Parc de la Ligue arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Parc de la Ligue Arabe
Parc de la Ligue Arabe Avenue.JPG
Le Parc de la Ligue arabe en 2012
Présentation
Type
Construction
Rénovation
Surface
300 000 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Patrimoine culturel du Maroc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le parc de la Ligue arabe (arabe : حديقة جامعة الدول العربية) est un parc public situé à Casablanca, au Maroc. Aménagé sous le protectorat français, il a été rénové en 2018.

Description du site[modifier | modifier le code]

Ce poumon vert de Casablanca s’étend sur 30 hectares. C'est d'après L'Économiste un des espaces emblématiques du centre-ville de Casablanca[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parc a été conçu à partir de 1916 par Albert Laprade sous la supervision d'Henri Prost[2]. Planté en , il est d'abord appelé parc Lyautey en l'honneur d'Hubert Lyautey, qui était le résident général[2].

À cette occasion, des piliers et des arches provenant de l'ancienne prison d'Anfa, démolie en 1916, ont été déplacés dans le parc[3],[4],[5].

Après l'indépendance, le parc change de nom pour honorer la Ligue arabe.

Le parc est rénové en 2018. Les travaux effectués sont évalués à environ 100 millions de dirhams (environ 10 millions d'euros).

En 2015, à la demande de l'Institut français, l'artiste Daniel Buren mélange des arches de couleurs vives aux arches de l'ancienne prison. Prévue pour être une installation temporaire d'un mois, l'œuvre est finalement conservée et reconstruite de manière durable dans le cadre de la rénovation[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aziza El Affas, « Parc Ligue arabe: Ouverture en mars 2018 », L'Économiste, no 5126,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  2. a et b Institut français d'architecture, Archives d'architecture du XXe siècle, Liège, Mardaga, , 510 p. (ISBN 2-87009-446-9, lire en ligne), p. 198.
  3. André Adam, Histoire de Casablanca, des origines à 1914, Ophrys, coll. « Publication des Annales de la Faculté des lettres, Aix-en-Provence » (no 66), , 192 p. (OCLC 419950840, SUDOC 01850907X), p. 59–60.
  4. Abdellah Naguib, « La prison d'Anfa - dite portugaise », sur histoiredecasablanca.ma, .
  5. Albert Maitrot de La Motte-Capron, « La prison de Casablanca », Recueil des Notices et Mémoires de la Société Archéologique du département de Constantine, 5e série, vol. 12 (55) « 1923-1924 »,‎ , p. 1-25 (DOI 10.11588/diglit.13135.4).
  6. Amine Boushaba, « Une œuvre monumentale pour le parc de la Ligue Arabe », L'Économiste, no 5214,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :