Paraponera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paraponera clavata.

Paraponera est un genre de Fourmis (Formicidae) de la sous-famille des Ponerinae et de la tribu des Paraponerini. Elle est souvent appelée fourmi balle de fusil en raison de sa piqûre extrêmement douloureuse, comparée à l'impact d'un coup de fusil. En Guyane, on la nomme fourmi flamande.

Historique et dénomination[modifier | modifier le code]

Le genre Paraponera a été décrit par l'entomologiste Frederick Smith en 1858[1].

L'espèce Paraponera clavata a été décrite par l'entomologiste et économiste Johan Christian Fabricius en 1775[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Conga « les combattantes ».
  • Ticondera « qui font mal avec leurs abdomens »[réf. souhaitée].
  • Bala au Costa Rica.
  • Bullet ant en anglais, litt. « fourmi-balle », car sa piqûre est aussi douloureuse qu'une balle de fusil.
  • Fourmi 24 heures ou hormigas veinticuatro, « durée potentielle de la douleur ressentie ».

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

  • Paraponera clavata (Fabricius, 1775) ; espèces type pour le genre
  • Paraponera dieteri (Baroni Urbani (it), 1994) ; espèce éteinte

Description[modifier | modifier le code]

Les ouvrières de Paraponera clavata mesurent entre 18 et 30 mm de long et les reines sont de la même taille car, comme d'autres poneromorphes primitives, les fourmis Paraponera n'ont pas de polymorphisme[3][source insuffisante].

Le nid[modifier | modifier le code]

Paraponera clavata vit dans les forêts tropicales, du sud du Nicaragua et du Honduras jusqu'au Paraguay[2]. Une fourmilière de Paraponera est constituée de quelques dizaines de fourmis jusqu’à une centaine d’individus. C'est donc une petite colonie comparativement à d'autres fourmis, mais les Paraponera sont des fourmis extrêmement agressives qui n'hésitent pas à attaquer quand elles sont dérangées, ce qui est très impressionnant étant donné la grande taille des fourmis, soit 18–25 mm. Le nid se situe généralement à la base du tronc d'un gros arbre, entre les racines.

Elles chassent individuellement sur toute la hauteur de l’arbre, à la recherche de proies, et aussi au sol, aux alentours du nid. Ce sont des fourmis essentiellement insectivores mais qui se nourrissent aussi de sève de plantes et de nectar.

Une piqûre très douloureuse[modifier | modifier le code]

Très connues en Amérique centrale et du Sud, ces fourmis y sont craintes et respectées. La fourmi possède, pour se défendre, un long dard ; la piqûre est très douloureuse pour l'humain et son effet est instantané[4]. La poneratoxine (en) (un peptide neurotoxique) et de l'acide formique sont présents dans le venin, ce qui le rend particulièrement efficace. Elle est appelée « la fourmi 24 heures » dans certains pays pour signifier la durée des douleurs ressenties, mais, en fait, selon l'endroit où l'on est piqué, le temps de la douleur de la piqûre varie. La douleur qui irradie dans tout le membre touché, parfois accompagnée de spasmes, peut durer plus de six heures. Très intense au début, elle diminue avec les heures[5].

L’entomologiste américain Justin Orvel Schmidt a établi une échelle, qui va de 0 à 4, de la pénibilité des piqûres d’hyménoptères. Pour cela, il se laissa piquer par un grand nombre d’entre eux dont presque tous les types d'abeilles, de guêpes et de fourmis. La Fourmi Paraponera arrive en tête de ce classement avec une note de 4,0+. La piqûre est décrite dans l'échelle de la douleur de Schmidt comme : douleur pure, intense, brillante[6].

Culture[modifier | modifier le code]

Plastron de Paraponera.

Certaines populations indigènes amazoniennes du Brésil et de Guyane française comme les Wayana, les Wayãpi, les Apalai, les Satéré-mawé se servent de fourmis des genres Paraponera ou Dinoponera dans leur rite de passage ou rite initiatique pour les garçons, parfois les filles, au moment de la puberté. Ils confectionnent différents types de nattes de feuillage ou de joncs ressemblant dans certains cas à un « plastron » et y insèrent une quinzaine ou plus de ces fourmis, parfois également des guêpes. Chez les Wayana et les Apalai, cette vannerie, richement décorée de plumes d'oiseaux, est appelée kunana ; elle est la « représentation d’un esprit puissant » et peut avoir une forme de poisson, d'oiseau ou d'écureuil. Cette vannerie est apposée sur la poitrine ou le dos du postulant durant plusieurs minutes. L'initié doit montrer sa capacité à résister à la douleur de la façon la plus stoïque possible. Dans d’autres populations, le jeune homme doit s’accroupir à proximité du nid de fourmis plaçant ses bras croisés près de l'entrée jusqu’à dix minutes. Le but de cette épreuve consiste également à affirmer son courage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) F. Smith, Catalogue of hymenopterous insects in the collection of the British Museum part VI. Formicidae, Londres, British Museum, (lire en ligne [PDF]), p. 100.
  2. a et b « Paraponera clavata (Fabricius, 1775) », sur Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. (en) « Paraponera clavata », dans Wikipedia, (lire en ligne).
  4. « Il se fait piquer par la fourmi dont la piqûre est la plus douloureuse au monde… », sur Atlantico.fr (consulté le ).
  5. (en) V.B. Gerritsen, « Princess Bala's sting », Protein Spotlight, no 14,‎ , p. 1–2 (ISSN 1424-4721, lire en ligne [PDF]).
  6. (en) Z. Gough, « The World's Most Painful Insect Sting », BBC Earth,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]