Parc national de la Pendjari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de la Pendjari
Image illustrative de l'article Parc national de la Pendjari
Entrée du parc
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 597
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Atacora
Coordonnées 11° 13′ 50″ nord, 1° 31′ 36″ est
Création 1961
Classement  Réserve de biosphère (1986, Pendjari)
Site web http://www.pendjari.net

Géolocalisation sur la carte : Bénin

(Voir situation sur carte : Bénin)
Parc national de la Pendjari

Le parc national de la Pendjari (PNP) est une aire protégée du Bénin située à l'extrême nord-ouest du pays, dans le département de l’Atacora sur les communes de Tanguiéta, Matéri et Kérou, à la frontière du Burkina Faso. Il fait partie de la Réserve de biosphère de la Pendjari (RBP), créée en 1986, qui englobe, outre le parc, des zones de chasse et une zone tampon.

Historique[modifier | modifier le code]

Stèle UNESCO (1986).

L'ancienne aire de chasse destinée à l'administration coloniale acquiert en 1954 le statut de Réserve partielle de faune de la boucle de la Pendjari, avant de devenir Réserve totale de faune de la Pendjari l'année suivante. En 1959 les zones cynégétiques de la Pendjari et de l'Atacora sont créées. La Réserve de faune devient Parc national de la Pendjari en 1961.

Le 16 juin 1986, le statut de réserve de biosphère est accordé par l'UNESCO.

Le 2 avril 1996 est créé le Centre national de gestion des réserves de faune (CENAGREF), un Office d’État à caractère social, scientifique et culturel, doté d’une personnalité morale et d’une autonomie financière, qui a en charge les aires protégées de la Pendjari et du W. La même année sont créées les Associations villageoises de gestion des réserves de faune (AVIGREF), des organisations de villages riverains et partenaires directs du CENAGREF[1].

En 2007, la zone autour de la vallée de la rivière Pendjari est reconnue comme « zone humide d'importance internationale » dans le cadre de la convention de Ramsar[2].

Le 31 mars 2009, le ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature du Bénin dépose auprès de l'UNESCO un dossier de candidature en vue de l'inscription du PNP sur la liste indicative du patrimoine mondial[3].

Milieu physique[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Complexe WAP.

La Réserve de biosphère de la Pendjari (RBP) fait partie du plus grand ensemble d’aires protégées d'Afrique de l’Ouest, le complexe WAP (W-Arly-Pendjari), qui comprend aussi la Réserve de biosphère transfrontalière W (Bénin-Niger-Burkina Faso), et plusieurs aires protégées de statuts divers au Burkina Faso (Réserve partielle de Pama, Réserve totale de faune d'Arly, Réserve du Singou) et au Togo (Parc national de la Kéran, réserve de faune Oti-Mandouri), sur une superficie totale d'environ 50 000 km2[4].

La RBP couvre environ 5 000 km2, soit 10 % de l'ensemble. Ses limites géographiques sont comprises entre 10°30’ et 11°30’ de latitude Nord et 0°50’ et 2°00’ de longitude Est.

Depuis Cotonou, par la route, le parc est accessible par les postes forestiers de Porga ou de Batia (environ 730 km), depuis Ouagadougou (Burkina-Faso) par le pont d'Arly (527 km) – qui le relie à la réserve totale de faune d'Arly –, ou depuis Niamey (Niger) par Kandi et Founongo (290 km)[5].

Climat[modifier | modifier le code]

La réserve est bien arrosée, avec des précipitations annuelles moyennes comparables à celles que l'on observe dans le sud du Bénin, de l'ordre de 1 000 à 1 100 mm.
La saison de pluies s'étend de la mi-mai au mois d'octobre. Une saison sèche et fraîche, marquée par l’harmattan, lui succède de novembre à février, elle-même suivie d'une saison sèche et chaude de mars à mi-mai, avec des températures pouvant atteindre 40° C[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

200 des quelque 300 km de la rivière Pendjari se trouvent dans l'enceinte du parc. C'est le seul cours d'eau permanent, même s'il tarit à plusieurs endroits en saison sèche, de même que de nombreuses mares, à l'exception de la mare Bali, située au centre, en savane sur terrain exondé. La concentration des animaux y étant souvent élevée, elle est particulièrement propice à l'observation et prisée des touristes[2].

Flore[modifier | modifier le code]

La végétation est variée, avec 241 espèces végétales réparties en 53 familles recensées sur l'ensemble du site et réparties entre 7 à 9 formations végétales, selon les auteurs : forêt riveraine (Parinari congensis, Pterocarpus santalinoides ; forêt galerie (Khaya senegalensis, Vitex chrysocarpa ou Cola laurifolia) ; forêt dense sèche (Anogeissus leiocarpus, Diospyros mespiliformis) ; forêt claire (Anogeissus leiocarpus, Daniellia oliveri) ; savane boisée (Combretum spp, Pterocarpus erinaceus) ; savane arborée (Combretum spp) ; savane arbustive (Acacia gourmaensis, Crossopteriyx febrifuga) ; savane saxicole (Detarium microcarpum, Burkea africana) ; savane marécageuse (Terminalia macroptera, Mitragyna inermis, Acacia sieberiana[6].).

Le long de la rivière Pendjari et de la falaise de l’Atacora, plusieurs espèces d'arbres, telles que Adansonia digitata (baobab), Anogeissus leiocarpus (bouleau d'Afrique), Vitellaria paradoxa (karité) ou Parkia biglobosa (néré) témoignent de l'existence de villages et de champs antérieure à la création de la réserve.

Faune[modifier | modifier le code]

Le guépard est l'emblème du parc national de la Pendjari. On le trouve dans les savanes herbeuses, notamment le long de la rivière Pendjari. Les lions y sont peu nombreux (une cinquantaine) peut-être à cause de l'importante concurrence exercée par de nombreux autres carnivores. Ceux-ci, outre le guépard, sont principalement le lycaon, l'hyène, le chacal et le léopard. Les lions de la Pendjari, se distinguent par la quasi absence de crinière chez les mâles.

Parmi les grands herbivores, on observe la présence d'hippopotames, l'Hippopotamus amphibius bien connu qui peut peser jusqu'à 3 ou 4 tonnes. Un autre grand herbivore est bien sûr l'éléphant d'Afrique. L'éléphant d'Afrique occidentale a les défenses un peu moins longues que celui d'Afrique de l'Est.

Les autres herbivores importants que l'on trouve dans le parc sont le damalisque (ou topi), l'hippotrague (ou antilope chevaline), le cobe de Buffon, le cobe Defassa (ou waterbuck ou antilope sing-sing), le bubale et le buffle d'Afrique.

Milieu humain[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Limité par des quotas, le tourisme cynégétique n'est autorisé dans la réserve qu'en-dehors des limites du parc national, où seul le tourisme de vision est pratiqué, facilité par la présence d'un grand nombre d'espèces phares. Plusieurs miradors, particulièrement au bord des mares (Bali, Sacrée, Yangouali, Tiabiga, et Diwouni), facilitent l'observation[7].

Cette forme de tourisme constitue une importante source de revenus pour le CENAGREF. Elle joue également un rôle dans la dissuasion des braconniers et conserve pour le moment un impact limité sur la quiétude de la faune, sauf en quelques points (mare Bali) et pour une courte période, à Noël ou à Pâques[8].

Au cours de la saison 2008-2009, quelque 7 000 touristes ont visité le parc, un chiffre qui reste modeste par rapport aux entrées dans les grands parcs d'Afrique de l'Est, au Kenya ou en Tanzanie, mais qui pourrait être exploité davantage moyennant des aménagements complémentaires[8].

Les touristes viennent principalement d'Europe et de la sous-région ouest-africaine (Bénin, Togo, Niger, Burkina Faso). En 2008/2009, 39% des visiteurs étaient de nationalité française, 34% étaient Béninois. D'autres nationalités sont également représentées (Allemands, Américains, Belges), mais en petit nombre[8].

Problématiques[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

D'après une évaluation faite par la CENAGREF béninoise, le parc national de la Pendjari et ses zones de chasse sont les moins dégradés du Bénin, et la situation est nettement plus favorable que dans le parc national du W du Niger voisin. La flore y est encore intacte. Le Bénin dispose de réelles compétences en matière de connaissance de la faune des zones protégées. La faune du parc, bien qu'en diminution, n'est pas encore vraiment menacée. Un nouveau système de surveillance a été mis en route, avec occupation permanente des espaces protégés. On voit déjà les signes de repeuplement par les espèces de mammifères menacés.

Un facteur favorable est que la densité de la population humaine est encore assez faible, et son accroissement naturel ne menace pas la biodiversité. Les autorités du Bénin montrent de l'intérêt à la protection de l'environnement et semblent décidés à adopter une politique volontariste en ce qui concerne la participation des populations locales.

De plus une série d'organisations et d'ONG étrangères se sont investies dans la conservation de la nature au Bénin et ailleurs en Afrique. Parmi elles se trouvent d'appréciables bailleurs de fonds.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Djafarou Tiomoko, Gestion de la Réserve de Biosphère de la Pendjari : modes de gestion et proposition d’un modèle conceptuel de durabilité, Université d’Abomey-Calavi, 2014, p. 31-32 [lire en ligne] (thèse)
  2. a et b Parc national de la Pendjari. Plan d’Aménagement Participatif et de Gestion 2004-2013, CENAGREF, p. 16 ; 23 [lire en ligne]
  3. Parc National de la Pendjari, UNESCO [1]
  4. a et b PNP. Plan d'Aménagement Participatif et de Gestion 2004-2013, op. cit., p. 15
  5. Colette Tchaou Hodonou, Visage du Bénin : le guide du tourisme et des affaires, Éditeur Flamboyant, 1995, p. 171
  6. PNP. Plan d'Aménagement Participatif et de Gestion 2004-2013, op. cit., p. 17-18
  7. PNP. Plan d'Aménagement Participatif et de Gestion 2004-2013, op. cit., p. 56
  8. a, b et c PNP. Plan d'Aménagement Participatif et de Gestion 2004-2013, op. cit., p. 17-18

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Emeline P. S. Assédé, Aristide C. Adomou and Brice Sinsin, « Magnoliophyta, Biosphere reserve of Pendjari, Atacora Province, Benin », in Check List, 2012, 8 (4), p. 642-661, [lire en ligne]
  • Émeline P. S. Assede, Gilles Nago et Brice Sinsin, Les petites mares de la Réserve de Biosphère de la Pendjari (Bénin) : Végétation, amphibiens et oiseaux des petites mares de la Réserve de Biosphère de la Pendjari (Afrique de l'Ouest), Éditions universitaires européennes EUE, 2013, 112 p. (ISBN 9786131561740)
  • A. F. Azihou, Influence de l’éléphant (Loxodonta africana) sur la structure des formations végétales et la disponibilité des espèces végétales appétées par d’autres herbivores dans la Réserve de Biosphère de la Pendjari au Bénin, Faculté des Sciences agronomiques/Université d’Abomey-Calavi, Bénin, 2008, 84 p. (thèse pour l’obtention du diplôme d’ingénieur-agronome)
  • Monika Dittrich et Stefanie Eissing, Ressources non utilisées, ressources perdues : tourisme cynégétique et élevage d'animaux sauvages au service de la conservation de la nature et du développement ; des idées venues du Bénin, vol. 3, Eschborn, Kasparek Verlag, coll. « La durabilité et ses différents visages », , 68 p. (lire en ligne)
  • Franck Legba, Contribution de la végétation des collines de la zone cynégétique et du Parc National de la Pendjari du Bénin comme milieu cadre et milieu ressource de la faune sauvage, Université d´Abomey-Calavi, Cotonou, 2005 (thèse d'ingénieur-agronome)
  • S. G. A. Nago, Diversité des amphibiens dans les terroirs riverains à la Zone cynégétique de la Pendjari, Université d´Abomey-Calavi, Cotonou 2005 (mémoire de diplôme d´études approfondies (DEA)
  • Parc national de la Pendjari. Plan d’Aménagement Participatif et de Gestion 2004-2013, CENAGREF, 124 p. [lire en ligne]
  • Aristide Tehou, « Abondances et densité des grands mammifères dans la réserve de biosphère de la Pendjari (Bénin) », in Anne Fournier, Brice Sinsin et Guy Apollinaire Mensah, Quelles aires protégées pour l'Afrique de l'Ouest ? : conservation de la biodiversité et développement, IRD, Paris, 2007, p. 547-548 (ISBN 978-2-7099-1634-9) [lire en ligne]
  • Djafarou Tiomoko, Gestion de la Réserve de Biosphère de la Pendjari : modes de gestion et proposition d’un modèle conceptuel de durabilité, Université d’Abomey-Calavi, 2014, 155 p. [lire en ligne] (thèse)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]