Parémiologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la linguistique
Cet article est une ébauche concernant la linguistique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La parémiologie, du grec paremia, « proverbe », est la discipline qui a pour objet l'étude des proverbes et expressions apparentées - sentences, préceptes, slogans, devises… - reprises sous le nom de « parémies ».

Brève histoire de la recherche[modifier | modifier le code]

Cette discipline s'est longtemps développée de manière indépendante, voire cloisonnée, avant de progressivement connaitre un développement international notamment grâce aux travaux du germaniste et linguiste américain Archer Taylor (1890-1973). Son ouvrage The Proverb publié en 1931 est encore considéré de nos jours comme une incontournable introduction à la parémiologie[1].

Matti Kuusi (1914-1998), son plus proche collaborateur et premier éditeur de la revue internationale Proverbium (de 1965 à 1975), a poursuivi son œuvre. Il s'est notamment intéressé au statut de la parémiologie dans les milieux académiques, souvent confinée à l'étroit dans les instituts d'ethnologie, et s'est attaché à établir une typologie des proverbes et une terminologie parémiologique[2].

Se réclamant de ces deux précurseurs, le linguiste Wolfgang Mieider a poursuivi le travail de publication et d'internationalisation de la discipline à la tête de la revue Proverbium qu'il dirige encore au début du XXIe siècle[2]. La parémiologie a depuis les années 1960 pris un essor important et reste en constante évolution. Parmi les chercheurs marquant de la fin du XXe siècle, on peut mentionner les français Claude Buridant, François Suard et l’ethnologue et linguiste belge François-Marie Rodegem (1919-1991) auquel on doit, suivant le premier, « des critères remarquables d'identification et de classement »[3].

Nomenclatures[modifier | modifier le code]

Plusieurs tentatives de nomenclatures ont essayé de démêler le flou terminologique qui règne en cherchant à appliquer une échelle de valeur entre toutes les formules sapientales afin de procurer à la recherche un ensemble terminologique commun. On trouve une première proposition de nomenclatures significative avec le chercheur espagnol José Gella Iturriaga en 1977 regroupées sous le terme paremia[4]. La recherche espagnole est d'ailleurs à la pointe de la discipline avec la revue internationale Paremia[5]. Gella compte neuf formules gnomiques que recouvre le terme paremia : les proverbes, le dictons, les locutions proverbiales, les sentences, les maximes, les apophtegmes, les dialogismes, les principes, les adages et les wellerismes[6]. D'autres unités linguistiques peuvent également avoir certaines caractéristiques parémiologiques comme la devise, le précepte ou l'expression populaire, que Gella appelle « presque parémies »[6].

En 1984, en France, François-Marie Rodegem substitue, avec François Suard, le terme de « parémie » à « ce qu'on appelle généralement proverbe »[3]. La parémie est alors définie comme « une sentence lapidaire normative »[3] à « réserver aux énoncés sentencieux pris globalement »[6]. Suivant Rodegem[7], elle se caractérise par sa morphologie rythmique, sa structure analogique et son statut normatif[3]. Rodegem propose une répartition de dix ypes d'expressions parémiologiques en trois groupes, l'un exprimant une morale générale (proverbe, locution proverbiale, maxime, aphorisme), le suivant exprimant une norme restreinte (dicton, adage, slogan, devise) et le dernier regroupant les genres marginaux (apophtegme, wellerisme).

Ces nomenclatures sont encore l'objet de débat et l'on trouve encore d'autres présentions, notamment dans les travaux de Pierre J.L. Arnaud qui, dans son article Réflexions sur les proverbes[8] distingue lui onze catégories de parémies, rejetant notamment le wellerisme et ajoutant l'axiome et les truismes proverbiaux[9]. Il propose par ailleurs une méthode d'identification basée sur une série de filtres successifs - lexicalité, autonomie syntaxique, autonomie textuelle, valeur de vérité générale et anonymat - au travers desquels seuls les proverbes doivent ressortir[10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Philippe Claver Zouogbo, Le proverbe entre langues et cultures : une étude de linguistique confrontative allemand/français/bété, éd. Peter Lang, 2009, p. 70
  2. a et b Jean-Philippe Claver Zouogbo, Le proverbe entre langues et cultures : une étude de linguistique confrontative allemand/français/bété, éd. Peter Lang, 2009, p. 73
  3. a, b, c et d Jean-Philippe Claver Zouogbo, Le proverbe entre langues et cultures : une étude de linguistique confrontative allemand/français/bété, éd. Peter Lang, 2009, p. 79
  4. « Dates para una teoria de los dichos », in Revista de Dialectologîa y Tradiciones Populares, vol. XXXIII, Madrid, 1977, p. 119-12
  5. voir Julia Sevilla, « La parémiologie espagnole », in Michel Quitout (éd.), Proverbes et énoncés sentencieux, éd. L'Harmattan, 2002, p. 151-174
  6. a, b et c Fernando Navarro Domínguez, Analyse du discours et des proverbes chez Balzac, éd. L'Harmattan, 2000, p. 48
  7. François-Marie Rodegem, « La parole proverbiale », in François Suard et Claude Buridant (éds.), Richesse du proverbe, 2 volumes, éd. Université de Lille III, 1984
  8. cf. bibliographie
  9. Jean-Philippe Claver Zouogbo, Le proverbe entre langues et cultures : une étude de linguistique confrontative allemand/français/bété, éd. Peter Lang, 2009, p. 80-81
  10. Pierre J.L Arnaud, « Réflexions sur les proverbes », in Cahiers de lexicologie no 59, 1991, p. 5-27

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Sonia Gómez-Jordana Ferary, Le proverbe : vers une définition linguistique. Étude sémantique des proverbes français et espagnols contemporains, éd. L'Harmattan, 2012
  • Jean-Philippe Claver Zouogbo, Le proverbe entre langues et cultures : une étude de linguistique confrontative allemand/français/bété, éd. Peter Lang, coll. Études contrastives, vol. 10, 2009
  • Michel Quitout (éd.), Traductologie, proverbes et figements [Texte imprimé] / Michel Quitout & Julia Sevilla Muñoz, éd.  ; préface Michel Ballard / Paris : l'Harmattan , DL 2009
  • Michel Quitout (éd.), Proverbes et énoncés sentencieux, éd. L'Harmattan, 2002
  • François Suard et Claude Buridant (éds.), Richesse du proverbe, 2 volumes, éd. Université de Lille III, 1984
  • Archer Taylor, The Proverb, éd. Harvard University Press, 1931

Articles[modifier | modifier le code]

  • J.C. Anscombre, « Les proverbes sont-ils des expressions figées ? », inCahiers de lexicologie no 82, 2003, p. 159-173
  • Julia Sevilla Muñoz, « La terminologie parémiologique française et sa correspondance espagnole », in Terminologie et Traduction vol. 2/3, 1992, p. 331-343
  • Pierre J.L Arnaud, « Réflexions sur les proverbes », in Cahiers de lexicologie no 59, 1991, p. 5-27
  • F.-M. Rodegem et P. van Brussel, « Proverbes et pseudoproverbes. La logique des parémies », in Europhras no 88, coll. Phraséologie contrastive, éd. Gréciano, Strasbourg, 1989, p. 349-356

Revues de parémiologie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wolfgang Mieder (éd.), Proverbium: Yearbook of International Proverb Scholarship, University of Vermont, (ISSN 0743-782X), site internet
  • Iglesias Overjos A. (éd.), Cahiers du PROHEMIO, Presses Universitaires d'Orléans, (ISSN 1284-5744)
  • (es) Julia Sevilla Muñoz (éd.), Paremia, (ISSN 1132-8940), site internet
  • (en) Teodor Flonta (éd.), De Proverbio, multilingual electronic journal of proverb studies, University of Tasmania, site internet

Article connexe[modifier | modifier le code]