Parasite (film, 2019)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parasite (film))
Parasite
Description de l'image Parasite Logo.jpg.
Titre original 기생충
Gisaengchung
Réalisation Bong Joon-ho
Scénario Bong Joon-ho
Han Jin-won
Musique Jung Jae-il
Acteurs principaux
Sociétés de production Barunson E&A[1]
Pays de production Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre Thriller
Comédie noire
Durée 132 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Parasite (기생충, RR : Gisaengchung) est un film sud-coréen coécrit et réalisé par Bong Joon-ho, sorti en 2019. Coécrit par Han Jin-won, le film met en vedette les acteurs Song Kang-ho, Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong, Choi Woo-shik, Park So-dam, Jang Hye-jin et Lee Jung-eun. Il met en scène les membres d'une famille pauvre qui élaborent un stratagème pour être employés par une famille riche et infiltrer son foyer en se faisant passer pour des personnes hautement qualifiées, sans lien de parenté.

Parasite est présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2019, où il remporte la Palme d'or à l'unanimité du jury. Il est le premier film sud-coréen à obtenir cette récompense. Il sort ensuite en Corée du Sud le , distribué par CJ Entertainment. Le film est considéré par de nombreux critiques comme le meilleur film de 2019 et l'un des meilleurs du XXIe siècle. Il rapporte plus de 263 millions de dollars dans le monde pour un budget de 15,5 millions de dollars.

Parmi ses nombreuses récompenses figurent quatre prix de premier plan lors de la 92e cérémonie des Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original et meilleur film international. Parasite devient ainsi le premier film sud-coréen et, plus largement, le premier film non anglophone à remporter l'Oscar du meilleur film[a]. Il est aussi l'un des trois films à avoir remporté à la fois la Palme d'or et l'Oscar du meilleur film, une première en plus de 60 ans[b]. Le film obtient le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère et le BAFTA du meilleur film en langue étrangère, et devient le premier film non anglophone à remporter le Screen Actors Guild Award de la meilleure distribution. Une série télévisée, dont l'action se déroule autour des événements du film, est en cours de développement.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

La famille Kim, pauvre et au chômage, vit d'expédients dans un taudis en sous-sol. Un jour, le fils réussit, au moyen d'un faux diplôme, à se faire embaucher pour donner des cours d'anglais à la fille d'une famille richissime. C’est le début d'une succession d'événements qui vont rapprocher les deux familles.

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Ki-taek, sa femme Chung-sook, leur fils Ki-woo et leur fille Ki-jung sont sans emploi et vivent entassés dans un appartement insalubre en sous-sol. Ils piratent le réseau Wi-Fi de leurs voisins et survivent en pliant des boîtes à pizza cartonnées, payées à la pièce.

Un jour, ils reçoivent la visite d’un étudiant qui demande à Ki-woo, son ami, de le remplacer pour donner des cours privés d'anglais à une jeune fille, Da-hye : il est amoureux de celle-ci et ne fait pas confiance aux autres étudiants. Ki-jung, douée pour les arts, fabrique un faux diplôme de l'université Yonsei pour Ki-woo, qui va se présenter au superbe domicile des parents de la jeune fille. Vite accepté, il séduit rapidement la fille et met en confiance la mère, Mme Park, une femme au foyer un peu naïve. Comme celle-ci voit des chefs-d’œuvre (à la Basquiat) dans les gribouillages de son fils Da-song, un petit garçon très instable depuis le jour où il a vu un « fantôme » sortir de la cave, Ki-woo la persuade d'embaucher comme professeur de dessin sa sœur Ki-jung, qu'il présente comme Jessica, une art-thérapeute très recherchée formée aux États-Unis.

Exposition de costumes, d'une pierre et de toilettes.
Costumes et accessoires du film.

Ki-jung s'impose tout aussi rapidement dans la maison. Reconduite un soir au métro par le chauffeur de M. Park, qui tente vainement de la séduire, elle ôte discrètement sa culotte et la dépose sur le sol de la voiture. Son plan réussit : M. Park, découvrant le sous-vêtement, renvoie son chauffeur pour avoir « franchi la ligne » en couchant avec une femme sur le siège où lui-même est transporté. Ki-jung parle alors à M. Park d'un excellent chauffeur qu'elle a connu autrefois, un peu âgé mais distingué : c'est en réalité son père, embauché à son tour.

Enfin c'est la mère, Chung-sook, qui, sur la recommandation de Ki-taek, entre elle-même dans la maison à la place de la gouvernante de la maison, lorsque les trois acolytes manipulent Mme Park en lui faisant croire que cette dame, allergique à la peau de pêche, est tuberculeuse et ne doit plus être mise en contact avec des enfants.

Dès lors, les deux familles vivent partiellement sous le même toit et les Kim profitent de leurs salaires. À l'occasion d'une sortie de la famille Park pour un week-end de camping pour l'anniversaire de Da-song, les quatre employés profitent de la maison vide. Ils se saoulent dans le salon, regardant l'orage par la grande baie vitrée, quand survient l'ancienne gouvernante, qui se rend dans la cave sous un prétexte : elle cherche en réalité à accéder au bunker souterrain pour apporter de la nourriture à son mari, qu'elle y héberge en secret depuis plusieurs années pour fuir des créanciers réclamant de l'argent qu'il a perdu dans une affaire dans laquelle Ki-taek même était impliqué. Après une altercation, l'ancienne gouvernante manque d'envoyer une vidéo révélant la parenté des nouveaux employés, mais les Kim reprennent le dessus et elle est finalement enfermée dans le bunker avec son mari, gravement blessée.

Peu après, à cause de l'orage, la famille Park revient inopinément à la maison. Chung-sook les accueille tandis que son mari et ses enfants se cachent comme ils le peuvent. Ils finissent par passer une partie de la nuit sous la table basse du séjour, juste devant M. et Mme Park qui couchent sur le canapé, surveillant leur fils qui s'est installé sous une tente indienne dans le jardin tout en tenant des propos déplaisants sur l'« odeur » de leurs serviteurs. Parvenant finalement à s'échapper sous une très forte averse, ils arrivent dans leur appartement entièrement inondé par les égouts et finissent la nuit dans un gymnase, ayant récupéré quelques objets de valeur affective.

Le lendemain, Mme Park décide d'organiser, pour l'anniversaire de son fils, une grande réception à laquelle elle invite de manière impromptue un grand nombre d'amis. Ki-taek doit participer à une fausse bataille d'Indiens dont le jeune fils de M. Park triomphera, ce qui l'humilie. Pendant ce temps, Geun-sae, le mari de l'ancienne gouvernante, écrasé de douleur par la mort de sa femme poussée dans l'escalier par Chung-sook, attaque Ki-woo qui était descendu au bunker. Geun-sae, déterminé à se venger, blesse grièvement le jeune homme à la tête, laissant celui-ci inanimé au sol, puis il s'empare d'un couteau de cuisine et sort dans le jardin familial, où il poignarde Ki-jung et blesse de nombreux convives au hasard avant d'être lui-même tué d'un coup de broche par Chung-sook. Da-song, le fils des Park, s'évanouit lorsqu'il reconnait le « fantôme » qu'il avait vu autrefois et qui n'était autre que le mari de l'ex-gouvernante. Dans la confusion générale, M. Park veut fuir pour emmener son fils inconscient à l'hôpital, ignorant la blessure grave de Ki-jung, et cherchant à ramasser les clés de la voiture tombées par terre au moment de la rixe entre Geun-sae et Chung-sook en se bouchant le nez. Devant cet ultime geste de mépris, Ki-taek saisit le couteau, poignarde M. Park et disparaît sans laisser de trace.

Un mois plus tard, Ki-woo sort de l'hôpital. Malgré les chefs d'inculpation, il n'est condamné qu'à une peine de prison avec sursis comme sa mère. En observant l'ancienne maison des Park depuis une colline, il se rend compte qu'une lumière clignote ; se rappelant que le mari de la gouvernante utilisait une commande électrique pour communiquer par morse avec le fils Park, il comprend que son père est caché lui-même dans le bunker et utilise ce procédé pour lui envoyer un message à tout hasard. Ki-woo rédige lui-même une lettre pour son père ; il y explique qu'il est décidé à obtenir une bonne situation pour devenir riche et racheter la maison, imaginant le jour de l'emménagement où son père pourra enfin sortir du bunker.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Homme habillé en noir, assis sur une chaise, micro à la main.
Bong Joon-ho lors de la présentation du film au festival de Munich en juillet 2019.

Distribution[modifier | modifier le code]

Famille Kim
Famille Park
Autres personnages
    • Lee Jung-eun (VF : Marie-Madeleine Burguet-Le Doze) : Moon-gwang, la gouvernante des Park
    • Park Myung-hoon (VF : Yann Guillemot) : Geun-sae, son mari
    • Park Geun-Rok (VF : Pascal Grull) : Yoon, le chauffeur
    • Jung Yi-seo (VF : Valérie Bachère) : la directrice de la pizzeria
    • Park Seo-joon (VF : Gauthier Battoue) : Min-hyuk, l'ami de Ki-woo
Sources et légende : Version française (VF) sur Allodoublage[6]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'idée de Parasite naît en 2013[7]. Alors qu'il travaille sur Snowpiercer, le Transperceneige, Bong Joon-ho est encouragé par un ami acteur de théâtre à écrire une pièce[7]. Il envisage alors de transformer son expérience de tuteur du fils d'une riche famille de Séoul lorsqu'il avait vingt ans en une production scénique[7]. Le titre du film, Parasite, est choisi par Bong Joon-ho pour son double sens, qu'il a dû convaincre le groupe marketing du film d'utiliser[8]. Pour le réalisateur, « comme l'histoire parle d'une famille pauvre qui s'infiltre et se glisse dans la maison des riches, il semble évident que Parasite fait référence à la famille pauvre, et je pense que c'est pour cela que l'équipe marketing était un peu hésitante. Mais si vous regardez d'un autre côté, vous pouvez dire que la famille riche, ce sont aussi des parasites en termes de travail. Ils ne peuvent même pas faire la vaisselle, ils ne peuvent pas conduire eux-mêmes, alors ils exploitent le travail de la famille pauvre. Donc les deux sont des parasites »[C 1],[8].

Écriture[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé Snowpiercer, Bong Joon-ho rédige un traitement de quinze pages pour la première moitié de Parasite[7]. Son assistant de production sur Snowpiercer, Han Jin-won, le transforme en trois versions différentes du scénario[7]. Après avoir terminé Okja, Bong Joon-ho reprend le projet et termine le scénario[7]. Han Jin-won est crédité en tant que coscénariste[7].

Selon Bong Joon-ho, une des influences de Parasite est le film coréen « gothique » de 1960, La Servante, dans lequel la stabilité d'une famille de la classe moyenne est menacée par l'arrivée d'un intrus perturbateur en la personne d'une aide ménagère[9]. L'incident de Christine et Léa Papin — deux femmes de chambre qui ont assassiné leurs employeurs dans les années 1930 en France — sert également de source d'inspiration à Bong Joon-ho[10]. Le réalisateur s'est aussi inspiré de son propre passé, et notamment de la période où il donnait des cours particuliers à une famille riche[11]. Il déclare avoir eu « l'impression d'infiltrer la vie privée de parfaits inconnus. Chaque semaine, je me rendais chez eux, et je me disais que ce serait amusant si je pouvais faire en sorte que tous mes amis s'infiltrent un par un dans leur maison »[C 2],[11]. L'allergie aux pêches du personnage de Moon-gwang lui est quant à elle inspirée par l'un de ses amis d'université, comme il l'a confirmé dans un Reddit AMA[12].

Photo d'un plat composé de nouilles et de morceaux de bœuf.
Jjapaguri (ram-don) avec du bœuf, tel que présenté dans Parasite.

Les sous-titres anglais sont réalisés par Darcy Paquet, un américain résidant en Corée du Sud, qui travaille directement avec Bong Joon-ho[13]. Pour traduire Jjapaguri, aussi connu sous le nom de Chapaguri, un plat cuisiné par un personnage du film, il crée l'expression ram-don, ce qui signifie rāmen-udon[14]. Il s'agit d'un mélange des nouilles instantanées Chapagetti et Neoguri, produites par l'entreprise agroalimentaire sud-coréenne Nongshim[14]. La version anglaise de Parasite montre des emballages étiquetés en anglais ramyeon et udon pour montrer aux anglophones comment le nom a été créé[15]. Darcy Paquet pense que le mot ram-don n'existait pas auparavant, n'ayant trouvé aucun résultat en le recherchant sur Google[15]. Dans une scène du film, Darcy Paquet utilise l'Université d'Oxford comme référence au lieu de l'Université nationale de Séoul, et dans une autre, il utilise WhatsApp comme application de messagerie au lieu de KakaoTalk[13]. Darcy Paquet explique avoir choisi Oxford plutôt que Harvard en raison de l'affinité de Bong Joon-ho pour le Royaume-Uni, mais aussi parce qu'il pensait que l'utilisation de Harvard serait « un choix trop évident »[C 3],[15]. Selon le traducteur, « pour que l'humour fonctionne, les gens doivent le comprendre immédiatement. Or, avec un mot qui n'est pas familier, l'humour est perdu »[C 4],[15].

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

En , malgré son annonce non encore officielle, Bong Joon-ho confirme, avec l’accord de la société de production Barunson E&A, la présence de son acteur fétiche Song Kang-ho ainsi que de Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong et Park So-dam[16]. Quelques jours après, le réalisateur embauche le jeune acteur Choi Woo-shik qui a précédemment joué dans Okja (옥자)[17].

Tournage[modifier | modifier le code]

Photo d'un escalier donnant accès à un tunnel, situé derrière une plaque de verre qui donne des informations sur le tournage de Parasite.
Un lieu de tournage de Parasite au tunnel Jahamun à Séoul.

Le tournage de Parasite débute le à l'Aqua Studio de Goyang[1],[18],[19] et s'achève 124 jours plus tard, le [20]. Le tournage se déroule autour de Séoul et à Jeonju[21]. Le directeur de la photographie du film est Hong Kyung-pyo[22].

La maison des Parks[modifier | modifier le code]

La maison des Parks est un décor construit de façon inhabituelle. Le rez-de-chaussée et le jardin sont construits sur un terrain extérieur vide, tandis que le sous-sol et le premier étage sont construits sur le plateau[23]. « Nous avons construit le rez-de-chaussée de la maison dans un backlot et pour le deuxième étage, nous avons utilisé un écran vert à l'extérieur »[C 5], explique le monteur Yang Jin-mo[24]. « Lorsque nous avons tourné vers l'extérieur depuis l'intérieur, tout ce qui se trouvait au-delà du jardin était entièrement en VFX »[C 6], ajoute le monteur[24].

Bong Joon-ho conçoit la configuration de la maison des Parks dès l'écriture du scénario[25]. Selon le cinéaste, la maison est « comme son propre univers à l'intérieur du film. Chaque personnage et chaque équipe ont des espaces qu'ils s'approprient et qu'ils peuvent infiltrer, et aussi des espaces secrets qu'ils ne connaissent pas »[C 7],[25]. Dans le film, l'architecte fictif Namgoong Hyeonja est présenté comme le concepteur de la maison et son précédent propriétaire avant les Parks[23]. Le chef décorateur Lee Ha-jun a donc dû envisager la fonction et la forme de la maison en se basant sur la façon dont Namgoong Hyeonja l'aurait conçue[23]. La maison des Park est conçue et construite pour être non seulement une belle maison, mais aussi « une scène qui répond aux besoins précis de la caméra, des compositions et des personnages, tout en incarnant les thématiques riches du film »[C 8],[25].

Pour Lee Ha-jun, « comme la maison de M. Park est construite par un architecte dans l'histoire, il n'a pas été facile de trouver la bonne approche pour concevoir la maison... Je ne suis pas architecte, et je pense qu'il y a une différence entre la façon dont un architecte envisage un espace et celle d'un chef décorateur. Nous donnons la priorité au positionnement des personnages et aux angles de caméra, tandis que les architectes construisent des espaces pour que les gens puissent y vivre, et donc les conçoivent en fonction des personnes. Je pense donc que l'approche est très différente »[C 9],[25]. Par exemple, Lee Ha-jun a réalisé que Namgoong Hyeonja aurait utilisé le salon du premier étage pour apprécier le jardin. Le salon est donc construit avec une grande fenêtre et seulement des sièges spartiates pour apprécier la vue[23]. Certaines des œuvres d'art intérieures présentes dans les décors de la maison ont été réalisées par l'artiste sud-coréenne Seung-mo Park[23]. Certaines œuvres étaient déjà existantes tandis que d'autres ont été créées pour le film[23]. La conception de la maison et de ses intérieurs vise à rendre le décor propice au tournage au format 2,35:1, en privilégiant des pièces larges et profondes plutôt que des pièces hautes[25].

Reproduction miniature d'une salle de bain avec des escaliers, des toilettes, une petite fenêtre et divers accessoires.
Maquette de la salle de bain de l'appartement des Kim.

Le soleil est un facteur important lors de la construction du décor extérieur[25]. Selon le chef décorateur Lee Ha-jun, « nous devions nous souvenir de la position du soleil pendant la période souhaitée et déterminer la position et la taille des fenêtres en conséquence. En ce qui concerne l'éclairage pratique, le directeur de la photographie Hong Kyung-pyo avait des demandes spécifiques concernant la couleur. Il voulait un éclairage indirect sophistiqué et un éclairage chaud au tungstène. Avant de construire le plateau, le directeur de la photographie et moi avons visité le terrain plusieurs fois pour vérifier à chaque fois le mouvement du soleil, et nous avons décidé ensemble de l'emplacement du plateau »[C 10],[25].

Appartement des Kim[modifier | modifier le code]

L'appartement au sous-sol des Kim et sa rue adjacente sont également construits sur le plateau, notamment pour pouvoir filmer les scènes d'inondation[25]. Lee Ha-jun visite et photographie plusieurs villes et villages abandonnés en Corée du Sud, dont la démolition est prévue, et s'en inspire pour concevoir le décor[23]. Il crée également des histoires pour les voisins des Kim et ajoute des détails sur ces riverains pour améliorer l'authenticité de la rue[23].

Montage[modifier | modifier le code]

Selon le monteur Yang Jin-mo, Bong Joon-ho a choisi de tourner le film d'une manière non traditionnelle[26]. Pour disposer de davantage d'options de montage avec un nombre limité de plans, ils assemblent parfois différentes prises d'un même plan[26]. Yang Jin-mo monte le film à l'aide du logiciel Final Cut Pro 7, un programme qui n'a pas été mis à jour depuis 2011[27].

La sortie et le montage principaux du film sont réalisés pour une sortie en couleur[28]. Une version en noir et blanc du film est produite avant la première mondiale au festival de Cannes[28]. Elle est présentée pour la première fois le au Festival international du film de Rotterdam, puis est ensuite rediffusée du 29 au [29]. Elle bénéficie également d'une sortie limitée dans certains pays[28].

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est réalisée par le compositeur sud-coréen Jung Jae-il, également à l'origine de la musique d'Okja de Bong Joon-ho en 2017[30]. La musique de Jung Jae-il pour Parasite se compose de « morceaux de piano minimalistes, ponctués de percussions légères »[C 11], qui installent « l'atmosphère tendue »[C 12] du film[30]. Des extraits de l'opéra Rodelinda de Haendel et la chanson italienne In ginocchio da te (1964) de Gianni Morandi figurent aussi dans le film[30].

La chanson du générique de fin Soju han jan[c] (coréen : 소주 한 잔, litt. un verre de soju) est écrite par Bong Joon-ho et est interprétée par Choi Woo-shik, qui joue également le personnage principal Ki-woo[31]. Elle est présentée en anglais comme Soju One Glass [sic] dans les versions numériques internationales de la bande originale. Lorsque la chanson figure sur la liste des chansons présélectionnées en pour la 92e cérémonie des Oscars dans la catégorie de la meilleure chanson originale[31], elle est affichée sous un titre anglais grammaticalement correct, A Glass of Soju[32].

Les titres anglais des partitions énumérées ci-dessous sont tels qu'ils sont affichés sur la quatrième de couverture de l'album et dans les versions numériques internationales de la bande sonore[33],[34]. La romanisation des noms et des substantifs utilisés est légèrement différente de celle que l'on voit dans les sous-titres anglais officiels traduits par Darcy Paquet[35],[36].

La bande originale sort chez Sacred Bones Records en vinyle en et est coéditée par Waxwork Records sur une variante de couleur différente du vinyle[37].

Parasite
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Jung Jae-il
Sortie
Enregistré 2019
Durée 52:14
Langue Coréen
Italien[30]
Genre Musique de film
Label Genie Music
Stone Music Entertainment

Singles

  1. Soju One Glass
    Sortie : 30 mai 2019
No TitreTraduction Durée
1. Opening (시작)Début 2:07
2. Conciliation I (첫번째 알선)Première conciliation 1:0
3. On the Way to Rich House (부잣집 가는 길)En route vers la maison de la famille riche 0:55
4. Conciliation II (두번째 알선)Seconde conciliation 1:10
5. Plum Juice (매실청)Maesilcheong 0:55
6. Mr. Yoon and Park (윤기사와 박사장)Chauffeur Yoon et président Park 1:51
7. Conciliation III (세번째 알선)Troisième conciliation 1:17
8. The Belt of Faith (믿음의 벨트)Chaîne de confiance 7:13
9. Moon Gwang Left (떠나는 문광)Départ de Moon-gwang 0:56
10. Camping (야영) 3:05
11. The Hellgate (지옥의 문)La porte de l'enfer 1:15
12. Heartrending Story of Bubu (부부의 사연)Histoire d'un couple marié 1:35
13. Zappaguri (짜파구리)Jjapaguri 1:47
14. Ghost (유령)Fantôme 2:00
15. The Family is Busy (첫번째 동분서주)Première agitation 1:09
16. Busy to Survive (두번째 동분서주)Deuxième agitation 1:53
17. The Frontal Lobe of Ki Taek (기택의 전두엽)Le lobe frontal de Ki Taek 2:42
18. Water, Ocean (물바다)Inondation 4:41
19. Water, Ocean Again (또 물바다)Inondation à nouveau 1:36
20. It Is Sunday Morning (일요일 아침)Dimanche matin 4:03
21. Blood and Sword (피와 칼)Sang et couteau 3:02
22. Yasan (야산)Colline 1:15
23. Moving (이사)Se déplacer 1:44
24. Ending (끝)Fin 0:53
25. Soju One Glass (소주 한 잔,)Un verre de soju ; interprété par Choi Woo-shik 3:20
52:14

Sortie[modifier | modifier le code]

Photo de quatre hommes et trois femmes sur une scène devant un écran affichant des logos en coréen. Ils regardent vers le public, la plupart en souriant et en applaudissant.
Le réalisateur et les acteurs lors d'une présentation de Parasite en . De gauche à droite : Bong Joon-ho, Choi Woo-shik, Cho Yeo-jeong, Lee Jung-eun, Park So-dam, Lee Sun-kyun et Song Kang-ho.

Sortie au cinéma[modifier | modifier le code]

La société de distribution Neon acquiert les droits américains et canadiens de Parasite lors de l'American Film Market de 2018[38],[39]. Les droits du film sont aussi prévendus aux territoires germanophones (Koch Films), francophones (The Jokers) et japonais (Bitters End)[40]. Le film est présenté en première mondiale au Festival de Cannes 2019 le [41], puis sort en Corée du Sud le [42],[20].

Parasite sort en Australie et en Nouvelle-Zélande via la société de distribution Madman Films le [43]. Il devient à la fois le film coréen le plus rentable dans la région[44] et le film non anglophone le plus rentable du distributeur en Australie[45]. Le film sort ensuite aux États-Unis et au Canada le [46]. Le film devait initialement être projeté en tant que film de clôture du FIRST International Film Festival Xining en Chine le , mais le , les organisateurs du festival du film annoncent l'annulation de la projection pour des « raisons techniques »[47].

À Cannes, la société de distribution Curzon Artificial Eye obtient les droits de distribution de Parasite pour le Royaume-Uni et l'Irlande. Des projections en avant-première du film ont lieu le dans les cinémas du pays, avec une interview de Bong Joon-ho partagée en direct par satellite. Le film connaît ensuite une sortie nationale le [48].

À la suite de la reconnaissance du film aux Oscars, Neon étend le nombre de cinémas projetant Parasite aux États-Unis de 1 060 à 2 001 à partir du week-end du [49], malgré sa sortie en DVD[50]. Un remaster spécial IMAX est projeté dans un nombre limité de cinémas nord-américains pendant la semaine du [51].

Édition vidéo[modifier | modifier le code]

Au mois de , Parasite a généré des recettes nettes de 90 millions de dollars, issues des ventes de DVD et Blu-Ray, des ventes des droits du film à la télévision et des ventes à l'international[52].

Le , Parasite sort en Blu-ray dans la région A et en DVD dans la région 1 chez Neon, avec une distribution de Universal Pictures Home Entertainment[53]. Le , il est annoncé que le film va être publié en DVD chez The Criterion Collection[54],[55]. Le , The Criterion Collection annonce sa date de sortie le , incluant la version en noir et blanc, très attendue[56].

Le , le service de streaming par abonnement Hulu annonce avoir obtenu les droits exclusifs de diffusion du film aux États-Unis, à partir du [57]. En outre, Amazon Prime Video commence à diffuser le film en dehors des États-Unis le [58].

Au Royaume-Uni, Parasite est le film en langue étrangère le plus vendu en 2020 sur les supports physiques de vidéo à domicile[59].

En France, Parasite sort en DVD et Blu-ray le , édité par The Jokers[60]. Le Blu-ray Ultra HD, proposé dans un packaging steelbook, sort le [61]. Le coffret, limité à 2 500 exemplaires, contient le storyboard intégral du film, dessiné et annoté par Bong Joon-ho, ainsi qu'un bonus de h contenant un documentaire sur la fabrication de Parasite avec interviews des acteurs, des producteurs et de Bong Joon-ho lui-même[61].

Version en noir et blanc[modifier | modifier le code]

Dès la fin de l'année 2019, Bong Joon-ho annonce travailler sur une version en noir et blanc du film[62]. La conversion en noir et blanc de Parasite est supervisée par le réalisateur Bong Joon-ho et le directeur de la photographie Hong Kyung-pyo[63].

Cette version monochrome du film, intitulée Parasite: Black-and-White Edition, est présentée en première mondiale au Festival international du film de Rotterdam en et sort dans les cinémas de certaines villes des États-Unis le même mois[63].

Parasite: Black-and-White Edition sort le au Royaume-Uni et en Irlande via la société de distribution Curzon Artificial Eye dans les cinémas et simultanément en vidéo à la demande[64]. Il sort le aux États-Unis et au Canada, distribué par The Criterion Collection en DVD et Blu-ray Disc, dans le cadre de leur réédition en édition spéciale[65].

Peu après la cérémonie des Oscars, les distributeurs français annoncent la ressortie du film en salles dans cette nouvelle version noir et blanc[5]. Elle a lieu en France le  ; le film est présenté en France sous le titre Parasite, the Black & White Version[66].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Parasite
Score cumulé
SiteNote
Metacritic96/100[67]
Rotten Tomatoes98 %[68]
Allociné4.8 étoiles sur 5[69]
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Télérama5.0 étoiles sur 5[70]
Time Out5.0 étoiles sur 5[71]
Première4.0 étoiles sur 5[72]

Dans le monde anglophone[modifier | modifier le code]

Sur l'agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, Parasite détient un taux d'approbation de 98% sur la base de 463 critiques, avec une note moyenne de 9,410[68]. Le consensus critique du site est le suivant : « une vision urgente et brillamment structurée de thèmes sociaux d'actualité, qui témoigne de la maîtrise totale du scénariste et réalisateur Bong Joon-ho »[C 13],[68]. Sur Metacritic, 52 avis compilés de critiques sont jugés positifs, donnant au film une note moyenne pondérée de 96 sur 100, ce qui indique une « acclamation universelle »[67]. Sur le même site, Parasite est classé comme le meilleur film de 2019[73],[74] et se classe au 7e rang des films les mieux notés de la décennie[75]. Au , il est le 39e film le mieux noté de tous les temps sur le site[76].

Dans un article du New York Times, le critique A. O. Scott décrit le film comme « follement divertissant, le type de film intelligent, généreux et esthétiquement stimulant qui fait tomber les distinctions dépassées entre les films d'auteur et les films de divertissement »[C 14],[77]. Bilge Ebiri, du magazine Vulture, qualifie Parasite d'« œuvre qui est elle-même en état de transformation constante et mouvementée, un chef-d'œuvre angoissant dont le charme persiste longtemps après la vision de son image finale, obsédante »[C 15],[78]. Dans sa critique, Dave Calhoun de Time Out loue le commentaire social du film, auquel il attribue cinq étoiles, et qu'il qualifie de « surprenant et totalement captivant du début à la fin, rempli de grands chocs et de petites merveilles »[C 16],[71]. Jessica Kiang, de Variety, décrit le film comme « une virée sauvage, sauvage »[C 17], écrivant que « Bong Joon-ho est de retour et en grande forme, mais il est incontestablement furieux, une rage communicative car sa cible est si légitime, énorme et actuelle : Parasite est en ce sens une tique, gonflée du sang âpre de la colère sociale »[C 18],[79]. Joshua Rivera, de GQ, fait une critique élogieuse du film et déclare qu'il pourrait être l'un des meilleurs films de 2019[80].

Michael Wood, écrivant pour la London Review of Books, estime que le thème de la conscience de classe est cohérent avec celui de Snowpiercer, le Transperceneige, autre film de Bong Joon-ho[81]. Il déclare ainsi que « le thème de l'ascension sociale, ou des inégalités sociales en tant que décor, pourrait difficilement être plus évident, mais nous commençons à comprendre l'idée du film : ne pas éviter les stéréotypes mais continuer à s'y heurter »[C 19],[81]. Le site web britannique TheShiznit accorde à Parasite la note A, notant qu'« on se demande quel est le point d'inflexion d'un tel comportement dans une culture où les bonnes manières et la servitude sont inculquées à ceux qui ne peuvent pas se permettre de ne pas les avoir »[C 20],[82]. A. A. Dowd, de The A.V. Club, accorde au film la note A-, louant ses rebondissements amusants et surprenants[83].

Dans un sondage réalisé par Indiewire auprès de plus de 300 critiques, Parasite se classe en première position dans les catégories meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et meilleur film étranger de l'année[84]. Il figure également sur plus de 240 listes des dix meilleurs de l'année réalisés par des critiques, dont 77 qui le classent en première position[73].

En France[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 4,85 sur Allociné à partir de l'interprétation de 36 critiques de presse[69]. Sur SensCritique, il obtient une note de 8,310 basée sur plus de 38 000 avis, le mettant ainsi en tête des meilleurs films de l'année[85].

Jacques Morice, de Télérama, affirme le , pendant le festival de Cannes, qu'« entre film d'horreur, farce populaire terrifiante et manifeste libertaire, [Bong Joon-ho] revient à Cannes avec un prétendant sérieux pour la Palme d'or »[86]. Son confrère du même magazine Yannick Vely donne cinq étoiles au film : « […] [un] chef-d'œuvre. […] [Bong Joon-ho] passe de la comédie sociale à la comédie noire, de la comédie noire au film d’horreur, du film d’horreur au film catastrophe, avec une maîtrise et une fluidité incroyables et des scènes vouées à devenir cultes »[70].

L'Express assure que le « réalisateur revient à une veine beaucoup plus intimiste, avec une forte dose de suspense »[87]. Mathieu Macheret du Monde remarque que le réalisateur « ne s’est jamais montré plus mordant, détonnant, incisif qu’à domicile, dans une Corée […]. C’est précisément de cela que parle Parasite, ne laissant à ce titre aucun doute sur le fait que Bong Joon-ho n’est pas seulement un styliste virtuose, mais un véritable cinéaste politique »[88].

Box-office[modifier | modifier le code]

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Parasite rapporte 71,4 millions de dollars en Corée du Sud, 53,4 millions de dollars aux États-Unis et au Canada, et 133,9 millions de dollars dans le reste du monde, pour un total mondial de 258,7 millions de dollars[4],[89]. Il établit un nouveau record pour Bong Joon-ho, devenant le premier de ses films à dépasser les 100 millions de dollars dans le monde[90]. Selon Deadline, le bénéfice net du film s'élève à 46,2 millions de dollars[52].

En Corée du Sud, son pays d'origine, Parasite rapporte 20,7 millions de dollars américains lors de son week-end d'ouverture[89]. Il clôture son parcours au box-office avec 72,2 millions de dollars américains et plus de 10 millions d'entrées, soit environ un cinquième de la population du pays, et se classe parmi les cinq plus gros succès de l'année[91],[92].

Lors de son week-end d'ouverture aux États-Unis, Parasite réalise 376 264 $ dans trois salles. Sa moyenne par salle, de 125 421 $, est la meilleure depuis celle de La La Land en 2016, et la meilleure de tous les temps pour un film non américain[93]. Le film s'étend à 33 salles lors de son deuxième week-end et réalise 1,24 million de dollars[94], puis s'étend à 129 salles lors de son troisième et engrange 1,8 million de dollars[95]. Parasite engrange 2,5 millions de dollars lors de son quatrième week-end et 2,6 millions de dollars lors de son cinquième[96]. Le nombre initial de salles de cinéma projetant le film atteint un sommet lors de son sixième week-end d'exploitation, avec 620 salles, week-end où il génère 1,9 million de dollars[97]. Il continue ainsi à se maintenir pendant les week-ends suivants, avec 1,3 million de dollars et 1 million de dollars[98],[99].

Lors de sa dixième semaine d'exploitation, Parasite franchit la barre des 20 millions de dollars (ce qui est rare pour un film non américain), en réalisant 632 500 dollars dans 306 salles[100]. Pendant le week-end des Oscars, le film réalise 1,5 million de dollars dans 1 060 salles, pour un total cumulé de 35,5 millions de dollars[101]. Après le doublement des séances décidé par Neon dans la semaine qui suit la remise des Oscars, le film engrange 5,5 millions de dollars de recettes aux États-Unis et au Canada, en faisant un des gagnants de l'Oscar du meilleur film à connaître la plus forte hausse de ses recettes à la suite de sa victoire depuis Slumdog Millionaire en 2009[102],[103].

Le , Parasite devient le premier film coréen depuis près de 15 ans à dépasser le million de spectateurs au Japon[104]. Au Royaume-Uni, il bat le record du meilleur week-end d'ouverture pour un film non anglophone, avec 1,4 million de livres sterling (1,8 million de dollars), avant-premières comprises, sur 135 écrans au cours de son premier week-end[105]. En Australie, il rapporte plus de 1,9 million de dollars[106]. Le week-end suivant sa victoire aux Oscars, Parasite réalise 12,8 millions de dollars dans 43 pays, ce qui fait grimper ses recettes mondiales à plus de 200 millions de dollars[107].

Après son succès aux Oscars, Parasite fait l'objet d'une importante rediffusion, ce qui génère des recettes supplémentaires considérables. Selon l'Associated Press, le film connaît le plus grand « effet Oscar » depuis 2001, après la victoire de Gladiator à l'Oscar du meilleur film[108]. Les recettes au box-office de Parasite augmentent de plus de 230 % par rapport à la semaine précédente, rapportant 2,15 millions de dollars en une seule journée[109]. Il se classe également à la première place au Japon, devenant le premier film coréen à y parvenir en 15 ans[110]. La Motion Picture Distributors Association of Australia indique que des billets de cinéma pour un montant de 749 000 dollars sont vendus en un seul week-end, et que le film réintègre le top 10 du box-office local plus de six mois après sa sortie dans les salles australiennes[108]. Parasite remonte également à la quatrième place du box-office sud-coréen en attirant plus de 80 000 spectateurs[109],[108].

En France[modifier | modifier le code]

Parasite sort le en France[111], 11 jours après avoir été récompensé de la Palme d'or à Cannes. Il est diffusé par l'association de deux distributeurs spécialisés dans les films art et essai, Les Bookmakers et The Jokers, dans 179 salles, sur une exploitation exclusivement en version originale sous-titrée[112]. Sur cette première semaine complète d'exploitation, Parasite affiche 376 842 spectateurs, et une moyenne par salle de 2 000 spectateurs[113],[114].

Ce large succès permet au film d'étendre sa distribution et l'excellente critique du public lui permet d'entretenir une très bonne carrière en salles : le film franchit les 500 000 entrées en dix jours, et dépasse les 678 049 entrées de Snowpiercer, le Transperceneige[115] au cours de sa troisième semaine d'exploitation[114], en faisant le plus grand succès coréen de tous les temps en France. À l'occasion de la Fête du cinéma à la fin du mois de juin, Parasite franchit après un mois d'exploitation la barre symbolique du million d'entrées[116].

Parasite continue à se maintenir dans les salles durant tout l'été et les distributeurs mettent en chantier une version doublée en français du film, qui est proposée en salles dès le [117]. Le film franchit la barre du million et demi d'entrées durant sa onzième semaine d'exploitation en salles, avant de finir sur un cumul à 1 700 046 entrées le , après vingt-trois semaines d'exploitation[118].

En début d'année 2020, Parasite profite de diverses ressorties, notamment le à la suite de son triomphe aux Oscars[119]. Cette ressortie coïncide avec la sortie de la version en noir et blanc déjà prévue pour le 19 février[66]. La carrière cinématographique de Parasite s'arrête le à 1 914 377 entrées, à la fermeture des salles en France en raison de la pandémie de Covid-19[120].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Photo d'un homme aux cheveux noirs, avec des lunettes et une moustache et en costume. Il sourit à la caméra, l'air serein.
Bong Joon-ho (ici en 2017) remporte en 2020 l'Oscar du meilleur réalisateur.

Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par le film. Pour une liste exhaustive, se référer à l'Internet Movie Database[121].

Parasite est sélectionné en compétition et projeté le au festival de Cannes[122], où le réalisateur est ovationné par 2 300 spectateurs pendant huit minutes dans la salle du Grand Théâtre Lumière[123]. Parasite devient l'un des films les plus appréciés de la compétition[124],[125],[126].

Parasite remporte la Palme d'or au Festival de Cannes 2019 à l'unanimité du jury, présidé par Alejandro González Iñárritu[127]. Il devient le premier film sud-coréen gagner la Palme d'Or, ainsi que le premier film à la remporter à l'unanimité du jury depuis La Vie d'Adèle au Festival de Cannes 2013[128],[129].

Lors des 77e Golden Globe Awards, le film est nommé pour trois prix, dont ceux de la meilleure réalisation et du meilleur scénario[130], et remporte le prix du meilleur film en langue étrangère[131]. Bong Joon-ho devient alors le premier cinéaste sud-coréen à être nommé au Golden Globe de la meilleure réalisation[132].

Parasite devient le deuxième film non américain à être nommé pour le Screen Actors Guild Award de la meilleure distribution depuis La Vie est belle (La vita è bella, 1997), catégorie qu'il remporte, en faisant le premier film non américain à remporter ce prix[133],[134]. Parasite est également nommé pour quatre prix lors de la 73e cérémonie des British Academy Film Awards : meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario original et meilleur film en langue étrangère, ce qui en fait le premier film sud-coréen à être nommé dans une catégorie autre que celle du meilleur film en langue étrangère. Parasite remporte finalement les prix du meilleur scénario original et du meilleur film en langue étrangère[135],[136].

Parasite est soumis en tant que candidat sud-coréen au prix du meilleur film international pour la 92e cérémonie des Oscars, et est retenu dans la liste des finalistes en décembre[137],[138],[139]. Il remporte quatre prix : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original et meilleur film international[140]. Les quatre prix que remporte Bong Joon-ho la même soirée en font le premier réalisateur à égaler un record que Walt Disney détenait depuis 1954[141]. Parasite devient quant à lui le premier film non anglophone de l'histoire des Oscars du cinéma à remporter le prix du meilleur film. C'est aussi le premier film sud-coréen à être nommé pour l'Oscar du meilleur film et le deuxième d'Asie de l'Est depuis Tigre et Dragon (Wò Hǔ Cáng Lóng, 2000)[142]. Bong Joon-ho devient quant à lui la quatrième personne asiatique à recevoir une nomination pour l'Oscar du meilleur réalisateur, et la deuxième à remporter le prix après Ang Lee. Parasite est aussi nommé dans les catégories meilleur montage et meilleurs décors[143],[144],[145]. Parasite est le deuxième film à avoir remporté à la fois l'Oscar du meilleur film et la Palme d'or au Festival de Cannes en soixante-cinq ans, depuis Marty (1955)[146], et le troisième si l'on inclut Le Poison (The Lost Weekend, 1945), qui avait remporté la plus haute récompense du festival lorsqu'elle était appelée « Grand Prix du Festival international du Film »[147].

Pendant son discours de remerciement aux Oscars, Bong Joon-ho marque une pause pour remercier Martin Scorsese, un réalisateur également nommé pour l'Oscar du meilleur réalisateur, auquel il reconnaît une importance majeure dans l'histoire du cinéma, provoquant des applaudissements spontanés du public en hommage à Scorsese pendant le discours[148]. Le lendemain, Scorsese envoie au réalisateur une lettre de félicitations personnelle dont Bong Joon-ho fait état lors d'une intervention au Film at Lincoln Center[148]. Il déclare alors ne pas pouvoir partager l'intégralité de la lettre de Scorsese en raison de sa nature personnelle[148], mais en partage cependant la conclusion. Selon Bong Joon-ho, Scorsese lui aurait écrit : « Tu as bien travaillé. Maintenant, repose-toi. Mais ne te repose pas trop longtemps »[148]. Scorsese aurait ensuite conclu sa lettre en affirmant que « lui et d'autres réalisateurs attendent mon prochain film »[148].

Selon l'Associated Press, en dépit du manque de reconnaissance des femmes cinéastes dans les nominations aux précédentes cérémonies des Oscars, l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences a cette fois-ci tenu compte de la diversité[149]. Le Wall Street Journal déclare également que le film semble promettre des « Oscars plus inclusifs » réclamés par ceux qui ont critiqué par le passé l'AMPAS[149]. Selon l'Associated Press, la victoire d'un film étranger aux Oscars dans une catégorie classique de l'Académie permet à Hollywood de connaître un changement radical et un autre type de progrès. Ainsi, un sceptique s'inquiétait du fait que si « Parasite remporte l'Oscar du meilleur film international, il ne gagnera probablement pas d'autres prix importants »[C 21], et les Oscars lui ont donné tort[150]. « L'académie a donné le meilleur film au vrai meilleur film »[C 22], écrit Justin Chang pour le Los Angeles Times, qui ajoute que l'organisme de récompenses cinématographiques a été « surpris [...] de reconnaître que le cinéma d'aucun pays n'a le monopole de la grandeur »[C 23],[151].

Lors de la 56e édition des Grand Bell Awards, Parasite totalise 11 nominations et 5 récompenses, en faisant le film le plus récompensé de la cérémonie. Il remporte les prix du meilleur film, du meilleur réalisateur (pour Bong Joon-ho), du meilleur second rôle féminin (pour Lee Jung-eun), du meilleur scénario (pour Bong Joon Ho et Han Jin-Won) et de la meilleure musique (pour Jung Jae-il)[152].

En 2021, la Writers Guild of America classe le scénario de Parasite comme le quatrième meilleur scénario du XXIe siècle à ce jour[153].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2019 Festival de Cannes[127] Palme d'or Bong Joon-ho
2020 National Society of Film Critics[154] Meilleur film
Meilleur scénario Bong Joon-ho et Han Jin-won
Golden Globes[131] Meilleur film en langue étrangère
Critics' Choice Movie Awards[155] Meilleure réalisation[d] Bong Joon-ho
Meilleur film en langue étrangère
Screen Actors Guild Awards[156] Meilleure distribution
Writers Guild of America Awards[157] Meilleur scénario original Bong Joon-ho et Han Jin-won
BAFTA Awards[158] Meilleur scénario original Bong Joon-ho et Han Jin-won
Meilleur film en langue étrangère
Oscars du cinéma[140] Meilleur film
Meilleur film international
Meilleur réalisateur Bong Joon-ho
Meilleur scénario original Bong Joon-ho et Han Jin-won
César du cinéma[159] Meilleur film étranger
Prix David di Donatello[160] Meilleur film étranger
Grand Bell Awards[152] Meilleur film
Meilleur réalisateur Bong Joon-ho
Meilleure actrice dans un second rôle Lee Jung-eun
Meilleur scénario Bong Joon-ho et Han Jin-won
Meilleure musique Jung Jae-il
2021 Saturn Awards[161] Meilleur film international

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2020 National Society of Film Critics[154] Meilleur réalisateur Bong Joon-ho
Meilleur acteur dans un second rôle Song Kang-ho
Golden Globes[131] Meilleure réalisation Bong Joon-ho
Meilleur scénario Bong Joon-ho et Han Jin-won
Critics' Choice Movie Awards[155] Meilleur film
Meilleure distribution
Meilleur scénario original Bong Joon-ho et Han Jin-won
Meilleure direction artistique Lee Ha-jun
Meilleur montage Yang Jin-mo
Satellite Awards[162] Meilleure réalisation Bong Joon-ho
Meilleur scénario original Bong Joon-ho et Han Jin-won
Meilleur film en langue étrangère
BAFTA Awards[158] Meilleur film
Meilleure réalisation Bong Joon-ho
Oscars du cinéma[140] Meilleur montage Yang Jin-mo
Meilleurs décors Lee Ha-jun et Cho Won-woo
Grand Bell Awards[152] Meilleur acteur Song Kang-ho
Meilleure actrice dans un second rôle Park Myung-hoon
Meilleure photographie Hong Kyung-pyo
Meilleur montage Yang Jin-mo
Meilleur éclairage Kim Chang-ho
Meilleure direction artistique Lee Ha-jun
2021 Saturn Awards[161] Meilleur scénario Bong Joon-ho et Han Jin-won
Meilleur montage Yang Jin-mo
Meilleure musique Jung Jae-il

