Pale Moon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pale Moon
Logo

Wikipedia sur Pale Moon 26 sous Windows 10.
Wikipedia sur Pale Moon 26 sous Windows 10.

Développeur M.C.Straver (dit Moonchild)
Première version Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 26.2.2 ()
État du projet Développement actif
Écrit en C++ et CVoir et modifier les données sur Wikidata
Environnement Windows
GNU/Linux
OS X
Android
Type Navigateur web
Politique de distribution Gratuit
Licence Mozilla Public License v.2.0
Site web http://palemoon.org

Pale Moon est un navigateur web open source dérivé de Mozilla Firefox. Il dérivait à l'origine de celui-ci en proposant des optimisations de compilation pour améliorer les performances[1], mais s'en détache depuis progressivement en réintroduisant des fonctions retirées par Mozilla comme la barre d'état et en refusant d'adopter des changements introduits en vue de la nouvelle interface dite Australis ou les DRM HTML5[2], au point de pouvoir être qualifié de fork[3]. Il reste cependant compatible avec la large majorité des extensions de Firefox[4].
Pale Moon est développé par M.C. Straver, un développeur néerlandais[5]. Le navigateur est disponible sur Windows, GNU/Linux, OS X[6] et Android[7]. Dérivant de Firefox, Pale Moon utilise depuis la version 26 le moteur de rendu Goanna[8], crée par Moonchild Productions, développeur de Pale Moon. Ce moteur est un fork du célèbre Gecko.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Pale Moon, grâce à sa base similaire à Firefox, est un navigateur qui se fonde principalement sur les extensions pour étendre les fonctionnalités du navigateur. Un nombre conséquent de fonctionnalités jugées vitales demeurent néanmoins intégrées dans le navigateur :

  • la navigation par onglets, qui peuvent être disposés au-dessus de la barre d'adresse ou en-dessous (position par défaut) et aisément réorganisés ;
  • un système de moteurs de recherche intégré et facilement personnalisable avec une barre de recherche ;
  • une barre d'état contenant un indicateur de chargement et accueillant les icônes d'extensions ;
  • un gestionnaire de téléchargement ;
  • un bloqueur de fenêtres intruses (appelées aussi pop-ups) ;
  • un système de marque-pages (appelés favoris ou signets chez d'autres ; les applisignets ou favelets sont aussi pris en charge) ;
  • support des marque-pages dynamiques (lecteur de flux d’informations aux formats RSS et Atom) ;
  • un correcteur orthographique intégré ;
  • un mode de navigation privée par fenêtre, où Pale Moon ne conserve aucune donnée sur les sites et pages visités ;
  • enfin bien sûr le respect des standards pour le cœur de mission du navigateur : le rendu des pages. Cet aspect est développé dans la sous-section dédiée.

Pale Moon possède néanmoins un nombre notable de différences par rapport à son modèle :

  • Une compatibilité native avec les systèmes 64 bits, ainsi qu'une acceleration matérielle ;
  • L'utilisation de l'ancienne interface de Firefox, utilisée sur le célèbre navigateur jusqu'à sa version 28. (remplacée par Australis) ;
  • De nouvelles options de configuration, telles que le défilement, le statut, et de nouvelles fonctionnalités spécifiques à ce navigateur ;
  • Une barre de statuts fonctionnelle et plus de liberté dans la customisation ;
  • Une page d'accueil personnalisable en coopération avec start.me ;
  • Le support d'extensions et thèmes exclusifs à Pale Moon (ex : Adblock Latitude)
  • L'utilisation du service IP-API au lieu de Google pour la géolocalisation ;
  • L'utilisation de DuckDuckGo au lieu de Google ou Yahoo! comme moteur de recherche par défaut.

Au contraire de Firefox et d'autres navigateurs, Pale Moon ne supporte pas nativement la vue de fichiers PDF dans le navigateur, recommandant d'utiliser un programme dédié pour un meilleur rendu[9]. De même, le système de discussion audio/vidéo WebRTC n'est pas présent, considéré comme ne relevant pas d'un navigateur Web[9].

Configuration requise[modifier | modifier le code]

Matériel et logiciels requis[modifier | modifier le code]

Windows[10] Linux[11]'[12]
Processeur Pentium 4 ou plus récent supportant SSE2[13]
Mémoire vive (RAM) 256 Mo de mémoire libre
(non utilisée par le système/d'autres programmes)
(512 Mo recommandés)
Place libre sur le disque dur 100 Mo
Système d'exploitation Vista (bureau)
Server 2008 (serveur)
ou plus récent
Noyau 2.2.14 ou plus récent avec :
  • GTK+ 2.18 ou plus récent
  • GLib 2.22 ou plus récent
  • Pango 1.14 ou plus récent
  • X.Org 1.0 ou plus récent
    (1.7 ou plus récent recommandé)
  • libstdc++ 4.3 ou plus récent

Architecture processeur[modifier | modifier le code]

Système d'exploitation support 32-bit support 64-bit
GNU/Linux Oui
Windows Oui

Histoire[14][modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Au commencement, Pale Moon n'était qu'une copie personnalisée de Firefox. À partir des versions 3.X de Firefox, le développeur a commencé à alléger son projet, trouvant des compromis entre la vitesse, les caractéristiques et la facilité d'utilisation.

À ce moment-là, le projet Pale Moon a pris forme. Le navigateur est disponible au public à partir du 4 octobre 2009.

Depuis sa sortie, il est devenu assez populaire, avec pas moins de 15 000 visites sur la page d'accueil seulement durant le premier mois de sa publication. Avec de nombreux téléchargements à partir d'un large éventail de lieux, pas tous surveillés, c'était une énigme de savoir combien de personnes l'utilisaient réellement, mais il a dépassé tout ce qui avait été initialement prévu.

Les retours ont été très bons. À la demande des utilisateurs, une version spéciale pour les processeurs Athlon XP et Athlon MP (encore très utilisés à l'époque) a vu le jour. Une version portable à emporter sur clé usb a également été créée.

Différenciation progressive[modifier | modifier le code]

Des changements ont été effectués de la version 3.5 à 3.6 afin de séparer les installations de Pale Moon et Firefox, offrant au navigateur une plus grande indépendance vis-à-vis de son modèle. Certaines fonctionnalités ont été enlevées, d'autres rajoutées, selon le souhait des utilisateurs.

Avec l'arrivée de la version 4.0 de Firefox, Pale Moon s'éloigne de plus en plus de son modèle, qui supprime les commentaires utilisateurs et modifie les commandes de navigation. Pale Moon ne suit pas ces changements.

Firefox divise son développement en deux branches, la branche 3.X, classique, et la branche 4.X et supérieur, qui sera la branche "nouvelle génération". Pale Moon suit l'évolution de la branche "nouvelle génération" tout en gardant certains services des versions 3.X, se différenciant de plus en plus de Firefox.

À partir d'avril 2012, le développement de la branche 3.X de Firefox est stoppé, et la version restante instaure des mises à jour très régulières et rapides. Pale Moon se détache progressivement de Firefox, afin de suivre son propre développement. Cependant, Pale Moon continue de suivre Firefox, afin de conserver la compatibilité des extensions.

À la sortie de la version 24 de Firefox (et Pale Moon, les navigateurs ont les mêmes numéros de versions), et à la suite de nombreux mécontentements sur les dernières décisions de Firefox, Pale Moon se détache de son modèle, afin de se concentrer sur ses propres innovations, tout en conservant les mises à jour comblant des failles de sécurité. Pale Moon devient un navigateur entièrement indépendant.

À partir de la version 25, le moteur de rendu change. L'équipe de développement de Pale Moon crée Goanna, son propre moteur de rendu, qui se base sur Gecko.

Orientations futures[modifier | modifier le code]

Pale Moon continuera à supporter son système d'extension, ainsi que le framework XUL, sur lequel le navigateur se base.

La navigateur continuera à utiliser son propre thème, entièrement customisable, et n'implantera pas le nouveau thème "Australis" de Firefox.

Historique et notes des sorties[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Les critiques adressées à Pale Moon peuvent se classer en plusieurs catégories :

  • celles qui contestent les gains allégués de performance après la comparaison avec Firefox à l'aide de tests synthétiques[15].
  • celles qui minimisent son intérêt, disant en substance que c'est simplement la version 24 ESR avec des fonctionnalités retirées (accessibilité, contrôle parental, webRTC), recompilé en 64 bits[16].
  • celles enfin qui s'interrogent sur la viabilité à long terme du projet alors que la différence avec Firefox s'accentue[17], le projet ne comportant qu'un seul développeur.

