Pandémie de Covid-19 en Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pandémie de Covid-19
COVID-19 Outbreak Cases in Russia (Density).svg
Total des cas confirmés en Russie:
  • 1000+
  • 100–999
  • 10–99
  • 1–9
COVID-19 outbreak cases per capita in Russia.svg
Total des cas confirmés par habitant en Russie:
  • 1–10 cas pour 10 000 habitants
  • 1–10 cas pour 100 000 habitants
  • 1–10 cas pour 1 million d'habitants
  • 1–10 cas pour 10 million d'habitants
Maladie
Agent infectieux
Bilan
Cas confirmés
4 731
Cas soignés
333
Morts
43

La pandémie de Covid-19 en Russie commence le avec l'entrée de deux malades depuis la Chine. La Russie est peu touchée pendant le mois de février, puis connaît une hausse importante du nombre de cas dans la deuxième moitié du mois de mars, la majorité des premiers cas étant importés d'Europe et plus particulièrement d'Italie.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Premiers cas (janvier-février 2020)[modifier | modifier le code]

Le , deux malades chinois sont confirmés, un à Tioumen, et l'autre à Tchita, kraï de Transbaïkalie. Ils sont guéris quelques semaines plus tard.

Le , huit malades russes du navire de croisière Diamond Princess sont évacués et hospitalisés à Kazan, dans le Tatarstan, y compris trois cas confirmés. Ces cas répertoriés comme se produisant sur un moyen de transport international ne sont pas inclus dans les statistiques officielles russes par Rospotrebnadzor. Ces huit personnes, y compris les trois patients qui se sont rétablis, ont reçu leur congé de l’hôpital le .

Certains citoyens russes à l’étranger ont été confirmés comme infectés. Un russe testé positif en Azerbaïdjan après avoir visité l’Iran a été confirmé le . Quelques jours plus tard le ministère de la Santé des Émirats arabes unis a annoncé que deux russes ont été infectés par le virus sur le sol émirati.

Augmentation progressive depuis l'Europe (mars 2020)[modifier | modifier le code]

  • Le 19 mars, le premier décès d’un patient atteint du COVID-19 confirmé a été signalé à Moscou. Une femme de 79 ans a été hospitalisée pour la première fois le 13 mars et transférée dans une clinique privée le lendemain. Après confirmation du COVID-19, elle a été transférée dans une salle de soins intensifs à Moscou. Elle souffrait également de diabète de type 2, d'hypertension, de coronaropathie (et a subi des stents coronariens), d’artériosclérose coronaire et aortique, d’hypertension pulmonaire chronique, de calculs rénaux et de maladies cérébrovasculaires. Cependant, l’embolie pulmonaire a été identifiée comme étant la cause directe de son décès, elle n’avait aucun changement pathologique dans les poumons et son décès n’a pas été officiellement compté comme étant causé par le coronavirus. La victime a été identifiée dans les médias comme Valentina Zoubareva, professeur à l’université de Goubkine, elle avait contracté la maladie en Russie. 52 nouveaux cas ont également été confirmés dans 23 régions, y compris les premiers cas en Tchouvachie, en Iakoutie, dans le kraï de Khabarovsk, à Ivanovo, Mourmansk, Orenbourg, Riazan, Saratov, Toula, Voronej, et chez le district autonome des Khanty-Mansi, ce qui porte le nombre total de cas à 199.
  • Le , 54 nouveaux cas ont été confirmés, dont 33 à Moscou, 6 en Iakoutie, 4 à Saint-Pétersbourg, 4 dans l’oblast de Samara, 2 dans l’oblast de Kirov, 2 dans l’oblast de Novossibirsk, 1 dans l’oblast de Moscou, 1 dans l’oblast de Tioumen et le premier dans l’oblast d’Oulianovsk.
  • Le , 53 cas ont été confirmés chez 18 sujets fédéraux, dont les premiers cas en République de Kabardino-Balkarie (deux cas), le kraï de Stavropol, l’oblast de Tcheliabinsk, l’oblast de Kourgan et la Drapeau de la République de Crimée République de Crimée (un cas chacun). Le , 61 nouveaux cas ont été confirmés, dont 54 à Moscou, 2 dans l’oblast de Kirov, 1 dans l’oblast d'Arkhangelsk, les premiers cas en Oudmourtie (deux cas), l’oblast de Briansk et l’oblast de Novgorod (un cas chacun).
  • Le , 71 nouveaux cas ont été confirmés, tous à Moscou. Le , 57 nouveaux cas ont été confirmés, y compris les premiers cas dans le kraï du Primorié, l’Oblast d'Orel, la Tchétchénie, l’oblast de Volgograd et la Bachkirie.
  • Le président Poutine visite à Moscou l'hôpital de Kommounarka, principal lieu de soin du covid-19 en Russie.
  • Le , 163 nouveaux cas ont été confirmés, dont 120 à Moscou, avec les premiers cas dans l’oblast de Pskov et l’oblast de Rostov. Deux décès ont également été rapportés plus tard à Moscou. Les patients avaient 73 et 88 ans et avaient été testés positifs pour le coronavirus.
  • Le , la mairie de Moscou ferme ses restaurants, bars, cafés, discothèques et lieux de loisirs[1] deux jours plus tôt que le reste du pays.
  • Le , la Russie compte 840 cas et deux morts. Les personnes de plus de 65 ans doivent être confinées chez elles. Tous les vols internationaux sont suspendus sauf ceux pour le rapatriement des citoyens russes[2].
  • La Russie annonce le qu'elle ferme à partir du 30 mars toutes ses frontières sauf pour le transport de marchandises. Elle compte à ce jour 1 264 contaminés[3].
  • Le , la mairie de Moscou annonce que la ville est placée en confinement à partir du lendemain[4]. Le pays compte 1 534 cas détectés pour 8 morts[5].

Lutte et prévention[modifier | modifier le code]

Dépistage[modifier | modifier le code]

La stratégie russe est de pratiquer un dépistage ciblé sur les personnes présentant des symptômes[6].

Les tests de dépistage ont commencé le 31 janvier 2020, date à partir de laquelle 165 000 dépistages ont été effectués[7]. Cependant, le faible nombre de détections positives et le taux de contamination, plus faible en Russie que dans les autres pays limitrophes de la Chine, suscitent d'importantes interrogations en Russie sur la fiabilité des chiffres officiels et du laboratoire Vektor, chargé de la fabrication des kits de dépistage[6]. Il est pourtant le seul laboratoire en Russie certifié par l'OMS et donc le seul dont l'utilisation des kits pour dépister est autorisée[6].

La Russie envisage de produire 1 000 tests par semaine à partir du 30 mars 2020[8]. Chacun de ces tests permettant de réaliser 100 analyses, 100 000 personnes seraient ainsi testées chaque semaine[8].

Mois d'avril chômé[modifier | modifier le code]

La Russie ne décrète pas de confinement à l'échelle du territoire, mais ordonne la fermeture des restaurants et autres commerces non essentiels à partir du 28 mars pour une durée d'une semaine (28 mars au 5 avril), appelée « semaine chômée »[9]. Le 2 avril, Poutine annonce le prolongement de la période chômé jusqu'au 30 avril[10].

Confinement[modifier | modifier le code]

La ville de Moscou et sa banlieue sont placés en confinement à partir du 30 mars. L'indemnité mensuelle en cas de perte d'emploi est fixée à 19 500 roubles (220 euros)[11],[12].

Fermeture des frontières[modifier | modifier le code]

Le président Vladimir Poutine annonce la fermeture des frontières à partir du lundi 30 mars[13].

Recherche médicale[modifier | modifier le code]

Comme d'autres pays, la Russie accélère ses recherches pour un médicament contre le covid-19. Profitant des expériences de la Chine et de la France, elle mène des expériences à base de Méfloquine, un antipaludéen[14],[8].

Soutien russe à l'international[modifier | modifier le code]

Le 21 mars, la Russie a livré 100 000 tests a l'étranger afin d'enrayer la propagation du virus : Arménie, Kirghizistan, Ouzbékistan, Biélorussie, Égypte, Iran, Serbie, Venezuela, Corée du Nord, Mongolie[15].

Le 23 mars, une aide spéciale a été mise en place pour l'Italie avec l'envoi de 9 avions de matériel et 102 virologues[16],[17].

Le 1° avril, un Antonov-124 des forces aériennes russes, « avec à son bord des masques médicaux et de l'équipement médical, est parti pour les États-Unis », a indiqué le ministère russe de la Défense[18].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Cas confirmés[modifier | modifier le code]

Lecture : entre le début du recensement et le 1er avril 2020, en Russie, un total de 2 777 personnes atteintes de Covid-19 ont été recensées.

Lecture : le 1er avril 2020, en Russie, 440 nouvelles personnes atteintes de Covid-19 ont été recensées.

Décès[modifier | modifier le code]

Lecture : entre le début du recensement et le 1er avril 2020, en Russie, un total de 24 personnes sont décédées dans les hôpitaux d'une cause attribuée à la Covid-19.

Lecture : le 1er avril 2020, en Russie, 7 nouvelles personnes sont décédées dans les hôpitaux d'une cause attribuée à la Covid-19.

Guérisons[modifier | modifier le code]

Lecture : entre le début du recensement et le 1er avril 2020, en Russie, un total de 190 personnes sont guéries d'une cause attribuée à la Covid-19.

Lecture : le 1er avril 2020, en Russie, 69 nouvelles personnes sont guéries d'une cause attribuée à la Covid-19.

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions nationales[modifier | modifier le code]

Réunion avec le président de la Russie Vladimir Poutine le 29 janvier 2020.

Le 26 mars, le président Vladimir Poutine s'adresse à la télévision russe pour annoncer des mesures sanitaires et économiques[19]. À cette date, 658 cas sont répertoriés dans le pays. Il recommande aux Russes de rester chez eux, décrétant que la semaine suivante serait chômée[19]. Les hôpitaux, pharmacies, banques, administrations, magasins alimentaires et transports continuent à fonctionner. Les bars, restaurants, cafés, discothèques et lieux de loisirs ferment le 28 mars[19].

Le scrutin sur la réforme constitutionnelle est reporté sine die[20],[19].

le président Vladimir Poutine annonce aussi des mesures de soutien au pouvoir d'achat et aux entreprises face à la crise économique provoquée par la pandémie : renouvellement automatique de toutes les allocations et prestations sociales pendant six mois, pauses dans le remboursement des prêts et augmentation de l'allocation de chômage. Pour les entreprises : report d'impôt et de crédit pour les PME pendant six mois afin de les « aider à garder leurs employés ». Il promet également de taxer davantage les circuits d'optimisation fiscale et les transferts de fonds vers des comptes offshore à l'étranger.

Dans une entrevue diffusée mi- à la radio Écho de Moscou, le conseiller idéologique du parti "New Force" Valery Soloveï, souvent critique du Kremlin, déclare qu’au moins 1 600 personnes seraient décédées des suites d’une infection du coronavirus depuis le mois de janvier en Russie, mais que tous ces cas ont été enregistrés comme des pneumonies[21].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Analyses[modifier | modifier le code]

Analyses nationales[modifier | modifier le code]

