Parc Dino-Zoo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dino-Zoo du Doubs
Charbonnières-les-Sapins, Dino-zoo - img 44955.jpg

Entrée du Parc Dino-zoo.

Informations générales
Surface
15 hectares
Site web
Collections
Collections
100ene d'animaux préhistoriques
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
16 rue du Château
25620 Charbonnières-les-Sapins
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Doubs
voir sur la carte du Doubs
Red pog.svg

Le Parc Dino-Zoo de Charbonnières-les-Sapins en Franche-Comté (30 km à l'est de Besançon) est un parc à thème ludique et pédagogique situé dans un parc boisé de 15 hectares où sont exposés une centaine de reconstitutions grandeurs natures de dinosaures, animaux préhistoriques et hommes préhistoriques qui jalonnent un parcours chronologique pédagogique de 2,5 km.

Le parc dispose également de plusieurs attractions, animations pédagogiques et spectacles.

Le Parc Dino-Zoo a été élu site de l'année 1998 lors du salon national des professionnels du tourisme MITCAR.

Le Parc Dino-Zoo fait partie d'un pôle touristique qui regroupe deux sites touristiques : Parc Dino-Zoo et Gouffre de Poudrey.

Chaque année, 126 000 visiteurs poussent les portes de ce site touristique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Années 1992-1999[modifier | modifier le code]

Le Parc Dino-Zoo ouvre le  sur l’initiative de Guy et Isabelle Vauthier après un voyage aux États-Unis où ils découvrent les parcs à thèmes et muséums d'histoires naturelles. À cette époque, Guy et Isabelle sont les gérants du site touristique Gouffre de Poudrey.

Guy Vauthier, passionné de géologie et de paléontologie, imagine un parc de loisirs sur le thème des dinosaures du Jura. Il rêve de créer un pôle touristique afin d'occuper les visiteurs du Gouffre de Poudrey sur une journée complète.

En 1990, un terrain de 15 hectares est trouvé sur la commune de Charbonnières-les-Sapins à 5 km du Gouffre de Poudrey.

Les travaux débutent en . En 6 mois, le site de charbonnières les sapins est transformé et accueille ses premiers visiteurs.[réf. nécessaire][1]

Les visiteurs sont au nombre de 50 000 en 1992. 

À l'ouverture du parc, seulement 16 dinosaures sont installés le long d'un parcours d'environ 1,5 km au lieu de 30 suite à des retards de fabrication du fournisseur.

Lors de la saison 1993, les 30 sculptures de dinosaures sont enfin toutes installées dans le parc.

En 1996, un nouveau parcours de 800 mètres est créé : « La vallée des Hommes ». Premier gros investissement du parc depuis l'ouverture 4 ans plus tôt. Cette vallée est aménagée d'un ruisseau où des scènes de la vie humaine préhistorique sont présentées. Au total 22 nouvelles sculptures sont installées comme le mammouth, l'ours des cavernes, le tigre à dents de sabre, le mégacéros, Cro-magnon, Néandertal.

En 1998, ouverture du restaurant Dino-Croc.

En 1999, le parc aménage une zone dédiée aux animaux marins préhistoriques : « Le grand lac ». Cascades, enrochements, les décors naturels ne sont pas en reste. Avec une longueur de 15 mètres, deinosuchus est la plus grande sculpture du lac. Quatre autres sculptures sont présentes dans cette nouvelle zone : mosasaurus, élasmosaurus, placodus et ichthyosaure. 70 000 visiteurs poussent les portes du parc cette année-là. 

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, le Parc décide de fabriquer ses propres sculptures de dinosaures dans un studio sur place. Plusieurs dinosaures vont naître de cet atelier entre 2000 et 2005. Dilophosaurus et andrewsarchus en 2001, mammouths et brontosaures en 2002, tricératops en 2003 et le tyrannosaure en 2004. En parallèle, le parc fabrique des sculptures pour d'autres parcs comme le Jardin Créole en Guadeloupe. Un parcours de 500 mètres est créé afin d'accueillir de nouvelles sculptures : « La sapinière du Jurassique ». Au total, 20 nouveaux dinosaures s'ajoutent à la visite. Guy Vauthier décide également de développer en 2000 des animations afin de développer le thème de la préhistoire humaine. Sous un chapiteau, les visiteurs découvrent ou s'initient à la chasse préhistorique, à l'allumage du feu et à la peinture rupestre. Des médiateurs scientifiques sont en charge d'animer ces activités.

En 2005, le Parc entame une transformation. Guy Vauthier, fondateur et gérant du parc, imagine et crée le cinéma 4D. Le Parc produit son propre film d'animation EVOLUTION. D'une durée de 16 minutes, ce film retrace l'histoire de la vie sur terre, du Big Bang jusqu'aux dinosaures. Des effets sensitifs s'ajoutent à l'aventure : eau, chaleur, vent, lumières, tremblements. La construction du cinéma est confiée à la société Nautilus. La conception du film est confiée à une école spécialisée dans le film d'animation à Laval.

En 2006, le Parc Dino-Zoo s'achète sa première attraction mécanique : Dino-Galoppant. Un parcours de 200 mètres à dos de dinosaure. La fabrication de ce manège est confiée au fabriquant français de manèges Soquet. 100 000 visiteurs poussent les portes du parc cette année là.

Entre 2008 et 2009, plusieurs nouvelles sculptures s'ajoutent au parcours : spinosaurus, europasaurus, cératosaurus.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2012, le Parc ajoute le brachiosaurus, une sculpture de 25 mètres de long et 13 mètres de haut. Deux grues sont nécessaires pour installer ce mastodonte de plusieurs tonnes. Ce dinosaure nécessite un investissement de 100 000 . Plus gros investissement pour une sculpture de dinosaure depuis l'ouverture du parc en 1992. 107 000 visiteurs se pressent pour découvrir ce dinosaure.

En 2013, le Parc célèbre ses 20 ans avec un bâtiment gigantesque de 600 m2 : LA HUTTE. Ce bâtiment regroupe les trois animations préhistoriques du parc déjà existantes et également une petite attraction : la rivière aux fossiles ainsi qu'une zone de fouilles paléontologiques. Ce bâtiment est équipé de décors, de fresques et de différents dioramas. 118 000 visiteurs poussent les portes du parc cette année là. 

L'année 2014 est marquée par le décès brutal de Guy Vauthier, fondateur et gérant du parc. Guy n'aura pas eu le temps de réaliser tous ses projets pour Dino-Zoo. Les enfants de Guy reprennent officiellement les rênes du site : July, Geoffroy et Cynthia Vauthier. Geoffroy Vauthier devient gérant du Parc Dino-Zoo en novembre 2014, July est en charge de la restauration F&B, Cynthia du merchandising et produits dérivés. En parallèle, Isabelle Vauthier dirige le Gouffre de Poudrey ainsi que le service réservation de l'ensemble du pôle touristique Dino-Zoo/Gouffre de Poudrey.

En 2015, un reptile volant est installé dans le parc : cearadactylus.

En 2016, Geoffroy Vauthier crée et imagine un nouveau film d'animation pour le cinéma 4D du parc : Le Monde de Teïno. Cette nouvelle histoire de 10 minutes permet de dynamiser le cinéma 4D avec de nouveaux effets spéciaux. Le public suit les aventures d'une petites souris pendant la période du Crétacé, en Amérique du nord. Cette même année, un dinosaure gigantesque est installé : diplodocus, 25 mètres de long, 8 mètres de haut. C'est le second plus grand dinosaure du parc après brachiosaurus. Toujours cette même année, Geoffroy Vauthier imagine une animation sur le thème des oeufs de dinosaures : Dino-Oeufs. Un robot bébé tricératops est spécialement fabriqué par une entreprise de cinéma à Paris. 126 000 visiteurs poussent les portes du parc cette année là. 

En 2017, plusieurs nouveaux reptiles préhistoriques. cœlophysis, dimétrodon, ptérodactyle. Au total, 100 sculptures jalonnent le parc. Cette même année, une animation ludique est créée : Pléo Expérience. Dans une nurserie de bébé dinosaures reconstitués, parents et enfants peuvent caresser des bébés dinosaures robotisés.

Quelques animaux et personnages[modifier | modifier le code]

Stégosaures, tricératops, tyrannosaure, brontosaures, vélociraptors, platéosaures, ichthyosaures, mosasaures, élasmosaure, deinosuchus, allosaures, apatosaures, etc., mammouths et hommes préhistoriques...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dany, « visitesetparcs.over-blog.com », sur visitesetparcs.over-blog.com (consulté le 14 novembre 2017)