Parc national Podocarpus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parc national Podocarpus
Bosquebombus.jpg
Forêt située dans le parc
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
1 449,93 km2
Administration
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
Statut patrimonial
 Réserve de biosphère (2010, Podocarpus - El Condor)
Site web
Localisation sur la carte de l’Équateur
voir sur la carte de l’Équateur
Green pog.svg

Le parc national Podocarpus (en espagnol : Parque Nacional Podocarpus) est un parc national de l'Équateur, situé dans les provinces de Loja et Zamora-Chinchipe, au sud de l'Équateur, près de la frontière du péruvienne.

Le parc constitue également l'aire centrale de la réserve de biosphère de Podocarpus - El Condor, reconnue par l'Unesco le 18 septembre 2007.

Le parc a deux entrées principales: une dans le secteur Cajanuma, à 8 km au sud de Loja, l'autre dans le secteur Bombuscaro, correspondant à la rivière Bombuscaro, à l'étage montagnard inférieur, à partir de 1 000 m. Les précipitations varient de 1 500 à 3 000 mm[1].

Flore[modifier | modifier le code]

La flore du parc est exceptionnellement riche.

Le parc fut créé en 1982 pour protéger une zone forestière contenant trois espèces de Podocarpus[1]. Connu localement sous le nom de romerillo, les podocarpus sont les seuls conifères originaires des Andes équatoriennes[2]. Outre le romerillo (Podocarpus glomeratus), il pousse dans le parc, des quinquinas (Cinchona), l'arbre national de l'Équateur, et une grande variété d'orchidées.

En janvier 1737, La Condamine parcourt la montagne de Cajanuma, où il effectue la première description botanique de l'arbre à quinquina[3] tandis que Morainville en réalise une illustration d'après nature. Joseph de Jussieu s'y rend aussi en mars 1739 et rédige en latin un mémoire sur l'étude botanique de la plante, sur les propriétés thérapeutiques de l'écorce, sa falsification, sa récolte en forêt, etc. Le manuscrit intitulé Descriptio arboris Rinakina allait resté inédit. Ce travail précis de professionnel, ne sera publié qu'en 1936, en traduction française, à l'occasion du centenaire d'une marque commerciale de quinquina[4].

Le parc national Podocarpus rassemble 221 espèces endémiques identifiées en Équateur. Parmi celles-ci, 99 ne se trouvent que dans le parc.

Les taxa Brachyotum, Centropogon et Lysipomia ont leur aires de diversité maximale dans cette zone. Les aires d'endémisme les plus importantes se trouvent entre 2800 et 3 400 m[5].

Faune[modifier | modifier le code]

Le parc national Podocarpus est réputé pour son avifaune très riche. Elle comprend environ 560 espèces d'oiseaux[1], attirant de nombreux passionnés d'ornithologie.

Il a été observé 68 espèces de mammifères dont quatre situés sur la liste rouge de l'Équateur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ministerio del Ambiente, « Parque Nacional Podocarpus »
  2. The Nature Conservancy, « Ecuador Podocarpus National Park » (consulté le 23 avril 2017)
  3. Samir Boumediene, Le colonisation du savoir - Une histoire des plantes médicinales du "Nouveau Monde" (1492-1750), Éditions des mondes à faire, Vaux-en-Velin,
  4. Joseph de Jussieu (traduction du professeur Pancier), Description de l'arbre à quinquina: mémoire inédit de Joseph de Jussieu (1737), Paris : Société du traitement des quinquinas, (lire en ligne)
  5. Pablo Lozano, Tania Delgado & Zhofre Aguirre, « Endemism as a tool for conservation. Podocarpus National Park a case study », Lyonia, vol. 6, no 2,‎ (lire en ligne)
  6. The IUCN Red List of Threatened Species, « Tapirus pinchaque » (consulté le 23 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]