Paradoxe de D'Alembert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mécanique des fluides
Cet article est une ébauche concernant la mécanique des fluides.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Considérons un solide animé d'un mouvement de translation rectiligne uniforme dans un fluide parfait incompressible au repos à l'infini, c'est-à-dire infiniment loin du solide[Quoi ?], ou, par un changement de référentiel, un solide immobile dans le fluide ayant pour vitesse V à l'infini[Quoi ?]. Le mouvement étant supposé permanent, la pression p est donnée par la formule de Bernoulli :

Il n'y a pas de résistance à l'avancement du solide dans le fluide. [réf. nécessaire] [pourquoi ?]

C'est le paradoxe de D'Alembert[1],[2].

Ce paradoxe est lié à la réversibilité du mouvement du fluide. Dans les écoulements réels, des phénomènes irréversibles apparaissent, tels que la formation d'une surface de discontinuité (sillage) à l'arrière du solide. L'origine de telles irréversibilités est la viscosité, même faible, des fluides réels.

Form drag.svg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.enpc.fr/enseignements/Halphen/node79.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  2. http://www.pmi.ou.edu/Biot2005/papers/FILES/005.PDF