Analyses internationales[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des dirigeants des pays touchés, cette crise sanitaire sert de test pour Vladimir Poutine, au pouvoir depuis 20 ans[22], d'après l'article d'un chercheur nommé Julien Nocetti. Selon le quotidien suisse Le Temps, les chiffres officiels en Russie peuvent être mis en doute en raison de l'opacité du régime et de son implication dans plusieurs événements survenus dans le passé, qualifiés de mensonges d'État par le quotidien, comme lors du naufrage du Koursk, le crash du vol de la Malaysia Airlines, l'incendie d'un sous-marin ou l'accident nucléaire de Nyonoksa[23]. Le quotidien suspecte que les statistiques soient « traitées » avec « davantage de soin que les malades » par « souci d'image »[23]. Le Point partage une analyse similaire[24]. Le gouvernement russe considère ces accusations infondées et dénonce la russophobie chez de nombreux médias occidentaux[25]. Les allégations de russophobie sont elles-aussi accusées de servir d'outil de propagande contre les critiques défavorables à l'action du gouvernement russe[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ouest-France, Coronavirus Russie, 26 mars 2020
  2. COVID-19 ambafrance
  3. France Info, La Russie va fermer ses frontières, 28 mars 2020
  4. La Provence, Le maire de Moscou annonce le confinement de la population, 29 mars 2020
  5. Le Kremlin ayant annoncé que la mortalité des pneumonies extrahospitalières ont augmenté de plus de 39 % par rapport à 2019, Radio Canada estime que les décès du covid 19 sont de dizaines de milliers en Russie.Situation dans le monde, 29 mars 2020
  6. a b et c Ekaterina Pitchouguina, « La politique russe de dépistage sous le feu des critiques », Le Courrier de Russie,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Covid-19 in Russia », sur meduza.io (consulté le 30 mars 2020)
  8. a b et c « Coronavirus : la Russie pourrait traiter le Covid-19 avec de la méfloquine, un antipaludique », sur fr.news.yahoo.com (consulté le 31 mars 2020)
  9. Le Figaro avec AFP, « La Russie ferme restaurants et commerces samedi », sur Le Figaro.fr, (consulté le 29 mars 2020)
  10. « Coronavirus : Poutine annonce un mois d’avril chômé en Russie », sur Le Parisien.fr, (consulté le 2 avril 2020)
  11. La Provence, Le maire de Moscou ordonne le confinement de la population, 29 mars 2020
  12. Benoit Vitkine, « Moscou annonce un confinement strict », Le Monde,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  13. « Coronavirus : la Russie va fermer ses frontières à partir de lundi », sur Franceinfo, (consulté le 29 mars 2020)
  14. La Russie dévoile son médicament pour traiter le coronavirus, 28 mars 2020
  15. « Russia delivers over 100,000 COVID-19 test kits to 13 states - officials », sur TASS (consulté le 30 mars 2020)
  16. « La télévision italienne fait le point sur le travail des médecins russes en Italie - vidéo », sur fr.sputniknews.com (consulté le 30 mars 2020)
  17. « Tous les avions affrétés par la Russie sont arrivés en Italie pour aider à combattre le Covid-19 », sur fr.sputniknews.com (consulté le 30 mars 2020)
  18. « Moscou envoie des équipements médicaux aux USA », sur https://www.i24news.tv, (consulté le 1er avril 2020)
  19. a b c et d « Coronavirus en Russie : Poutine décréte une semaine chômée, pas de confinement », sur RTL.fr (consulté le 28 mars 2020)
  20. Benoit Vitkine, « Poutine retarde sa réforme constitutionelle », Le Monde,‎ , p. 9
  21. Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Coronavirus en Russie : « Personne ne connaît la véritable ampleur de l'épidémie ici » | Coronavirus », sur Radio-Canada.ca (consulté le 20 mars 2020)
  22. « Le coronavirus ou l'heure du test pour le règne Poutine en Russie », sur rts.ch, (consulté le 30 mars 2020)
  23. a et b « Vladimir Poutine: un souci d’image », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  24. Marc Nexon, « Russie : le coronavirus, cette épine dans le pied de Vladimir Poutine », sur Le Point, (consulté le 30 mars 2020)
  25. (en) « ‘Russophobic’: Kremlin Denies Evidence of Russian COVID-19 Disinformation Campaign », sur POLYGRAPH.info (consulté le 30 mars 2020)
  26. (en) « The 'Russophobia' Weapon », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le 30 mars 2020)