Panorama de la bataille de Waterloo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Panorama
de la bataille de Waterloo
Belgique - Brabant wallon - Panorama de la bataille de Waterloo - 02.jpg
La rotonde.
Présentation
Type
Style
Architecte
Construction
1911
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Province
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon
(Voir situation sur carte : Brabant wallon)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Champ de bataille de Waterloo
(Voir situation sur carte : Champ de bataille de Waterloo)
Point carte.svg

Le Panorama de la bataille de Waterloo est un édifice de style néo-classique situé sur le territoire de la commune belge de Braine-l'Alleud qui abrite une gigantesque peinture panoramique de la bataille de Waterloo.

Il constitue l'un des plus importants témoins au monde du phénomène des panoramas qui apparaît à la fin du XVIIIe siècle et s'impose comme le premier média moderne[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Panorama de la bataille de Waterloo se situe sur le territoire de la commune belge de Braine-l'Alleud, dans la province du Brabant wallon.

Il se dresse juste à côté de la Butte du Lion, au nord de celle-ci.

La Butte du Lion et la rotonde du Panorama de la bataille de Waterloo.

Historique[modifier | modifier le code]

Chapiteaux ioniques, pinacles et frise de palmettes.
Pinacles.
Chapiteaux ioniques.

La rotonde est dessinée par l'architecte Franz Van Ophem en 1911[1].

La toile monumentale constituant le panorama de la bataille est peinte par le peintre français Louis-Jules Dumoulin en 1912 pour la célébration du premier centenaire de la bataille[2].

Les façades et toitures du bâtiment ainsi que la peinture panoramique font l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

L'immeuble est également classé comme patrimoine exceptionnel de Wallonie depuis le [4].

Le Panorama de la bataille de Waterloo a été proposé le par la Division du Patrimoine de la Région wallonne de Belgique pour une inscription au patrimoine mondial et figure sur la « liste indicative » (« tentative list ») de l'UNESCO dans la catégorie patrimoine culturel[1].

Depuis 2015, le panorama fait partie du Mémorial Waterloo 1815, qui englobe également la Butte du Lion, le Musée du Mémorial et la Ferme d'Hougoumont[5],[6],[7],[8],[9].

La frise de palmettes couronnant la rotonde.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'édifice peint en blanc, d'un diamètre extérieur de 35 mètres et d'une hauteur de 15 mètres[1], présente un style néo-classique très pur.

La rotonde[modifier | modifier le code]

Le bâtiment consiste en une rotonde rythmée par de grandes arcades aveugles reposant sur de fins pilastres aux chapiteaux ioniques.

Ces arcades sont séparées par de hauts pilastres ioniques groupés par deux, qui supportent un entablement orné d'une frise de denticules.

L'espace entre les chapiteaux ioniques est occupé par de larges cartouches rectangulaires.

La rotonde est couronnée par une frise de palmettes interrompue à la verticale des pilastres ioniques par des pinacles semi-circulaires.

Le porche[modifier | modifier le code]

L'accès au bâtiment se fait par un porche néo-classique constitué de deux paires de colonnes toscanes supportant un entablement surmonté d'une frise de denticules et d'un fronton triangulaire.

Le porche proprement dit est précédé d'un avant-corps rectangulaire abritant une porte en plein cintre surmontée d'un entablement orné de triglyphes et d'une frise de denticules.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur de la rotonde abrite le panorama proprement dit, un dispositif « comprenant un vaste tableau cylindrique embrassant les murs d'une rotonde que le spectateur découvre à partir d'une plate-forme érigée au centre de l'édifice »[1]. La plate-forme de 9 m de diamètre se situe à 5 m du sol, ce qui place l'œil du spectateur à la hauteur de la ligne d'horizon[1].

La toile circulaire de 12 m de haut et de 110 m de long réalisée par le peintre français Louis-Jules Dumoulin est « précédée d'un faux-terrain, de manière à dissimuler son bord inférieur et à renforcer l'effet d'illusion »[1]. Ce faux-terrain recouvert de sable et de végétation séchée est agrémenté d'objets réels (barrières, fusils, charrues) ainsi que de soldats et de chevaux gisant sur le sol et réalisés en papier mâché[1].

Elle décrit l'une des grandes charges de la cavalerie française menées par le maréchal d'Empire Michel Ney contre les lignes anglo-alliées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d e f g et h UNESCO, World Heritage Centre, « Le Panorama de la Bataille de Waterloo, exemple particulièrement significatif de « Phénomène de Panoramas » », sur UNESCO.org.
  2. D'un monde à l'autre (1713/1830) - Régence, rococo et néoclassicisme, Brochure des journées du patrimoine 2015 en Wallonie, p. 15.
  3. Liste des monuments classés de la Région Wallonne.
  4. Liste du patrimoine exceptionnel de la Région Wallonne.
  5. Y. N., « Mémorial de Waterloo : une scénographie magnifique », DH, .
  6. Jean-Philippe de Vogelaere, « Waterloo: l’Histoire reprend droit de cité au pied de la Butte », Le Soir, .
  7. Bernard Meeus, « Napoléon: Waterloo célèbre l’Empereur », Soirmag, .
  8. Jean-Claude Hennuy, « Waterloo 1815: les Français remportent la bataille pour gérer le Mémorial », RTBF, .
  9. V. F., « Mémorial 1815 : le nouvel exploitant vise les 300.000 visiteurs par an », DH, .

Bibliographie[modifier | modifier le code]