Analyse[modifier | modifier le code]

Les principaux thèmes de Parasite sont la lutte des classes, l'inégalité sociale et les inégalités de revenu[163],[164],[165]. Les critiques de cinéma et Bong Joon-ho lui-même estiment que le film est le reflet d'un capitalisme tardif[166],[167] et certains lui associent le terme Hell Joseon (coréen : 헬조선), une expression satirique qui avance que vivre en enfer reviendrait à vivre dans la Corée du Sud moderne. Ce terme résulte du taux de chômage élevé chez les jeunes, des fortes demandes de poursuite d'études supérieures, de la crise des prix des logements et de l'écart socio-économique croissant entre les riches et les pauvres[168],[169],[170]. Dans Coronavirus Capitalism Goes to the Cinema, Eugene Nulman écrit que l'étymologie du mot « parasite » désigne à l'origine « la personne qui mange à la table d'une autre personne », ce qui est présenté dans l'une des scènes du film[165]. Nulman note également le lien entre les parasites et la citation du philosophe allemand Karl Marx :

« Le capitaliste [...] n'est que le capital personnifié. Son âme est l'âme du capital. Mais le capital n'a qu'une seule force motrice, celle de se valoriser, de créer de la plus-value, de faire en sorte que sa partie intégrante, les moyens de production, absorbe la plus grande quantité possible de travail excédentaire. Le capital est un travail mort qui, à la manière d'un vampire, ne vit qu'en suçant le travail vivant, et vit d'autant plus qu'il suce plus de travail »[C 24],[165]

Le film analyse également l'utilisation des relations et des diplômes pour progresser, tant pour les familles riches que pour les familles pauvres[171]. Certains affirment que le discours du film sur les classes sociales est lié au concept d'habitus de Pierre Bourdieu[165].

Bong Joon-ho présente Parasite comme un film d'escaliers (stairway movie)[10], dans lequel les escaliers sont utilisés comme un motif pour représenter la position des familles dans les maisons des Kim et des Parks, ainsi que dans le bunker en sous-sol[172]. Le type d'appartement en sous-sol dans lequel vivent les Kim est fréquemment occupé par les résidents les plus pauvres de Séoul en raison de son loyer moins élevé, malgré son insalubrité[163]. Ces logements sont aussi plus fréquemment affectés par les inondations dues à la mousson, comme celle présentée dans le film[171]. Le film présente les classes sociales en termes spatiaux qui renvoient à une hiérarchie, selon Nulman[165].

Selon Bong Joon-ho, la fin du film suggère que Ki-woo ne pourra pas gagner suffisamment d'argent pour acheter la maison. Ainsi, le dernier plan montre Ki-woo toujours dans l'appartement au sous-sol, et rappelle la première scène. Le cinéaste décrit ce plan comme un surefire kill (확인사살), un coup de grâce qui assure la mort[10]. La chanson du générique de fin évoque Ki-woo travaillant pour gagner de l'argent afin d'obtenir la maison[173]. Choi Woo-shik estime qu'il faudrait environ 564 ans à Ki-woo pour gagner assez d'argent et acheter la maison[173]. Néanmoins, l'acteur reste optimiste quant au sort du personnage : « Je suis sûr que Ki-woo est l'un de ces enfants brillants. Il aura une idée, et il ira dans la maison de la famille allemande, et je pense qu'il sauvera son père »[C 25],[173]. Cependant, selon de nombreuses interprétations, cette scène s'inscrit dans une volonté de s'accrocher à un rêve qui a peu de chances d'être réalisé[10],[166],[173]. De plus, « il n'aborde pas le problème fondamental en question. Même dans ce scénario de fiction, Ki-taek serait toujours retenu dans la maison par un système juridique qui chercherait à le poursuivre et à l'emprisonner. Les forces qui ont créé et maintenu la séparation de la famille Kim ne seraient pas défaites, mais simplement adaptées »[C 26],[174].

Les critiques se penchent également sur les thèmes du colonialisme et de l'impérialisme. Selon Park Ju-Hyun, le film se déroule au sein de « l'ordre économique capitaliste inauguré et conservé en Corée par l'occupation coloniale »[C 27], et l'utilisation de la langue anglaise dans le film reflète le prestige du capitalisme occidental au sein de ce système économique[174]. Le fils de la famille Park, Da-song, est obsédé par les « Indiens » et possède des jouets sur le thème des Amérindiens et des répliques non authentiques[pas clair][175],[176],[165]. Eugene Nulman fait le lien entre la famille Park « indigène » et les envahisseurs, à savoir les Kim qui apportent avec eux des parasites mortels contre lesquels les indigènes ne sont pas immunisés[165]. Nulman fait référence à la théorie des miasmes, selon laquelle les indigènes pouvaient attraper des maladies simplement en sentant l'air nocif transporté par les colons espagnols[165]. Bong Joon-ho remarque que « les Amérindiens ont une histoire très compliquée, longue et profonde. Mais dans cette famille, cette histoire est réduite au passe-temps et à la décoration d'un jeune garçon... C'est ce qui se passe à notre époque : le contexte et la signification derrière ces choses réelles n'existent qu'en surface »[C 28],[177].

Certains critiques notent l'importance de la solidarité de la classe ouvrière telle qu'elle est présentée dans le film. Les problèmes dans lesquels se trouvent les Kim sont le résultat d'un manque de solidarité de classe avec l'autre famille pauvre, Geun-sae et Moon-gwang[165]. Au point culminant du film, M. Kim prend conscience de son identité de classe lorsque M. Park est dégoûté par l'odeur de Geun-sae[165]. D'autres critiques estiment que Parasite révèle les malheurs de victimes pauvres d'un monde indifférent, malheurs transformés en libération par l'effet comique du massacre de masse[178].

Postérité[modifier | modifier le code]

Série dérivée[modifier | modifier le code]

Une mini-série dérivée HBO de six heures basée sur le film, dont Bong Joon-ho et Adam McKay sont les producteurs exécutifs, est annoncée en début de développement en [179]. Bong Joon-ho indique qu'elle s'intitulera également Parasite et qu'elle explorera des histoires « qui se déroulent entre les séquences du film »[C 29],[180],[181]. En , une rumeur annonce Mark Ruffalo dans le rôle principal, tandis que la présence au casting de Tilda Swinton est confirmée[182],[183],[184].

Projets de sites touristiques[modifier | modifier le code]

Un gouvernement local sud-coréen (la ville de Goyang) prévoit de restaurer le plateau du Goyang Aqua Special Shooting Studio, un lieu de tournage du film Parasite, et de l'utiliser comme installation touristique consacrée à l'expérience du film[185]. En outre, la ville de Goyang annonce investir 150 millions de dollars dans le développement du complexe culturel cinématographique dans la ville d'ici 2026, afin d'accueillir des installations de tourisme cinématographique, des studios intérieurs supplémentaires, des installations de production de décors extérieurs, des centres de contenu vidéo intercoréens et des entreprises de recherche et de développement d'images[185],[186],[187]. Toutefois, des critiques sont formulées à l'encontre de la commercialisation de zones connues pour leur pauvreté en Corée du Sud en tant que destinations touristiques sans que des mesures concrètes soient prises pour résoudre les problèmes en question[188],[189].

Tourisme urbain[modifier | modifier le code]

L'Organisation du tourisme de Séoul est critiquée par le parti d'opposition sud-coréen et par les habitants de Séoul pour avoir introduit un circuit touristique présentant les lieux de tournage et l'intrigue de Parasite. Le Parti de la justice affirme que le film est devenu célèbre en raison de la reconnaissance universelle des inégalités dans le monde[190], et considère que le développement d'une attraction touristique basée sur le film à Séoul revient à exploiter davantage la pauvreté[191]. Les habitants des lieux de tournage de Parasite se seraient plaints d'un sentiment de gêne et d'inconfort dû à l'augmentation du nombre de touristes visitant leur quartier et prenant des photos de leur voisinage, leur donnant l'impression d'être des « singes dans un zoo »[192]. En réponse, le gouvernement local de Séoul annonce que les fonds publics seraient alloués en priorité aux quelques 1 500 familles à faibles revenus vivant dans les logements en sous-sol présentés dans le film[193].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Des personnes commencent à poster des vidéos sur la façon de faire du jjapaguri (appelé ram[en]-[u]don dans les sous-titres anglais du film) sur YouTube après la distribution du film[14]. Nongshim, la société qui fabrique le Chapagetti et le Neoguri, commence également à distribuer un produit singulier Chapaguri en raison de la popularité de la combinaison tirée du film[194].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bien que Parasite constitue le premier film dont le scénario n'est pas en anglais à remporter le prix du meilleur film aux Oscars, il ne faut pas le confondre avec le premier film étranger (produit par une société d'un pays dont l'anglais n'est pas la langue principale) à remporter le prix du meilleur film, ce qu'a fait The Artist en 2012. Le film, produit en France, est en grande partie muet et comporte des intertitres en français et quelques répliques parlées en anglais[2]. L'Académie considère la langue étrangère comme la principale caractéristique des films internationaux, ce qui explique que The Artist n'ait pas été retenu pour l'Oscar du meilleur film international[3]. De plus, bien que des lauréats précédents de l'Oscar du meilleur film, comme Le Dernier Empereur (The Last Emperor, 1987) et Slumdog Millionaire (2008), comportent une quantité importante de dialogues non anglais, ils sont considérés comme des productions américaines[2].
  2. Les deux autres films à avoir remporté les deux prix sont Le Poison (The Lost Weekend, 1945) et Marty (1955).
  3. À ne pas confondre avec une chanson de même titre sans rapport de Im Chang-jung.
  4. À égalité avec Sam Mendes pour 1917.

Citations originales[modifier | modifier le code]

Les traductions des citations sont des traductions libres, parfois réalisées avec l'aide de services de traduction dont Google Traduction ou DeepL.
  1. (en) « Because the story is about the poor family infiltrating and creeping into the rich house, it seems very obvious that Parasite refers to the poor family, and I think that's why the marketing team was a little hesitant. But if you look at it the other way, you can say that rich family, they're also parasites in terms of labor. They can't even wash dishes, they can't drive themselves, so they leech off the poor family's labor. So both are parasites. »
  2. (en) « I got this feeling that I was infiltrating the private lives of complete strangers. Every week I would go into their house, and I thought how fun it would be if I could get all my friends to infiltrate the house one by one. »
  3. (en) « too obvious a choice. »
  4. (en) « [I]n order for humor to work, people need to understand it immediately. With an unfamiliar word, the humor is lost. »
  5. (en) « We built the main floor of the house in a backlot and for the second floor it was all green screen outside. »
  6. (en) « When we shot toward the outside from inside, everything beyond the garden was all VFX. »
  7. (en) « It's like its own universe inside this film. Each character and each team has spaces that they take over that they can infiltrate, and also secret spaces that they don't know. »
  8. (en) « a stage that served the precise needs of his camera, compositions, and characters, while embodying his film's rich themes. »
  9. (en) « Since Mr Park's house is built by an architect in the story, it wasn't easy finding the right approach to designing the house...I'm not an architect, and I think there's a difference in how an architect envisions a space and how a production designer does. We prioritize blocking and camera angles while architects build spaces for people to actually live in and thus design around people. So I think the approach is very different. »
  10. (en) « We had to remember the sun's position during our desired time frame and determine the positions and sizes of the windows accordingly. In terms of practical lighting, the DP [director of photography Hong Kyung-pyo] had specific requests regarding the color. He wanted sophisticated indirect lighting and the warmth from tungsten light sources. Before building the set, the DP and I visited the lot several times to check the sun's movement each time, and we decided on the set's location together. »
  11. (en) « minimalist piano pieces, punctuated with light percussion ».
  12. (en) « tense atmosphere ».
  13. (en) « An urgent, brilliantly layered look at timely social themes, Parasite finds writer-director Bong Joon Ho in near-total command of his craft. »
  14. (en) « wildly entertaining, the kind of smart, generous, aesthetically energized movie that obliterates the tired distinctions between art films and popcorn movies. »
  15. (en) « a work that is itself in a state of constant, agitated transformation—a nerve-racking masterpiece whose spell lingers long after its haunting final image. »
  16. (en) « surprising and fully gripping from beginning to end, full of big bangs and small wonders. »
  17. (en) « a wild, wild ride. »
  18. (en) « Bong is back and on brilliant form, but he is unmistakably, roaringly furious, and it registers because the target is so deserving, so enormous, so 2019: Parasite is a tick fat with the bitter blood of class rage. »
  19. (en) « The theme of social ascent, or social difference as a landscape, could hardly be more obvious, but we are beginning to get the movie's idea: not to avoid stereotypes but to keep crashing into them. »
  20. (en) « it makes you wonder what the inflection point for such behaviour is in a culture where manners and servitude are drilled into those who can't afford not to have them. »
  21. (en) « Parasite won the Oscar for best international film, it probably wouldn't win any other major awards. »
  22. (en) « The academy gave best picture to the actual best picture. »
  23. (en) « startled ... into recognizing that no country's cinema has a monopoly on greatness. »
  24. (en) « The capitalist… is only capital personified. His soul is the soul of capital. But capital has one sole driving force, the drive to valorize itself, to create surplus-value, to make its constant part, the means of production, absorb the greatest possible amount of surplus labor. Capital is dead labor which, vampire-like, lives only by sucking living labor, and lives the more, the more labor it sucks. »
  25. (en) « I'm pretty sure Ki-woo is one of those bright kids. He'll come up with some idea, and he would just go into the German family's house, and I think he will rescue his father. »
  26. (en) « it does not address the fundamental problem at hand. Even in this fantasy scenario, Ki-taek would still be contained in the house by a legal system that would seek his prosecution and imprisonment. The forces that created and upheld the Kim family's separation would not be undone, merely adapted to. »
  27. (en) « the capitalist economic order inaugurated and upheld in Korea by colonial occupation. »
  28. (en) « the Native Americans have a very complicated and long, deep history. But in this family, that story is reduced to a young boy's hobby and decoration... That's what happens in our current time: The context and meaning behind these actual things only exists as a surface-level thing. »
  29. (en) « that happen in between the sequences in the film. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sonia Kil, « Bong Joon-ho’s ‘Parasite’ Starts Shooting », sur Variety, (consulté le ).
  2. a et b (en) Phil Hoad, « Parasite's best picture Oscar could kickstart a new era of internationalism », sur The Guardian, (consulté le ).
  3. (en) « Rules & Eligibility », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences, (consulté le ).
  4. a et b (en) « Parasite », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  5. a et b Eponine Le Galliot, « Si “Parasite” de Bong Joon-ho vous paraissait trop coloré, vous allez être comblés », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  6. « Fiche du doublage français du film » [php], sur Allodoublage (consulté le ).
  7. a b c d e f et g (en) Patrick Brzeski, « Making of ‘Parasite’: How Bong Joon Ho’s Real Life Inspired a Plot-Twisty Tale of Rich vs. Poor », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  8. a et b (en) Adele Ankers, « Parasite: Bong Joon-ho Reveals the Meaning Behind the Title of the Oscar-Nominated Film », sur IGN, (consulté le ).
  9. (en) Neda Ulaby, « 'Parasite' Director Bong Joon-ho 'Wanted To Reflect The Truth Of Current Times », sur NPR, (consulté le ).
  10. a b c et d (en) E. Alex Jung, « Bong Joon Ho on Why He Wanted Parasite to End With a ‘Surefire Kill’ » [html], sur Vulture, (consulté le ).
  11. a et b (en) David Sims, « How Bong Joon Ho Invented the Weird World of 'Parasite' », sur The Atlantic, (consulté le ).
  12. (en) Sarah El-Mahmoud, « Parasite's Peach Scene Was Based On A Real Thing That Happened To Bong Joon-Ho's Friend », sur CinemaBlend, (consulté le ).
  13. a et b (en) Karen Han, « Bong Joon-ho on weaving his personal memories into Parasite », sur Polygon, (consulté le ).
  14. a b et c (en) Margy Rochlin, « How steak and Korean instant noodles illustrates class tensions in Bong-Joon ho's 'Parasite' », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  15. a b c et d (en) Hana Lee, « 'Parasite' subtitle translator: Comedies are a fun challenge », sur Korea.net, (consulté le ).
  16. (en) Hong You-kyoung, « Bong Joon-ho’s next film has a cast » [aspx], sur Korea JoongAng Daily, (consulté le ).
  17. (en) « Choi Wooshik joins "Parasite" Because of Bong Joon-ho », sur Hancinema, via Asia Today, (consulté le ).
  18. (en) Sonia Kil, « Bong Joon-ho’s ‘Parasite’ Starts Shooting (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le ).
  19. (en) Pierce Conran, « Bong Joon-ho’s Parasite Enters Production » [jsp], sur Korean Film Biz Zone, (consulté le ).
  20. a et b (en) Pierce Conran, « BONG Joon-ho’s PARASITE Wraps Production », sur Korean Film Biz Zone, (consulté le ).
  21. (en) Jean Noh, « Bong Joon Ho talks ‘Parasite’: “It deals with polarisation” », sur Screen Daily, (consulté le ).
  22. (en) Zack Sharf, « Bong Joon Ho Is Too Exhausted From Oscars to Start New Films: ‘I’m a Shell of a Human’ », sur Indiewire, (consulté le ).
  23. a b c d e f g et h (en) Rachel Wallace, « Inside the House From Bong Joon Ho’s Parasite », sur Architectural Digest, (consulté le ).
  24. a et b (en) Lisa McNamara, « How Parasite Uses Brilliant Design and Invisible VFX to Transcend Language », sur Frame.io Insider, (consulté le ).
  25. a b c d e f g et h (en) Chris O'Falt, « Building the ‘Parasite’ House: How Bong Joon Ho and His Team Made the Year’s Best Set », sur Indiewire, (consulté le ).
  26. a et b (en) Emily Buder, « 'Parasite' Editor Jinmo Yang Teaches Us How to Edit Without Coverage », sur No Film School, (consulté le ).
  27. (en) Robbie Janney, « Academy Award-Nominated Editor Jin-mo Yang Shares His Secrets », sur The Beat: A Blog by PremiumBeat, (consulté le ).
  28. a b et c (en) Alex Ritman, « Bong Joon Ho Talks Genesis of New Black-and-White ‘Parasite’ Cut », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  29. (en) « Parasite (B&W Version) » (version du 9 février 2020 sur l'Internet Archive), sur Festival international du film de Rotterdam.
  30. a b c et d (en) Rosie Pentreath, « What music features in Oscar-winning ‘Parasite’ and where can I listen? », sur Classic FM, (consulté le ).
  31. a et b (en) Joan MacDonald, « Bong Joon-ho’s ‘Glass of Soju’ Nominated For Oscar Song Shortlist », sur Forbes, (consulté le ).
  32. (en) « 92nd OSCARS SHORTLISTS », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences, (consulté le ).
  33. (en) « Parasite by Jung Jaeil », sur Spotify (consulté le ).
  34. (en) « Parasite (Original Motion Picture Soundtrack) », sur Amazon (consulté le ).
  35. (en) Zoe Pharo, « Meet the Carl who majored in Russian and wound up translating ‘Parasite:’ A conversation with Darcy Paquet ’95 », sur The Carletonian, (consulté le ).
  36. (en) Kim Boram, « (Yonhap Interview) Subtitle translator in spotlight after Parasite's Cannes victory », sur Yonhap News Agency, (consulté le ).
  37. (en) Chris Demartino, « Sacred Bones Announces Vinyl Release of 'Parasite' Soundtrack », sur Static Multimedia, (consulté le ).
  38. (en) Dave McNary, « Bong Joon-Ho’s Drama ‘Parasite’ Bought by Neon », sur Variety, (consulté le ).
  39. (en) Scott Roxborough, « AFM: Neon Nabs Bong Joon-ho’s ‘Parasite’ From CJ Entertainment », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  40. (en) Jean Noh, « Bong Joon Ho thriller 'Parasite' sells to US, Japan, France », sur Screen Daily, (consulté le ).
  41. (en) « The Screenings Guide 2019 - Festival de Cannes », sur Festival de Cannes, (consulté le ).
  42. (ko) « 기생충 », sur Naver Movie (consulté le ).
  43. (en) « Madman Films – Posts », sur Facebook, (consulté le ) : « Spread the word. Bong Joon Ho's new masterpiece, PARASITE opens in Australian cinemas June 27 ».
  44. (en) « Madman Films – Posts », sur Facebook, (consulté le ) : « [...] Parasite, which is now the highest grossing Korean film of all time at the Australian & New Zealand box office [...] ».
  45. (en) « Madman Films – Posts », sur Facebook, (consulté le ) : « Bong Joon Ho's Parasite has just become Madman's most successful non-English-language film at the Australian box office of all time. ».
  46. (en) Mia Galuppo, « Bong Joon Ho’s Palme d’Or Winner ‘Parasite’ Will Release in Time for Awards Season », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  47. (en) Rebecca Davis, « Bong Joon-ho’s Palme d’Or Winner ‘Parasite’ Pulled From China Festival », sur Variety, (consulté le ).
  48. (en) « Parasite Tickets & Showtimes » (version du 1 janvier 2020 sur l'Internet Archive), sur Curzon Cinemas : « Director Bong Joon-ho joins us live in person for a preview Q&A at Curzon Mayfair that will be shared via satellite. […] Wednesday 3 February 6.00pm […] UK Release Date 7 February 2020 ».
  49. (en) « The Numbers - Weekend Box Office Chart for February 14, 2020 », sur The Numbers (consulté le ).
  50. (en) Dave McNary, « ‘Parasite’ Doubles North American Release After Historic Oscar Wins », sur Variety, (consulté le ).
  51. (en) Dave McNary, « ‘Parasite’ to Get Digitally Re-Mastered Imax Release for One Week », sur Variety, (consulté le ).
  52. a et b (en) Anthony D'Alessandro, « Small Movies, Big Profits: 2019 Most Valuable Blockbuster Tournament », sur Deadline, (consulté le ).
  53. (en) Adam Chitwood, « Parasite Digital, Bluray, DVD Release Date: How to Watch the Movie », sur Collider, (consulté le ).
  54. (en) Mia Galuppo, « Oscar Winner ‘Parasite’ to Join Criterion Collection », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  55. (en) John Squires, « Bong Joon Ho’s ‘Parasite’ and ‘Memories of Murder’ Both Joining the Criterion Collection », sur Bloody Disgusting, (consulté le ).
  56. (en) Zack Sharf, « ‘Parasite’ Joins Criterion in October with 4K Remaster, Black-and-White Edition, and More », sur Indiewire, (consulté le ).
  57. (en) Julia Alexander, « Best Picture winner Parasite will stream exclusively on Hulu beginning April 8th », sur The Verge, (consulté le ).
  58. (en) Vrutika Shah, « Oscar-winning film Parasite is finally releasing on this OTT platform and here's how you can watch it », sur GQ India, (consulté le ).
  59. (en) « 2021 - Film on Physical Video », sur British Film Institute, (consulté le ), p. 10.
  60. (en) « Parasite - The Jokers » (version du 20 octobre 2019 sur l'Internet Archive), sur The Jokers.
  61. a et b « Coffret collector "Parasite" - En précommande - livré à partir du 28 février » (version du 22 février 2020 sur l'Internet Archive), sur The Jokers.
  62. (en) Jordan Raup, « Black-and-White Version of Parasite Coming in 2020; Jim Jarmusch Names Bong Joon Ho’s Film His Favorite of 2019 », sur The Film Stage, (consulté le ).
  63. a et b (en) Jordan Ruimy, « ‘Parasite’ Black-And-White Version Gets U.S. Release Date Via Neon », sur World of Reel, (consulté le ).
  64. (en) « Parasite: Black-And-White Edition », sur Curzon Artificial Eye (consulté le ).
  65. (en) « Parasite (2019) », sur The Criterion Collection (consulté le ).
  66. a et b « Parasite - Version en noir et blanc », sur Allociné (consulté le ).
  67. a et b (en) « Parasite », sur Metacritic (consulté le ).
  68. a b et c (en) « Parasite », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  69. a et b « Parasite », sur Allociné (consulté le ).
  70. a et b Yannick Vely, « Parasite de Bong Joon-ho - la critique - Festival de Cannes », sur Télérama, (consulté le ).
  71. a et b (en) Dave Calhoun, « Parasite », sur Time Out, (consulté le ).
  72. Gael Golhen, « Les critiques de Première », Première (consulté le ).
  73. a et b (en) Jason Dietz, « Best of 2019: Film Critic Top Ten Lists », sur Metacritic, (consulté le ).
  74. (en) Jason Dietz, « The Best Movies of 2019 », sur Metacritic, (consulté le ).
  75. (en) Jason Dietz, « Best Movies of the Decade (2010-19) », sur Metacritic, (consulté le ).
  76. (en) « Best Movies of All Time », sur Metacritic (consulté le ).
  77. (en) A. O. Scott, « Old Masters and Fresh Surprises at the New York Film Festival », sur The New York Times, (consulté le ).
  78. (en) Bilge Ebiri, « Bong Joon-ho’s Parasite Is a Nerve-Racking Masterpiece », sur Vulture, (consulté le ).
  79. (en) Jessica Kiang, « Film Review: ‘Parasite’ », sur Variety, (consulté le ).
  80. (en) Joshua Rivera, « 10 Reasons Why Parasite May Be 2019’s Best Film », sur GQ, (consulté le ).
  81. a et b (en) Michael Wood, « At the Movies », London Review of Books, vol. 42, no 03,‎ (ISSN 0260-9592, lire en ligne, consulté le ).
  82. (en) Luke Whiston, « Review: Parasite delves into the darkest recesses of humanity », sur TheShiznit.co.uk, (consulté le ).
  83. (en) A.A. Dowd, « Parasite may be Bong Joon Ho’s most thrilling ride on the genre-hopping Snowpiercer express », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  84. (en) Eric Kohn, « 2019 Critics Poll: The Best Films and Performances According to Over 300 Critics From Around the World », sur Indiewire, (consulté le ).
  85. « Parasite - Film (2019) - SensCritique », sur SensCritique (consulté le ).
  86. Jacques Morice, « Cannes 2019 - Parasite, le thriller socio-politique déjanté de Bong Joon-ho atomise la Croisette », sur Télérama, (consulté le ).
  87. « "Parasite": Bong Joon-ho revient à Cannes avec un drame familial maîtrisé », sur L'Express, (consulté le ).
  88. Mathieu Macheret, « Festival de Cannes 2019 : «Parasite», Bong Joon-ho revisite avec brio la lutte des classes », sur Le Monde, (consulté le ).
  89. a et b (en) « Gisaengchung (2019) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le ).
  90. (en) Jeremy Fuster, « 'Parasite' Sets New Record for Director Bong Joon-Ho at Indie Box Office », sur The Wrap, (consulté le ).
  91. (en) Pierce Conran, « Korean Theaters Sell 227 Million Tickets in Record Year », sur Korean Film Biz Zone, (consulté le ).
  92. (en) Kim Ji-soo, « "Parasite" to give much-needed boost to Korean cinema », sur The Korea Times, (consulté le ).
  93. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Joker’ $55M+ Scores 2nd Weekend October Record, ‘Addams Family’ $30M+ A MGM Success, ‘Gemini Man’ Still Not Dazzling $20M+ – Sunday B.O. Update », sur Deadline, (consulté le ).
  94. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Maleficent: Mistress Of Evil’ Has Bad Spell Stateside With $36M+, ‘Joker’ Still The Man With $29M+, ‘Zombieland 2’ Reaps $26M+ », sur Deadline, (consulté le ).
  95. (en) Dino-Ray Ramos, « ‘Synonyms’ And Kanye West’s ‘Jesus Is King’ Have Solid Premieres, ‘Frankie’ Debuts Soft – Specialty Box Office », sur Deadline, (consulté le ).
  96. (en) Tom Brueggemann, « Amazon’s ‘Honey Boy’ Tops Netflix’s ‘Marriage Story’ in Select Theaters », sur Indiewire, (consulté le ).
  97. (en) Tom Brueggemann, « ‘Waves’ Makes Box Office Splash as Amazon and Netflix Stay Quiet », sur Indiewire, (consulté le ).
  98. (en) Tom Brueggemann, « ‘Dark Waters’ Leads Tepid Arthouse Openers at Crowded Box Office », sur Indiewire, (consulté le ).
  99. (en) Tom Brueggemann, « ‘Harriet,’ ‘Jojo Rabbit,’ and ‘Parasite’ Reap Holiday Box Office Bounty », sur Indiewire, (consulté le ).
  100. (en) Dino-Ray Ramos, « ‘Uncut Gems’ Shines With Biggest A24 Per-Screen Opening, ‘A Hidden Life’ Debuts, Lionsgate Drops Limited ‘Bombshell’ Release – Specialty Box Office », sur Deadline, (consulté le ).
  101. (en) Anthony D'Alessandro, « How ‘Birds Of Prey’ Went Astray With $33M+ Opening – Sunday Final », sur Deadline, (consulté le ).
  102. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Sonic The Hedgehog’ Breaks Video Game Pic Opening Record With $70M & Reps 4th-Best Presidents’ Weekend Debut – Monday Update », sur Deadline, (consulté le ).
  103. (en) Travis Clark, « 'Parasite' is seeing a huge Oscar bump at the box office. We looked at how other recent best-picture winners have fared. », sur Business Insider, (consulté le ).
  104. (ko) « 기생충, 15년 만에 日 ‘100만 관객’ 돌파…‘욘사마’ 이후 처음 », sur KBS 뉴스 (consulté le ).
  105. (en) Tom Grater, « ‘Parasite’ To Expand Significantly In UK After Record-Breaking Opening Weekend – Update », sur Deadline, (consulté le ).
  106. (en) Tom Grater, « UK’s Curzon, Australia’s Madman, Benelux’s Cineart Partner To Launch $1.6M Film Development Fund », sur Deadline, (consulté le ).
  107. (en) Nancy Tartaglione, « ‘Sonic The Hedgehog’ Races To $43M Overseas For $100M Global Bow; ‘Birds Of Prey’ Flaps To $143M WW – International Box Office », sur Deadline, (consulté le ).
  108. a b et c (en) « Revenue of ‘Parasite’ increases by 234% in North America », sur Dong-A Ilbo, (consulté le ).
  109. a et b (en) Park Chang-young et Lee Ha-yeon, « Oscar-winning Parasite grosses $2.15 mn a day in N. America, ranks No. 1 in Japan », sur Pulse, (consulté le ).
  110. (en) Broede Carmody et Karl Quinn, « Parasite takes second bite at local box office », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le ).
  111. Valérie Guédot, « "Parasite" de Bong Joon Ho (sortie en salles le 5 juin 2019) », sur France Inter, (consulté le ).
  112. « Prix des Cinémas Art et Essai : Parasite de Bong Joon Ho | AFCAE », sur Art et Essai (consulté le ).
  113. Tanguy Colon, « Box-office hebdo : X-Men : Dark Phœnix chaud devant », sur Box-office Pro, (consulté le ).
  114. a et b « Box Office du film Parasite », sur Allociné (consulté le ).
  115. « Box-office des films coréens en France », sur JPBox-Office (consulté le ).
  116. Maximilien Pierrette, « Parasite : le million pour la Palme d'Or 2019 ! Quels sont les plus gros succès du cinéma coréen en France ? », sur Allociné, (consulté le ).
  117. Emilie Schneider, « Parasite : pourquoi la Palme d'Or arrive en VF deux mois après sa sortie ? », sur Allociné, (consulté le ).
  118. Quentin Coray, « De Cannes aux Oscars : la folle épopée de Parasite », sur A la rencontre du Septième Art, (consulté le ).
  119. Élodie Bardinet, « Parasite ressort au cinéma aujourd’hui », sur Première, (consulté le ).
  120. Mégane Choquet, « Coronavirus : fermeture de tous les cinémas français », sur Allociné, (consulté le ).
  121. (en) « Awards for Parasite », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  122. « Gisaengchung (Parasite) », sur Festival de Cannes, (consulté le ).
  123. « Festival de Cannes : «Parasite» de Bong Joon-ho ovationné pendant 8 minutes », sur Yonhap, (consulté le ).
  124. « Cannes2019 - Le tableau final des Étoiles de la critique (#Palmomètre) », sur Le Film français, (consulté le ).
  125. (en) Ben Dalton, « Bong Joon Ho's 'Parasite' finishes top of Screen's Cannes 2019 jury grid », sur Screen International, (consulté le ).
  126. Marilou Duponchel, « Qui gagnera la Palme d'or ? Nos pronostics », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  127. a et b Étienne Sorin, « Parasite de Bong Joon-Ho remporte la Palme d’or du 72e festival de Cannes », sur Le Figaro, (consulté le ).
  128. (en) Gwilym Mumford, « Cannes 2019: Bong Joon-ho's Parasite wins the Palme d'Or – as it happened », sur The Guardian, (consulté le ).
  129. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Parasite’ Palme d’Or Winner Bong Joon-Ho On Pic’s North Korea Jokes – Cannes », sur Deadline, (consulté le ).
  130. (en) « Golden Globes 2020: The Complete Nominations List », sur Variety, (consulté le ).
  131. a b et c (en) « Winners & Nominees 2020 », sur Hollywood Foreign Press Association, (consulté le ).
  132. (en) Neda Ulaby, « 'Parasite' Director Bong Joon-ho 'Wanted To Reflect The Truth Of Current Times' », sur NPR (consulté le ).
  133. (en) Jake Coyle, « 'Parasite' wins at SAG Awards, so do Pitt and Aniston », sur Associated Press, (consulté le ).
  134. (en) Sandra Gonzalez, « 'Parasite' opens important door for foreign language films with SAG win », sur CNN, (consulté le ).
  135. (en) Ryan Lattanzio, « BAFTA Awards: ‘1917’ Crowned Best Film (Full Winners List) », sur Indiewire, (consulté le ).
  136. (ko) Park Dae-han, « '기생충', 영국 아카데미 외국어영화상·오리지널 각본상 2관왕 » [« Parasite remporte les British Film Awards du meilleur film en langue étrangère et du meilleur scénario original »], sur Yonhap News Agency,‎ (consulté le ).
  137. (ko) Kim Hye-Ju, « 영화진흥위원회 홈페이지입니다. » [« Résultats de la sélection des films coréens dans la catégorie meilleur film international à la 92e cérémonie des Oscars »], sur Conseil du film coréen,‎ (consulté le ).
  138. (en) Robert Mitchell, « Oscars: South Korea Selects Palme d’Or Winner ‘Parasite’ for International Feature Film Award », sur Variety, (consulté le ).
  139. (en) « 10 Films Make Shortlist for Oscars' Best International Film », sur Associated Press, (consulté le ).
  140. a b et c (en) « Oscars: The Complete Winners List », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  141. (en) Jennifer Bisset, « Parasite director Bong Joon-ho now shares Walt Disney's 67-year-old Oscar record », sur CNET (consulté le ).
  142. (en) « 'Parasite' earns six Oscar nominations, including best picture », sur The Korea Herald, (consulté le ).
  143. (en) Christie D’zurilla, « Everything you need to know about 'Parasite' and its Oscar nominations », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  144. (ko) Lee Seo-hyun, « 한국 영화 첫 아카데미상 보인다… 기생충, 6개부문 노미네이트 », sur Dong-a Ilbo,‎ (consulté le ).
  145. (en) Violet Kim, « In the Absence Already Made History for Korea. Its Makers Hope Americans Learn From It, Too. », sur Slate, (consulté le ).
  146. (en) Charles Bright, « Can ‘Parasite’ become first Palme d’Or winner to claim Best Picture Oscar since ‘Marty’ did it 64 years ago? », sur Gold Derby, (consulté le ).
  147. (en) Dan Schindel, « Parasite’s Historic Wins at the 92nd Academy Awards », sur Hyperallergic, (consulté le ).
  148. a b c d et e (en) Isabella DeLeo, « Everything We Know about Martin Scorsese's Killers of the Flower Moon So Far », sur Paste, (consulté le ).
  149. a et b (ko) « [아카데미] "기생충의 승리는 세계의 승리"…외신 일제히 주요뉴스로(종합) », sur Maeil Kyongje,‎ (consulté le ).
  150. (en) Dirk Libbey, « Bong Joon Ho Thanks Martin Scorsese And Quentin Tarantino During Classy Oscar Acceptance Speech », sur CinemaBlend, (consulté le ).
  151. (en) Justin Chang, « It's just the Oscars — but my God, it matters that 'Parasite' won best picture », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  152. a b et c (en) Lee Jae-lim, « 'Parasite' scoops five awards at Daejong Film Awards », sur Korea JoongAng Daily, (consulté le ).
  153. (en) Erik Pedersen, « 101 Greatest Screenplays Of The 21st Century: Horror Pic Tops Writers Guild’s List », sur Deadline, (consulté le ).
  154. a et b (en) « “PARASITE” is voted Best Picture of 2019 », sur National Society of Film Critics, (consulté le ).
  155. a et b (en) Kimberly Nordyke et Annie Howard, « Critics’ Choice Awards: ‘Once Upon a Time in Hollywood’ Named Best Picture; Full Winners List », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  156. (en) Patrick Hipes, « SAG Awards: ‘Parasite’ Wins For Motion Picture Cast; ‘The Crown’, ‘Mrs. Maisel’ Lead TV – The Complete Winners List », sur Deadline, (consulté le ).
  157. (en) Trilby Beresford, Allison Crist, Kirsten Chuba et Hilary Lewis, « WGA Awards: ‘Parasite’ and ‘Jojo Rabbit’ Among Film Winners », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  158. a et b (en) « BAFTA Awards: ‘1917’ Dominates, Including Wins for Best Film, Director », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  159. (en) Scott Roxborough, « ‘Les Miserables’ Wins Best Film at Cesar Awards, Polanski Takes Best Director », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  160. (it) « Candidati Premi David di Donatello 2020 » (version du 24 octobre 2020 sur l'Internet Archive), sur Accademia del Cinema Italiano, .
  161. a et b (en) Nancy Tartaglione, « Saturn Awards Winners: ‘Star Wars: The Rise Of Skywalker’ Leads With Five Prizes – Full List », sur Deadline, (consulté le ).
  162. (en) « 2019 Winners », sur International Press Academy, (consulté le ).
  163. a et b (en) Neda Ulaby, « The Hit Movie 'Parasite' Puts Basement Structures In Structural Inequality », sur NPR, (consulté le ).
  164. (en) Christian Holub, « From Parasite to Hustlers: How 2019 became the year of cinematic class conflict », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  165. a b c d e f g h i et j (en) Eugene Nulman, Coronavirus Capitalism Goes to the Cinema, Londres, Routledge, (ISBN 9781003173472).
  166. a et b (en) Travis Bean, « Capitalism Gone Wild: The Ending Of ‘Parasite’ Explained », sur Forbes, (consulté le ).
  167. (en) Gabriella Paiell, « Parasite Director Bong Joon-ho on the Art of Class Warfare », sur GQ, (consulté le ).
  168. (en) Kim Minsoo, « Why “Parasite” Is Bong Joon-ho’s Biggest Hit and Darkest Film Yet », sur Cinema Escapist, (consulté le ).
  169. (en) Cho Mansoo et Park Sunhee, « Opinion: For South Korean youth, Parasite burrows close to home », sur The Globe and Mail, (consulté le ).
  170. (en) Kim E. Tammy, « UPSTAIRS, DOWNSTAIRS, The politics of Bong Joon-ho's Parasite », The Nation,‎ , p. 44–45.
  171. a et b (en) Kelly Kasulis, « Oscar-nominated 'Parasite' speaks to a growing divide in South Korea », sur The World, (consulté le ).
  172. (en) Sonia Rao, « Unpacking the 'metaphorical' ending of 'Parasite' », sur The Washington Post, (consulté le ).
  173. a b c et d (en) Hunter Harris, « Parasite’s Choi Woo-shik Is Optimistic About the Movie’s Overwhelming Ending », sur Vulture, (consulté le ).
  174. a et b (en) Park Ju-Hyun, « Reading Colonialism in “Parasite” », sur Tropics of Meta, (consulté le ).
  175. (en) Chu Li-Wei, « Interview: Dissecting the hidden motifs of 'Parasite' with director Bong Joon-Ho », sur From the Intercom, (consulté le ).
  176. (en) Max Cea, « Parasite’s Wild Ending, Broken Down », sur GQ, (consulté le ).
  177. (en) Christian Holub, « Parasite director Bong Joon Ho discusses the film's twisty ending », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  178. (en) Bernard Beck, « The Last Laugh: Parasite, Joker, Dark Waters and the Outcasts’ Revenge », Multicultural Perspectives, vol. 22, no 2,‎ , p. 79–81 (ISSN 1521-0960, DOI 10.1080/15210960.2020.1748995, lire en ligne).
  179. (en) Borys Kit et Lesley Goldberg, « ‘Parasite’ HBO Limited Series in the Works From Bong Joon Ho, Adam McKay », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  180. (en) Rebecca Ford, « Bong Joon Ho Says ‘Parasite’ Series Will Explore Stories “That Happen in Between the Sequences in the Film” », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  181. (en) Ryan Lattanzio, « Bong Joon Ho Reveals Epic Plans for ‘Parasite’ Series as a Six-Hour Movie », sur Indiewire, (consulté le ).
  182. (en) Jeff Sneider, « Parasite HBO Series Eyes Mark Ruffalo to Star », sur Collider, (consulté le ).
  183. (en) Marian Chia-Ming Liu, « HBO’s possible ‘Parasite’ spinoff with Mark Ruffalo raises whitewashing concerns », sur The Washington Post, (consulté le ).
  184. (en) Tatiana Hullender, « Tilda Swinton As Female Lead of HBO's Parasite: EXCLUSIVE », sur The Illuminerdy, (consulté le ).
  185. a et b (ko) Jeon Ji-hyun et Lee Sang-heon, « '기생충' 현장을 그대로…세트 복원해 관광한류 기지로 » [« Le plateau de 'Parasite' tel qu'il est... Restauration du décor de la base touristique Hallyu »], sur Maeil Business Newspaper,‎ (consulté le ).
  186. (ko) Jeong Ha-sung, « 고양시, ‘기생충’ 촬영지 ‘고양아쿠아특수촬용스튜디오’ 체험관광시설로 조성! » [« Goyang City, le lieu de tournage de « Parasite » « Goyang Aqua Special Photography Studio » sera transformé en installation de tourisme ! »], sur Tournews21,‎ (consulté le ).
  187. (ko) Bae Bae Hyun, « 지자체 〈기생충〉 관광코스 개발이 부른 “가난 포르노” 논란 » [« 〈Parasite〉Controverse sur la « pauvreté pornographique » que le gouvernement local appelle parcours touristique. »], sur Hankyoreh,‎ (consulté le ).
  188. (ko) « [기자수첩] ‘기생충’ 관광 마케팅...빈곤 포르노, 빈곤 동물원인가 » [« [Guide du reporter] Le marketing touristique de ‘Parasite’... la pornographie de la pauvreté, le zoo de la pauvreté ? »], sur Sisa Weekly,‎ (consulté le ).
  189. (ko) Joo Eun-hye, « 영화 ‘기생충’, 관광 한류에도 기여(?)... 영화 ‘기생충’ 투어 코스 등 조성 » [« Le film "Parasite" contribue à la vague coréenne pour le tourisme (?)... Création du parcours touristique du film "Parasite". »], sur Consumer Wide,‎ (consulté le ).
  190. (ko) « ‘돼지쌀슈퍼·자하문 터널 계단’…‘기생충’ 관광코스는? » [« Supermarché de riz au porc, escaliers du tunnel de Jahamun... En quoi consiste le parcours touristique de ‘Parasite’ ? »], sur Dong-a Ilbo,‎ (consulté le ).
  191. (ko) Ha Hye-bin, « 기생충 '관광지 개발' 경쟁에…"가난 보여주자고?" 주민 한숨도 » [« Dans la compétition de "développement touristique" de Parasite... « On va vous montrer les pauvres ? » Les résidents soupirent »], sur JTBC,‎ (consulté le ).
  192. (ko) Hyunjong Kim, « 기생충 촬영 돼지슈퍼 동네 “가난 구경났나요” » [« Photographie de Parasite Pig super quartier « Vous êtes pauvre ? » »], sur Hankook Ilbo,‎ (consulté le ).
  193. (ko) Lee Blessed, « [톡톡! 부동산] '기생충'숟가락 얹는 서울시…갑자기 반지하 지원" » [« [Tok tok ! Immobilier] 'Parasite' à Séoul à la petite cuillère... Un support soudainement souterrain »], sur Maeil Business Newspaper,‎ (consulté le ).
  194. (en) Nicolaus Li, « Nongshim's Latest Release Makes It Easy to Enjoy "Ram-Don" From 'Parasite' », sur Hypebeast, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 20 juillet 2022 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 20 juillet 2022 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.