Les réponses adressées à chacune de ces critiques sont les suivantes :

  • les tests ne représentent pas un usage réel en se concentrant très fortement sur certains aspects comme le javascript dont la performance a beaucoup augmenté, est sujet à divers biais, et que la recherche du meilleur score au test peut se faire au détriment de la performance de tout ce qui n'est pas ainsi testé ; le résultat ne devrait donc pas être considéré comme davantage qu'une indication[18].
  • la première réponse à ces critiques a été de souligner les différences de fonctionnalités plus poussées que cela. La seconde a été la création de la version contribuée "Sumozi" qui inclut les fonctions désactivées dans la version normale[19],[20].
  • enfin concernant la viabilité à long terme, le développeur se dit conscient de la tâche à accomplir et prêt à l'assumer[21], même si seul le temps permettra d'en juger.

Licence[modifier | modifier le code]

Tout comme Firefox, Pale Moon est un logiciel open source, dont le code source est publié sous la Mozilla Public License 2.0, à l'exception des parties liées à l'image de marque du projet (nom, logos). Au contraire de Firefox cependant, les binaires de Pale Moon ne peuvent être redistribués que sous certaines conditions[22]. D'après le développeur, cela est en place afin d'éviter toute confusion avec des versions malicieuses. Le nom du projet, son logo et d'autres images sont la propriété intellectuelle de M.C. Straver, et ne peuvent pas être utilisés sans la permission préalable de l'auteur[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Pale Moon Is a Faster Firefox Clone for Windows », sur LifeHacker (consulté le 16 juin 2014)
  2. (en)« Pale Moon author confirms that browser will not ship with EME, ads or Australis », sur Ghacks (consulté le 16 juin 2014)
  3. (en)« Pale Moon overhauls rendering engine, adds animated persona support », sur Betanews (consulté le 16 juin 2014)
  4. (en)« Pale Moon browser review », sur Nocturnal Slacker (consulté le 16 juin 2014)
  5. (en)« Palemoon interview », sur Duck.co (consulté le 16 juin 2014)
  6. « Pale Moon forum • View forum - Pale Moon for Mac OSX », sur forum.palemoon.org (consulté le 11 mai 2015)
  7. « Pale Moon for Android », sur www.palemoon.org (consulté le 11 mai 2015)
  8. (en)« Introducing: Goanna », sur Palemoon.org (consulté le 21 juin 2015)
  9. a et b (en)« Pale Moon - Features/disabled features », sur Palemoon.org (consulté le 3 octobre 2014)
  10. (en)« Pale Moon - System requirements », sur Palemoon.org (consulté le 23 juin 2014)
  11. (en)« System requirements », sur Sourceforge.net/pm4linux (consulté le 23 juin 2014)
  12. (en)« Firefox 24 system requirements », sur Mozilla.org/ (consulté le 23 juin 2014)
  13. (en)« Pale Moon - CPU support », sur Palemoon.org (consulté le 23 juin 2014)
  14. (en)« Pale Moon - Project History », sur Palemoon.org (consulté le 12 avril 2016)
  15. (en)« Pale Moon web browser for Windows », sur Techrepublic.com (consulté le 25 juin 2014)
  16. (en)« Firefox ESR, how long will ESR be without australis ? », sur Mozillazine.org (consulté le 26 juin 2014)
  17. (en)« Any possibility of a community based ff28 branch ? », sur Mozillazine.org (consulté le 25 juin 2014)
  18. (en)« What's the deal with browser benchmarks? », sur Forum.palemoon.org (consulté le 26 juin 2014)
  19. (en)« "Sumozi" - A Variant to solve those age old issues », sur Mozillazine.org (consulté le 26 juin 2014)
  20. (en)« "Sumozi" - Pale Moon Sumozi », sur BinaryOutcast.com (consulté le 26 juin 2014)
  21. (en)« What will happen when the Holly branch dies ? », sur Forum.palemoon.org (consulté le 26 juin 2014)
  22. (en)« Pale Moon - Redistribution », sur Palemoon.org (consulté le 16 juin 2014)
  23. (en)« Pale Moon - Technical details », sur Palemoon.org (consulté le 16 juin 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]