comprend actuellement le Port del Comte. Cette loi, toujours en vigueur, prévoit que les ressources de la faune et son utilisation à des fins de chasse puissent rester une source de revenus pour les populations habitant sur le site. Le statut d'autonomie de la Catalogne ouvre les portes à la protection définitive de l'espace. En 1980, la Commission d'urbanisme de Catalogne approuve une liste d'espaces présentant un intérêt naturel particulier, parmi lesquels les massifs de Cadí, Moixeró et Pedraforca ; l'ensemble de cette proposition est adoptée par le parlement de Catalogne et incorporée sous la forme d'une annexe à la loi du 24 décembre 1981, établissant des règles supplémentaires pour la protection des espaces présentant un intérêt naturel particulier et que pourraient affecter les activités minières.

Par la suite, la loi catalane 6/82 du 6 mai 1982 crée le « parc naturel d’intérêt national du massif de Pedraforca »[11]. Puis, le décret 353/83 du 15 juillet 1983 crée le « parc naturel de Cadí-Moixeró » et regroupe en une seule zone au statut de parc naturel les massifs de Cadí, Moixeró et Pedraforca[11]. En 2004, l'administration du parc naturel d’intérêt national de Pedraforca fusionne avec celle du parc naturel de Cadí-Moixeró.

Au niveau européen, en septembre 1987, conformément à la directive 79/409 de la Communauté économique européenne, le parc naturel Cadí-Moixeró est déclaré zone de protection spéciale pour les oiseaux. Puis, des années plus tard, par une décision de la Commission européenne du 22 décembre 2003, cette zone intègre le réseau Natura 2000 au sein des régions biogéographiques dite « alpines ».

Distinction[modifier | modifier le code]

Le parc naturel de Cádiz-Moixeró a reçu une distinction de la part de la fédération Europarc chargée de gérer et d'améliorer l'habitat de la Perdrix grise (Perdix perdix), ainsi que d'autres espèces relatives à la chasse, par le biais d'un débroussaillage planifié du maquis. Les actions ont été menées en 2008 et 2009, une fois la saison de reproduction de l'espèce terminée, entre la fin août et début septembre. Le travail consistait en un débroussaillage mécanique de 8,5 hectares de maquis sur une zone de 25 à 30 hectares. Plus précisément, le maquis fut nettoyé en créant une mosaïque de parcelles ne dépassant pas 2 ha chacune[12].

Pour l'exécution et le suivi de l'action, différents collectifs et institutions locaux ont été impliqués en tant qu'éleveurs, chasseurs, propriétaires et conseils municipaux. L'action vise à préserver l'oiseau considéré comme une espèce d'intérêt européen par la directive oiseaux de l'Union européenne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (ca) Institut géographique et géologique de Catalogne, « Carte topographique de Catalogne » (consulté le 19 octobre 2018).
  2. a b et c (ca) Institut géographique et géologique de Catalogne, « Cartes géologiques de Catalogne » (consulté le 19 octobre 2018).
  3. Raymond Mirouse, « Formation des Pyrénées », Geolval (consulté le 7 octobre 2018).
  4. a b et c Parcs de Catalogne (Généralité de Catalogne), « Intérêt géologique : chaîne du Cadí » [PDF] (consulté le 19 octobre 2018).
  5. a et b Parcs de Catalogne (Généralité de Catalogne), « Intérêt géologique : massif du Pedraforca » [PDF] (consulté le 19 octobre 2018).
  6. a b c et d Parcs de Catalogne (Généralité de Catalogne), « Faune et flore du Parc Naturel du Cadí-Moixeró » [PDF] (consulté le 19 octobre 2018).
  7. Parcs de Catalogne (Généralité de Catalogne), « Site naturel d'intérêt national de la Pedraforca » [PDF] (consulté le 29 septembre 2018).
  8. Office du tourisme de la députation de Lérida, « Le Parc Naturel du Cadí-Moixeró » (consulté le 19 octobre 2018).
  9. a et b (en) Union internationale pour la conservation de la nature, « Pyrenaearia parva » (consulté le 19 octobre 2018).
  10. (en) AnimalBase, « Pyrenaearia parva » (consulté le 19 octobre 2018).
  11. a et b (ca) Généralité de Catalogne, « La planification stratégique des parcs naturels protégés de Catalogne » [PDF] (consulté le 19 octobre 2018).
  12. (ca) Anna Aguilar, « El Cadí-Moixeró fa costat a la perdiu », Presència, Barcelone, vol. 2013,‎ , p. 26-27.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :