Palais du Conseil souverain d'Alsace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Palais du Conseil souverain d'Alsace
Tribunal de grande instance (Colmar).JPG
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Architecte
Chassain, de Rungs
Construction
Propriétaire
État
Statut patrimonial
 Inscrit MH (1930, ancien palais sauf parties classées)
Logo monument historique Classé MH (1998, façades, toitures, deux chapelles)
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Colmar
voir sur la carte de Colmar
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Haut-Rhin
voir sur la carte du Haut-Rhin
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le palais du Conseil souverain d'Alsace est un monument historique situé à Colmar, dans le département français du Haut-Rhin.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'édifice est situé au 56 Grand-Rue à Colmar. Une autre entrée se trouve rue des Augustins.

Historique[modifier | modifier le code]

À partir de 1459, ce bâtiment sert d'hôtel de ville.

Le Conseil souverain, cour supérieure de justice et parlement provincial[1], plus haute juridiction de l'Alsace mise en place par Louis XIV après son rattachement à la France en 1648, siège tour à tour à Ensisheim en 1658, Vieux-Brisach en 1674, Neuf-Brisach en 1681 puis Colmar au 1er mai 1698[2].

L'édifice actuel a été construit entre 1764 et 1771[1].

Il a été jusqu'au début du XXe siècle le siège de la cour d'appel de Colmar et accueille actuellement le tribunal de grande instance.

L'ancien palais, à l'exception des parties classées, fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3].

Les façades et toitures du palais ainsi que les deux chapelles médiévales font l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

Architecture[modifier | modifier le code]

Les architectes se nommaient Chassain[2] et de Rungs[1],[4].

Le bâtiment a été construit en grès rose et briques crépissées. Il présente un perron de quatre degrés, un rez-de-chaussée et un étage-carré. Presque toutes les fenêtres sont en segment d'arc[2].

Le corps central présente un fronton triangulaire avec emblème royal, il est surmonté d'une allégorie de la Justice (réplique de 1970, l'original de 1585 signé Nicolas Börlin de Rorschach)[2].

Les deux chapelles voûtées superposées sont des vestiges du couvent des Augustins, en grande partie remplacé par la maison d'arrêt.

Le pignon sur la façade du corps arrière de 1532, vestige du Wagkeller, est rythmé par des bandeaux et des pilastres, deux triplets à arcs en accolade et des médaillons à buste[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Gabriel Braeuner (photogr. Christophe Hamm), Colmar : un itinéraire à travers l'histoire, ID L'Edition, coll. « Guide découverte », , 128 p. (ISBN 2-913-30256-5 (édité erroné)), p. 25 (notice BnF no FRBNF39023528)
  2. a b c d et e Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck et Guy Bronner, Alsace : Dictionnaire des monuments historiques, Strasbourg, La Nuée Bleu, , 664 p. (ISBN 978-2-7165-0250-4), p. 94-95
  3. a et b « Ancien palais du Conseil Souverain d'Alsace, actuel Tribunal de Grande Instance », notice no PA00085404, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Jean-Luc Eichenlaub (photogr. Christophe Hamm), Colmar, ID L'Édition, , 144 p. (ISBN 978-2-36701-050-2), p. 84

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :