Pendjabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Panjābī)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Example.of.complex.text.rendering.svg Cette page contient des caractères d'alphasyllabaires indiens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode.
Pendjabi
ਪੰਜਾਬੀ پنجابی (pañjābī)
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan 76 millions (2008)
Drapeau de l'Inde Inde 33 millions (2011)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1,3 million
etc.
Région Pendjab
Nombre de locuteurs environ 100 millions
Typologie SOV, flexionnelle, à fracture d'actance, à tons
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Inde
Codes de langue
ISO 639-1 pa
ISO 639-2 pan
ISO 639-3 pan
IETF pa
Panjabi.png
Carte
Répartition des locuteurs natifs du pendjabi au Pakistan (rouge foncé) et en Inde (rouge clair).
Répartition des locuteurs natifs du pendjabi au Pakistan (rouge foncé) et en Inde (rouge clair).

Le pendjabi ou penjabi (ਪੰਜਾਬੀ ou پنجابی (pañjābī)) est une langue indo-européenne de la branche des langues indo-iraniennes parlée au Pendjab (en Inde et au Pakistan) par environ 100 millions de locuteurs (tous dialectes confondus). Elle est issue de prakrits, comme l'hindi, tout en étant plus archaïque, donc irrégulière, que celle-ci. Elle utilise principalement le semi-syllabaire gurmukhi pour son écriture en Inde et le shahmukhi au Pakistan, mais parfois la devanagari. Elle serait, avec l'hindi, la langue-mère du romani, la langue des Roms. Le pendjabi est une langue à tons, fonctionnant avec trois intonations. C'est une des rares langues indo-aryennes modernes de ce type. Les tons ne sont pas issus de l'accent de hauteur du sanskrit d'autrefois, mais du transfert du trait phonétique de murmure des consonnes aux voyelles avoisinantes.

Dialectes et langues apparentées[modifier | modifier le code]

Les principaux dialectes du Pendjab sont le majhi, doabi, malwai, powadhi, pothohari et multani. Les dialectes du lahnda, incluant le seraiki et l'hindko, sont considérés comme des dialectes du Pendjab par beaucoup de linguistes mais comme des langues bien distinctes par d'autres.

Dans la dialectologie indo-aryenne en général, la présence de dialectes transitoires pose des problèmes dans l'assignation de quelques dialectes à une langue ou une autre. Cependant, au cours du siècle dernier, il y a souvent eu des désaccords quant-à la manière de localiser le cœur géographique de la langue pendjabi. Le linguiste britannique George Abraham Grierson est venu à la conclusion que le groupe de dialectes connu collectivement comme « pendjabi de l'ouest » (Western Punjabi) constitue en fait une langue distincte du pendjabi. Il est parlé au nord et à l'ouest du cœur de la terre du Pendjab, dans la vallée de l'Indus et sur les plus basses vallées des « quatre rivières » pakistanaises (excepté la Beas). Il baptise alors ce groupe de dialectes « lahnda » dans l'ouvrage Language Survey of India (LSI) publié en 1919. Il regroupait comme « lahnda du sud » les dialectes qui sont maintenant reconnus comme le seraiki. Dans le recensement national du Pakistan de 1981, le seraiki et l'hindko (catégorisés auparavant comme « pendjabi de l'ouest »), recevaient le statut de langues distinctes, ce qui explique alors la diminution du pourcentage de locuteurs du pendjabi.

Le dialecte courant[modifier | modifier le code]

Le majhi est considéré comme le dialecte standard du Pendjab parce qu'il est la norme du pendjabi écrit. Il est parlé au cœur du Pendjab dans la région historique du Majha, qui s'étend au Pakistan dans le nord-est dans la province du Pendjab (notamment Lahore, Sheikhupura, Kasur, Okara, Faisalabad, Gujranwala, Wazirabad, Sialkot, Narowal, etc.).

En Inde, il est parlé à Amritsar, Tarn Taran Sahib et dans le quartier de Gurdaspur dans l'État du Pendjab, mais aussi par une importante population des plus grandes villes de l’État ainsi qu'à Delhi, Haryana et Uttarakhand. Le majhi et le lahnda parlés au Pakistan utilisent un vocabulaire plus persanisé ainsi que les lettres Z, Kh et Gh de manière plus fréquente.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot pendjabi (Punjabi en anglais) est dérivé du mot Pendjab (Punjab), un exonyme qui veut dire « les cinq eaux » en Perse (panjab). Panj est apparenté au mot Sanskrit pañca « cinq » et fait référence aux cinq principales affluents à l'est du fleuve Indus. La région historique du Pendjab, à présent divisée entre l'Inde et le Pakistan, est définie physiographiquement par l'Indus et ces cinq affluents. L'un des cinq, la rivière Beas, est elle-même un affluent d'un autre, la Sutlej.

En Inde, le pendjabi est écrit à l'aide d'une des deux écritures standardisées distinctes : gurmukhi et devanagari. Le mot Gurmukhi se traduit comme « la bouche du Guru ». Les musulmans dans la région créèrent plus tard l'alphabet Shahmukhī, signifiant « de la bouche du roi », basé sur le Persan abjad.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Varan Gyan Ratnavali au XVIe siècle, une source sikhe importante écrite par Bhai Gurdas.

Le pendjabi est une langue indo-aryenne. Elle est dérivée de la langue Shauraseni, qui était la principale langue médiévale du Nord de l'Inde.

Le pendjabi est apparu en tant que langue indépendante au XIIe siècle[réf. nécessaire]. Fariduddin Ganjshakar est généralement reconnu comme le premier grand poète de la langue pendjabi.

La religion Sikh a vu le jour au XVe siècle dans la région du Pendjab et le pendjabi est la langue principale parlée par les Sikhs. La plupart des portions du Guru Granth Sahib utilise le pendjabi écrit en gurmukhi, bien que le pendjabi ne soit pas la seule langue utilisée dans l'écriture Sikh. Les Janam Sakhis, des histoires sur la vie et des légendes du Guru Nanak (1469-1539), sont des exemples de l'ancienne prose en pendjabi. Guru Nanak lui-même a composé un poème pendjabi avec un vocabulaire issu du sanskrit, de l'arabe, du persan et d'autres langues indiennes, caractéristiques de la tradition gurbani. La poésie soufie pendjabi s'est développée sous le Shah Hussain (1538-1599), le Sultan Bahu (1628–1691), le Shah Sharaf (1640–1724), Ali Haider (1690–1785), Saleh Muhammad Safoori (fils de Mai Hazrat Safoora Qadiriyya, à qui Ali Haider avait rendu hommage), et Bulleh Shah (1680–1757). En contraste avec les poètes perses, qui avaient préféré le ghazal pour leur expression poétique, les poètes soufie pendjabi s'employaient de composer en kafi.

La poésie soufie a aussi influencé d'autres traditions littéraires pendjabies, particulièrement le qissa pendjabi, un genre de tragédie romantique qui concluait également de l'inspiration de sources indiennes, perses et coraniques. Le Heer Ranjha par Waris Shah (1706-1798) est parmi les plus polaires qissas. Les autres histoires populaires comme Sohni Mahiwal par Fazal Shah, Mirza Sahiban par Hafiz Barkhudar (1658–1707), Sassui Punnhun par Hashim Shah, et Qissa Puran Bhagat par Qadaryar (1802–1892).

Les ballades héroïques comme les vaars ont une riche tradition orale au Pendjab. Parmi les plus importants exemples de poésie héroïque ou épique, on trouve celle de Guru Gobind Singh dans Chandi di Var (1666-1708). Nadir Shah Di Vaar de Najabat, en partie historique, décrit l'invasion de l'Inde par Nâdir Châh en 1739. La Jangnama, ou « Chronique de guerre », a été introduite dans la littérature du Pendjab durant la période moghole. La Jangnama de Shah Mohammad (1780-1862) relate la Première Guerre anglo-sikhe de 1845-46.

Le pendjabi moderne[modifier | modifier le code]

L'alpabet Gurmukhi excluant les voyelles.
L’alphabet gurmukhi, excluant les voyelles

Le majhi est l'écriture standard pour le pendjabi dans les deux parties du Pendjab. Au Pakistan, le pendjabi est généralement écrit en utilisant le shahmukhi, créé à partir d'une modification de l'écriture perse nastaliq. En Inde, le pendjabi est le plus souvent rendu dans le gurmukhi, bien qu'il soit souvent écrit en écriture latine ou devanagari, ce qui est dû à l'influence de l'hindi et l'anglais, les deux principales langues officielles d'Inde.

En Inde, le pendjabi est une des 22 langues officielles. C'est la première langue officielle de l’État indien du Pendjab. Au Pakistan, le pendjabi n'a pas été reconnu comme langue officielle au niveau national, malgré le fait qu'elle soit la langue la plus parlée et qu'elle soit la langue de la province du Penjab, la province la plus peuplée et puissante du pays.

Reconnaissance officielle[modifier | modifier le code]

Le pendjabi est une des langues reconnues par la constitution indienne au niveau de l'État du Pendjab, à Haryana, Himachal Pradesh, Delhi, Jammu et Bengale-Occidental. Il n'y a pas de reconnaissance officielle au Pakistan. Selon le docteur Manzur Ejaz : « au Pendjab central, le pendjabi n'est pas encore ni une langue officielle de la province ni une langue utilisée pour l'éducation à aucun niveau. Il n'y a que deux quotidiens publiés en pendjabi dans les zones centrales du Pendjab. Seul un petit nombre de mensuels littéraires constitue la presse pendjabie au Pakistan. ».

Le pendjabi dans la culture moderne[modifier | modifier le code]

Le pendjabi est de plus en plus reconnu parmi les habitants du Pendjab ainsi que dans les médias et les communications modernes. Le pendjabi a toujours occupé une part importante du cinéma indien. Ces dernières années, une tendance de Bollywood à écrire des chansons entièrement en pendjabi a pu être observée. À un niveau national, des chansons de pop et folk en pendjabi sont très populaires à la fois en Inde et au Pakistan. À la télévision, de nombreux drames basés sur des caractères pendjabis sont diffusés sur différentes chaînes. Le nombre d'étudiants choisissant l'option littérature pendjabi a augmenté dans le Pendjab pakistanais. Le cinéma pendjabi a lui aussi connu un regain et de plus en plus de films pendjabi sont produits. En Inde, le nombre d'étudiants prenant littérature pendjabie en matière optionnelle pour les examens de l'IAS a augmenté avec le taux de réussite des étudiants. La musique pendjabi gagne en popularité dans le monde.

La diaspora pendjabie[modifier | modifier le code]

Panneau de la Southall Station au Royaume-Uni en pendjabi, en alphabet gurmukhi.

Le pendjabi est aussi parlé par les minorités pendjabies dans plusieurs autres pays où ceux-là ont émigré en masse, tels que les États-Unis, l'Espagne, l'Australie, le Royaume-Uni, où il représente la deuxième langue la plus couramment parlée, et le Canada, où il est la quatrième langue la plus usitée.

Il y avait 76 millions de locuteurs du pendjabi au Pakistan en 2008, 33 millions en Inde en 2011, 1,3 million au Royaume-Uni en 2000, 368 000 au Canada en 2006, et de plus petits nombres dans d'autres pays.

Grammaire[modifier | modifier le code]

On appelle grammaire du pendjabi l'étude de l'ordre des mots, du marquage des cas, de la conjugaison ainsi que d'autres structures morphologiques et syntaxiques.

Systèmes d'écriture[modifier | modifier le code]

Il y a deux manières d'écrire le pendjabi : les alphabets gurmukhi et shahmukhi. Le mot gurmukhi se traduit par « la bouche du gourou » et shahmukhi signifie « par la bouche du roi ».

Dans la province pakistanaise du Pendjab, l'écriture utilisée est le shahmukhi qui diffère de l'alphabet ourdou car elle possède quatre lettres de plus. Dans l’État du Pendjab, le gurmukhi est l'écriture généralement utilisée pour écrire le pendjabi.

Exemple de texte[modifier | modifier le code]

Cet extrait est tiré de l'article de Wikipédia en pendjabi relatif à Lahore et retranscrit en écriture latine :

« Gurmukhi : ਲਹੌਰ ਪਾਕਿਸਤਾਨੀ ਪੰਜਾਬ ਦੀ ਰਾਜਧਾਨੀ ਹੈ । ਲੋਕ ਗਿਣਤੀ ਦੇ ਨਾਲ ਕਰਾਚੀ ਤੋਂ ਬਾਅਦ ਲਹੌਰ ਦੂਜਾ ਸਭ ਤੋਂ ਵੱਡਾ ਸ਼ਹਿਰ ਹੈ । ਲਹੌਰ ਪਾਕਿਸਤਾਨ ਦਾ ਸਿਆਸੀ, ਰਹਤਲੀ ਤੇ ਪੜ੍ਹਾਈ ਦਾ ਗੜ੍ਹ ਹੈ ਅਤੇ ਇਸ ਲਈ ਇਹਨੂੰ ਪਾਕਿਸਤਾਨ ਦਾ ਦਿਲ ਵੀ ਕਿਹਾ ਜਾਂਦਾ ਹੈ । ਲਹੌਰ ਦਰਿਆ-ਏ-ਰਾਵੀ ਦੇ ਕੰਢੇ ਤੇ ਵਸਦਾ ਹੈ । ਤੇ ਇਸਦੀ ਲੋਕ ਗਿਣਤੀ ਇੱਕ ਕਰੋੜ ਦੇ ਨੇੜੇ ਹੈ ।

Shahmukhi : لہور پاکستانی پنجاب دا دارالحکومت اے۔ لوک گنتی دے نال کراچی توں بعد لہور دوجا سبھ توں وڈا شہر اے۔ لہور پاکستان دا سیاسی، رہتلی تے پڑھائی دا گڑھ اے تے اس لئی ایھنوں پاکستان دا دل وی کیھا جاندا اے۔ لہور دریاۓ راوی دے کنڈھے تے وسدا ۔ اے اسدی لوک گنتی اک کروڑ دے نیڑے اے ۔

Translittération : lahaur pākistānī panjāb dī rājdā̀ni ài. lok giṇtī de nāḷ karācī tõ bāad lahaur dūjā sáb tõ vaḍḍā šáir ài. lahor pākistān dā siāsī, rátalī te paṛā̀ī dā gáṛ ài te is laī ínū̃ pākistān dā dil vī kihā jāndā ài. lahaur dariāe rāvī de kaṇḍè te vasdā ài. te isdī lok giṇtī ikk karoṛ de neṛe ài.

API : [lə̄ɦɔ̄ːɾ pāːkɪ̄st̪āːnīː pə̄̃d͡ʒāːb d̪īː ɾāːd͡ʒt̪àːnɪ̄ ɦɛ̀ː ‖ lōk ɡɪ̄ɳt̪īː d̪ē nāːl kə̄ɾāːt͡ʃīː t̪ō̃ bāːə̄d̪ lə̄ɦɔ̄ːɾ d̪ūːd͡ʒāː sə́p t̪ō̃ ʋːə̄ɖāː ʃə̄ɦɪ̄ɾ ɦɛ̀ː ‖ lə̄ɦɔ̄ːɾ pāːkɪ̄st̪āːn d̪āː sɪ̄āːsīː ɾə́ɦt̪ə̄līː t̪ē pə̄ɽɦàːīː d̪āː ɡə́ɽɦ ɦɛ̀ː t̪ē ɪ̄s lə̄īː ɪ́ɦnū̃ pāːkɪ̄st̪āːn d̪āː d̪ɪ̄l ʋīː kɪ̄ɦāː d͡ʒā̃ːd̪āː ɦɛ̀ː ‖ lə̄ɦɔ̄ːɾ d̪ə̄ɾɪ̄āːē ɾāːʋīː d̪ē kə̄̃ʈè t̪ē ʋə̄̃sd̪īː ɦɛ̀ː ‖ t̪ē īsd̪īː lōk ɡɪ̄ɳt̪īː ɪ̄kː kə̄ɾōɽ d̪ē nēɽē ɦɛ̀ː ‖] »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]