Pandanus amaryllifolius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pandanus amaryllifolius est une espèce particulière de pandanus, plante tropicale de la famille des Pandanacées, connue pour son utilisation dans beaucoup de cuisines de l'Asie du Sud-Est.

Occurrence et habitat[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle soit connue pour être une plante côtière en Asie qui pousse mieux dans les marais, elle est rare à l'état sauvage. Les îles Maluku en Indonésie sont un lieu d'origine présumé.

Caractéristiques botaniques[modifier | modifier le code]

C'est une plante rampante avec de longues feuilles étroites.

L'arôme caractéristique du pandan est provoqué par le composé aromatique 2-Acétyl-1-pyrroline[1], présent dans les papilles épidermiques inférieures; le composé est utilisé comme substitut pour donner à un riz fade des parfums évoquant le riz thaï et le riz basmati. Bien que la plante soit rare dans la nature, elle est largement cultivée. C'est une plante verte avec des bouquets en forme d'éventail de longues feuilles étroites en forme de lame et des racines aériennes ligneuses.

La plante est stérile, donnant très rarement des fleurs et se propage par bouturage.

Utilisation culinaire[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont grasses et odorantes, le jus filtré de feuilles mixées est utilisé comme colorant et arôme alimentaire pour différentes préparations sucrées (jus filtré de feuilles mixées, crèmes desserts, gâteaux, Gâteau au pandan), plats salés (riz). L'arôme est peu prononcé, évoquant des parfums de noisette et de vanille, souvent utilisé comme exhausteur de goût.

Au Sri Lanka , on l'appelle rampé et il est cultivé presque dans tous les ménages. La plupart des plats sri-lankais utilisent ces feuilles pour l'arôme avec des feuilles de curry.

En Inde, on l'appelle les feuilles d'annapurna.

au Bangladesh, on l'appelle pulao pata (পোলাও পাতা); et aux Maldives, il est appelé ran'baa avec l'autre variété de pandan ( Pandanus fascicularis ), et est utilisé pour rehausser la saveur du pulao, du biryani et du riz au lait de coco sucré, ou payesh si le riz basmati n'est pas utilisé. Il agit comme un substitut bon marché au parfum basmati, car on peut utiliser du riz normal et non parfumé et avec du pandan, qui lui donne le goût et l'odeur du riz basmati. Les feuilles sont utilisées fraîches ou séchées et sont disponibles dans le commerce sous forme congelée dans les épiceries asiatiques des pays où la plante ne pousse pas.

En Thailande, on le nomme bay teuy (ใบเตย), il est également utilisé dans le plat kai ho bai tuey, poulet frit enveloppé dans des feuilles de pandanus, ainsi que pour farcir le poisson au barbecue. Les feuilles peuvent être tressées en un panier qui sert de contenant pour la cuisson du riz à la vapeur ou au barbecue. Il est utilisé dans le dessert Khanom chan, succession de strates de lait coco sucré et de farine de manioc.

Pour son utilisation en cuisine, on la trouve souvent dans les boutiques de cuisine asiatique sous son nom vietnamien de Lá dứa. Le jus extrait de ces feuilles de pandanus, d'un goût amer, est couramment utilisée dans les plats vietnamiens à base de riz gluant comme le bánh chuối (gâteau à la banane).

Le nom indonésien est pandan wangi, le nom khmer sloek taoey (ស្លឹកតើយ) et le nom birman soon-mhway (ဆွမ်းမွှေး).

Ces feuilles de pandanus ont un effet répulsif sur les cafards[2].

Utilisation en médecine traditionnelle[modifier | modifier le code]

Les feuilles de P. amaryllifolius ont un certain nombre d'utilisations médicinales locales. On pense que les extraits de feuilles réduisent la fièvre, soulagent l'indigestion et les flatulences et agissent comme un cardiotonique[3].

