Palestine (homonymie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le mot Palestine, issu du grec Παλαιστίνη / Palaistínê via le latin Palaestina, désigne initialement une région du Globe.

Géopolitique[modifier | modifier le code]

Le terme Palestine a plusieurs acceptions en fonction du contexte géographique, politique ou historique dans lequel il est utilisé :

Sciences et techniques[modifier | modifier le code]

Biologie[modifier | modifier le code]

Imprimerie[modifier | modifier le code]

  • La palestine était un caractère situé entre le gros parangon et le petit canon[4].

Culture et société[modifier | modifier le code]

  • Palestine (ou Palatine) est le nom donné dans de nombreuses légendes à la sœur de la fée Mélusine, enfermée à la fin de sa vie sous le Pic du Canigou[5],[6].

Architecture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Littérature et bande dessinée[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Politique et associations[modifier | modifier le code]

Traditions populaires[modifier | modifier le code]

  • Palestine (ou Palatine) est le nom donné dans de nombreuses légendes à la sœur de la fée Mélusine, enfermée à la fin de sa vie sous le Pic du Canigou.

Anthroponyme[modifier | modifier le code]

Pseudonyme[modifier | modifier le code]

Toponyme[modifier | modifier le code]

Hydronyme[modifier | modifier le code]

Nom de localité[modifier | modifier le code]

Palestine est un nom de lieu notamment porté aux États-Unis par :

Odonyme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Magen Broshi et Israel Finkelstein, « The Population of Palestine in Iron Age II », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no 287,‎ , p. 47-60 (DOI 10.2307/1357138, lire en ligne).
  2. Christian Grappe, « La séparation entre juifs et chrétiens à la fin du premier siècle : circonstances historiques et raisons théologiques », Études théologiques et religieuses, vol. 2005/3, t. 80,‎ , p. 327-345 (DOI 10.2307/1357138, lire en ligne, consulté le 11 juin 2020).
  3. Simon Marcel et Benoit André, « Chapitre Premier : Palestine et Diaspora », dans André Benoit, Le judaïsme et le christianisme antique : D'Antiochus Épiphane à Constantin, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », , 360 p. (ISBN 9782130457237, OCLC 708335296, DOI 10.3917/puf.simon.1998.01.0197, lire en ligne), p. 197-206.
  4. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872-1877 (lire en ligne).
  5. « Le chevalier d’Angleterre gravit le mont Canigou, où Palestine, sœur de Mélusine, garde le trésor d’Élinas, son père », BNF (consulté le 11 juin 2020).
  6. Éloïse Mozzani, Légendes et mystères des régions de France, Paris, Robert Laffont, , 1280 p. (ISBN 978-2-221-09039-8, lire en ligne), « Canigou (mont) », p. 464.