Parc du Golden Gate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Golden Gate (homonymie).
Parc du Golden Gate
(en) Golden Gate Park
Image illustrative de l'article Parc du Golden Gate
Le parc vu du ciel au premier plan, avec le centre-ville de San Francisco au milieu de la photographie.
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Commune San Francisco
Superficie 412 ha
Histoire
Création Années 1870
Caractéristiques
Type Jardin public
Gestion
Fréquentation 19 millions
Protection National Register of Historic Places
Lien Internet http://sfrecpark.org/ggp.aspx
Localisation
Coordonnées 37° 46′ 05″ nord, 122° 28′ 55″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Californie

(Voir situation sur carte : Californie)
Parc du Golden Gate(en) Golden Gate Park

Géolocalisation sur la carte : San Francisco

(Voir situation sur carte : San Francisco)
Parc du Golden Gate(en) Golden Gate Park

Le parc du Golden Gate (en anglais Golden Gate Park) est un espace vert américain d'une superficie de 412 hectares[1] (4,5 km2, environ 5 km sur 800 mètres), situé à San Francisco, en Californie.

Il est le plus grand parc de la ville et sa superficie dépasse celle du Central Park de New York. Il est administré par le San Francisco Recreation & Parks Department et se classe au rang de troisième parc public le plus visité des États-Unis[2].

Le projet date des années 1860, les San-Franciscains voulant pour leur ville un jardin public qui pourrait rivaliser avec celui de New York. Le projet est achevé dans les années 1870, après que les autorités aient choisi un emplacement inhabité et sablonneux. Le plan du parc est réalisé par Frederick Law Olmsted et son assistant John McLaren, qui vit dans le parc jusqu'à sa mort en 1943.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1860, les San-Franciscains commencent à ressentir le besoin d'avoir un grand parc public similaire au Central Park qui prend alors forme à New York. Les jardins sont aménagés dans un terrain sableux et de mauvaise qualité à l'ouest de San Francisco, connu sous le nom d'outside lands. Bien que le parc soit conçu comme site de loisirs, l'idée sous-jacente est de développer les logements et d'étendre la ville vers les rives de l'océan Pacifique. L'ingénieur de l'aménagement William Hammond Hall prépare en 1870 une enquête et une carte topographique du site ; il est nommé commissaire du projet en 1871[1]. Il devint ensuite Premier ingénieur d'État de Californie et développe un système intégré de contrôle des inondations de la vallée de Sacramento, travaillant dans le même temps sur le Golden Gate Park. En 1875, 60 000 arbres sont plantés (essentiellement des eucalyptus, des pins et des cyprès de Monterey) pour stabiliser le terrain sablonneux[1]. Un moulin d'inspiration néerlandaise (Dutch Windmill) est installé en 1903 à l'ouest du parc[1].

Lieux du Golden Gate Park[modifier | modifier le code]

Le parc regroupe plusieurs édifices et jardins. Le San Francisco De Young Museum, ouvert en 1921, exposant des toiles d'artistes américains (Hopper, Sargent et Whistler) en fait partie. Le conservatoire des fleurs est une serre d'inspiration victorienne construite en 1878, l'une des plus grandes du monde. Restaurée en 1883 par Charles Crocker, elle survécut au séisme de 1906 et à un incendie en 1918, mais est néanmoins fermée au public entre 1933 et 1946. Elle est endommagée par la tempête de 1995 et subit des travaux jusqu'en 2003.

Le jardin de thé japonais (Japanese Tea Garden) est inauguré en 1894 ; il est un endroit où l'on peut méditer sous les pagodes, près des bonsaïs et des bassins. Il est le plus ancien jardin japonais des États-Unis. Le National Aids Memorial Grove est un endroit créé en 1988 pour se recueillir devant les noms des victimes du SIDA. C'est le premier mémorial de ce type aux États-Unis. Le Strybing Arboretum héberge le Jardin botanique de San Francisco avec plus de 7 500 espèces végétales. Le parc compte de nombreux lacs artificiels : Stow Lake avec une île de plus de 140 mètres de haut, Strawberry Hill, comportant une chute d'eau. Spreckels Lake se situe au nord du parc.

Le parc est également un lieu où l'on peut pratiquer du sport : ainsi, le Kezar Stadium (en), construit entre 1922 et 1925 dans le coin sud-est du parc a une capacité de 59 000 places ; il fut démoli en 1989 et remplacé par un stade moderne de 10 000 places. Près du Koret Children’s Quarter et du Sharon Building se trouve un carrousel datant de 1914 toujours en activité[3]. Enfin, la California Academy of Sciences a ouvert ses portes en 2008. Ce bâtiment dessiné par l'architecte Renzo Piano selon des normes environnementales strictes abrite un muséum d'histoire naturelle, des aquariums, un planétarium et un cinéma 3D.

Quelques chiffres :

  • Longueur : 5 km
  • Largeur: 0,8 km
  • Superficie : 4,5 km2
  • Nombre d'arbres : plus d'un million
  • Pistes cyclables : 10 km

Le parc dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « History and Geography », Golden Gate Park (consulté le 9 juillet 2012).
  2. (en) « Golden Gate Park - San Francisco, CA », Golden Gate Park (consulté le 9 juillet 2012).
  3. (en) « Golden Gate Park Carousel », Golden Gate Park (consulté le 7 juillet 2012)
  4. « San Francisco Golden Gate Park », Film in America, (consulté le 6 janvier 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Elizabeth May McClintock et Richard G. Turner, The Trees of Golden Gate Park and San Francisco, Heyday, , 244 p. (ISBN 9781890771287).
  • (en) Terence G. Young, Building San Francisco's Parks, 1850-1930 : Creating the North American Landscape, Johns Hopkins University Press, , 260 p. (ISBN 9780801874321).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :