Parc national de la Tijuca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parc national de la Tijuca
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
39,51 km2[1]
Administration
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
Statut patrimonial
Bien classé par l'IPHAN (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Visiteurs par an
2 millions[1]
Administration
Site web
Localisation sur la carte du Brésil
voir sur la carte du Brésil
Green pog.svg
Localisation sur la carte de Rio de Janeiro
voir sur la carte de Rio de Janeiro
Green pog.svg

Le parc national de la Tijuca se situe dans la ville de Rio de Janeiro, au Brésil. Parmi les éléments touristiques du parc, pistes, grottes et cascades, se trouvent des repères célèbres de la ville, comme la Pierre de la Gávea, le Corcovado et la statue du Christ Rédempteur, ou encore le Pic de la Tijuca, point culminant du parc, à 1 022 mètres au-dessus du niveau de la mer. S'étendant sur une partie du massif de la Tijuca, le relief du parc est montagneux. Il est administré par l'Institut Chico Mendes de Conservation de la Biodiversité (ICMBio).

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé le 6 juillet 1961, il couvre une surface de 3 972 hectares, dans laquelle s'inscrit la forêt de Tijuca (Floresta da Tijuca). Il joue un rôle fondamental pour la cité de Rio, prévenant l'érosion des pentes, inondations et effondrement et en réduisant la pollution atmosphérique. Il possède également diverses sources d'eau qui contribuent à approvisionner la ville, en même temps que récréation et qualité de vie aux habitants, en plus de préserver le paysage et de développer le tourisme. La préservation du parc est directement liée au bien-être, à la santé et à la richesse de la ville, dont elle est peut-être le plus grand patrimoine.

Le parc national de la Tijuca a été déclaré réserve de biosphère par l'Unesco en 1991.

Il s'agit du plus petit des parcs nationaux brésiliens. Situé dans la partie centrale de la commune, son territoire n'est pour autant pas continu, mais s'entremêle avec la zone urbaine. Quatre secteurs le composent :

  1. le secteur A, qui comprend la forêt de la Tijuca
  2. le secteur B, avec la Serra da Carioca (chaîne de la Carioca), la colline du Corcovado (Morro do Corcovado) et le Point de Vue Chinois (Vista Chinesa)
  3. le secteur C, qui regroupe la Pedra Bonita, la Agulhinha da Gávea et la Pierre de la Gávea (Pedra da Gávea)
  4. le secteur D, composé de la Serra dos Pretos Forros e Covanca

Compte tenu de la dispersion du parc, la lutte contre l'occupation illégale est une préoccupation permanente. Le parc est actuellement cogéré par l'Institut Chico Mendes de Conservation de la Biodiversité (ICMCBio) et par la Commune de Rio de Janeiro. La société civile est incitée à participer à parc à travers des ONG comme l'Association des Amis du Parc National de la Tijuca.

Flore[modifier | modifier le code]

À l'origine, tout le parc était recouvert par une dense forêt de type tropical pluvial. Puis, la forêt fut sujette à une dégradation intensive due aux coupes de bois pour la construction, le chauffage, le charbon et pour le fonctionnement de nombreux ateliers de canne à sucre, de poteries à des fins domestiques, mais aussi pour faire place à la culture du café en de nombreux endroits. En 1860, par ordre de l'empereur Pierre II, la zone commença à être reboisée avec toutefois des essences différentes des originelles. En même temps que la régénération naturelle, des soins furent apportés à la zone pour former la forêt que nous voyons aujourd'hui, riche d'une flore très diverse.[réf. souhaitée]

Faune[modifier | modifier le code]

Du fait de la dégradation que la forêt a subi dans les 400 dernières années et de l'absence de connexion avec d'autres massifs forestiers, le parc ne compte pas la même variété d'animaux que celle qui caractérise les sites similaires de la côte atlantique de la Serra do Mar. La majeure partie de sa faune se tient à l'écart des regards des visiteurs ou bien vit la nuit. On recense :

[réf. souhaitée]

Le parc est fréquenté par 71 espèces de mammifères. Trois carnivores fréquentent le parc, soit le renard des savanes (Cerdocyon thous), le coati commun (Nasua nasua) et le raton crabier (Procyon cancrivorus). Il est aussi visité par trois espèces de primates, soit l'apelle (Cebus apella), le saïmiri commun (Saimiri sciureus) et le ouistiti commun (Callithrix jacchus) et par deux xénarthres, soit le fourmilier à collier (Tamandua tetradactyla) et le paresseux à gorge brune (Bradypus variegatus). Les petits mammifères sont représentés par l'écureuil de Guyane (Sciurus aestuans), le rat noir (Rattus rattus), le paca (Agouti paca), l'agouti doré (Dasyprocta leporina), Sphiggurus insidiosus, Trinomys dimidiatus, le sarigue du Sud-Est brésilien (Didelphis aurita), Philander frenatus et le Lapin du Brésil (Sylvilagus brasiliensis). Il est finalement fréquenté par 46 espèces de chiroptères[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (pt) « Parque Nacional - PARNA da Tijuca », sur Instituto Chico Mendes de Conservação da Biodiversidade (consulté le 31 octobre 2010)
  2. (pt) Instituto Chico Mendes de Conservação da Biodiversidade 2008, p. 204–207

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pt) Instituto Chico Mendes de Conservação da Biodiversidade, Plano de manejo para o Parque Nacional da Tijuca, vol. I, Brasília, , 312 p. (lire en ligne)