Les feuilles sont utilisées dans l'industrie du parfum et sont également importantes sur le plan médical comme diurétique, antidiabétique et pour les maladies de la peau[4]. Les feuilles sont infusées dans l'huile de coco pendant plusieurs jours et l'huile est ensuite utilisée pour les problèmes rhumatismaux. L'infusion de feuilles est prise en interne comme sédatif dans L'akathisie.

En Thaïlande, il s'agit d'un médicament traditionnel pour le traitement du diabète[5].

Des études ont établi une activité répulsive significative de P. amaryllifolius contre les blattes américaines (Periplaneta americana L.) [6], mais des effets similaires contre d'autres espèces de blattes n'ont pas encore été étudiés. On dit que les chauffeurs de taxi de Singapour et de Malaisie gardent des grappes de P. amaryllifolius) dans leurs taxis pour éloigner les cafards.

En Malaisie, les feuilles sont utilisées traditionnellement comme bain médicinal pour les femmes après l'accouchement et également pour le lavage des cheveux.

aux Philippines, le Pandanus amaryllifolius est également utilisé pour préparer de la lotion avec des cendres et du vinaigre pour traiter la rougeole, comme purgatif, dans le traitement de la lèpre, des maux de gorge et comme diurétique[7]. En outre, l'extrait de feuilles aurait des propriétés antioxydantes[8],[9]. Traditionnellement, un mélange de henné, de Limau purut (combava), de lait de coco, de lait et de feuille de P. amaryllifolius est utilisé comme shampooing parfumé.

P. amaryllifolius a l'avantage secondaire d'offrir un plaisir visuel et olfactif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. S. Wongpornchai, T. Sriseadka, S. Choonvisase, Identification and quantitation of the rice aroma compound, 2-acetyl-1-pyrroline, in bread flowers (Vallaris glabra Ktze), J. Agric. Food. Chem., 51-2, 2003, p. 457-462.
  2. [PDF] Li J. and Ho S.H. « Pandan leaves (Pandanus amaryllifolius Roxb.) As A Natural Cockroach Repellent », Proceedings of the 9th National Undergraduate Research Opportunites Programme, 13 septembre 2003.
  3. (en) N. Cheeptham et G.H.N. Towers, « Light-mediated activities of some Thai medicinal plant teas », Fitoterapia, vol. 73, nos 7–8,‎ , p. 651–662 (lire en ligne[archive du ], consulté le 2 décembre 2017)
  4. Keller J (2001) Pandanaceae. In: Hanelt P, Institute of Plant Genetics and Crop Plant Research (eds) Mansfeld’s encyclopedia of agricultural and horticultural crops, vol 5. Springer, Berlin, pp 2816–2824
  5. Ravindran PN, Balachandran I (2005) Underutilized medicinal species—III. Spice India 18(2):16–24
  6. Ahmad FBH, Mackeen MM, Ali AM, Mashirun SR, Yaacob MM (1995) Repellency of essential oils against the domiciliary cockroach, Periplaneta americana L. Insect Sci Appl 16(3–4):391–393
  7. Samy J, Sugumaran M, Kate LWL (2005) Herbs of Malaysia: an introduction to the medicinal, culinary, aromatic and cosmetic use of herbs. Federal Publications, Times Editions–Marshall Cavendish, Malaysia, pp 180–181
  8. Jiang J (1999) Volatile composition of pandan leaves (Pandanus amaryllifolius). In: Shadidi F, Ho CT (eds) Flavour chemistry of ethnic foods. Kluwer, New York, pp 105–109
  9. (en) R Thimmaraju, N Bhagyalakshmi, MS Narayan, L Venkatachalam et GA Ravishankar, « In vitro culture of Pandanus amaryllifolius and enhancement of 2-acetyl-1-pyrroline, the major flavouring compound of aromatic rice, by precursor feeding ofL-proline », Journal of the Science of Food and Agriculture, vol. 85, no 15,‎ , p. 2527–2534 (ISSN 0022-5142, DOI 10.1002/jsfa.2286, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Van Wyk, Ben-Erik, Food Plants of the World, Timber Press, Inc., Portland, Oregon, 2005 (ISBN 0-88192-743-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :