Paraza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Peraza.
Paraza
Image illustrative de l'article Paraza
Blason de Paraza
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Canton Sallèles-d'Aude
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Maire
Mandat
Émile Delpy
2014-2020
Code postal 11200
Code commune 11273
Démographie
Gentilé Parazanais
Population
municipale
632 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 15′ 02″ nord, 2° 49′ 56″ est
Altitude 34 m (min. : 19 m) (max. : 171 m)
Superficie 9,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paraza

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paraza

Paraza est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Minervois sur le Répudre et le Canal du Midi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pierre-Paul Riquet l'architecte et le créateur du canal du Midi a vécu dans le château du baron Jougla de Paraza durant six ans. Louis XIV y a également séjourné lors de sa visite pour constater de visu l'évolution des travaux et inaugurer le "canal du Roi" ou "canal de l'Entre-deux-Mers" ou encore aujourd'hui "canal du Midi". Pour le remercier de son hospitalité, il donna l'ordre de faire construire sept terrasses descendants du château au Canal.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Paraza

Son blasonnement est : D'or au pal fuselé d'argent et de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1957 mars 1971 Pierre Reynes PCF  
mars 1971 mars 1983 Georges Gautié PCF  
mars 1983 mars 1989 Robert Azam PCF  
mars 1989 juin 1995 Alain Tisseyre SE  
juin 1995 mars 2012 Francis Garcia SE  
mars 2012 en cours Emile Delpy PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 632 habitants, en augmentation de 5,69 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
274 316 285 378 384 395 375 409 397
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
421 456 546 509 541 612 625 719 715
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
715 649 630 660 657 594 566 506 468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
445 440 410 383 401 390 536 610 632
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Paraza possède une très belle église en son centre historique, Notre-Dame-de-l'Assomption. Jusqu'au percement du canal du Midi au XVIIe siècle, l'église se trouvait au lieu-dit l'Église dans le lit actuel du canal des Deux-Mers. Elle portait alors le nom de Notre- Dame-des-Clothes[5]. Le saint patron de la commune est saint Roch.
  • Pont-canal du Répudre
  • Château de la Famille Jougla de Paraza ( premier quart du XVIIème siècle). Les terrasses de son jardin ont été bâties par les ouvriers qui réalisaient le Canal du Midi. Pierre-Paul Riquet y à séjourné.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Paul Riquet (1609-1680), fermier général et entrepreneur français ;
  • Émile Le Camus (1839-1906), prélat catholique français.
  • Arsène de JOUGLA, Abbé de l'Abbaye de Tamié (cisterciens) entre 1707 et 1727.
  • André Jougla de Paraza, né à Béziers le 12 novembre 1702 et mort à Paris en 1769, est un magistrat français. Après avoir fait des études de sciences et de droit à Paris, il fut nommé conseiller au parlement de Toulouse en 1727. Il fut par la suite nommé quatre fois député à la cour, et fut chargé d'épineuses affaires. Il comptait parmi ses relations le chancelier Henri François d'Aguesseau, dont il mit les œuvres en ordre après sa mort. Il fut aussi reçu mainteneur de l'Académie des Jeux floraux en 1730. Il fut entre autres seigneur de Pompertuzat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. clothes désigne une dépression du terrain ou en gaulois, les moissons


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :