Pamela Badjogo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pamela Badjogo
Pamela Badjogo .jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Instrument
Guitare
Genre artistique
Afro-jazz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Pamela Badjogo, née le , est une musicienne, chanteuse et compositrice d'afro jazz gabonaise. Après avoir longtemps vécu à Bamako au Mali, elle réside maintenant à Lyon en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pamela Badjogo grandit à Libreville au Gabon où choriste, elle intervient dans les studios de musique comme le studio Mandarine[1]. Après avoir obtenu une bourse pour son projet d'étude à Bamako, elle dépose ses valises au Mali en 2005 pour continuer ses études en biologie[2]. À Bamako, elle propose ses services de choriste et se fait connaitre notamment par le studio Bogolan. Pamela est choriste sous la conduite de Cheick Tidiane Seck[2].

En 2007, Badjogo est finaliste de la première édition de l'émission de télé-réalité musicale Case Sanga sur Africable, en remportant la demi-finale face à l'artiste Cheick Siriman Cissoko[3].

Elle chante également pour des artistes comme Salif Keita, Oumou Sangaré.

Elle entame une carrière solo en 2015 par le single Bô issu de son premier album Mes couleurs[4]. L'année suivante, elle est finaliste du Prix RFI découverte[5].

Sélectionnée parmi les vedettes programmées pour la clôture de la Coupe d'Afrique des nations de football 2017 qui se joue au Gabon, elle présente l'album Mes couleurs à Libreville le à l'Institut français du Gabon dans un café concert[6], avant de se produire à la cérémonie de clôture de la CAN le .

Elle s'installe ensuite en France[7], et travaille sur un projet musical, fusion entre le jazz et la world music avec des artistes du Périgord : Guillaume Wilmot, Philippe Éliez et Laurent Facon[7].

Le , Pamela Badjogo se produit à Lyon lors de la soirée Une nuit pour 2 500 voix au Palais de la Mutualité à Lyon, une soirée caritative dont le but est de récolter des fonds au profit de la recherche contre le cancer pédiatrique[8].

Dans le Journal de l'Afrique de TV5 monde du , Pamela annonce la sortie d'un single dénommé NGoka[9]. Un album, Kaba, est également programmé en 2020, où elle aborde, de façon dansante, les sujets des violences faites aux femmes et des inégalités entre les sexes[10].

Engagements féminins[modifier | modifier le code]

Le , au Gabon, Pamela qui se produit lors de la cérémonie de clôture de la Coupe d'Afrique des nations de football 2017 aux côtés des artistes Josey de la Côte d'Ivoire, Rokia Traoré du Mali, Charlotte Dipanda et Coumba Gawlo Seck. Ensemble, les cinq femmes présentent une composition pour signer leur engagement dans la lutte contre le cancer, la chanson est intitulée Pour nos sœurs et pour nos mères.

En , au Mali, Pamela dirige le programme « Moussoyayé Koba yé » (« C'est une excellente chose d'être une femme »). Il s'agit d'un collectif d'artistes réunis contre les violences basées sur le genre. L'initiative soutenue par l'ambassade du Canada et ONU Femmes a regroupé plus d'une vingtaine d'artistes parmi lesquels Rokia Traoré, la rappeuse Ami Yerewolo, Doussou Bagayoko, est portée au grand public le par un concert[11].

Le , au Cameroun, Pamela Badjogo anime à Douala, aux côtés d'autres personnalités influentes comme Sally Nyolo, un atelier sur l'autonomisation des femmes[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Mes couleurs[modifier | modifier le code]

  • Mes couleurs est le premier de Pamela Badjogo arrangé par le Français Manjul. Il est chanté en français, en anglais, en bambara et en bakaningui, langue maternelle de l'artiste. L'album est composé de onze titres. Pour cet album Pamela a collaboré avec des artistes comme Zoumana Tereta pour le violon traditionnel, Paco Séry à la batterie. L'album bénéficie de la collaboration également de Cheick Tidiane Seck, le rappeur Penzy ou encore la griotte Babani Koné[13].
Titres[modifier | modifier le code]
  1. Koulé
  2. Try feat Manjul
  3. Koumbou
  4. Éveil
  5. Mes couleurs
  6. Initié feat Babani Koné
  7. Et moi
  8. Bamakool
  9. Nzala Mama
  10. Bô (remix) feat Penzy


Kaba (2021)[modifier | modifier le code]

  • Pour produire Kaba, son deuxième album, Pamela Badjogo, a réalisé une campagne de crowdfunding.

Collaborations / featuring[modifier | modifier le code]

Concerts[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pamela Badjogo remet au goût du jour l'afro-jazz ! », sur Jazz Radio, (consulté le )
  2. a et b « L’afro jazz coloré de Pamela Badjogo », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  3. « Afribone.com :: Case Sanga 2ème Edition : Sous le signe de l’intégration des peuples », sur www.afribone.com (consulté le )
  4. (en) « «Mes Couleurs», le premier album solo de Pamela Badjogo / Maliweb », sur mali-web.org (consulté le ).
  5. « Les finalistes du Prix Découvertes RFI 2016 », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  6. « Café Concert / PAMELA BADJOGO », sur www.institutfrancais-gabon.com (consulté le )
  7. a et b « Sarlat : un nouveau groupe qui fusionne l’Afrique et le Périgord », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  8. a et b « Une Nuit pour 2500 Voix au Palais de la Mutualité de Lyon », Enfants Cancer Santé,‎ (lire en ligne)
  9. « Pamela Badjogo : une voix de l'afrojazz engagée pour la cause des femmes » (consulté le )
  10. Fabien Mollon, « Reggae, afropop, afrobeats : la sélection musicale du « Monde Afrique » #3 », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. « $name », sur ONU Femmes (consulté le )
  12. « "ENTREPREUNARIAT ET AUTONOMISATION DES FEMMES AFRICAINES" », sur AFRIKNEWS7, (consulté le )
  13. « maliweb.net - Révélée lors de Case Sanga I : Pamela Badjogo présente Mes Couleurs » (consulté le )
  14. « CAN 2017 :Une cérémonie de clôture sous le signe de la lutte contre le cancer et de la célébration du football », sur alibreville.com (consulté le )