Panikhide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Panakhide (du slavon d'Église : панvхида, panikhída, « panikhide » du grec ancien : παννυχίς, pannychis, « vigile ») est un service mémoriel pour un défunt en usage dans les Églises d'Orient – Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin.

La Panikhide est à la fois une célébration pour le repos du défunt et une consolation pour ses proches ; le chant final Mémoire éternelle est aussi un appel à son souvenir. C'est l'équivalent d'une messe de Requiem dans le rite occidental.

Le service[modifier | modifier le code]

Le service se compose de psaumes, d'ecténies, d'hymnes et de prières. Il suit l'ordre général de l'Orthros[note 1]. C'est un service funèbre abrégé. Ses portions les plus notables sont le Kontakion des Défunts[note 2] et le chœur final Mémoire éternelle (slavon : Vyechnaya Pamyat)[1].

Célébration de la panikhide[modifier | modifier le code]

La Panikhide est célébrée à la demande des proches du disparu. Lorsque possible, elle est dite près de la sépulture du défunt. La Panikhide est généralement célébrée aux dates suivantes :

  • Troisième jour après la mort[note 3] ;
  • Neuvième jour;
  • Quatorzième jour ;
  • Trois mois ;
  • Six mois ;
  • Premier anniversaire de la mort ;
  • Troisième anniversaire (certains proches demandent un service mémoriel annuel).

Les familles préparent souvent un plat de koliva (slavon : koutia) disposé sur la table mémorielle (ou table de Litia[note 4]).

À cause de la célébration de la Résurrection du Christ, aucune Panikhide ne peut être célébrée de la Semaine sainte à la Semaine radieuse ni les dimanches toute l'année.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'où son nom grec de parastas signifiant veiller toute la nuit, ce qui était pratiqué dans les temps anciens
  2. Kontakion des Défunts :
    Avec les saints,
    Donne le repos, O Christ,
    À l'âme de ton serviteur,
    Qu'il n'éprouve ni maladie, ni chagrin ni soupirs,
    Mais jouisse de la vie éternelle.

  3. Le jour de la mort est inclus dans le décompte. Selon saint Macaire, la raison de ce décompte est la suivante : du troisième au neuvième jours après la mort, l'âme du défunt est appelée à contempler les demeures du Paradis (les funérailles ont normalement lieu le troisième jours après la mort) ; du neuvième au quatorzième jour, elle voit les tourments de l'Enfer ; le quatorzième jour, l'âme du défunt est présentée devant le trône de Dieu où elle entend son jugement particulier et se voit assigner sa place dans l'attente de la Seconde Venue, ou Parousie. Pour cette raison, le quatorzième jour est considéré comme le plus important. Dans certaines tradition, on célèbre aussi le semi-anniversaire après six mois.
  4. Voir Litia.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le texte complet de la Panikhide est disponible (en anglais) sur le site [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]