Paolo Intini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paolo Intini
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : Italie Italien
Activité
Mouvement

Paolo Intini est un artiste peintre italien du trompe-l'œil et de portraits né à Monopoli le 5 février 1921. Il vécut à Paris et appartint au Mouvement Trompe-l'œil/Réalité fondé par Henri Cadiou. Il est mort en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vue de Monopoli (Italie)

Né à Monopoli, Palo Intini s'installe en France en 1948[1]. Il se consacre au trompe-l'œil à partir de 1967[2].

L'artiste meurt en 2014. Une partie de son atelier (soixante-six toiles) est dispersée le 15 avril 2015 par les commissaires-priseurs Olivier Rieuner et Vincent de Muizon à l'Hôtel Drouot à Paris[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Intini - Trompe-l'œil contemporain, peintures 1964-1989, maison de l'UNESCO, Paris, septembre 1989.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Paolo Intini est l'homme du superréalisme du cœur et de la raison. Son trompe-l'œil est d'autant plus saisissant qu'il incarne la magie de l'homme et de sa passion. La rouille est la patine de l'émotion, la trace de la pulsion de mort dans l'élan vital. » - Pierre Restany[6]
  • « À partir de 1967, toujours fidèle à la rigueur du dessin et au respect des valeurs, ses compositions constituent des trompe-l'œil à la manière de ceux du XVIIIe siècle, mais faisant intervenir des éléments contemporains : objets actuels en plastique ou rouillés, imitations de collages d'affiches. » - Dictionnaire Bénézit[1]
  • « L'objet usé incarne notre mémoire, disent certains poètes. C'est sur les peaux des cartons, des planches et des tôles que Paolo Intini grave les signes de notre existence. Voilà peut-être pourquoi ses œuvres nous vont droit au cœur. » - Martin Monestier[7]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Collection Martin Monestier, Société de consommation, huile sur toile en trompe-l'œil, vers 1970[14].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Intini - Trompe-l'œil contemporain, éditions de l'UNESCO, 1989.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, Gründ, 1999.
  • Association Mouvement art collectif (préface de Pierre Gilou, textes de Jean-Claude Ancet, Jehan Despert, Marie-Christine Hugonat, Nicole Lamothe et Pierre Restany), Six artistes du groupe Trompe-l'œil : Pierre Ducorbeau, Pierre Gilou, Paolo Intini, Michel Lefèbvre, Albert Le Goinvec, Daniel Solnon, éditions de la Galerie d'art contemporain de Chamalières, 1999.
  • Martin Monestier, Le trompe-l'œil contemporain, éditions Place des Victoires, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]